Kevin Massé

Archive de la catégorie ‘Xbox 360’

Mercredi 28 mars 2012 | Mise en ligne à 9h47 | Commenter Un commentaire

Asura’s Wrath: le dessin animé interactif

Asura-sWrath

Vous vous souvenez de Dragon’s Lair? Ce dessin animé qui ne continuait que si nous avions fait le bon mouvement au bon moment…

Asura’s Wrath, c’est un peu ça, mais «boosté» au stéroïde. Le graphisme est sublime, l’histoire est prenante. Au premier contact, nous pourrions penser à un jeu semblable à God of War. Mais cette fois, nous ne parlons pas de mythologie grecque sanguignollante, mais plutôt de mythologie hindouiste célesto-guerrière.

On ne peut pas dire que le jeu est mauvais. Je lui donnerais trois étoiles. Mais nous devons nous demander si Asura’s Wrath est vraiment un jeu. Comme 20 % du produit demande l’interaction du joueur et que le reste n’est constitué que de cinématiques, la question se pose sans conteste. Les combats contre les «boss» sont excellents, mais le chemin pour s’y rendre est plutôt pathétique.

Tout ça pour dire que je ne trouve pas le principe inintéressant. C’est plutôt le genre de produit qui n’est pas à sa place. Un ovni pour l’instant. Un film interactif. Ni un jeu ni un dessin animé. Plutôt un jeu ET un dessin animé.

Nous aurions pu reprocher la même chose à Heavy Rain. Mais ce dernier impliquait beaucoup plus le joueur.

J’ai aimé l’expérience d’Asura’s Wrath. Les graphiques et la mise en scène y sont sublimes. Et le scénario…

Cette semaine, Capcom a annoncé une panoplie de contenu téléchargeable. Les joueurs auraient accès à huit épisodes supplémentaires pour un total d’environ 15$. Quatre de ces épisodes formeront la vraie finale de l’histoire (oui, 7$ pour la vraie finale), et un autre se présente sous une thématique à la Street Fighter.

Avez-vous aimé ce jeu ou ce dessin animé? En ce qui me concerne, j’apprécie ce qu’il a, mais je reste sur ma faim avec ce qu’il n’a pas assez.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 26 mars 2012 | Mise en ligne à 9h59 | Commenter Commentaires (4)

Ça passe ou ça casse? SSX

Jamais d’autres jeux de glisse n’avaient réussi à me donner le sentiment de liberté et de vitesse que 1080 Snowboarding procurait à l’époque sur N64. Avec SSX, ce sentiment est de retour.
Mon collègue Félix Locas a fait la critique de SSX et semble également l’avoir adoré.

«Trame sonore explosive, contrôles efficaces, pistes saisissantes et non linéaires, sentiment de vitesse franc, mode multijoueurs étoffé… tout y est.»

La critique de Félix est ici» SSX: vague de froid

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Lundi 19 mars 2012 | Mise en ligne à 13h28 | Commenter Commentaires (30)

Mass Effect 3: la fin justifie-t-elle les moyens?

me3_fin

Il y a une chose qui saute au visage lorsqu’on joue à un jeu tel Mass Effect : la jouabilité a beau y être tournée au quart de tour, sans le scénario, le jeu ne serait pas ce qu’il est. Disons qu’il ne serait pas aussi entrainant. La jouabilité est excellente, mais ne nous ferait pas vivre autant d’émotions.

C’est le cas pour plusieurs jeux. Imaginez s’il n’y avait aucune mise en scène dans les jeux Uncharted, Gears of War, Halo ou Assassin’s Creed. Serions-nous aussi empressés de jouer à la suite si le scénario n’était pas entrainant et intrigant?

On peut dire que le scénario et l’univers que cette aventure nous dépeint depuis le tout premier Mass Effect sont presque sans fausse note. Un gage de succès en quelque sorte.

Sauf pour la grande finale proposée dans Mass Effect 3.

Sacrilège. La fin est plutôt cheap et les admirateurs de la série demandent à Bioware d’y apporter des changements (IGN).

Oui c’est vrai. Je vous invite à aller lire ce billet sur le site Game Front sur les justifications qui donnent raison aux admirateurs de ne pas aimer la fin de Mass Effect 3 (merci au Tweet de Ian Richards).

Donc oui, la fin est cheap, confuse, nous laisse sans réponses, ne respecte pas totalement la toile narrative et nos décisions y sont complètement écartées. Cette fin a plusieurs raisons de ne pas être aimée.

Mais faut-il bannir, le point levé, la série au grand complet?

Benoît Gagnon, dans son texte sur Mass Effect 3 et le jeu vidéo comme forme d’art, écrit que la dernière fois qu’il a eu autant d’émotion devant une forme d’art est lorsqu’il a terminé la série Battlestar Galactica. Pourtant, je n’ai vraiment pas aimé la finale de cette série. Mais j’ai aimé la regarder. Plusieurs n’ont pas aimé la finale de Lost, est-ce qu’ils ont jeté leur coffret aux poubelles pour autant? J’ai dévoré chacun des épisodes de Lost un après l’autre.

Peut-on en conclure que dans un jeu, ce n’est pas nécessairement la fin qui importe, mais les moyens d’y accéder?

Pour lire ma critique de Mass Effect 3 c’est ici » Mass Effect 3: consécration magistrale

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « avr    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité