Sylvain St-Laurent

Archive du 22 mars 2010

Lundi 22 mars 2010 | Mise en ligne à 12h28 | Commenter Commentaires (9)

Les gardiens doivent en donner plus

Leclaire_Pascal
Je n’étais pas à Dallas, samedi. Je peux donc uniquement me fier aux faits saillants que j’ai pu voir et aux textes écrits par mes confrères.

Ainsi, Pascal Leclaire n’a «pas vraiment alloué de mauvais buts» contre les Stars. ?Il en a quand même laissé passer cinq. ?Cinq autres. Ça commence à faire beaucoup.

J’ai écrit sensiblement la même chose, la fin de semaine dernière, quand j’ai vu Leclaire encaisser cinq buts et subir la défaite à Vancouver.

Le gardien le plus expérimenté des Sénateurs avait fait tout ce qu’il pouvait contre les Canucks. Il n’avait pas été très bien appuyé par sa défensive.? Il avait quand même alloué cinq buts. ?Cinq buts à Vancouver. Cinq autres à Dallas.

On appelle ça comment, un gardien de buts qui laisse passer 10 buts en deux parties dans la Ligue nationale? ?Vous avez vu comme moi la réaction de Leclaire lorsque Cory Clouston l’a retiré du match contre les Stars.? Vous l’avez vu donner un coup de pied dans le vide et lancer très maladroitement son biscuit par terre.? Vous l’avez vu poser des gestes qui ne lui ressemblent pas.

Un dépisteur parlait récemment du rôle de gardien dans un marché canadien. ?Il parlait de Vesa Toskala et d’Andrew Raycroft à Toronto. Il parlait de José Théodore et de Carey Price à Montréal. Il parlait de la liste — qui s’allonge constamment — sur laquelle on trouve tous ceux qui ont fait patate à Ottawa.

Il disait que, dans un monde où la pression médiatique est de plus en plus forte, de moins en moins d’athlètes peuvent jouer ce rôle. ?Tôt ou tard, ceux qui ne possèdent pas une énorme force de caractère finissent par craquer. ?Leclaire serait-il la dernière victime?

Quand il est arrivé à Ottawa avec une jambe immobilisée dans un plâtre, l’an dernier, il s’est affiché comme celui que rien ne dérangeait.? Sauf pour quelques épisodes où il a démontré des petits signes d’impatience, cette saison, il a maintenu le cap. ?Encore samedi, après la partie, il répétait que les choses peuvent rapidement changer dans le monde du hockey.

«Ce n’était pas mon meilleur match, mais je ne pense pas que j’ai été si pire que ça non plus, il y a eu quelques mauvais bonds. Je dois cependant trouver le moyen de faire un gros arrêt à un moment donné», a-t-il déclaré.

C’est vrai. Les choses peuvent changer.

Il reste quand même de moins en moins de temps pour renverser la vapeur.?En fait, vu les circonstances, on pourrait même dire qu’il ne reste plus de temps du tout.

Vous avez vu le classement de l’Association Est, ce matin?? Trois équipes sont nez à nez au milieu du peloton de tête.? Les Sénateurs, les Flyers de Philadelphie et le Canadien de Montréal ont tous joué 72 parties. Ils ont tous 79 points.

Pour l’instant, les Sénateurs détiennent le cinquième rang parce qu’ils ont l’avantage au bris d’égalité.? Tout cela pourrait bien changer rapidement.? Une défaite à Montréal, ce soir, et ils se font devancer par le Canadien. ?Une autre contre les Flyers, demain à la Place Banque Scotia, et ils se réveillent en septième position.

S’il est vrai qu’on peut souvent faire dire ce qu’on veut aux statistiques, certaines sont plus difficiles à ignorer que d’autres.? En consultant le même classement, ce matin, on se rend compte que les Sénateurs présentent un différentiel qui détonne.? Ils figurent présentement à moins 18. Ils ont marqué 194 buts et ils en ont alloué 212.

Les autres équipes qui participeraient aux séries — si elles débutaient aujourd’hui — se situent entre moins cinq et plus 80.? Ce n’est pas compliqué. Durant ce mois de mars où ils ont conservé une fiche de 1-7-1, les Sénateurs sont à moins 17.? Ils sont à moins 17, entre autres, parce que leurs gardiens ont connu trop de matches comme celui de samedi.

«Pas mon meilleur match, mais pas si pire que ça non plus.»

En ce début de semaine très importante pour les Sénateurs, la situation pourrait difficilement être plus claire.? Brian Elliott, comme Pascal Leclaire, peuvent encore faire la différence. S’ils ont encore quelque chose dans le ventre, le temps est venu, plus que jamais, de le montrer.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2010
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité