Le blogue photo

Le blogue photo - Auteur
  • Ivanoh Demers

    Photographe à La Presse, depuis 2002, Ivanoh Demers a réalisé plusieurs photoreportages autour du globe. Il a remporté le prix Antoine-Desilets à quatre reprises, en plus du Concours canadien de journalisme en 2011.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 9 janvier 2014 | Mise en ligne à 20h12 | Commenter Commentaires (4)

    Haïti. Je me souviens.

    Aujourd’hui, l’approche du 12 janvier me plonge encore dans l’angoisse. L’anniversaire du séisme me remémore toujours des souvenirs pénibles et douloureux. Il y a quatre ans, j’étais en Haïti avec Chantal Guy et Dany Laferrière pour couvrir un festival littéraire, et Bang, à 16 h 53, tout a changé.

                                Photo Ivanoh Demers \ La Presse

    PHOTO IVANOH DEMERS / LA PRESSE

    Il y a quatre ans, plus de 250,000 personnes ont rendu l’âme.
    Il y a quatre ans, j’ai vécu les 35 secondes les plus longues de ma vie.
    Il y a quatre ans, pour la première fois, j’ai côtoyé la mort.
    Il y a quatre ans, les Haïtiens étaient plus forts que le goudougoudou , le nom donné au séisme par les habitants de Port-au-Prince.
    Il y a quatre ans, j’ai photographié le petit Samson.

    Le petit Samson Descat PHOTO IVANOH DEMERS / LA PRESSE

    Le jeune Samson Descat PHOTO IVANOH DEMERS / LA PRESSE

    Ironiquement, je suis maintenant souvent étiqueté comme « le photographe qui était en Haïti, PENDANT le tremblement de terre ». Mes images le soir du 12 janvier 2010 ont fait le tour du monde. La une mondiale du Time, CNN, une couverture internationale exceptionnelle. Un rêve pour n’importe quel photojournaliste. Quelques collègues m’ont souligné la chance incroyable que j’ai eue d’être sur place. De pouvoir couvrir la catastrophe en direct. Je réponds à mes collègues aujourd’hui que oui, ce séisme a eu des répercussions importantes dans ma vie professionnelle. Mais entre vous et moi, ce n’est pas très important. Je vous souhaite de ne jamais vivre un tremblement de terre.

    PHOTO IVANOH DEMERS / LA PRESSE

    PHOTO IVANOH DEMERS / LA PRESSE

    Il y a quatre ans, j’ai gagné la loterie. J’ai survécu.

    Il y a quatre ans, j’ai réalisé que j’étais aussi vulnérable que les murs qui sont tombés autour de moi.


    • Merci pour ce témoignage !
      L’horreur en direct.

      Robert Duquette

    • Je reviens de courir le premier marathon d’Haiti à Cap-Haitien, j’ai découvert un pays merveilleux, des gens incroyables et des payasages sublimes. Il serait temps de mettre l’accent sur les aspects positifs de ce pays afin d’inciter les gens à aller le visiter. J’invite les gens à aller dans ce pays et je me suis senti toujours en sécurité. M. Demers il serait intéressant que vous y allez avec votre lentille “positive” et montrer la face cachée de ce pays.

    • Merci Ivanoh de nous rappeler notre propre vulnérabilité. C’est vrai que tu as gagné le gros lot ce jour là. Longue vie à Haïti.

    • JOYEUX CENTENAIRE, LEICA!!

      Je me souviens avec nostalgie de mon vieux M3
      avec son objectif rétractable qui tenait dans une poche de veston…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité