Le blogue techno

Mercredi 20 août 2014 | Mise en ligne à 16h28 | Commenter Commentaires (8)

Observations technos en vacances

Chaque été, la période des vacances me permet, de façon un peu paradoxale, à la fois de complètement décrocher et de faire quelques découvertes ou observations liées à mon travail.

Les deux dernières semaines, au cours desquelles j’ai parcouru la Grèce et la Turquie (je sais, la vie est dure…), n’ont pas fait exception. Voici donc un petit bilan de ces observations, semblable à celui de l’an dernier.

• J’ai de grosses questions à poser aux entreprises d’autocar québécoises. En Turquie, un trajet entre Kusadasi et Denizli, un peu plus court mais plus compliqué que Montréal-Québec, coûtait 17,50$ par personne (contre environ 56$ ici). Mais attendez, ce n’est pas tout, loin de là.

Le trajet s’effectuait à bord d’un autocar de grand luxe que l’entreprise appelait « Teknobüs ». Vous êtes certainement capables de traduire aussi bien que moi.

Cela signifiait un siège de grand luxe, avec notamment un appuie-bras central pour chacun des deux passagers, un écran individuel pour chaque siège comprenant des jeux, une sélection de musique, de films et d’émissions (en Turc…), et un accès Internet dont on pouvait notamment bénéficier sur une appli Facebook. Les écrans tournaient sous Android.

IMG_2709

Ah! Et ne pas oublier l’employé qui déambulait dans l’allée avec un chariot pour nous servir de l’eau et autres gourmandises, comme dans l’avion.

IMG_2712

Le luxe des sièges faisait en sorte qu’il n’y en avait que trois par rangée plutôt que quatre. Donc moins de passagers et de billets vendables. L’essence coûte encore plus cher là-bas qu’ici. Le personnel, sûrement moins. Ceci dit, je suis aussi conscient qu’il existe des enjeux réglementaires dans l’industrie de l’autobus québécoise et il y a une possibilité, que je n’ai pas validée, que l’industrie turque soit subventionnée. Quand même.

• L’un des avantages de mesurer 6’4, c’est que ça vient avec des longs bras idéaux pour des égoportraits. Je ne suis pas un disciple de cet art, loin de là, mais bon, nous vivons en 2014 et il y a des moments où ça s’impose (presque).

Ceci dit, tout le monde n’est pas aussi chanceux et j’ai été étonné (peut-être que je n’aurais pas dû?) par la popularité des « selfie sticks », ces extensions de métal qui permettent d’y fixer son téléphone et d’ainsi faciliter la prise d’autoportraits.

J’ai été encore plus étonné du nombre de touristes qui employaient une GoPro comme principale caméra. Pour un paquet de raisons, ça me semble une caméra absolument terrible pour ramener des souvenirs de vacances. Mais oui, elle va très bien pour prendre des égoportraits, justement grâce à la disponibilité de perches…

• Quand on veut éviter les égoportraits et que Madame (avec un grand M) souhaite une photo de couple devant tel ou tel monument, il faut prendre les devants et demander à un collègue touriste de nous rendre ce service. À force, j’ai fini par développer l’œil pour identifier les meilleurs candidats, ceux dont les photos seraient les meilleures. C’est hyper cliché et je m’en excuse, mais ceux qui ont de bons appareils au cou et les Japonais sont des candidats de choix.

• La Turquie, c’est un petit paradis pour les amateurs de faux. Vêtements, souliers, sacoches, portefeuilles, montres… Il y a de tout, avec l’insigne des plus grandes marques, sans la plus grande des qualités bien sûr.

C’est aussi vrai pour l’électronique et l’item le plus populaire dans ce rayon, et de très loin, était les écouteurs et haut-parleurs de marque Beats.

IMG_2896

Ça m’a évidemment fait réfléchir.

On sait que c’est maintenant Apple qui est propriétaire de Beats. Apple, ce n’est rien de moins que la plus grande entreprise au monde à l’heure actuelle, tous domaines confondus.

Les marques de luxe comme Louis Vuitton, Chanel ou autres font passablement d’efforts, en collaboration plus ou moins étroite avec les autorités locales de différents pays, pour enrayer ces copies. Mais ce sont évidemment des efforts dispendieux.

Apple n’a à ma connaissance jamais véritablement eu de gros problème de ce côté. J’ai vu des appareils qui ressemblaient à des iPhone ou des iPod sans en être, mais la différence était assez facilement perceptible et le problème, à mon œil, a toujours été très marginal. Loin de ce que j’ai pu voir avec les produits Beats.

Est-ce qu’Apple s’attaquera sérieusement à ces faussaires? Et si oui, réussira-t-elle? Parce que si elle ne réussit pas, aussi bien dire que c’est peine perdue pour tous les autres.

• Quelle époque formidable. Mon appareil photo date de quelques années. Sa batterie était fatiguée. Avant les Internets, il m’aurait fallu faire je ne sais quoi, probablement prier beaucoup, pour en trouver une identique. Avec les Internet, il a suffi de 10 minutes pour en commander deux, à un excellent prix, qui sont arrivées deux ou trois jours plus tard, à temps pour mon départ.

• Parlant de cet appareil photo, j’ai découvert durant ce voyage un nouveau point de vulnérabilité que je n’avais jamais envisagé en testant des appareils photo : la résistance à la chaleur de leur boîtier.

Pour être plus précis, mon appareil comporte deux garnitures caoutchoutées qui servent principalement l’esthétique et le confort à deux endroits où l’on y dépose normalement les doigts. Mais deux semaines à des chaleurs moyennes de 35°C et plus en ont eu raison. Ces garnitures ont pris de l’expansion et se sont désemboîtées, au point où il est devenu impossible de les replacer. Ce n’est pas majeur comme inconvénient, mais c’est à considérer.

IMG_2897

• Toujours sur cet appareil photo, lancé il y a tout de même huit ans: mon iPhone 5S fait nettement mieux que lui dans plusieurs situations, en particulier celles où l’éclairage est faible ou difficile. Et il peut faire des photos panoramiques. En plein jour, l’objectif évidemment beaucoup plus sophistiqué de mon appareil prend le dessus. Quand même, on n’arrête pas le progrès.

• Je n’ai pas magasiné très longtemps, mais les forfaits de données prépayés que j’ai pu trouver en Grèce et en Turquie étaient beaucoup trop dispendieux pour être intéressants. Il a donc fallu s’en priver et trouver des alternatives.

En Grèce, la possibilité de télécharger localement des portions de cartes sur l’appli Google Maps a fait le travail, même si elle n’est terriblement pas intuitive et qu’elle ne permet pas d’effectuer des recherches.

En Turquie, allez savoir pourquoi, cette fonction n’est pas disponible. Il a fallu se rabattre sur des applis qui offraient des cartes « hors-ligne ». Mention spéciale à l’appli TripAdvisor et à cette appli destinée spécifiquement à la ville d’Istanbul.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 31 juillet 2014 | Mise en ligne à 12h40 | Commenter Commentaires (58)

Saviez-vous qu’Android…

(Note: Je suis maintenant en vacances jusqu’au lundi 18 août, inclusivement. Les commentaires soumis d’ici là risquent par conséquent de ne pas être approuvés avant mon retour. Merci!)

… détient maintenant 85% du marché des téléphones intelligents à l’échelle mondiale?

C’est difficile à croire vu d’ici, mais selon de nouvelles données rapportées aujourd’hui par le Wall Street Journal, entre 8 et 9 appareils sur 10 vendus dans le monde pendant le 2e trimestre de l’année utilisaient le système d’exploitation de Google. Apple venait au 2e rang avec à peine 11,9%.

Android détenait déjà 80% du marché pendant la même période l’an dernier. Bref, la lutte n’est même pas serrée.

Et pourtant, elle nous semble l’être. En fait, elle l’est.

Certes, on imagine mal comment Apple, Microsoft ou BlackBerry pourraient reprendre le dessus en termes de parts de marché, mais il faut voir à quel point les parts de marché brutes sont vraiment importantes.

Le but en affaires reste de faire de l’argent, pas d’être le plus populaire, même si le deuxième peut bien entendu mener au premier.

Et à ce chapitre, Apple gagne encore. Dans leurs derniers trimestres respectifs, Apple a tiré plus de revenus de l’iPhone (19,75 milliards) que Google de l’ensemble de ses activités (15,95 milliards). Et je présume qu’on pourrait ajouter quelques dollars du côté d’Apple en comptant les revenus d’iTunes liés à l’iPhone.

Évidemment, la comparaison est difficile à soutenir pour Google, qui non seulement donne Android (et doit même payer des droits à Microsoft pour chaque installation!), mais ne vend elle-même qu’une faible proportion des appareils.

De l’autre côté, les défenseurs d’Apple pourront argumenter que la domination des parts de marché d’Android est presque entièrement attribuable au marché des téléphones intelligents à bas prix.

Or ce marché, à part dynamiser les chiffres de parts de marché, justement, ne rapporte pas grand-chose à Google, parce que les acheteurs de ce type d’appareil ont tendance à l’utiliser comme un téléphone, point. Ils ne téléchargent pas beaucoup d’applications (et en achètent encore moins), ne naviguent pas beaucoup sur Internet, etc.

Mais bon, quand même, 85%, c’est beaucoup et il faut se demander à quel moment, s’il y a lieu, Apple va se résigner à offrir des solutions à bas prix. À 90%? 95%?

Lire les commentaires (58)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 23 juillet 2014 | Mise en ligne à 12h20 | Commenter Commentaires (16)

Timide accueil pour le téléphone d’Amazon

FirePhone-D-Maps-Yelp

C’est vendredi que le Fire Phone, le nouveau téléphone intelligent haut de gamme d’Amazon, doit commencer à être vendu aux États-Unis. Les premières critiques ont commencé à faire surface au cours des dernières heures.

S’il fallait résumer en une phrase tout ce que j’ai lu à son sujet ce matin, ce serait : « il fait la job, mais personne ne va se lancer là-dessus ».

Au chapitre des reproches qui lui sont adressés de façon presque généralisée, notons son aspect très neutre, la durée de vie de sa batterie, le manque d’applications attribuable à l’utilisation de Fire OS plutôt qu’une version régulière d’Android et la relative inutilité de ses deux principales innovations, FireFly et la « Dynamic Perspective ».

À l’exception de ce qui concerne la batterie, et qui détonne un peu avec les spécifications techniques assez élogieuses publiées par Amazon, le reste de ces défauts était prévisible.

Les tablettes Fire n’ont jamais été reconnues pour leur design. Quant à l’utilisation d’une branche d’Android qui n’est pas entièrement compatible avec la version principale, c’est ni plus ni moins que se tirer dans le pied. Un téléphone sans Google Maps, vraiment?

FireFly, la technologie qui permet de reconnaître automatiquement un paquet de trucs en y pointant la caméra de l’appareil, et la perspective dynamique, qui analyse en tout temps la position de votre tête par rapport à l’écran et vous permet d’interagir par le mouvement, ce sont deux fonctions qui semblaient dès le départ prometteuses, mais vouées à un lent début.

Pour être utile, et utilisée, FireFly doit offrir un taux de précision de près de 100%, ce qui semble un peu utopique, surtout dans une première version. Et effectivement, il semble que ce ne soit pas le cas, selon ceux qui l’ont essayée.

La perspective dynamique, elle, est fortement dépendante de l’utilisation qu’en font les développeurs d’applications et il est tout à fait naturel qu’ils ne s’y précipitent pas au départ.

Notez cependant qu’il y a au moins une entreprise québécoise, Hibernum, qui a conçu un jeu spécialement conçu pour tirer profit de cette technologie. Ce jeu, Saber’s Edge, sera lancé en même temps que l’appareil, vendredi.

Notons que le Fire Phone ne sera pour l’instant vendu qu’aux États-Unis, et que pour le réseau d’AT&T, au même prix que l’iPhone 5S et le Galaxy S5. Aucune annonce n’a été fait quant à son éventuelle disponibilité au Canada et compte tenu de son fort lien avec l’écosystème d’Amazon, qui n’est pas aussi développé ici, mieux vaudrait ne pas retenir votre souffle.

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité