Le blogue photo

Archive, novembre 2016

Mardi 8 novembre 2016 | Mise en ligne à 14h12 | Commenter Commentaires (5)

Réussir un safari photo en 10 étapes

Une expédition en safari photo requiert une grande planification. Récemment  publié dans le National Geographic, le photographe amateur Jacques-André Dupont nous donne ses conseils.

Photo/ Jacques-Andre Dupont

Photo/ Jacques-Andre Dupont

1-Choisir un agent de voyage spécialisé. Il y a des safaris-photos pour tous les budgets. Baisser les couts à tout prix peut s’avérer une mauvaise stratégie, prévient Jacques-André Dupont. «Certaines agences vont limiter la quantité d’essence dans le véhicule, votre guide va donc éviter (à votre insu) des endroits intéressants.» Le photographe suggère par ailleurs de magasiner avec un agent spécialisé en safari.

2- Arrivez tôt et partez tard. Essayez d’avoir un site d’hébergement à l’intérieur du parc, ce qui vous permettra de faire des images dès le lever du jour. « Si vous couchez à l’extérieur, il faut attendre l’ouverture du parc, vous allez manquer de belles images.» En fin de journée, les animaux sont également très actifs. Les guides ont une formation en faune et vont vous aider à repérer les animaux. « Ils ont une connaissance extraordinaire des lieux. Ils peuvent apercevoir des animaux à 300 mètres.»

3-La poussière, votre pire ennemi. Pour éviter la poussière, le photographe ne lésine pas sur les moyens. «C’est un peu fou, mais je m’organise pour ne jamais changer d’objectif. J’amène trois boitiers et trois objectifs! » Il recouvre toujours son sac photo d’un sac en toile. «Amenez-vous un foulard pour couvrir votre visage. La poussière, c’est intense dans un véhicule avec le toit ouvert», explique-t-il.

4-Voyagez le plus léger possible. Jacques-André Dupont a fait plusieurs voyages avec trop d’équipement. Il faut savoir faire des compromis. «Je n’amène plus de flash, ni de monopode  avec moi. En safari vous n’avez pas le droit de quitter le véhicule, un monopode devient encombrant.» Son objectif 500 mm est stabilisé par un «beanbag», déposé sur le toit du véhicule. «J’apporte un sac vide que je remplis sur place avec des haricots secs», dit-il

Photo/Jacques-Andre Dupont

Photo/Jacques-Andre Dupont

Son arsenal est tout de même impressionnant : Un boitier Canon 5D Mark II équipé d’un objectif 24-105 mm, un Canon EOS-1DX Mark II avec un téléobjectif 100-400 mm et un Canon 7D Mark II équipé d’un téléobjectif 500 mm avec un multiplicateur de focale 1,4X donnant une distance focale de 1050 mm.

5-Louez un téléobjectif. Jacques-André Dupont suggère de louer un téléobjectif Sigma 150-600 mm. «La plupart des sujets sont à une distance de 300 à 500 mm. Si vous êtes très proche, ça va vous permettre de faire un beau portrait.» Ce qui n’a pas empêché le photographe de voir plusieurs touristes faire des images avec un téléphone. «C’est épouvantable de voir des gens faire un safari photo avec un iPhone, mais c’est commun. »

6-La prise de vue. Le photographe essaye toujours d’être à la hauteur des yeux des animaux. «J’explique toujours à mon guide que je préfère voir les lions qui sont sur des roches ou dans les arbres, ce qui permet d’avoir une connexion directe avec mon objectif et le regard de l’animal. Il y a un contact qui se fait. C’est un beau moment. N’oubliez pas de toujours laisser un espace vide devant le regard de l’animal.»

Photo/Jacques-Andre Dupont

Photo/Jacques-Andre Dupont

7-Le noir et blanc. Les zèbres, les lions, les éléphants sont de beaux sujets à faire en noir et blanc. «À l’heure du midi, la lumière est moins belle. Je me concentre sur  les animaux à l’ombre sous les arbres qui peuvent donner des images extraordinaires.» Le photographe n’hésite pas à augmenter le contraste pour mieux détacher ses sujets qui sont souvent dans un décor monochrome.

8- La vitesse d’obturation. Le passionné suggère une vitesse d’obturation d’au moins 1/2000 de secondes. « Il faut toujours être prêt, l’animal peut partir en une fraction de seconde, c’est soudain! Quand l’animal tue, il a une rapidité phénoménale. J’en ai manqué des photos… » La technique c’est important, mais selon lui, il faut évoquer l’atmosphère sur place. «Quand on voit un animal, il faut raconter son histoire, le mettre en contexte, dans son environnement.»

9- Soyez patient. En safari, il faut savoir attendre. « Donnez la chance à la nature de vous montrer ses plus belles images. Un guépard assoupi sera possiblement en chasse dans 15 minutes.» La force de la photographie animalière, c’est de voir défiler sous notre objectif le cycle de la vie. «J’ai vu des lions en accouplements. Une bataille entre girafes, qui ressemblait à du tai-chi! J’ai observé une lionne tuer un élan qui  a été projeté à 30 pieds dans les airs. C’était assez spectaculaire.»

10-Amusez-vous!

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2016
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives