Crise étudiante: vos solutions

Crise étudiante: vos solutions - Auteur
  • Vos solutions

    Vous avez une solution pour régler la crise étudiante? Décrivez-la entre 200 et 400 mots et envoyez-la à solution@lapresse.ca

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 mai 2012 | Mise en ligne à 15h59 | Commenter Un commentaire

    Il nous manque des détails

    Je trouve qu’il serait important d’apporter les détails que contiennent les plus récentes offres du gouvernement en matière de bonification du programme prêts et bourses. Il est difficile de savoir (ou calculer) si cette mesure est favorable pour certains individus sans connaître les détails exacts de cette offre. Par exemple, un étudiant à temps plein dont le revenu familial est sous les 60 000$ doit dans la grande majorité des cas travailler pendant l’été et à temps partiel pendant l’année scolaire afin de couvrir les divers frais associés à une vie étudiante (appartement, nourriture, frais scolaires, etc.).

    Dans mon cas, je dois faire au moins 12 000$ durant l’année afin de subvenir à mes besoins et ceci ne tient pas compte de l’augmentation des frais de scolarité. J’ai observé le tableau que vous avez publié sur votre site Internet (http://pdf.cyberpresse.ca/lapresse/LPA/grammond-1-mai.jpg), mais celui-ci ne tient pas compte du salaire d’un étudiant et des autres détails. Qu’en est-il des étudiants qui ont un salaire (majorité des étudiants à faible revenu)? Dans quelle mesure ces bonifications sont-elles diminuées en fonction du salaire d’un étudiant à temps plein? De plus, est-ce que ces primes diminuent au fil des années (est-ce qu’on a droit à la même somme tout au long de nos études?) Pour moi, ce sont des questions essentielles à répondre avant de me faire une opinion sur l’offre du gouvernement.

    Patrick Verreault


    • Comme vous semblez être un étudiant actuellement, voici quelque chose pour réfléchir.

      En effet, en me prenant comme exemple (j’ai 65 ans) et je n’ai pu terminer mon cours d’ingénieur à cause de questions monétaires.
      Est-ce qu’ils ont fait le calcul des impôts qu’ils ont perdus dans mes 45 années de vie active? Je suis persuadé que j’aurais pu facilement payer
      une moyenne de $20,000 d’impôts par année supplémentaire, ce qui fait un total de $900,000.

      Je crois bien qu’avec ce montant supplémentaire d’impôts (et on ne parle pas des impôts indirects, taxes de vente, etc.),
      mon cours d’ingénieur se serait payé tout seul.

      Et du point de vue de la réussite, avec un Q.I. de 150, je crois que je me qualifiais facilement.
      Ce n’est pas que le Q.I. est si important (il nous est donné à la naissance de toutes façons),
      mais cela fait tout de même un bon départ.

      Combien d’étudiants supplémentaires pourraient réussir à payer plus d’impôts si on avait la gratuité scolaire?

      Et on ne parle ici que d’argent. L’ensemble de la société est valorisé à tous les niveaux lorsque les gens sont plus scolarisés.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
        juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives