Sylvain St-Laurent

Archive du 12 janvier 2013

Samedi 12 janvier 2013 | Mise en ligne à 15h13 | Commenter Commentaires (15)

Parce que les directeurs généraux ne sont pas éternels…

Burke_BrianARCHIVES, La Presse

C’est le blogueur/chroniqueur Sean McIndoe qui m’a donné le goût de vous écrire quelques lignes ce weekend.

Après avoir suivi attentivement la conférence de presse où Brian Burke a fait ses adieux à Toronto, ce fan invétéré des Maple Leafs s’est branché sur Twitter pour lancer une prédiction. Burke, selon lui, pourrait facilement devenir le prochain directeur général des Sénateurs.

Vous voulez savoir ce que j’en pense? Ce n’est pas complètement fou. Et avant de me lancer des tomates, je vous prie de prendre le temps de lire ce billet jusqu’à la fin.

Avant longtemps, Eugene Melnyk pourrait bien être obligé d’embaucher un nouveau directeur général pour son équipe de hockey. Il pourrait peut-être même avoir à trouver un successeur à Bryan Murray d’ici la fin de 2013.

Murray a plutôt bien travaillé au cours des deux ou trois dernières années. On peut même aller jusqu’à dire qu’il a fait de l’excellent boulot. Mais il n’a plus 20 ans. Il n’a plus 30, 40 ou même 60 ans, non plus. Le mois dernier, l’homme de hockey qui est originaire de Shawville a fêté son 70e anniversaire de naissance.

Un jour où l’autre, il voudra faire comme tout le monde et prendre sa retraite.

J’ai croisé l’homme qui est en train de reconstruire les Sénateurs à la PBS, en début de semaine. En discutant avec lui pendant une dizaine de minutes, j’ai pu me rendre compte qu’il a l’air en pleine forme. Il n’a rien perdu de son énergie, de sa fougue, de sa passion. Il ne fait certainement pas son âge. Pour tout vous dire, il n’a pas trop vieilli depuis son arrivée à Ottawa, en 2004.

Son contrat est valide jusqu’au 1er juillet 2014, mais il lui arrive parfois de dire, à la blague, qu’il ne se rendra pas jusqu’au bout. Mais il utilise souvent l’humour et la dérision pour passer ses messages. Il s’agit même d’une de ses spécialités.

Rusé, Murray a commencé à préparer sa sortie. Son neveu Tim l’a suivi un peu partout dans la LNH depuis bientôt deux décennies. À Ottawa, il est devenu son principal allié, son adjoint, son bras droit. Le directeur général associé a prouvé au fil des ans qu’il est un fin évaluateur de talent. Si les Sénateurs ont connu du succès au repêchage depuis 2008, s’ils misent aujourd’hui sur des jeunes de talent comme Erik Karlsson, Jared Cowen, Jakob Silfverberg et Stefan Noesen, c’est un peu beaucoup grâce à lui.

Tim Murray se croit sans doute prêt à obtenir une promotion. L’oncle Bryan ne demanderait probablement pas mieux que de lui céder son siège. Reste à voir si M. Melnyk optera pour la continuité quand le moment sera venu.

J’ignore si Brian Burke ferait du bon travail à la barre des Sénateurs. J’ai de grosses réserves à ce sujet. Mais je sais que si M. Melnyk décide de rompre avec la tradition, il pourrait facilement se laisser séduire par un beau parleur. Dans le monde du hockey, Burke est un personnage fort. Dans une entrevue pour un poste clé à Ottawa, ça pourrait jouer en sa faveur. Plus qu’ailleurs.

Mais bon. Quand Sean McIndoe a lancé ce gazouilli dans la Twittosphère cet après-midi, un partisan des Sénateurs à la répartie facile lui a répondu que Burke a remporté la coupe Stanley chez les Ducks d’Anaheim en 2007. Il était alors le directeur général d’une formation qui avait bâtie par Bryan Murray. Si le scénario pouvait se répéter quelques années plus tard…

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2010
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité