Soccer

Archive de la catégorie ‘Général’

Jeudi 25 juin 2015 | Mise en ligne à 11h24 | Commenter Commentaires (74)

Toronto trop fort pour Montréal

CHARLES DUBÉ

Les deux derniers matchs nous ont permis de voir les deux visages de l’Impact de Montréal, une performance assurée à domicile qui mène à une victoire de 2-0 contre Orlando et une performance plus nerveuse à l’étranger qui mène à une défaite de 3-1 contre Toronto. Comment expliquer cette différence de résultats alors que l’équipe alignait le même onze partant ?

Il faut d’abord préciser qu’avant le deuxième but contre Orlando, la victoire semblait loin d’être assurée alors qu’avant le but sur pénalty de Giovinco, une égalisation sur une bonne contre-attaque semblait toujours possible contre Toronto. Comme quoi de petits détails ou égarements peuvent faire paraître un score meilleur ou pire que la performance globale l’équipe.

Qu’est-il arrivé à Toronto ?

> Après de multiples essais, le TFC semble finalement avoir trouver une bonne formule. Michael Bradley et Sebastian Giovinco, deux joueurs dont le salaire individuel dépasse probablement la masse salariale totale de l’Impact, sont nettement au-dessus de la mêlée. Pour battre Toronto, il faut les neutraliser, ce qui n’est évidemment pas une tâche facile. Jozy Altidore n’est pas mauvais non plus. Toutes les équipes se feront faire mal par ce trio éventuellement cette saison.

> Nacho Piatti, qui a donné une première entrevue en français à Impact Media hier, est un excellent joueur. On s’y attend en raison de son statut de joueur désigné et son jeu sur le terrain le démontre. Il demeure toutefois loin d’autres joueurs vedettes comme Bradley et Giovinco. Il peut certes changer l’allure d’un match à lui seul, mais rend-il ses coéquipiers meilleurs comme ces derniers ?

> Ambroise Oyongo a encore une fois montré de belles aptitudes lorsqu’il se lance vers l’avant. Son premier but avec l’Impact a d’ailleurs donné temporairement l’avance aux Montréalais. Il devrait par contre parfois faire preuve de plus de retenu avant de quitter son poste. Le Toronto FC a souvent trouvé beaucoup d’espaces du côté droit de la défense montréalaise. Le milieu défensif peut bien couvrir la position à l’occasion et ça fait partie de son rôle, mais quand il est déjà débordé au centre, c’est plus difficile de couvrir un autre poste.

> J’ai toujours aimé Jack McInerney et je crois qu’il peut être à moyen terme un excellent attaquant en MLS. Il fonctionne toutefois par séquences et après un bon début de saison, il semble être dans une passe plus difficile. Malgré quelques belles occasions hier, il n’a pu trouver le fond du filet pour un quatrième match de suite. Il devra retrouver ses instincts de marqueur rapidement si l’Impact veut continuer de grimper au classement.

> L’entrée en jeu de Patrice Bernier pour Ignacio Piatti en deuxième demie alors que l’Impact tirait de l’arrière par un but avait un objectif évident. Resserrer le milieu du terrain et essayer de stabiliser la plateforme sur laquelle tout se construit. Des fois, il vaut mieux sacrifier un peu d’offensive pour créer une meilleure base. Ça peut même mener à davantage d’occasions de marquer. Ce changement a-t-il été fait trop tard ?

> L’Impact a ouvert le score assez rapidement dans le match avant d’être complètement dominé au milieu de terrain. Contre un adversaire plus fort, surtout à l’étranger, serait-il acceptable pour vous de voir l’équipe utiliser les stratégies hyper-défensive qu’on a vu en Ligue des champions ? Peut-on se permettre de « parker le bus » en championnat ? Aligner trois milieux axiaux plus défensifs dès le départ ?

Avec le mercato qui s’ouvre, à quelle position souhaiteriez-vous voir l’Impact se renforcer ?

Pour ma part, je dirais n’importe laquelle. Frank Klopas et Adam Braz ont fait du bon boulot cet hiver pour reconstruire l’équipe. On retrouve de bons joueurs de calibre MLS à toutes les positions. Et même de bonnes doublures. Ce qu’il manque maintenant, ce sont des joueurs qui peuvent faire la différence. Des joueurs qui sont au-dessus de la mêlée. L’équipe est-elle prête à mettre le prix pour les obtenir. Des joueurs plus défensifs comme Laurent Ciman ou Benoît Cheyrou peuvent coûter moins cher alors que des joueurs plus offensifs comme Giovinco ou Clint Dempsey peuvent avoir un plus grand impact au niveau marketing malgré leur prix plus élevé. C’est à l’Impact de regarder les joueurs disponibles et de voir le ou lesquels pourraient cadrer dans ses plans.

Prochain rendez-vous de l’Impact, samedi à 19 h à Philadelphie.

COUPE DU MONDE FÉMININE

Du côté de la Coupe du monde féminine, le prochain match à Montréal opposera, vendredi à 16 h, l’Allemagne (1re au classement de la FIFA) à la France (3e) dans un duel de quartde finale qui pourrait bien être une finale avant la finale. Les Bleues, après leur défaite surprise contre la Colombie, semblent avoir atteint leur vitesse de croisière alors que les Allemandes sont dominantes depuis le début du tournoi. Un match à ne pas manquer.

Les gagnantes pourraient bien retrouver l’autre membre du top-3, les États-Unis (2e) en demi-finale mardi prochain, à 19 h, toujours au stade Olympique. Les Américaines affrontent les Chinoises (16e) en quarts de finale vendredi à 19 h 30 à Ottawa. Un côté de tableau assez fort…

De l’autre côté du tableau, les Canadiennes (8e) disputeront leur match de quart de finale samedi à 19 h 30 (heure de Montréal), à Vancouver, contre les Anglaises (6e). Un match qui s’annonce ardu entre deux équipes qui ont misé sur un solide jeu défensif, mais peiné à trouver le fond du filet jusqu’ici.

Le dernier quart de finale opposera l’Australie (10e) – tombeuse surprise du Brésil (7e) dans la ronde des 16 – aux championnes en titre, le Japon (4e) samedi à 16 h (heure de Montréal) à Edmonton.

Lire les commentaires (74)  |  Commenter cet article






Vendredi 19 juin 2015 | Mise en ligne à 15h57 | Commenter Commentaires (106)

Kaka, les Françaises et les Coréennes à Montréal

CHARLES DUBÉ

Le week-end s’annonce chargé pour les amateurs de soccer montréalais. D’abord, samedi soir à 20 h, l’Impact accueille au Stade Saputo l’Orlando City FC, sa vedette brésilienne Kaka et son jeune attaquant canadien Cyle Larin. Puis, dimanche les Françaises seront au Stade Olympique à 16 h pour affronter les Coréennes dans un match de huitième de finale de la Coupe du monde féminine. Et il ne faut pas oublier, dimanche soir aussi (19 h 30, heure de Montréal), le match des Canadiennes contre les Suisses à Vancouver.

Pour l’Impact, il faudra poursuivre sur la lancée des derniers matchs à domicile pour se rapprocher d’une place en séries. Avec le retour en vue de certains joueurs blessés, les prochaines semaines seront cruciales pour le onze montréalais. Il faudra tirer les leçons du premier match entre les deux équipes le 28 mars au Stade Olympique. Le bleu-blanc-noir disputait une bon rencontre et semblait se diriger vers la victoire avant que Kaka ne vienne complètement changer l’allure du match en l’espace de deux minutes. Il faudra avoir le Brésilien à l’œil pour éviter d’échapper d’autres points.

Pour les Françaises, le match contre la Corée est un bon défi en vue des affrontements plus corsés qui s’en viennent. Après leur faux-pas contre la Colombie, les Bleues se sont bien reprises contre le Mexique. Elles devraient logiquement battre la Corée, mais ce match pourrait être un bon indice de leur état d’esprit avant un difficile match de quart de finale contre le gagnant du duel Allemagne-Suède.

Les Canadiennes, de leur côté, devront retrouver un peu plus de ferveur à l’attaque si elles espèrent obtenir une première victoire en onze matchs contre des équipes européennes à la Coupe du monde. Le retour possible de Diana Matheson pourrait apporter un nouvel élément et aider la capitaine Christine Sinclair à s’imposer davantage. Sinon, l’apport des jeunes comme Kadeisha Buchanan, Ashley Lawrence et Jessie Fleming demeurera crucial. Gros match pour les rouges contre une équipe de Suisse, qui bien qu’elle puisse être dangereuse offensivement, demeure à leur portée. Nous aurons une meilleure idée des chances des Canadienens de se rendre loin dans la compétition au terme de ce match. Les gagnantes affronteront en quart de finale les vainqueures du duel Norvège-Angleterre, un duel que les Scandinaves devraient facilement remporter si on en croit les journaux norvégiens…

Angleterre-Norvège

Finalement, quatre jeunes joueurs de l’Impact – Maxime Crépeau, Jérémy Gagnon-Laparé, Jonathan Grant et Louis Béland-Goyette – ont été sélectionnés dans l’équipe canadienne (U22) qui participera au Jeux panaméricains à Toronto, un bon prélude aux qualifications pour les Olympiques de 2016, qui débuteront cet automne.

Lire les commentaires (106)  |  Commenter cet article






Lundi 15 juin 2015 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (53)

Les Canadiennes à Montréal pour remporter leur groupe

CHARLES DUBÉ

Les Canadiennes jouent leur dernier match de la phase de groupe de la Coupe du monde féminine ce soir au Stade Olympique contre les Pays-Bas. Si elles sont bien placées pour passer au tour suivant, tout est à jouer au niveau du classement final du groupe qui aura un important impact sur la difficulté du parcours en phase éliminatoire. Le tour des scénarios possibles.

VICTOIRE DU CANADA

Le scénario le plus simple, les Canadiennes s’assureraient de conserver le premier rang avec une victoire, ce qui leur donnerait un match en huitième de finale plus facile.

MATCH NUL DU CANADA

> Un match nul ouvrirait la porte aux Chinoises, qui avec une victoire contre les Néo-Zélandaises (dans un match aussi disputé ce soir à Winnipeg), pourraient prendre la tête du groupe et reléguer le Canada au deuxième rang, ce qui les mèneraient vers un affrontement contre l’équipe qui terminera deuxième du groupe C, soit le gagnant du match Suisse-Cameroon qui sera disputé demain.

> Si les Chinoises, ne gagnent pas, les Canadiennes conserveraient le premier rang.

DÉFAITE DU CANADA

Une défaite des Canadiennes pourrait avoir des conséquences plus néfastes. Au pire, les Canadiennes pourraient glisser au troisième rang du groupe et possiblement être éliminées de la compétition, ce qui est improbable, mais possible (les quatre meilleures troisièmes sur six groupes passent aux huitièmes de finale).

> Si les Chinoises battent les Néo-Zélandaises, le Canada finirait assurément troisième.

> Si les Chinoises et les Néo-Zélandaises font match nul, les Canadiennes finiraient deuxième.

> Ça se complique si les Néo-Zélandaises battent les Chinoises. Le Canada et la Nouvelle-Zélande se retrouverait à égalité au deuxième rang avec quatre points. Les critères pour départager les deux équipes seraient alors dans l’ordre la différence des buts, le nombre de buts marqués et, puisque les deux équipes ont fait match nul, un tirage au sort. Ce dernier scénario se produirait si les deux matchs finissent avec le même score et un écart d’un seul but (1-0; 2-1; 3-2,…). Le tirage au sort serait effectué à Vancouver après la conclusion des deux matchs. Donc, en fonction du score des deux matchs, les Canadiennes finiraient deuxièmes ou troisièmes.

LE PROCHAIN MATCH

Si les Canadiennes terminent premières du groupe A, elles affronteraient une des équipes qui aura fini en troisième place dans les groupes C, D ou E dimanche à Vancouver.

Si elles finissent deuxièmes, le match de huitième de finale sera disputé samedi à Edmonton contre la Suisse ou le Cameroun (le deuxième du groupe C).

Si elles finissent troisièmes et qu’elles ne sont pas éliminées, elles pourraient affronter – selon leur classement parmi les troisièmes, soit les gagnantes du groupe B samedi à Ottawa (probablement l’Allemagne, sinon la Norvège) ou les gagnantes du groupe C (fort probablement le Japon), mardi prochain à Vancouver.

Les ventes de billets pour le match de ce soir au Stade Olympique vont bien, mais il reste encore de bonnes places dans le « bol » et dans les 400 afin de voir les Christine Sinclair, Kadeisha Buchanan et Josée Bélanger en action.

Le dernier match de groupe à Montréal opposera mercredi à 16 h l’Angleterre à la Colombie dans un match qui aura un important impact sur les affrontements éliminatoires, pour ces deux équipes, mais aussi pour la France.

>>> Rien d’autres que la première place pour les Canadiennes

>>> Arrière droite : un changement bénéfique pour Josée Bélanger

Lire les commentaires (53)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité