Le blogue photo

Jeudi 26 février 2015 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (7)

Un petit clin d’œil (humoristique) à Yves Bolduc.

PHOTO IVANOH DEMERS/LA PRESSE

PHOTO IVANOH DEMERS / LA PRESSE

La nouvelle du jour, Yves Bolduc a démissionné. Il quitte la vie politique. J’ai trouvé cette photo insolite (prise en 2007), dans mes archives ce matin. À l’époque, il était candidat libéral dans la circonscription du Lac-Saint-Jean. Je faisais un reportage photo de sa campagne en compagnie de mon collègue Patrick Lagacé.

Contexte: Yves Bolduc est arrivé dans un concessionnaire de voitures à Saguenay.  (Rectificatif, un lecteur m’informe que c’est à Alma..!!) Il y avait  une grosse pancarte en carton du porte-parole Martin Matte. Une photo que je partage avec vous -:))

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 25 février 2015 | Mise en ligne à 8h02 | Commenter Commentaires (2)

Profession : photographe de plateau

IVANOH DEMERS / Max Films

La Turbulence des fluides, Ivanoh Demers / Max Films

Avant mon embauche à La Presse, j’ai travaillé comme photographe de plateau sur plusieurs productions québécoises. Le monde du cinéma et télévisuel est un milieu particulièrement fascinant, mais peu connu du grand public. Je vous propose une brève incursion dans les coulisses de La grande séduction et de La turbulence des fluides.

Le rôle du photographe de plateau Le photographe de plateau a une tache très précise, il doit illustrer les moments importants du film. Ces photos serviront plus tard à la promotion dans les journaux et magazines, les communiqués de presse et les affiches. Il a le mandat de photographier des membres importants de l’équipe de production, en l’occurrence le réalisateur. La majorité des photos sont prises lors du tournage, mais une partie des images peuvent aussi être réalisées en studio. Après lecture du scénario, il va s’assurer que ces images transmettent l’essence du film.

L’importance d’avoir un « Blimp » Discrétion oblige, il est primordial d’avoir un « Blimp ». Ce caisson hermétique va réduire le son de votre appareil photo d’environ 90%. Il permet au photographe de travailler sans importuner le preneur de son et aussi, disons-le, les acteurs qui ont besoin de se concentrer. Plusieurs compagnies, Aquatech, Fatboy, et les légendaires caissons Jacobson ont des modèles compatibles avec les boitiers les plus populaires de l’industrie. (Canon, Nikon, etc.) Heureusement, certaines scènes prises à l’extérieur n’ont aucune contrainte de son.

Raymond Bouchard, plateau de La Grande séduction, Ivanoh Demers \ Max Films

Raymond Bouchard, plateau de La Grande séduction, Ivanoh Demers Max Films

Votre meilleur ami, le preneur de son Si vous n’avez pas de « Blimp » vous devez absolument travailler en concert avec le preneur de son. Vous pouvez faire vos photos seulement lors des répétitions, mais ce n’est vraiment pas une situation idéale, car les comédiens vont souvent garder « le jus » pendant les vraies prises. Plusieurs boitiers ont maintenant une fonction silencieuse  qui permet de réduire passablement le bruit du boitier, mais vous serez parfois obligé d‘utiliser un téléobjectif afin de vous éloigner le plus loin possible des micros. Évitez le mode rafale, trop bruyant, lors de la prise de vue.

Communiquer avec les comédiens Votre relation avec les comédiens est la chose la plus difficile à gérer. Laissez l’acteur jouer son rôle, il va vous donner les émotions qui incarnent son personnage. Parfois, vous pouvez diriger un comédien, mais faites attention de respecter sa relation avec le réalisateur. Faire sa place sur le plateau est difficile, car peu de temps dans l’horaire vous est accordé. Il faut être ferme dans vos demandes photo, rapide, et je le répète encore, discret.

La grande séduction, Ivanoh Demers / Max Films

La grande séduction, Ivanoh Demers / Max Films

Technologie de l’image et effets spéciaux Il est fréquent d’avoir des commandes très précises pour les effets spéciaux. Le réalisateur de La Grande Séduction, Jean-François Pouliot, me demandait régulièrement des images de paysages pour intégrer au montage en postproduction. Grâce à la technologie, vos photos peuvent servir à une multitude de fonctions. La résolution des nouvelles caméras permet de faire des captures d’écran de bonne qualité. Mais détrompez-vous, une photo fixe captée avec votre vision, votre compréhension du film, sera plus parlante.

La loi sur le plateau Vous devez respecter l’axe de la caméra et l’éclairage proposé par le directeur photo et son équipe. Une simple requête de garder un comédien dans un décor peut s’avérer difficile. L’équipe d’éclairage peut avoir des contraintes de temps et devoir démonter l’éclairage sur le champ. Vous devez respecter cette hiérarchie. C’est une question d’efficacité. Le plateau doit rouler comme une horloge, sinon, la situation peut rapidement devenir chaotique et couteuse.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 19 février 2015 | Mise en ligne à 16h14 | Commenter Commentaires (4)

L’importance de bien contextualiser une photo.

Les amateurs de hockey connaissent bien ce potin de hockey. Un joueur étoile des Jets de Winnipeg, Evander Kane a récemment été impliqué dans une controverse avec son coéquipier, Dustin Byfuglen. Selon des journalistes dans le milieu du hockey, Byfuglen aurait lancé les vêtements de son coéquipier dans la douche… Zizanie dans le vestiaire des Jets… Conséquence, quelques jours plus tard, Kane était échangé au Sabres de Buffalo.

Trevor Hagan \ Winnipeg Free Press

Trevor Hagan Winnipeg Free Press

Puis cette photo  est arrivée sur le web. Byfuglen dans le vestiaire qui donne un doigt d’honneur à Evander Kane. Wow, une photo qui illustre parfaitement cette situation explosive. Évidemment, la photo a été reprise sur les médias sociaux. Avec des commentaires plus ou moins appropriés. Pourquoi,  je vous parle de cette photo?

Parce que cette photo a été prise bien avant la controverse, il y a plusieurs mois, le 28 octobre 2014. C’est un photographe pigiste du Winnipeg Free Press, Trevor Hagan qui a pris cette image. La photo a été prise avant un match contre les Islanders de New York. Le photographe décrit bien la situation sur le blogue de Greg Wyshynski. En bref, les joueurs déconnaient entre eux et l’atmosphère était plutôt à la blague qu’a la confrontation.

Donc, la question : Doit-on publier cette photo qui a été prise dans un contexte complètement différent ? Dans ce cas, je crois que les gens du Winnipeg Free Press ont bien agi en publiant une légende photo adéquate qui résumait bien la situation. Le problème c’est que lorsqu’une image se retrouve sur les médias sociaux, les internautes s’approprient la photo et souvent le contexte de l’image prend le bord assez rapidement…

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mars 2015
    D L Ma Me J V S
    « fév    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité