Sylvain St-Laurent

Archive du 24 juin 2010

Jeudi 24 juin 2010 | Mise en ligne à 19h01 | Commenter Commentaires (7)

Murray recule

Murray_BryanPatrick Woodbury, LeDroit

LOS ANGELES - Il y a environ quatre heures, dans une grande salle de l’hôtel où la direction des Sénateurs loge, à Santa Monica, Bryan Murray a quitté la salle où il est enfermé avec ses dépisteurs pour aller discuter avec les représentants des médias.

Son message? Jason Spezza ne sera pas échangé.

«Il ne se passe rien du côté de Jason en ce moment. Vraiment, toute cette histoire a pris des proportions démesurées. Je vous répète qu’il ne se passe rien», a-t-il déclaré.

Il a ensuite insinué que les journalistes ont gonflé toute l’affaire. Bien sûr.

Il a pourtant été celui qui, lundi, a mis le feu aux poudres en confirmant dans une autre mêlée de presse que son centre numéro un ne s’objecterait pas à une transaction.

«Je n’ai jamais essayé de l’échanger. J’étais curieux de voir si mon téléphone sonnerait. J’ai effectivement reçu quelques coups de fil. L’histoire ne va pas plus loin.»

Je continue de penser que les Sénateurs seront actifs ce week-end. Murray a encore parlé de son choix première ronde — le 16e — qu’il pourrait bien troquer. Il aimerait en retour obtenir une autre sélection vers la fin de la première ronde et un choix de deuxième ronde.

Ne soyez pas surpris, non plus, si un ou deux joueurs d’expérience qui  font partie de l’équipe depuis un bon moment — des attaquants, tout particulièrement — changent d’adresse ce week-end.

Un feeling, comme ça.

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Jeudi 24 juin 2010 | Mise en ligne à 9h58 | Commenter Commentaires (4)

L’agent de Regin est un grand rêveur

Regin_PeterPatrick Woodbury, LeDroit

LOS ANGELES – Peter Regin est un jeune homme très intelligent.

Son agent, en revanche, nous donne l’impression d’être un moyen hurluberlu.

Dans une entrevue accordée à un réseau de télévision danois, Bjarne Madsen suggère aux Sénateurs de ne pas trop lésiner dans les négociations avec son client, qui sera dans une semaine joueur autonome avec compensation.

Selon ce que les sites de traduction disponibles sur le web nous permettent de comprendre, il croit qu’une autre équipe pourrait être tentée de lui offrir un contrat. Il donne l’exemple des Oilers d’Edmonton qui, en 2007, avaient offert un contrat de sept ans d’une valeur de 50 millions $US à Thomas Vanek.

Tout le monde a le droit de rêver.

Regin a connu une intéressante première saison, c’est vrai. Il peut même se vanter d’avoir été le meilleur attaquant de son équipe en séries.

Il devra quand même probablement se contenter d’un contrat à court terme durant lequel il devra continuer à prouver qu’il a le potentiel nécessaire pour devenir un attaquant de premier plan dans la LNH. Et il devra le faire à Ottawa.

Les équipes qui osent courtiser les joueurs autonomes avec compensation sont rares. Le prix à payer à l’équipe qui se fait voler — plusieurs choix de repêchage — est souvent beaucoup trop important.

Quand la direction des Oilers a essayé d’arracher Vanek aux Sabres de Buffalo, il venait de connaître une saison de 43 buts.

À sa première saison complète dans la LNH, l’hiver dernier, Regin a inscrit tout juste 29 points.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité