Soccer

Archive de la catégorie ‘Général’

Mardi 25 août 2015 | Mise en ligne à 11h24 | Commenter Commentaires (185)

Panne sèche devant le but

CHARLES DUBÉ

Depuis ses débuts en MLS, on voit clairement une constante avec l’Impact peu importe l’effectif ou l’entraîneur. Autant l’équipe sait être percutante en contre-attaque, autant elle semble ne pas savoir quoi faire quand elle a le ballon. Les derniers matchs à domicile, alors que l’adversaire s’est contenté d’attendre le ballon derrière et de profiter des occasions en contre-attaque, ont bien illustré cette faiblesse de l’équipe montréalaise.

Cette approche tactique défensive vient sans doute un peu d’un respect nouveau envers l’Impact. On ne se permet plus de venir à Montréal et de dicter le jeu de crainte de se faire punir par la puissante attaque affichée par le bleu-blanc-noir à la maison jusqu’à récemment. C’est la façon positive de voir les choses. Quand une équipe joue repliée dans sa zone, c’est qu’elle craint la puissance offensive de son adversaire.

La façon plus négative de voir la situation est de se dire que l’adversaire de l’Impact sait qu’en se repliant comme ça, l’Impact ne pourra s’adapter et que de toute façon il pourra profiter d’une inévitable erreur en défensive du bleu-blanc-noir pour se sauver avec la victoire.

Personnellement, je crois que la réflexion des visiteurs à Montréal se base sur un mélange de ces deux éléments. On craint l’offensive de Montréal et on croit en ses chances de battre l’équipe sans avoir le ballon.

Maintenant, c’est aux Montréalais de trouver une solution devant cette stratégie, une solution qui n’est pas toujours simple comme l’ont vécu plusieurs équipes qui ont progressé des bas fonds d’un championnat vers le milieu du classement. Il ne suffit plus de réagir au jeu, il faut le faire.

Et ne vous méprenez pas, certaines équipes utiliseront une tactique défensive contre l’Impact alors qu’elles jouent à domicile. Pourquoi les Whitecaps prendraient-ils des risques vers l’avant demain soir au match retour de la finale du championnat canadien alors qu’ils ont tout le loisir d’être patients après le match nul de 2-2 à Montréal ?

Dans le match de samedi contre Philadelphie, on a vu un bleu-blanc-noir en contrôle du ballon, un bleu-blanc-noir, qui pouvait garder longtemps le ballon, mais qui semblait manquer de volonté dans ses lancées vers l’avant. Les joueurs offensifs étaient souvent statiques alors que les milieux et les latéraux s’échangeaient le ballon en périphérie. Personne ne semblait en mesure de provoquer une étincelle, mis à part, peut-être, Justin Mapp durant sa brève apparition et Laurent Ciman quand il décidait de prendre les choses en main et de se lancer de l’arrière.

Créer de l’espace

Si l’adversaire ne laisse pas d’espace, il faut trouver la façon d’en créer. Autant Dominic Oduro peut être efficace quand on lui donne la mission de profiter de l’espace derrière les défenseurs, autant il semble inefficace quand il n’a pas cet espace dans lequel évoluer. Dans ces circonstances, il faut davantage un attaquant qui peut convertir une occasion alors qu’il a peu d’espaces ou qui peut conserver le ballon en attendant l’arrivée d’un coéquipier. C’est une des facettes du jeu où Didier Drogba pourra faire une différence et où un Jack McInerney aurait été utile en attendant. Dans l’état actuel des choses, pourquoi ne pas essayer Anthony Jackson-Hamel dès le début d’un match ?

De plus, pour être menaçant, dans un système où l’adversaire bloque l’entrée dans la surface, un attaquant a besoin du soutien des joueurs du milieu. Certains d’entre vous prônent le passage à un système 4-4-2. Je ne suis toutefois pas certain que la présence d’un second attaquant changerait drastiquement les choses alors que le problème semble davantage être d’amener le ballon en zone dangereuse que de profiter des chances de marquer. De plus le numéro 10, que ce soit Nacho Piatti ou Johan Venegas joue souvent très haut, faisant pratiquement office de deuxième attaquant.

Une autre option serait plutôt, au contraire, de reculer le numéro 10 et de lancer davantage les latéraux vers l’avant. Le meneur de jeu aurait alors un peu plus de temps pour contrôler le jeu, distribuer le ballon vers l’avant ou encore se lancer, balle au pied, vers la surface de réparation. Depuis le Felipe de la première année en MLS, malheureusement le bleu-blanc-noir ne semble plus avoir de milieu qui correspond à ce profil. On a vu, au fil des saisons, une succession de joueurs à cette position sans réel succès. Lors des meilleurs moments de ce système, sous Jesse Marsch, Felipe profitait du soutien de Patrice Bernier derrière lui alors que le Québécois était bien couvert par Collen Warner. L’absence d’un véritable milieu défensif aujourd’hui ralentit peut-être aussi le milieu relayeur. On a changé d’approche avec l’arrivée de Nacho Piatti, en misant davantage sur un numéro 10 dont le style se rapproche de celui d’un deuxième attaquant.

Le retour de Justin Mapp pourrait aussi fournir une nouvelle arme à l’Impact. Celui que l’on surnomme, dans certains quartiers, l’Arjen Robben américain a une tendance à couper vers le centre avec le ballon, créant soit un surnombre à l’entrée de la surface de réparation ou libérant le défenseur latéral sur le côté. Sa capacité à centrer le ballon peut aussi offrir de belles occasions.

Quelle solution adopter ?

Peu importe les changements apportés au schéma – si on en apporte –, la solution passe probablement par une augmentation des percées vers l’avant. Si l’adversaire nous laisse le ballon, pourquoi ne pas prendre des chances dans le dernier tiers ? Si on perd le ballon, on aura toujours la possibilité de le reprendre et de repartir vers l’avant.

Dribler un défenseur ? Les joueurs de l’Impact en sont bien capables, mais tardent souvent à tirer au but. Tirer de loin ? On a vu Justin Mapp le faire au dernier match : le gardien Andre Blake a légèrement jonglé avec le ballon et aurait pu donner un retour à Dominic Oduro placé tout près. Retourner aux vieilles tactiques anglaises en multipliant les centres ? Un attaquant comme Anthony Jackson-Hamel saura sûrement en convertir un éventuellement. Profiter de la capacité d’Ambroise Oyongo à faire de longues touches en amenant Laurent Ciman dans la surface adverse ? Un bon mélange de ses options ne pourrait-il pas permettre à l’Impact de générer plus d’offensive ? N’est pas le FC Barcelone qui veut et pour créer des occasions de marquer et briser une défense, il faut bouger et prendre des risques.

Quelles seraient vos solutions ? Quelle approche adopteriez-vous ?

Lire les commentaires (185)  |  Commenter cet article






Vendredi 21 août 2015 | Mise en ligne à 11h16 | Commenter Commentaires (82)

Le premier match de Didier Drogba

CHARLES DUBÉ

Ça y est. À moins d’un changement de cap de dernière minute, Didier Drogba disputera son premier match dans l’uniforme bleu-blanc-noir demain soir au stade Saputo contre l’Union de Philadelphie. On ne sait toutefois pas encore s’il agira comme partant ou s’il viendra garnir l’arsenal offensif de l’équipe plus tard dans la rencontre à titre de substitut. À ce niveau, j’imagine que l’attaquant ivoirien sera consulté par l’entraîneur Frank Klopas tout comme les préparateurs physiques.

>>> Pascal Milano : L’Impact ne veut pas pousser Drogba trop vite

Le match de demain devrait également être spécial pour Justin Mapp qui, s’il foule la pelouse du stade Saputo, deviendrait le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre le plateau des 300 matchs dans la MLS. Chose qui devrait logiquement arriver. Mais, tout comme pour Drogba, il serait surprenant que le milieu de terrain américain, qui revient de blessure, dispute toute la rencontre. Selon moi, un des deux joueurs amorcera le match et l’autre arrivera vers l’heure de jeu. Peut-être dans un changement direct entre les deux joueurs avec Dominic Oduro qui change de poste ? Lequel des deux amorcera le match ?

Avec Nacho Piatti, qui est blessé et qui ratera probablement le match de demain, il est également ardu de prédire qui seront les milieux offensifs du bleu-blanc-noir demain. Si Johan Venegas semble le choix tout désigné pour agir comme meneur de jeu, Frank Klopas pourrait aussi miser sur Dilly Duka, Andres Romero ou même Eric Alexander comme numéro 10. Quel serait votre choix ? Qui espérez-vous voir sur les flancs ?

Au milieu axial, Marco Donadel devrait logiquement poursuivre. Qui l’accompagnera ? Alexander, Calum Mallace ou encore Nigel Reo-Coker ou Patrice Bernier ?

Pour une rare fois depuis plusieurs semaines, le quatuor défensif de l’Impact semble incertain. Si Donny Toia et Ambroise Oyongo devraient logiquement conserver leurs postes sur les flancs, la paire de défenseurs centraux pourrait avoir différents visages. Victor Cabrera a été ennuyé par une blessure à l’entraînement cette semaine. Sera-t-il à son poste ? Laurent Ciman, qui devait d’abord rater le match en raison d’un congé, est de retour en raison des doutes sur l’état de santé de Cabrera. Sera-t-il à son poste ? Lui donnera-t-on congé si Cabrera est en forme ? Wandrille Lefèvre qui attend son tour et espérait sûrement débuté ce match en voyant la situation de Ciman et Cabrera aura-t-il sa chance ?

Dans les buts, pas de question, ce devrait être Evan Bush.

Quel serait votre onze partant pour ce match ? Votre onze partant quand tous les joueurs seront disponibles ?

Ma prédiction pour demain : Bush, Toia, Ciman, Cabrera, Oyongo, Donadel, Alexander, Duka, Venegas, Mapp, Oduro avec Drogba qui remplacera Mapp à l’heure de jeu.

Mon onze idéal (mais encore flexible) : Bush, Toia, Ciman, Cabrera, Oyongo (ou Camara), Donadel, Alexander (à l’essai pour quelques matchs), Piatti, Venegas, Mapp, Drogba. (Venegas et Piatti conserveraient la liberté de permuter au cours du match, mais, à ce stade, je préfère Venegas – qui me semble être un meilleur distributeur – comme meneur de jeu.

Lire les commentaires (82)  |  Commenter cet article






Mardi 18 août 2015 | Mise en ligne à 12h43 | Commenter Commentaires (46)

Faire jouer les jeunes ?

Photo Reuters

Photo Reuters

CHARLES DUBÉ

Le début de saison en Europe nous a donné droit à quelques surprises et de belles histoires. En Angleterre, nous pouvons notamment penser au lent départ des champions Chelsea ou encore à la défaite crève-cœur des promus Bournemouth contre Liverpool, hier. Malgré tout ça, ce n’est pas les performances en demi-teinte de Cesc Fabregas ou l’arbitrage du match d’hier qui font jaser. La nouvelle coqueluche des Anglais s’appelle Reece Oxford.

Vous n’avez jamais entendu ce nom ? Normal, après quelques apparitions sur le banc de West Ham la saison dernière, il a joué ses premières minutes à 16 ans et 198 jours cet été dans un match de qualification pour la Ligue Europa contre le FC Lusitans (Andorre), devenant le plus jeune joueur de l’histoire des Hammers. Puis, il a effectué ses débuts en championnat dans la victoire surprise des siens contre Arsenal lors du week-end d’ouverture, devenant du même coup – à 16 ans et 236 jours – le septième plus jeune joueur de l’histoire de la Premier League. Sa performance contre la puissante attaque des Gunners lui a valu une pluie d’éloges. Son deuxième match – contre Leicester – a été moins glorieux et l’entraîneur des Hammers, Slavan Bilic, l’a retiré à la mi-temps. On devrait toutefois revoir bientôt le jeune défenseur bientôt et il pourrait jouer un rôle important pour son équipe cette saison.

Il n’est pas le premier joueur à connaître un bon début de carrière alors qu’il est encore dans l’adolescence – ESPN en recense 10 autres ici – et comme tous les autres avant lui, les médias s’emballent et son entraîneur dit qu’il doit garder les deux pieds sur terre. Cette phrase, pleine d’ironie, tirée d’un texte de la BBC résume bien la situation. « With all the hype surrounding his top-flight debut, you would be forgiven for assuming that it’s now just a matter of time until Oxford is appointed England captain, earns 100 caps and single-handedly wins his country the World Cup in 2018. (Avec tout l’engouement qui entoure ses débuts en première division, on pourrait vous pardonner de croire que ce n’est qu’une question de temps avant qu’Oxford devienne le capitaine de l’Angleterre, obtienne 100 sélections en équipe nationale et remporte à lui seul la Coupe du monde de 2018 pour son pays.) »

L’an dernier, c’était l’attaquant de Tottenham, Harry Kane, qui, à 21 ans, a terminé deuxième buteur de la Premier League – derrière Sergio Aguero, avec 21 buts. L’année précédente, Raheem Sterling et avant, on peut penser aux Jack Wilshere, Theo Walcott, Aaron Lennon, Wayne Rooney ou Michael Owen.

Si certaines jeunes vedettes ont connu de grandes carrières, d’autres n’ont jamais répondu aux attentes, que ce soit en raison de blessure, de problèmes hors du raison ou d’une autre raison. Qui se souvient de Jose Baxter ou de James Vaughan ? Où sont rendus les Freddy Adu ou Nicklas Bendtner ? Qu’arrivera-t-il de Mario Balotelli ?

Que pensez-vous des performances de Reece Oxford ? Comment devrait-on gérer le début de carrière d’un jeune prodige ?

À Montréal

Plus près de nous, Justin Mapp et Jack McInerney ont fait leurs débuts en MLS à 17 ans. Si le premier, maintenant âgé de 30 ans, fait le bonheur des amateurs de l’Impact et a été nommé sur le onze type de la ligue en 2006, le second, à 23 ans, peine à trouver ses repères et à s’imposer comme partant malgré une saison de 12 buts à Philadelphie en 2013.

Certains diront que Jack Mac n’a pas eu sa chance à Montréal. D’abord substitut derrière Marco Di Vaio, on lui a préféré une panoplie de joueurs aux profils différents et on a répété qu’on était à la recherche d’un attaquant d’expérience depuis la retraite de l’Italien. D’autres diront qu’il n’a pas su saisir sa chance et s’imposer. Chacun a son point de vue – je vous ai partagé le mien il y a quelque temps et je crois sincèrement que l’Impact aurait eu besoin de l’attaquant américain lors de ses deux derniers matchs –, mais au final, son départ a permis de donner plus de temps de jeu à un autre jeune Anthony Jackson-Hamel et l’équipe sera certainement plus compétitive avec Didier Drogba en pointe.

Avec la nécessité d’obtenir des résultats, plusieurs entraîneurs ont tendance à se tourner vers des valeurs sûres, des vétérans de qui on sait à quoi on peut s’attendre plutôt que des jeunes, qui ont souvent des hauts et des bas. Même Luke Shaw, après un transfert record pour une défenseur vers Manchester United, a vu peu d’action l’an dernier.

La question se pose tout de même, l’Impact fait-il assez confiance aux jeunes ?

L’an dernier, alors que la saison était à l’eau, on n’a pas hésité à faire jouer les Karl W. Ouimette, Wandrille Lefèvre, Maxim Tissot, Jérémy Gagnon-Laparé ou Louis Béland-Goyette. Cette année, alors qu’on est dans la course pour une place pour les séries, Ouimette a quitté pour New York, Lefèvre et Tissot jouent un rôle plus effacé, Gagnon-Laparé peine à obtenir des minutes de jeu et Béland-Goyette a été rétrogradé au FC Montréal. Eric Miller n’a pas vu beaucoup de gazon cette année non plus et Jack McInerney a pris le chemin de Columbus.

À l’opposé, d’autres jeunes se sont imposés. Víctor Cabrera a supplanté Bakary Soumaré comme défenseur central. Ambroise Oyongo et Donny Toia – qui ont tout de même 24 et 23 ans – s’imposent sur les côtés en défense. Jackson-Hamel prend du gallon. On n’a pas hésité à faire jouer Cameron Porter en Ligue des champions avant sa blessure. Dilly Duka, Andres Romero et Calum Mallace ont tous vu leur rôle prendre de l’importance au fil des saisons.

Croyez-vous que l’Impact fait assez confiance aux jeunes ? Qui voudriez-vous voir davantage ?

Ce débat ne se limite pas au soccer. Plusieurs amateurs du Canadien aimerait voir des jeunes comme Alex Galchenyuk obtenir de plus grandes responsabilités et les Blue Jays viennent de rétrograder le lanceur Drew Hutchison dans les mineurs, malgré une récolte de 12 victoires cette saison, en raison de sa méforme à l’étranger. Comment bien équilibrer le besoin de gagner et la volonté de bien développer les jeunes ?

Lire les commentaires (46)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2015
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité