Sylvain St-Laurent

Sylvain St-Laurent - Auteur
  • Sylvain St-Laurent

    Sylvain St-Laurent fut jadis un grand fan de Guy Lafleur, Wayne Gretzky et Mike Bossy. Aujourd'hui, il raconte les exploits de Sidney Crosby, Derick Brassard et Daniel Alfredsson à une nouvelle génération de lecteurs.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 1 octobre 2010 | Mise en ligne à 10h22 | Commenter Commentaires (5)

    Les gardiens, encore et toujours…

    Deux_gardiensPatrick Woodbury, LeDroit

    Deux semaines et six matches hors-concours plus tard, on se pose toujours la même question au camp des Sénateurs d’Ottawa.

    Brian Elliott ou Pascal Leclaire?

    Au tournoi de golf annuel de l’équipe, le 16 septembre, Cory Clouston a déclaré que ses deux gardiens partaient sur un pied d’égalité dans la course pour l’obtention du poste de titulaire.

    Hier matin, il a essentiellement dit que personne n’avait réussi à prendre les commandes.

    Elliott et Leclaire, qui ont tous les deux été moyens jusqu’ici, obtiendront chacun une dernière chance de se faire valoir ce week-end, dans la série aller-retour contre les Rangers de New York.

    Pas trop rassurant, n’est-ce pas?

    Ailleurs, on commence à se préparer pour le début de la saison. À Ottawa, l’entraîneur affirme qu’il a vu des «signes encourageants» chez ses deux gardiens même «s’ils n’ont pas vraiment été excellents» jusqu’ici.

    On dirait que rien ne bouge.

    C’est justement ça, le plus inquiétant, si vous voulez mon avis.

    Elliott, c’est Elliott. N’importe quelle équipe serait chanceuse de le compter comme gardien de buts numéro deux. Ce serait beaucoup lui demander, toutefois, d’exceller de façon constante pendant 60 parties ou plus.

    Reste Leclaire, qui est payé comme un gardien numéro un. Qui jouera sa carrière au cours des prochains mois. Qui doit prouver à tout le monde que ce qui s’est produit l’an dernier n’était qu’un simple accident de parcours.

    Qui, jusqu’ici, joue et se comporte exactement comme l’an dernier.

    On a souvent l’impression que Leclaire joue du gros hockey, même quand il alloue quatre ou cinq buts, parce qu’il lui arrive fréquemment d’effectuer des arrêts incroyables pour voler des buts certains à ses adversaires.

    Quand Rick Wamsley a été embauché à titre d’entraîneur des gardiens, cet été, il a balancé cette déclaration troublante de vérité.

    «Ses qualités lui permettent de réussir des arrêts extraordinaires que peu de gardiens peuvent réussir. Nous devrons lui montrer certains trucs qui lui permettront de réussir tous les petits arrêts de routine qui lui permettront de faire grimper son taux d’efficacité et de faire baisser sa moyenne de buts alloués.»

    On dit que Leclaire n’a pas mal joué, au camp, lors de ses sorties contre le Canadien de Montréal et contre les Maple Leafs de Toronto. Il n’a pas alloué un seul mauvais but, écrit-on encore une fois ce matin.

    Il a quand même laissé passer huit rondelles au total et il a encaissé deux défaites.

    Après ces deux parties, comme toujours, il a laissé entendre qu’il ne fallait pas en faire tout un plat. Après une mauvaise performance, il n’a jamais l’air trop fâché. Il finit toujours par dire, sur un ton calme et posé, qu’il essaiera de faire mieux demain.

    «Les erreurs qu’on commet dans les matches hors-concours sont moins coûteuses que les erreurs qu’on commet dans les parties hors-concours sont moins coûteuses que les erreurs qu’on commet durant la saison régulière», a-t-il dit après avoir alloué deux buts dans la deuxième moitié de la troisième période pour laisser filer une avance contre Toronto.

    Je ne sais pas trop ce que vous en pensez, mais personnellement, je suis de moins en moins d’accord avec lui.

    Le hockey, répète Leclaire, ce n’est pas la fin du monde.

    Je lui répondrais que, des fois, c’est un peu la fin du monde.


    • Très d’accord avec toi Sylvain, si sans la pression de ” vrai ” match c’ est soso, imagine quand il va avoir de la pression…C’ est peut-être pas la fin du monde mais ça pourrait être la fin de sa carrière.

    • C’est une force de Leclaire que de rester calme malgré la pression, mais moi aussi, je me suis quelque peu lassé à la longue de ses “c’pas grave” et de ses “y’a rien là”. À l’entendre, ses buts sont presque toujours le résultat de sempiternels “bad bounces”, et vogue la galère, demain sera un autre jour! Sauf que les Sens ne feront pas les séries avec un gardien no 1 dont la moyenne d’efficacité est sous les .900. Surtout que Volchie ne sera pas là cette année pour bloquer autant de lancers.

    • je déteste l’attitude de Leclaire. Il est du même moule que Carey Price. Du je-m’en-foutisme à son meilleur.

      J’aime beaucoup plus l’attitude de Lehner qui arrive comme un guerrier et qui veut être meilleur que tout le monde.

      Les deux sont à leur dernière année de contrat donc j’ai bien hâte de voir ce qui va se passer d’ici l’an prochain.

    • On va voir l’an prochain quand il sera dans la meme situation que Theodore si CEST PAS GRAVE ! Leclaire est comme Marc Denis : Ben bon avec une equipe poche, avec une equipe respectable, pas capable d’elever son jeu !! Ca doit etre l’air de Columbus :)

      @Sylvain: penses tu on pourrait envoyer Leclaire a Bingo si les performances ne sont pas la question de soustraire son salaire? Pourquoi ne pas y aller avec Theodore justement au besoin ????

    • Tout n’est pas si noir car le jeune Lehner nous laisse croire qu’il sera solide et en l’envoyant à Binghampton on le reverra dès la première blessure. Avec Leclaire comme gardien on peut donc prévoir qu’on va le rappeler d’ici 3 semaines.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité