Sylvain St-Laurent

Archive du 6 décembre 2012

Jeudi 6 décembre 2012 | Mise en ligne à 14h18 | Commenter Commentaires (11)

Des espoirs survoltés à Binghamton

Pour notre ami Jef08, et pour tous les autres qui suivent avec intérêt le développement des espoirs des Sénateurs à Binghamton, j’ai bavardé avec l’entraîneur-chef Luke Richardson en début d’après-midi.

Nous avons parlé du record qui est à la portée de sa troupe. Neuf victoires consécutives, ça ne s’est jamais vu à Bingo. Si les Senators réussissent à vaincre les Pirates de Portland sur la patinoire du Broome County Veterans Memorial Arena, demain soir, ils vont donc s’inscrire dans le livre des records de l’organisation.

Je lui ai surtout parlé des joueurs qui ont réussi à se démarquer durant les huit dernières parties. Les gardiens y sont évidemment pour beaucoup. Robin Lehner domine outrageusement la Ligue américaine depuis le début de la saison. Après avoir connu des difficultés à ses premières sorties, Ben Bishop a réussi à se redresser. Depuis quelques semaines, les deux se livrent une belle bataille.

Je voulais aussi parler des patineurs. Parce que si le lock-out devait prendre fin dans les prochains jours, au moins un attaquant et un défenseur seraient rappelés à Ottawa par Bryan Murray. Il y aurait peut-être même deux ouvertures pour des défenseurs.

J’ai l’impression que trois candidats sérieux se profilent à la ligne bleue.

Il y a évidemment Mark Borowiecki, qui a toujours été un des favoris de la direction.

«Il est fort, il patine bien, il a du coeur à revendre et il intimide ses adversaires. Même durant les séances d’entraînement, il est toujours préférable de savoir où il se trouve sur la patinoire. Chaque fois qu’il saute sur la patinoire, on a l’impression qu’il joue comme s’il s’agissait de son dernier match en carrière. Son agressivité le mène parfois à commettre des erreurs. Il essaie aussi de se contrôler à certains égards parce qu’il doit passer moins de temps au banc des pénalités», explique Richardson.

Patrick Wiercioch a causé une belle surprise en début de saison. Celui qui présentait un différentiel de – 28 au terme de ses deux premières saisons dans la Ligue américaine domine présentement son équipe avec une fiche de + 11.

«Il est arrivé au camp d’entraînement en grande forme. Il s’est infligé une blessure durant le camp d’entraînement, mais il a su revenir en force au moment même où Jared Cowen nous a quittés. Il a vraiment su saisir cette opportunité. Il joue plus souvent qu’autrement avec André Benoît. Parce qu’il s’est amélioré défensivement, nous n’avons pas peur de l’utiliser dans toutes les situations cruciales. Il devait absolument s’améliorer en défensive pour évoluer dans la LNH. À Ottawa, il sait qu’il ne sera jamais le défenseur offensif numéro un.»

Benoît, le capitaine des Senators, pourrait aussi être rappelé à Ottawa.

À l’attaque, Jakob Silfverberg se détache de plus en plus du groupe. Il n’a pas été facile pour lui de s’habituer au rythme de jeu de la Ligue américaine.  Dans ses 10 premières parties, il a récolté seulement quatre points. Avec huit points à ses huit dernières rencontres, il s’est installé au premier rang du classement des meilleurs marqueurs de son équipe.

«Il est clairement un de nos joueurs les plus intelligents depuis le début de la saison. Dans les dernières semaines, il a compris comment jouer sur les petites patinoires. Il n’avait jamais joué en Amérique du nord auparavant. Il fallait donc lui laisser un peu de temps. Il a marqué un but incroyable contre Syracuse l’autre jour. Il a décoché un lancer sans avertissement, le gardien n’a jamais eu le temps de bouger. Après la partie, Ben Bishop nous disait que Silfverberg marquait des buts comme ça chaque jour à l’entraînement. Ben sait que la rondelle se dirige dans la partie supérieure du côté de la mitaine, mais ça ne change rien. Il n’a pas le temps de bouger pour la capter.»

Richardson dit que Derek Grant connaît aussi un bon début de saison. Dans un troisième ou dans un quatrième trio, il pourrait dépanner les Sénateurs.

En passant, les Senators jouent demain ET samedi soir à domicile. Je vous l’ai sûrement déjà dit, mais je vous le répète aujourd’hui. Entre Binghamton et Ottawa, il y a environ 400 kilomètres à parcourir. Ça se fait bien. Il y a toujours de l’ambiance au BCVMA. Et Binghamton, une ville universitaire, offre un nightlife assez intéressant.

Si vous vous ennuyez vraiment du hockey…

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité