Le blogue techno

Le blogue techno - Auteur
  • Jean-François Codère

    Journaliste spécialisé en technologies depuis 1999, je traite ici de Web, d’appareils mobiles, de jeux et d’autres gadgets, tantôt sous un angle «affaires», tantôt sous un angle «consommateur».
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 juin 2013 | Mise en ligne à 14h27 | Commenter Commentaires (23)

    Regrettera-t-on d’avoir fait changer Microsoft d’idée?

    Quand la communauté des amateurs de jeux vidéo parle — ou hurle, plutôt —, Microsoft écoute. C’est la leçon la plus évidente du revirement de situation annoncé hier par le fabricant de la Xbox One.

    Fini les restrictions sur l’échange de jeux d’occasion et l’obligation de se connecter à Internet une fois toutes les 24 heures, a déclaré Microsoft hier.

    Compte tenu de l’unanimité que semblait avoir faite l’entreprise contre elle dans la communauté des joueurs, ce virage à 180° paraissait inévitable. Et un peu partout dans les forums et les médias sociaux, hier, on se félicitait d’avoir réussi à faire entendre raison à Microsoft, tout en conservant un certain scepticisme face à l’entreprise.

    On semble toutefois oublier que l’offre originale de Microsoft avait ses avantages. Parmi eux :

    • Revendre aussi des jeux achetés par téléchargement, et non seulement ceux achetés sur disques;

    • Jouer depuis n’importe quelle console à un jeu que l’on a acheté à la maison, en téléchargement ou sur disque, peu importe si le disque est resté à la maison;

    • Fini les problèmes de disque rayé ou endommagé, puisque le disque n’aurait été nécessaire qu’à la première utilisation;

    • Le partage de jeux au sein d’un groupe de 10 personnes qui pouvait être constitué autant de membres d’une même famille que d’amis, pour autant que deux personnes n’y jouent pas en même temps;

    • La mise en place éventuelle d’un système électronique de revente de jeux d’occasion indépendant des grandes chaînes de magasins, où les termes auraient, qui sait, peut-être été plus avantageux puisque les coûts de Microsoft auraient vraisemblablement été moindres que ceux des détaillants.

    Toutes ces possibilités sont dorénavant elles aussi éteintes, puisqu’il deviendra impossible de les appliquer.

    Au bilan, elles auront été sacrifiées pour empêcher une connexion « permanente » à Internet, alors que la grande majorité des Xbox 360 ou PlayStation 3 sont déjà dans cette situation, et pour éviter des restrictions sur les jeux usagés qui, pour l’instant, demeuraient théoriques.

    Rappelons qu’il appartenait en effet aux éditeurs d’utiliser les mesures mises en place par Microsoft. Ceux que j’ai personnellement eu l’occasion d’interroger au cours de l’E3 la semaine dernière se montraient pour le moins réticents, du moins publiquement, à restreindre l’échange de jeux d’occasion.

    De mémoire (je n’arrive pas à créer une recherche Google qui écarterait tous les résultats dus à l’annonce d’hier), Microsoft elle-même avait annoncé que son bras d’édition (Microsoft Game Studios) ne se prévaudrait pas de cette possibilité.

    Théoriquement, donc, il aurait été possible de bénéficier des avantages énumérés plus haut tout en ne subissant aucune restriction sur l’échange de jeux d’occasion, si les éditeurs n’avaient pas bénéficié de cette fonction. Et compte tenu de la grogne perceptible, on peut penser qu’aucun ne l’aurait fait, du moins pas avant longtemps.

    Sous le titre provocateur « La Xbox One est devenue bien pire, et c’est de notre faute », le site Gizmodo a publié hier soir un intéressant point de vue allant totalement à l’opposé de ce que hurlait la meute depuis le dévoilement de la Xbox One.

    L’auteur y traite de la haine viscérale de la communauté des joueurs envers les mesures de gestion des droits numériques (plus connues sous l’appellation anglaise de Digital Rights Management ou DRM). La seule évocation des lettres « DRM » suffit en effet, faut-il constater, à boucher les oreilles d’une grande partie de cette communauté, qui n’entend plus par la suite aucun argument, aussi raisonnable soit-il.

    Que va-t-il se passer maintenant que Microsoft a retiré tout « DRM » de sa console? Les éditeurs qui étaient tentés par cette solution vont probablement en trouver une autre.

    Sur Twitter, hier, le bien connu designer de jeux Cliff Bleszinski, à l’origine de l’ultra-populaire série Gears of War, lançait cet avertissement.

    Vous allez voir des versions numériques de vos jeux favoris avec des fonctions et du contenu supplémentaire pour vous attirer vers celle-ci plutôt que vers la version sur disque.

    Parce que, rappelons-le, le revirement d’hier signifie l’impossibilité de revendre des jeux téléchargés. Du coup, il sera possible pour les éditeurs d’en arriver presque exactement au même point.

    Il faut par ailleurs aussi se demander s’il est vraiment sain que la nouvelle génération de consoles gère les jeux exactement de la même façon que celle lancée il y a huit ans. Si la Xbox One dure aussi longtemps, cela fera donc 16 ans que le régime est le même.

    Pour illustrer à quel point les choses peuvent changer pendant une telle période de temps, rappelons seulement qu’en 2005, la Xbox 360 a été lancée sans capacité d’accéder à Internet par WiFi, que les iPod avaient des disques durs et que l’iPhone n’allait pas exister avant encore un an et demi.

    Il semble légitime de penser que dans environ trois ans, l’idée d’un jeu (ou d’un film) sur disque semblera totalement archaïque. Se peut-il qu’à ce moment, on regrette d’avoir forcé Microsoft à rester figée dans le temps?


    • Il faudrait qu’on m’explique en quoi l’abolition de restrictions (que les éditeurs pouvaient choisir de ne pas appliquer en plus) empêche d’implanter les avantages que vous énumérez. Je n’y connais pas grand chose en console de jeux (je joue uniquement sur PC depuis plus de 10 ans) mais ce que vous décrivez peut très bien être intégré sans que les utilisateurs soient OBLIGÉS de se connecter à internet une fois par jour et comme aucun éditeur ne semblait vouloir se prémunir de la restriction sur l’échange de jeux, alors en quoi son abolition empêche quoi que ce soit?

      Et au pire, vous offrez le service pour ceux que ça intéresse et qui n’ont pas de problème à être connecté en continu sans le rendre obligatoire pour tous (bien que j’avoue que ça pourrait devenir très complexe dans ce cas).

    • Franchement, est-ce que qui que ce soit trouverait acceptable que l’on ne puisse pas revendre sa voiture après utilisation? Qu’elle reste la propriété de Ford ou Toyota? Qu’on ne puisse passer sa voiture à une seule personne que l’on connait depuis trente jours au moins, et une seule fois? Que l’auto ne roule que si connectée au réseau x ou y?
      Les joueurs ont bien fait de hurler. Les cies informatiques comme Microsoft tentent de vendre des produits avec toutes sorte de restrictions que l’on accepterait jamais des autres produits que de consommation. Ceci n’a pour but que de créer un monopole et garder les gens otages d’une compagnie. Dans mon livre à moi, quand tu me vends qqch, ça devient ma propriété. J’ai pas le droit de faire des copies et de les vendre, mais j’ai toujours bien le droit de vendre l’objet comme tel. C’est une question de principe

      Il s’agit là d’un argument facile à contrer : la voiture s’use, pas le jeu. Un jeu que vous achetez usagé est exactement dans le même état que le jeu neuf. Le marché est déséquilibré.

    • Je mettrais ma main au feu que ce ne sont pas les protestations sur internet qui ont fait changer Microsoft d’idée, mais plutot les chiffres de pré-commandes des systèmes. Le nombre de personnes qui paient en avance pour réserver un système, ya pas d’indicateur plus tangible.

    • Je suis plutôt d’avis que ce revirement est une bonne chose mais j’aimerais d’abord apporter une précision: le partage “familial” est une fonctionnalité que Microsoft a très peu expliqué et qui est moins attirant au deuxième coup d’oeil. Le partage avait une limite de temps (de 15 minutes à 1 heure dépendant du jeu) ce qui donnait accès à un gros démo, en somme. J’était excité par cette fonctionnalité mais c’était trop beau pour être vrai. Je ne comprend même pas pourquoi Microsoft a pensé que c’était une bonne idée.

    • Ça ressemble plus à des arguments de quelqu’un qui fait un speech de vente pyramidale et qui essaye de convaincre les gens que c’est un bon deal. Système de revente avantageux? Les jeux qui sont downloadables pour 29.99 sont souvent 15$ ou 10$ flambant neufs en magasin et on est supposé croire à un système de revente avantageux? Le système de partage broche à foin expliqué tout croche que même les porte-paroles de microsoft avaient pas l’air trop sur de savoir comment ça marche, on est supposé croire que c’est mieux que la méthode de partage traditionnelle magnifiquement illustré par le vidéo de 30 secondes de Sony?

    • Si on hurle contre Office 2013, Microsoft écoutera-t-il ?

    • D’ailleurs jaylowblow a tout a fait raison, il n’est aucunement impossible d’appliquer ces fonctionalités, ce n’est que post-justification de la part de Microsoft.

      Ces fonctionnalités dépendent de la capacité de la console à se connecter à Internet pour vérifier les droits d’utilisation. Sans cette vérification, une seule et même copie pourrait techniquement se retrouver à être utilisée par des centaines, voire des milliers ou des millions de gens. Il y a différentes façons de gérer ce besoin d’être connecté, certes, mais il n’y a pas non plus de solution miracle.

    • Wow… quelles avantages!!!

      “• Revendre aussi des jeux achetés par téléchargement, et non seulement ceux achetés sur disques;”
      Qu’est-ce que ça donne si cela coûte 30$ pour réactivé un jeu usagé?

      “• Jouer depuis n’importe quelle console à un jeu que l’on a acheté à la maison, en téléchargement ou sur disque, peu importe si le disque est resté à la maison;”
      Avec les limites/vitesses de téléchargement qu’on a c’est impossible. Et même si ça l’était, je me vois mal télécharger mon Gran Thieft Auto V de 62 Go de chez mon ami… Ça prendrait des heures!

      “• Fini les problèmes de disque rayé ou endommagé, puisque le disque n’aurait été nécessaire qu’à la première utilisation;”
      Combien de fois avec vous eu des “read disc error” causé par des grafignes avec une PS3 ou une XBOX 360? De toute manière, certains magasins nous vendent une garantie contre ça! ()

      “• Le partage de jeux au sein d’un groupe de 10 personnes qui pouvait être constitué autant de membres d’une même famille que d’amis, pour autant que deux personnes n’y jouent pas en même temps;”
      C’est le cas avec les jeux sur le PSN actuellement avec la PS3.

      “• La mise en place éventuelle d’un système électronique de revente de jeux d’occasion indépendant des grandes chaînes de magasins, où les termes auraient, qui sait, peut-être été plus avantageux puisque les coûts de Microsoft auraient vraisemblablement été moindres que ceux des détaillants.”
      Ouais, qui sait…peut-être, peut-être que non… qui sait…

    • M. Codère, si vous vous mettiez dans la peau d’un gamer, vous comprendriez mieux.

    • Je ne crois pas non plus qu’un empêchera l’autre. Ceux qui veulent jouer archaïque (pas sur internet, disque physique) le pourront, et les autres pourront bénéficier d’un système à la Steam, acheter leurs copies digitale à rabais, racheter les copies usagée (ce qui sera rentable pour les éditeurs), et leur Xbox fera un petit coucou à l’internet à chaque fois, big deal. Ça sera pas long que les gens vont acheter sur le network quand leur jeu va être moins cher avec plus de matériel boni que la version physique…

      Comme vous dites, je pense que les gens paniquaient pas mal plus par rapport aux DRM que n’importe quoi d’autre, et je les comprends. Si Microsoft n’agissais pas, leur console allait être DOA. Faut pas oublier que ces genres de changements sont axés sur le software et sur le firmware, y’a rien qui empêcherait pas Microsoft de faire des modifications en cours de route, dans quelques années lorsque nécessaire.

    • Microsoft n’a que Microsoft à blâmer dans ce cafouilli. Soit elle a une excellente idée mal vendu et/ou implémenté (ex: tablette) et qu’elle doit virer son département marketing, soit elle a vraiment une mauvaise idée et doit virer ceux qui ont permit de le mettre à l’avant.

      Si la nouvelle structure de possession et d’échange de jeux numérique (ou tout autre article numérique) est vraiment “la méthode du futur”, quelqu’un d’autre (ex: Steam, iTunes, Amazon, Ouya, etc) l’implémentera correctement éventuellement.

    • Ça fait bien 30 ans que je ne paie plus pour les jeux, progs, films ou musique. Et je viens de découvrir le ebooks! Donc, qu’est-ce que ça change Microsoft?

    • @Jean-François Codère
      Je vois pas vraiment en quoi ça contre l’argument. Oui les jeux “s’usent” dans le sens qu’ils deviennent desuets. Essayez donc de vendre des jeux de playstation 2 pour une fraction du prix pour voir. Les gens vont toujours acheter des nouveaux jeux même si il y a des jeux usagés sur le marché. Les gens ne veulent simplement pas être limités à faire TOUTES leur transactions au travers d’un système de monopole de microsoft. Et puis affirmer que les coûts de microsoft auraient été moindre, j’ai de la misère à le croire. Moins que Ebay?
      C’est sûr que si par marché déséquilibré, vous voulez dire que la compagnie fait moins d’argent en bout de ligne, vous avez peut-être raison. Mais il reste que cela est ainsi depuis le debut des jeux vidéos et cela n’a pas empêché l’industrie de croître au point de rivaliser avec Hollywood.

    • Je pense que cette question est extrêmement importante et dépasse le cadre des jeux vidéos car il est essentiellement question d’une seule chose : Le cloud.

      D’abord vu comme une avancée technologique libératrice par tout le monde, le cloud a vite été utilisé par les compagnies pour nous (les utilisateurs) faire perdre tout contrôle sur nos appareils informatique.

      Cisco l’an dernier a fait exactement ce que Microsoft vient de faire. Leur nouveau firmware sur leurs routeurs (qui s’installait à l’insu et automatiquement) logeait toute la configuration du routeur sur le cloud et avait la possibilité de “déconnecter les utilisateurs selon leur utilisation d’internet”. ( !!!) Ca avait gueulé tellement fort que Cisco a fini par reculer et remettre le firmware original (pour le moment).

      http://arstechnica.com/gadgets/2012/07/cisco-backpedals-after-uproar-drops-cloud-from-default-router-setting/

      Microsoft se reessaye maintenant avec le cloud forcé en 2013. Ils ne lâcherons pas. Ils vont mettre de la pression de plus en plus forte pour que les utilisateurs perdent la possession physique et le contrôle de leur appareils.

      Lorsque vous dites “dans environ trois ans, l’idée d’un jeu (ou d’un film) sur disque sembleratotalement archaïque”, j’y ai cru mais plus maintenant. Pas de la manière que les compagnies se comportent. Les gens vont intuitivement vouloir garder le contrôle sur leur appareils et leurs possessions.

      Et les arguments que les compagnies donnent sont tellement mauvais que ça sent la crosse à plein nez : Cisco disait “accédez à vos ajustements de routeurs de partout” … comme si c’était bien utile de pouvoir le faire et Microsoft disent exactement la même chose : “accédez à vos jeux de partout” … Comme dit jgauthier68, qui va downloader 50-100 gigs chez un chum ?

      Le cloud, j’y crois plus ou moins. Que “tout va être en cloud” je n’y crois pas du tout à moins qu’il nous le rentre dans la gorge comme ils le font présentement et ça fonctionne plus ou moins bien pour l’instant.

      Gardez vos disques durs externes. Je pense qu’ils vont servir encore longtemps. Les disques durs externes wi-fi sont là pour rester, pour ne même pas avoir besoin du cloud officiel. Ca, j’en suis convaincu.

    • @gl000001

      Et si on pouvait hurler contre Windows 8 aussi !!

    • Vouloir passer du modèle traditionnel de payer pour un produit (physique) vers celui de payer pour un service (licence), ne risque pas de se faire sans heurt.

      Microsoft tente de faire pression pour vendre son contenu numérique, au même prix que le disque physique, qui lui coute plus chère avec la livraison, le livret et autres trucs. Belle façon pour eux d’aller chercher encore un peu plus d’argent dans nos poches.

      Je suis sceptique sur l’article de Gizmodo, il prétend que les publishers vont réduire le cout des jeux neufs parce qu’ils savent qu’ils feront du profit sur les jeux revendus? Je suis certains que les actionnaires penseront exactement le contraire, et nous verrons bien qui a le dernier mot… Un beau vœu pieux. Si Microsoft était si vertueux, il aurait déjà baissé le prix de ses jeux numérique, non? Connaissant la tangente que l’industrie du jeu vidéo a prise avec la vente de DLC et de contenu téléchargeable, qu’un jeu finisse par couter plus de 100$ si l’on veut tout le contenu, je doute qu’ils agissent toujours avec ce nouveau modèle dans l’intérêt des joueurs. Microsoft a quand même abusé de son monopole par le passé.

      Sans parler que l’auteur de Gizmodo parle aussi d’avoir la possibilité de revendre la licence à un prix plus élevé « because a license does not have to be resold at a diminished rate ». Même si le jeu ne s’use pas, l’offre et la demande continuera d’agir sur le prix, et puisqu’un jeu de quelques mois est moins en demande qu’un neuf, il sera moins cher. Peut-être existe-t-il une raison, je n’en vois aucune.

    • Que de démagogie

      Rien n’empêche d’avoir le même système de téléchargement. Pour télécharger, la console se lie avec son cloud personnel. Quand elle le fait, tous les jeux sont synchés/vérifiés. On se connecte avec un code et une key aléatoire autogénéré avec un cell ou une clé portative. Cela permet de se connecter de n’importe quelle console et si ce n’est pas la notre, le jeu est jouable seulement si connecté.

      Une plateforme de revente intra cloud pourrait bien exister.

      Franchement les changements énoncés n’empêche pas d’implanter les fonctionnalités annoncés. Microsoft avait son modèle d’affaire, maintenant ils doivent le modifier. L’architecture et la technologie, ça se modifie.

    • La mise en place éventuelle d’un système électronique de revente de jeux d’occasion indépendant des grandes chaînes de magasins, où les termes auraient, qui sait, peut-être été plus avantageux puisque les coûts de Microsoft auraient vraisemblablement été moindres que ceux des détaillants.

      pensez vous vraiment que ça aurait duré longtemps, t écrases le marché en coupant tes prix au max , tu prends le monopole tu fixes les prix plus haut ,

    • Prédiction toute personnelle: les «trippeux» du Cloud, ces pelleteux de nuages, vont mal se réveiller quand, passé la bull**it marketing des vendeux de nuages, ils vont se rendre compte que leurs données, leurs infos et leurs jeux sont à la merci des faillites des fournisseurs de “Clouds”, des hackers qui savent maintenant où «pelleter» pour trouver le data en quantité, et des pannes de réseau et des serveurs de «Nuages» empêchant l’accès à leurs données.

      Toute cette frénésie du “Cloud”, ce n’est qu’une tentative des licheux d’cash pour abonner les utilisateurs au paiement mensuel et perpétuel, sans aucune garantie sur la préservation et la sécurité de leurs données.

      Adobe vient de lancer sa suite de logiciels qui ne sera bientôt plus disponible que sur le “Cloud” par abonnement mensuel…

      On parie combien sur le nombre de mois pendant laquelle cette politique “Cloud” d’abonnement mensuel va s’appliquer..?

      Moi je parie que dans 8 mois, Adobe va soudainement changer d’idée, le monde des arts graphiques refusant massivement l’arnaque et continuant d’opérer avec la version CS 6 de la suite de logiciels Adobe.

      Le Nuage, ce n’est que ça, un fantasme de licheux d’cash pour engranger mensuellement et toujours pomper plus de pognon aux actionnaires.

      Du point de vue des utilisateurs, zéro avantages.

    • Si ça continu comme ça, on ne pourra jouer avec nos consoles portable que dans des endroits où on a accès à un réseau sans-fil, histoire de valider la licence des jeux. La limite du ridicule sera atteinte lorsque les systèmes d’exploitation eux-mêmes ne pourront plus fonctionner si l’ordinateur n’est pas branché à internet. Microsoft a déjà franchi une première étape dans cette direction avec son Windows pour cellulaire et tablette, laissant les usagés PC avec une espèce de jouet pour bébé.

    • @laberinto
      Le changement win7 –> win8 est moins pire que Office 2010 –> 2013. Mais on pourrait crier plutot que hurler.
      Dans Office 2013, tout est monochrome. Pas de contraste. Ca fait mal aux yeux. Et beaucoup de chose qui se faisaient en un seul clic, se font en deux ou plus maintenant !! Une main d’applaudissement pour Microsoft (une seule main).

    • J’arrive un peu en retard sur votre discussion mais je la trouve intéressante.

      Quant à moi le Cloud c’est une belle arnaque qui nous a été imposée. J’aurais aimé que ce soit juste une mode mais c’est rendu la norme. Un ordi ou une xbox c’est supposé être autarcique, indépendant, mais là on te dit que le produit pour lequel tu as payé ne peut être utilisé. Steam utilise même les Mac adress pour empêcher les gens de créer un compte par jeu dans le but de revendre ce jeu.

      Résultat: j’ai pour des centaines de $ de jeux récents sur support physique dans mon placard et je ne peux même pas les donner !

      Pour moi l’effet du Cloud et des DMR sera de restreindre énormément mes achats. Pourtant je suis public cible idéal, les jeunes gamers jouent beaucoup mais n’ont pas d’argent pour acheter, moi je joue un peu moins mais je n’ai pas de restrictions financières. Mais ça ne veut pas dire que j’aime jeter mon argent par les fenêtres.

      @gl000001

      win 8 est totalement différent de tout ce qu’a fait MS. Plus que lorsque MS a passé de windows 3.1 à Win 95. Avec un système d’apps comme Apple, avec un contenu orienté style Bing voyages, Bing actualités…je viens de me payer un surface pro de MS et c’est le pire achat que j’ai fait cette année…

    • @ralbol

      Vous résumez à merveille ce que je pense du cloud et de ces abonnements mensuels et/ou contrôles sans fin enfoncés dans la gorge!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité