Sylvain St-Laurent

Archive de la catégorie ‘Je pense que...’

Vendredi 12 septembre 2014 | Mise en ligne à 12h52 | Commenter Commentaires (4)

Le jour où Vincent Dunn a gagné son contrat

Dunn_VincentPATRICK WOODBURY, LeDroit

Je ne crois pas vous avoir déjà raconté cette histoire.

C’est l’histoire du jour où Vincent Dunn a mérité son contrat de recrue dans l’organisation des Sénateurs.

Ça s’est passé le printemps dernier, au moment où Dunn complétait sa saison avec les Olympiques de Gatineau. Une saison assez houleuse, durant laquelle il avait été convoqué dans le bureau du préfet de discipline de la LHJMQ plus souvent qu’à son tour. Une saison durant laquelle il avait donné beaucoup de maux de tête à ses entraîneurs.

Une saison durant laquelle il avait piqué la curiosité des dirigeants des Sénateurs. Pour écoper d’un aussi grand nombre de suspensions, pour être puni aussi souvent, il faut d’abord jouer sans peur. Et les hockeyeurs qui n’ont peur de rien, c’est rare.

La direction de l’équipe a donc décidé de lui offrir un cadeau. Ils lui ont offert la possibilité d’effectuer un «stage d’observation» de quelques jours à Binghamton.

Dunn a sauté sur la proposition. Il a fait ses valises pour Binghamton. Là-bas, il s’est donné le mandat de travailler le plus fort possible à l’entraînement. Impressionné par ses efforts, Luke Richardson lui a donné la chance d’enfiler le maillot dans un match à la toute fin de la saison régulière.

Il n’était cependant pas assez mûr pour faire partie de la formation débutante des Senators dans leur série contre les Penguins de Scranton/Wilkes-Barre. Et ça, il le comprenait parfaitement.

Le matin du premier match, Dunn faisait partie d’une demie douzaine de réservistes qui patinaient à l’écart. Vers la fin de leur séance d’entraînement, au Broome County Coliseum de Binghamton, le directeur général associé des Sénateurs, Randy Lee, avait une proposition pour tous ces «black aces». Ils pouvaient, s’ils le désiraient, se rendre à Wilkes-Barre en fin de journée pour assister à la partie depuis les gradins.

Environ 150 kilomètres séparent Binghamton et Wilkes-Barre.

Le soir venu, un seul joueur s’est présenté au point de rencontre. C’était Dunn. Il avait enfilé un complet. Pour lui, c’était une soirée de travail. Dans les gradins, il a passé la soirée à parler. À faire des observations sur le jeu. Sur les joueurs. Des observations étonnantes, selon ce que m’a raconté Lee cet été.

Ce soir-là, Dunn a prouvé qu’il était capable de se montrer très sérieux.

Il ne s’est pas arrêté là. Cet été, il a multiplié les voyages à Kanata pour s’entraîner avec le préparateur physique des Sénateurs, Chris Schwarz. La porte du gym de Schwarz est ouverte à tous les membres de l’organisation, chaque jour de l’été. Au fil des ans, les espoirs qui sont originaires de la région n’ont pas tous eu la sagesse d’en profiter.

Dunn veut jouer dans la LNH. Il est encore loin de son but. Bien des choses pourraient le faire dérailler. Mais il a beaucoup de volonté. Impossible de le nier.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Jeudi 11 septembre 2014 | Mise en ligne à 14h09 | Commenter Commentaires (9)

Quand le bilinguisme n’est qu’un «atout»…

microVous cherchez un deuxième emploi à temps partiel pour arrondir vos fins de mois? Vous avez de la gueule? Les Sénateurs ont peut-être quelque chose pour vous.

L’équipe aimerait embaucher un nouvel animateur de foule pour les parties qui seront présentées au Centre Canadian Tire cette saison. L’offre d’emploi officielle m’a fait sourire. Peut-être pleurer aussi, aussi. C’est écrit noir sur blanc, en anglais. «La connaissance du français est un atout».

Doit-on leur répéter une fois de plus? Dans une région où vivent plus d’un million de personnes, il ne devrait pas être trop difficile de trouver un spécialiste des communications capable de s’exprimer dans les deux langues officielles. Le bilinguisme devrait être une compétence obligatoire.

Serait-il baveux de rappeler à la direction de cette équipe qu’à sa première saison, le Rouge et Noir d’Ottawa a vendu plus de 1000 abonnements de saison sur la rive québécoise de la rivière des Outaouais?

J’ai assisté à mon premier match de football à la Place TD, vendredi dernier. Je m’attendais à ce que l’annonceur-maison Mike Sutherland soit excellent. Je n’ai pas été déçu.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Mardi 2 septembre 2014 | Mise en ligne à 11h19 | Commenter Commentaires (11)

Qui sera le prochain capitaine?

Karlsson_ErikPATRICK WOODBURY, LeDroit

À pareille date, l’an dernier, j’étais catégorique. Les Sénateurs avaient besoin d’un nouveau capitaine et, selon moi, Chris Phillips constituait le meilleur candidat. Même s’il n’est plus le joueur qu’il a déjà été, le vétéran défenseur, il était celui qui me semblait le mieux préparé pour succéder à Daniel Alfredsson.

Le rôle du capitaine a considérablement changé au cours des dernières décennies, mais celui qui le détient demeure quand même le porte-parole de ses coéquipiers. Il doit répondre presque chaque jour aux questions des journalistes. À l’extérieur de la patinoire, il se doit d’avoir une conduite irréprochable.

Malgré son expérience, Jason Spezza a trouvé cette pression très lourde à porter l’an dernier. L’expérience ratée à titre de capitaine fait partie des raisons qui l’ont poussé à demander une transaction. Ce n’est pas étranger au fait qu’il a inscrit le nom de plusieurs équipes canadiennes sur la liste des destinations indésirables qu’il pouvait soumettre à la direction.

Le manège est donc à recommencer. Les Sénateurs ont encore besoin d’un capitaine. Ils devront prendre une décision concernant le poste vacant d’ici le début de la saison. Ça leur laisse donc un peu plus de cinq semaines. Je vous présente ici cinq scénarios.

Si vous voulez savoir, j’ai un léger penchant pour les deux premiers…

1 – CHRIS PHILLIPS

Il lui manque 36 matches pour dépasser Alfredsson au sommet de la liste des joueurs qui ont porté le chandail des Sénateurs le plus souvent. C’est une distinction qui lui tient à coeur. Ce sera donc une saison spéciale pour lui. Ça fait longtemps qu’il attend son tour. J’ai beau regarder, je suis incapable de trouver un autre joueur au sein de la formation qui serait autant respecté par ses coéquipiers.

2 – UNE SAISON SANS CAPITAINE

Ça s’est déjà vu ailleurs. Jamais à Ottawa, toutefois. Même durant les années de misère qui ont suivi la naissance de la franchise, au début des années 1990, la direction pouvait compter sur de bons vétérans pour gérer les crises dans le vestiaire. Si jamais Phillips n’est pas jugé apte à remplir le mandat, je me dis qu’on pourrait laisser une saison passer, identifier quatre ou cinq joueurs capables de porter un «A» et voir si un véritable leader se détache du peloton.

3 – CLARKE MacARTHUR

Il ne manque pas de fans dans les médias. Personnellement, je ne le connais pas assez pour me prononcer. Il est brillant, c’est clair. Possède-t-il les capacités nécessaires pour mener un groupe?

4 – ERIK KARLSSON

Il est désormais, sans l’ombre d’un doute, le joueur de concession à Ottawa. Il a 24 ans. Dans la LNH d’aujourd’hui, ce n’est pas trop jeune pour devenir capitaine. De façon générale, les jeunes capitaines — Sidney Crosby, Gabriel Landeskog, Jonathan Toews — se comportent avec beaucoup de maturité. Ce n’est pas nécessairement toujours le cas du numéro 65.

5 – CHRIS NEIL

Les capitaines ne sont pas tous des joueurs d’exception… et les joueurs d’exception ne sont pas tous fait pour jouer le rôle du capitaine. Neil, à mon sens, est un joueur d’exception. Il a passé plus de 2000 minutes au banc des pénalités mais il n’a jamais été suspendu une seule fois. Il est très respecté à Ottawa comme dans les 29 autres villes de la LNH. Mais il ne serait pas heureux avec le «C» sur son chandail. Je suis convaincu que le rôle ne l’intéresse pas.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2014
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité