Sylvain St-Laurent

Archive, mars 2012

Samedi 31 mars 2012 | Mise en ligne à 12h23 | Commenter Commentaires (21)

Pourquoi pas Dorion?

Dorion_PierreARCHIVES, LeDroit

PHILADELPHIE — Serge Savard a été catégorique dans ses propos. Le prochain directeur général du Canadien de Montréal devra être bilingue.

En consultant la liste des candidats qui sont ressortis dans un sondage CROP-La Presse, je comprends que les Québécois souhaitent aussi que le successeur de Pierre Gauthier parle français.

Un seul truc me tracasse. Personne n’a pensé à Pierre Dorion?

Le directeur du personnel des joueurs des Sénateurs a fait un boulot colossal au cours des dernières années. Il est bilingue. Il a de l’expérience. Il ne cherche pas constamment à se retrouver sous les projetcteur. Il jouit malgré tout d’une réputation très favorable à travers la Ligue nationale de hockey.

Il connaît et comprend le marché montréalais pour avoir travaillé pendant 11 ans dans l’organisation du Canadien.

Je vous avertis tout de suite. Le premier qui me parle du repêchage de 1998, d’Éric Chouinard ou de Simon Gagné, je le mords. Tous les dépisteurs finissent par trébucher un jour ou l’autre.

Dorion s’est quand même bien racheté, 10 ans plus tard. Il a convaincu Bryan Murray de repêcher un défenseur de 160 livres en première ronde…

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






Vendredi 30 mars 2012 | Mise en ligne à 9h57 | Commenter Commentaires (10)

Réponse à Denis Gratton

229746_10150260834622041_545137040_7907011_8074224_n

Je te sens tendu, mon Denis.

C’est pas des farces. Je ne t’ai pas vu comme ça depuis le matin du 7 août dernier, au club de golf Héritage, juste avant le début de ton duel avec Jean-François Plante à la Coupe LeDroit.

Dans ta chronique d’hier matin, tu me demandes de passer un message à tes favoris.  Si je comprends bien, tu veux que les Sénateurs mettent toute la gomme dans leurs parties contre les Islanders de New York et contre les Hurricanes de la Caroline. S’ils peuvent battre ces deux équipes qui ne participeront pas aux séries éliminatoires, ils pourront se permettre de perdre une ou deux parties contre des équipes qui les devancent au classement d’ici la fin de la saison.

C’est bien ça?

Es-tu bien certain que c’est le message que tu veux lancer aux joueurs?

Sans être dans le secret des dieux, je suis pas mal convaincu que Paul MacLean leur dira tout le contraire.

Vois-tu, il reste moins de 10 jours à écouler à la saison régulière. Pour s’assurer de participer aux séries éliminatoires, les Sénateurs devront se comporter comme si elles avaient déjà commencé.

Les Capitals de Washington et les Sabres de Buffalo le font. Ils signent victoire après victoire contre des équipes qui, en théorie, sont plus fortes.

S’ils réussissent à tenir le coup, les Sénateurs obtiendront le privilège d’affronter un club pas mal plus puissant dans une série de sept rencontres.

Aussi bien s’y mettre sans plus tarder.

T’es pas d’accord?

En fait, si j’étais à la place de MacLean, si je devais mettre l’accent sur un des cinq derniers matches, je mettrais mes joueurs au défi d’offrir leur meilleure performance jeudi prochain contre les Bruins de Boston à la Place Banque Scotia.

Il serait peut-être utile de laisser un mauvais souvenir aux champions en titre de la coupe Stanley, au cas où ils devaient passer par la capitale canadienne lorsqu’ils recommenceront à défendre leur titre.

Voilà ma réponse.

Et je veux te dire que même si je te sens tendu, je ne suis pas trop inquiet pour toi. Si je me souviens bien, tu as sacré une volée à JFP au club Héritage. Depuis le jour où nous avons soulevé la coupe ensemble, je sais que tu es capable de composer avec la pression.

Essaie de passer un beau week-end quand même.

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






Jeudi 29 mars 2012 | Mise en ligne à 9h48 | Commenter Commentaires (12)

Un premier but en 15 parties pour Stéphane Da Costa

DaCosta_StephaneMARTIN ROY, LeDroit

En rédigeant son compte-rendu du match d’hier soir, la journaliste attitrée à la couverture des Senators de Binghamton a mis l’accent sur l’expulsion de Kurt Kleinendorst.

Le pauvre gars doit être terriblement frustré. Une saison de misère tire à sa fin. Ses émotions ont pris le dessus. Ça se peut.

Personnellement, j’ai accroché sur un petit détail mentionné au beau milieu de l’histoire. Le centre Stéphane Da Costa a ouvert la marque. Il a donc mis fin à une léthargie qui durait depuis 14 parties.

Lorsqu’il a été cédé aux mineures, vers la fin du mois de novembre, la direction lui avait laissé savoir qu’il reviendrait à Ottawa dès qu’il serait un meilleur joueur. Quand ils ont eu besoin d’aide, depuis, ils ont fait appel à Jim O’Brien, André Petersson et Rob Klinkhammer.

À Ottawa, Paul MacLean reprochait à Da Costa de ne pas suffisamment s’impliquer en défensive.

À Binghamton, il présente un différentiel de moins 13…

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité