Sylvain St-Laurent

Archive, janvier 2011

Lundi 31 janvier 2011 | Mise en ligne à 23h14 | Commenter Commentaires (2)

Butler, étoile parmi les étoiles

Butler_BobbyPATRICK WOODBURY, LeDroit

SHORT HILLS, New Jersey – Le Match des étoiles de la Ligue américaine vient de se terminer et les représentants des Senators de Binghamton ont plutôt bien paru.

En récoltant quatre points, Bobby Butler a même mérité le titre de joueur par excellence de la partie qui a été disputée à Hershey, en Pennsylvanie.

Bon. Un titre de joueur par excellence dans un match des étoiles, ça vaut ce que ça vaut. C’est quand même mieux que rien du tout.

Je crois aussi que Butler n’a pas reçu toute la reconnaissance qu’il méritait lors de son dernier séjour dans la LNH. Dans le désastre qu’avait été le match du 21 janvier contre le Canadien de Montréal, il avait même été — à mon humble avis — le meilleur joueur de son équipe.

Avec la façon dont se profilent les choses, Butler aura son poste à Ottawa lorsque débutera la prochaine saison.

En attendant, d’autres jeunes espoirs des Sénateurs obtiendront une chance de montrer ce qu’ils peuvent faire d’ici la fin de la saison.

Robin Lehner et Colin Greening ont été rappelés de Binghamton aujourd’hui. Ils affronteront les Devils du New Jersey demain soir.

Je connais bien peu de choses de Greening, mais j’ai bien hâte de voir s’il peut jouer au hockey au plus au niveau. Le type vient de passer quatre années sur les bancs de l’université Cornell. À sa dernière saison, il était capitaine de son équipe de hockey et il a mérité le titre de hockeyeur-étudiant de l’année en première division de la NCAA.

Il ne marquera sans doute jamais 50 buts dans la LNH, mais il est assez costaud pour s’imposer physiquement.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Lundi 31 janvier 2011 | Mise en ligne à 7h19 | Commenter Commentaires (8)

Souvenir d’une journée comme aujourd’hui…

Emery_RayARCHIVES, Cyberpresse

La pause du Match des étoiles est terminée. Les Sénateurs s’entraînent quand même un peu plus tard que d’habitude, vers 14 h. Ça devrait donner le temps à tous les joueurs qui ont passé le week-end à l’extérieur du pays — et ils sont nombreux — de rentrer à la maison.

Tout cela me rappelle une journée mémorable «sur le beat» du hockey.

Le 27 janvier 2008, les étoiles de la LNH s’étaient affrontées au Philips Arena d’Atlanta. Le 28, je m’étais levé tôt pour grimper sur le premier vol Atlanta-New York afin d’aller rejoindre les Sénateurs. Ces derniers avaient une séance d’entraînement prévue au beau milieu de l’après-midi dans un petit aréna de hockey mineur de Long Island. Ils s’entraînaient là-bas en prévision de leur match du 29 contre les Islanders.

Vous suivez toujours?

Le 28 janvier 2008, la direction des Sénateurs avait donné deux choix à ses joueurs. Ils pouvaient grimper à bord de l’avion nolisé par l’équipe en matinée pour faire le vol Ottawa-New York. Ils pouvaient aussi se rendre à Long Island par leurs propres moyens.

Dans le lobby de l’hôtel où je logeais, au centre-ville d’Atlanta, un collègue-prophète m’a lancé aux environs de cinq heures du matin qu’il s’inquiétait pour un joueur. Il était convaincu que Ray Emery n’arriverait pas à Long Island à temps.

Comme défaite, lorsque la séance d’entraînement a débuté, tous les patineurs se trouvaient sur la glace, mais il manquait un gardien.

Rayzor a franchi les portes avec une bonne vingtaine de minutes de retard, avec sa démarche nonchalante et son air vaguement désintéressé.

On dit aujourd’hui que c’est la goutte qui a fait déborder le vase. Cinq mois plus tard, son contrat a été racheté et il a pris le chemin de la Russie.

Je vous raconte tout cela ce matin parce que vous avez peut-être raté ce texte de la Presse canadienne, publié récemment. Emery se dit prêt à effectuer son retour au jeu dans la Ligue nationale.

Il dit qu’il a beaucoup grandi et qu’il ne commettra pas les mêmes erreurs cette fois.

Dans les médias d’Ottawa, on peut bien trouver une ou deux personnes qui croient qu’il devrait effectuer son retour au sein de l’organisation où il a connu le plus de succès.

Personnellement, je crois que les Sénateurs doivent aller de l’avant. S’ils veulent vraiment construire quelque chose de neuf, mieux vaut miser sur des joueurs nouveaux.

Mais bon. Chacun a droit à son opinion…

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Mercredi 26 janvier 2011 | Mise en ligne à 9h49 | Commenter Commentaires (15)

Les problèmes des Sénateurs selon Rob Ray

Les problèmes des Sénateurs s’expliquent assez facilement.

Un mauvais entraîneur. Un capitaine trop vieux. Un groupe de joueurs désintéressés.

En moins de trois minutes, durant une intervention sur les ondes d’une station de radio de Buffalo, mardi matin, l’ancien homme fort Rob Ray a très facilement résumé tout ce qui fait en sorte que son ancienne équipe «est dans le gros trouble» cette saison.

Ray a joué très exactement 900 parties dans la LNH entre 1990 et 2004. Il a joué les 889 premières chez les Sabres et les 11 dernières chez les Sénateurs.

Il a eu le mérite, au moins, de s’en prendre à des joueurs qu’il connaît.

Daniel Alfredsson? Il demeure un grand joueur, mais il commence à se faire vieux. Il passe trop de temps sur la patinoire. Si on se contentait de l’utiliser pendant 14 ou 15 minutes, il serait beaucoup plus utile à son équipe.

Jason Spezza? Il est complètement disparu.

Chris Neil? On dirait qu’il a perdu la flamme. Il n’est plus aussi détestable qu’avant.

Ray croit que ses anciens coéquipiers ont perdu leur passion de jouer parce qu’ils sont dirigés par un mauvais entraîneur.

«Ils ont perdu leur étincelle et le gars qui se trouve derrière le banc est largement responsable. Depuis le départ, ils n’ont jamais pu blairer ce Clouston. Ils ont quand même travaillé fort pour lui pendant un petit bout de temps au début, mais il n’a pas été capable de motiver ses troupes à long terme…»

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    D L Ma Me J V S
    « mar   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité