Sylvain St-Laurent

Jeudi 16 avril 2015 | Mise en ligne à 8h26 | Commenter Commentaires (95)

Viser la culotte et frapper le poignet?

On m’a servi un argument intéressant, tard hier soir, pour défendre P.K. Subban.

Mon ami Sean Gordon, journaliste au Globe and Mail, m’a fait remarquer que Subban a tourné la tête juste au moment où il s’apprêtait à frapper Mark Stone. Il n’a peut-être pas réalisé tout de suite qu’il avait touché son poignet. Il voulait peut-être simplement lui donner un bon coup sur la culotte.

Peut-être.

Un coup de bâton sur la culotte, ça déconcentre. Ça dérange. Ça peut même causer un léger accès de colère. Mais ça ne fait jamais très mal.

Personne ne se retrouve à l’infirmerie après avoir reçu un coup de «Sher-Wood» sur la culotte.

Parce que j’ai toujours eu beaucoup de respect pour le compétiteur qu’est Subban, j’ai très hâte d’entendre sa version des faits.

S’il a vraiment visé le poignet, je n’aurai pas le choix de considérer qu’il est un joueur dangereux et vicieux. Les chevilles et les poignets sont des parties extrêmement fragiles du corps humain. L’équipement de hockey ne protège pas très bien les joueurs à ces deux endroits. À 25 ans, le défenseur numéro un du Canadien sait ce qu’il fait sur une patinoire. S’il a vraiment visé le poignet droit de Stone, son intention était claire. Il voulait le blesser.

En tous cas, Subban aurait difficilement pu mieux choisir sa victime. Stone, Erik Karlsson et Jean-Gabriel Pageau sont les trois patineurs les plus importants des Sénateurs dans cette série.

Une suspension pour le numéro 76? Ça me surprendrait. Énormément.

On sait tous que les dirigeants de la Ligue nationale sont frileux. Ils hésitent toujours à sévir contre les vedettes. C’est encore pire dans les moments cruciaux de la saison.

Note aux partisans des Sénateurs: si jamais le bureau de Stéphane Quintal impose une sanction-bonbon, n’allez pas crier à l’injustice. Il ne s’agira pas d’un cas de favoritisme envers Montréal. Dans le cas contraire — un coup de hache de Karlsson sur Alex Galchenyuk, par exemple — il agirait de la même façon.

Lire les commentaires (95)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 19 mars 2015 | Mise en ligne à 4h59 | Commenter Commentaires (53)

Beezer, Jiggy et le Hamburglar

Vanbiesbrouck_John

Le soleil a peut-être un peu trop tapé sur la tête de Bryan Murray, ces derniers jours, à la rencontre des directeurs généraux de la LNH qui se déroulait à Boca Raton, en Floride.

Il faut que ce soit ça.

Avant de quitter la rencontre, le directeur général des Sénateurs a passé pour une dernière fois devant les journalistes. Il s’est permis deux comparaisons plutôt audacieuses, quand on lui a parlé de son gardien Andrew Hammond.

Ainsi, le Hamburglar lui rappelle deux gardiens qu’il a côtoyés plus tôt durant sa carrière: John «Beezer» Vanbiesbrouck et Jean-Sébastien «Jiggy» Giguère.

Ces deux gardiens ont permis à des équipes dirigées par Murray directement en finale de la coupe Stanley!

Ces deux gardiens ont aussi connu de très longues carrières dans la LNH. Vanbiesbrouck a gagné le trophée Vézina et il fait partie du club des 300 victoires. Giguère possède une bague de la coupe ainsi qu’une réplique miniature du trophée Conn-Smythe.

Visiblement, Murray n’a pas peur d’exposer son gardien recrue à la pression.

J’ai d’ailleurs très hâte de voir comment il va se comporter ce soir, le Hamburglar. La semaine dernière, les Sénateurs ont figé quand est venu le temps d’affronter les Bruins de Boston dans ce qui était le match le plus important de la saison. Neuf jours plus tard, mes attentes envers les jeunes patineurs ne sont pas trop élevées. Je serais très surpris qu’ils réagissent différemment. Hammond, par contre, n’a pas encore eu le privilège de se mesurer à Boston. À date, la grosse machine de la LNH n’a pas trop l’air de l’impressionner. Il s’apprête quand même à passer son plus gros test.

Lire les commentaires (53)  |  Commenter cet article

 

Dimanche 15 mars 2015 | Mise en ligne à 12h46 | Commenter Commentaires (37)

Quand l’Église s’en mêle…

Hammond_AndrewSIMON SÉGUIN-BERTRAND, LeDroit

On sait maintenant pourquoi Andrew Hammond connaît une aussi forte séquence…

«Je suis allé à l’église hier. Je n’avais pas mis le pied à l’intérieur que notre curé me courait après. Il m’a dit que je dois absolument faire jouer le jeune. J’ai remercié le curé. J’imagine que je n’ai pas le choix de miser sur Andrew maintenant. J’espère simplement que cette histoire ne se rendra pas jusqu’aux oreilles de son agent. Pouvez-vous imaginer le pouvoir de négociation que cela lui procurerait? Hammond a le Bon Dieu de son côté! Cela pourrait lui permettre de signer le plus gros contrat de l’histoire d’Ottawa», a révélé Dave Cameron durant sa conférence de presse d’avant-match.

On rit, on rit… Un jour ou l’autre, il faudra bien discuter de façon sérieuse de l’avenir de cette recrue de 27 ans qui présente une fiche de 9-0-1 à ses 10 premiers départs dans la LNH.

Le Hamburglar vous a-t-il convaincu? Il sera joueur autonome avec compensation cet été. Mérite-t-il de faire partie du tandem de gardiens à Ottawa la saison prochaine?

Lire les commentaires (37)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2015
    D L Ma Me J V S
    « mar    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité