Le blogue photo

Archive, juin 2016

Mercredi 1 juin 2016 | Mise en ligne à 15h06 | Commenter Un commentaire

Quand le photographe s’envole

Photo Vincent Ethier

Photo Vincent Ethier

Le photographe Vincent Ethier est un adepte de la photographie aérienne avec des drones. Il nous livre quelques conseils pour bien réussir son entrée dans un monde où la technologie et la réglementation évoluent rapidement.

Transports Canada Faire des images avec un drone demande beaucoup de préparation et de paperasse. « Consultez la bible de Transports Canada. Il y a plusieurs règles de base à respecter, dont celle d’être à neuf kilomètres d’un aéroport. » Explique le photographe. Si vous avez l’intention de faire des images dans un but commercial, la liste des démarches est longue. Pour les images de loisir, heureusement c’est généralement moins compliqué.

Les restrictions En zone urbaine, les restrictions sont nombreuses. « Si vous voulez faire une photo de votre résidence, techniquement, c’est considéré comme un travail commercial. Ça prend un permis », indique Vincent Ethier. Il faut s’éloigner des quartiers résidentiels. « On ne peut pas lever son drone comme cela à l’improviste dans sa cour arrière, on cherche le trouble. Dans un champ, en zone rurale, il n’y a aucun problème. »

Critères pour l’achat d’un drone Le marché des drones est en pleine expansion. Les critères à considérer sont les suivants : la puissance et la stabilité du drone dans les airs, la solidité du châssis et, surtout, la qualité de la caméra (au moins 16 mégapixels.) Les prix peuvent varier, mais, selon Vincent Ethier, on doit prévoir environ 1000 $ pour obtenir un bon produit.

Photo Vincent Ethier

Photo Vincent Ethier

L’interactivité, indispensable Au début, la plupart des drones étaient munis de caméra Gopro. « On faisait des images toutes les cinq ou dix secondes puis on examinait le résultat de nos images en différé après le vol. » Aujourd’hui, la majorité des drones vous permettent de contrôler votre appareil photo en temps réel. Cette interactivité constante avec l’appareil photo vous permet d’ajuster l’exposition, la vitesse, bref, toutes les données relatives à la prise de vue. Prévoyez un pare-soleil pour votre tablette. « C’est impératif », prévient le passionné.

Votre premier drone Il est conseillé de faire plusieurs heures de vol avec un modèle peu cher, avant de faire le grand saut. « Si la personne n’a jamais fait voler un drone de sa vie, il faut se poser la question : combien d’argent êtes-vous prêt à balancer dans le fleuve Saint-Laurent  ? Il y a un apprentissage à faire, il faut développer une orientation en trois dimensions. Vous allez vous écraser avec le drone, c’est assuré, et on ne veut pas faire ça avec un drone de 2000 $! » Un petit modèle quasi indestructible comme le Nano QX, Dromida Ominus peut vous dépanner.

Logiciel d’apprentissage Pour plus de précautions, le photographe propose de s’entraîner à l’aide d’un logiciel de vol. Le logiciel RealFlight Drone Simulator est fortement suggéré. En installant une manette sur votre ordinateur, vous pouvez faire voler plusieurs modèles de drones.

La météo La pluie et la neige sont à éviter. Mais l’ennemi numéro un d’un drone, c’est le vent. « Lorsque les rafales sont prévues, évitez de voler. » Vincent Ethier suggère l’application Hover, qui donne des informations sur les vents. Il est aussi recommandé de consulter l’indice KP (K-Index) qui indique s’il y a des tempêtes magnétiques. « Une des raisons principales des pertes de contrôle est due aux tempêtes géomagnétiques. » L’application Hover et plusieurs sites web fournissent des informations sur l’indice KP.

La prise de vue Pour avoir de bons résultats, le photographe suggère de travailler à deux. « L’idéal, c’est d’avoir un collègue qui pilote le drone avec une manette. Ça me permet de me concentrer sur la photo, de cadrer et de faire mes ajustements sur l’appareil photo avec l’autre manette. En photo, on regarde beaucoup son écran et on oublie le drone, ce qui peut causer des enjeux de sécurité. Il ne faut jamais perdre le contact visuel avec votre drone. »

Photo Vincent Ethier

Photo Vincent Ethier

Les nouveaux modèles Heureusement, l’arrivée récente du Phantom 4 qui est muni d’un logiciel anticollision va beaucoup aider les amateurs. « On ne pourra plus s’écraser sur un poteau de téléphone, le Phantom va le détecter! »

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2016
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives