Le blogue techno

Le blogue techno - Auteur
  • Jean-François Codère

    Journaliste spécialisé en technologies depuis 1999, je traite ici de Web, d’appareils mobiles, de jeux et d’autres gadgets, tantôt sous un angle «affaires», tantôt sous un angle «consommateur».
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 12 juillet 2013 | Mise en ligne à 14h09 | Commenter Commentaires (3)

    Cinq jeunes entreprises montréalaises aux idées impressionnantes

    J’ai eu l’occasion d’assister hier à un total de 18 présentations de jeunes entreprises, en très grande partie basées à Montréal, à la recherche d’investisseurs. De façon réaliste, la plupart risquent d’éventuellement échouer. Mais il y en a quand même quelques-unes qui m’ont fait regretter de ne pas avoir assez de fonds pour prendre le risque.

    J’ai d’abord assisté au Demo Day de l’incubateur d’entreprises de jeux vidéo mobiles Execution Labs, en après-midi, au Centre des sciences.

    Il s’agissait de la première expérience du genre non seulement pour ces entreprises, mais pour Execution Labs elle-même. Pour moi aussi, d’ailleurs.

    Six entreprises y participaient. Deux d’entre elles, Kitfox Games et Silver Dice, n’existent que depuis quelques semaines, de sorte qu’il est encore très difficile de juger leur concept.

    Parmi les quatre autres, deux ont un peu plus retenu mon attention.

    Henchmen, le bébé de Lightning Rod Games (originaire de Toronto), m’a semblé être le projet le mieux ficelé. Ça m’a aussi semblé être le jeu avec les meilleures prémisses. Il se déroule dans un monde où tous les superhéros ont été exterminés. Vous y incarnez l’un des méchants, qui en sont réduits à lutter entre eux pour le contrôle du monde. Vous jouez en ligne contre d’autres joueurs qui incarnent des méchants.

    Si j’ai bien compris, la nature du jeu est de bâtir la meilleure armée d’hommes de main. Le jeu est gratuit, mais vous incite à acheter des ensembles de pièces pour assembler vos hommes de main. Ces pièces sont vendues en lots générés au hasard, un peu comme quand vous achetez des cartes de hockey. Vous pouvez tomber sur des pièces génériques ou sur un trésor, vous ne le saurez qu’en déballant.

    Les gars cherchent 200 000$ et ça me semble peu dispendieux compte tenu du potentiel.

    Pouce en l’air aussi pour l’équipe de Double Stallion, dont l’idée est de créer des jeux de genres classiques en modèle free to play (toutes les équipes d’Execution Labs ont opté pour ce modèle très à la mode). Pensez à Contra ou Double Dragon sur mobile ou tablette, gratuit, avec possibilité d’acheter de l’équipement. Leur premier titre, Big Action Mega Fight, est un jeu de combat comme Double Dragon ou, plus récemment, Scott Pilgrim vs The World.

    Eux cherchent à obtenir 350 000$.

    FounderFuel

    En soirée, c’était au tour d’un autre incubateur, FounderFuel, de tenir son Demo Day. On en était dans ce cas à une quatrième édition et l’expérience paraît. Pour un, le théâtre Rialto était rempli presque entièrement, soit probablement près de 900 ou 1000 personnes.

    De façon générale, la qualité des 12 entreprises qui y ont fait leur présentation était aussi très élevée. Neuf d’entre elles ont été hébergées par FounderFuel, trois autres étaient invitées.

    Ce n’est probablement pas un hasard, mais les trois qui m’ont le plus tenté ont été les trois dernières à monter sur scène. Ce sont aussi celles qui sont à la recherche du financement le plus élevé, 800 000$ chacune.

    L’une d’elles est The Transit App, dont j’ai récemment fait le profil.

    L’application elle-même est excellente, il n’y a pas à dire. La question est de savoir comment la rentabiliser. Le plan présenté hier est d’amasser des données sur l’utilisation du transport en commun, données qui seraient revendues aux sociétés pour qu’elles améliorent leur réseau. La partie est loin d’être gagnée.

    En revanche, The Transit App est possiblement l’entreprise du lot qui est la plus intéressante à court terme pour un acquéreur éventuel à la Google. Il pourrait valoir la peine de l’acheter ne serait-ce que pour embaucher ses créateurs.

    J’hésite à savoir laquelle des deux autres est la plus intéressante. Commençons par SwiftIdentity.

    Cette entreprise a pour objectif de devenir pour l’authentification à deux niveaux ce que Paypal est devenue pour le paiement électronique.

    L’authentification à deux niveaux exige deux codes différents pour vous donner accès à votre compte. Le premier est généralement un mot de passe façon classique. Le deuxième est généralement aléatoire et lié à un objet physique que vous seul avez en votre possession. Google, par exemple, offre une application pour iPhone qui génère un code qui change chaque minute. Facebook vous envoie ce deuxième code par texto.

    Cette méthode a pris du galon dans l’opinion publique après quelques cas bien médiatisés de piratage, particulièrement celui, justement, d’un journaliste de Wired . C’est personnellement ce cas qui m’a convaincu d’adopter la double authentification sur Google.

    Depuis, d’autres services d’importance, notamment Facebook et Apple (iCloud), ont eux aussi adopté l’authentification à deux niveaux. Pour ces trois géantes bourrées d’ingénieurs, il est relativement facile de créer un tel système. Pour de plus petites entreprises, ce sont des coûts qui peuvent être importants. SwiftIdentity leur offre une solution clé en main.

    J’ignore si cette solution fonctionne bien et si elle a des concurrents, mais l’idée est très bonne et les possibilités de monétisation semblent évidentes.

    Finalement, l’idée de Provender n’a rien d’original : créer un marché électronique entre entreprises (business-to-business). Ce qui la distingue, c’est le marché ciblé, celui entre les restaurateurs et les fermiers. On sent que le désir de moderniser ces transactions est bien présent d’un côté comme de l’autre de ce marché et, encore là, le potentiel de monétisation est facile à voir.


    • The Transit App semble être un truc intéressant. Pour rentabiliser l’entreprise, ils ne pourraient pas s’inspirer de Google et vendre de la pub qui dépend de la recherche faite par l’utilisateur? L’application me propose 1 ou 2 commerces qui ont acheté de la pub à chaque extrémité du trajet. Ça peut même être fait sous forme de vente aux enchères pour les coins les plus populaires.

      Juste une opinion comme ça…

    • Très bonne idée seb.b
      Je proposerais même un répertoire d’endroits (en plus des promos) en se connectant à des FourSquare ou autre solutions de ce genre. Le potentiel est grand.

      J’avais pensé à une app comme Transit (moins la géolocalisation, je focusait sur autre chose), mais il y a une tonne comme ceux-là… c’est dûr de trouver une idée de niche, et je félicite ceux qui l’ont fait.

    • Est-ce que Hopper peut toujours être considérée comme une entreprise en démarrage? J’imagine que oui dans le sens qu’elle n’a toujours pas mise son produit en ligne…

      Cette entreprise en est rendue, si je ne m’abuse, à 22M$ au total en 3 rondes de financement.

      Je sais qu’un journaliste de LaPresse Affaires a écrit il y a quelques mois que Hopper déménageait à Boston, mais aux dernières nouvelle sa succursale Montréal est toujours là.

      En tout cas, ça reste certainement une des entreprises techno (ex-)montréalaises qui a le plus de potentiel…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité