Sylvain St-Laurent

Sylvain St-Laurent - Auteur
  • Sylvain St-Laurent

    Sylvain St-Laurent fut jadis un grand fan de Guy Lafleur, Wayne Gretzky et Mike Bossy. Aujourd'hui, il raconte les exploits de Sidney Crosby, Derick Brassard et Daniel Alfredsson à une nouvelle génération de lecteurs.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 26 octobre 2012 | Mise en ligne à 7h15 | Commenter Commentaires (6)

    Quand on se compare, on se console

    Je trouvais que mon ami et collègue Ian Mendes était chanceux de couvrir la Série mondiale de baseball. Au moins, lui, il n’a pas besoin de trop se préoccuper de ces négos qui ne progressent pas.

    Finalement, il n’est pas si chanceux que ça.

    Quel pro, quand même.

    Bon weekend.


    • Toi tu es a Bingo couvrir les B-Sens, lui il est a SF !

      As tu un probleme avec ton boss Sly ??? Demandes des trucs a ton ami sur comment avoir des assignations plus glamour :):):)

    • Le journaliste sportif le plus chanceux en ce moment est celui qui couvre les activités des Barons d’Oklahoma City, l’équipe la plus spectaculaire de toute l’histoire de la AHL.

    • C’est pas les Baby Sens l’équipe la plus spectaculaire de la LAH? (je plaisante)

      Je regarde leurs statistiques: Stone, Silfverberg, Zibanejad, Pageau… un grand total de 1 but après 5 matches.

      Dans le fond, c’est peut-être un mal pour un bien que le lock-out se prolonge, ça va leur permettre de faire leurs classes avec moins de pression.

    • Chic type ce Mendes.

    • Sylvain,

      Est-ce que tu as entendu parler des rumeurs que les Senators seraient à vendre?

    • @watain
      je n’ai pas entendu parler des rumeurs mais disons qu’en tant que lointain témoin de l’évolution des Sens eh bien ça ne m’étonne pas du tout… Melnyk est d’abord et avant tout un homme d’affaire et lorsqu’il voit la tangente que prennent les rumeurs de négos (dans laquelle on voit que les joueurs sont prêt à réduire leur part des profits mais seulement si les équipes bonifient leur système de partage de revenus) eh bien Melnyk voit bien qu’il sera très difficile de contrôler sa marge de profit s’il est constamment obligé de mettre une partie dans un fond pour aider les équipes en difficulté… En fait, je persiste à dire que les Sens sont certainement parmi les équipes qui se font le plus avoir dans cette histoire de lock-out car je trouve qu’ils représentent une des équipes ”rentables” non pas à cause de leur marché acquis (comme Toronto ou bien Montréal) mais bien parce qu’ils dépensent de façon responsable (contrairement à Vancouver par exemple qui ne rêvent que de la Coupe Stanley et ont une beaucoup trop grosse masse salariale par rapport au possibilité de revenus que représente leur marché).

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2012
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité