Soccer

Soccer - Auteur
  • Charles Dubé

    MLS, Ligue des champions, Premier League, Liga... Charles Dubé vous invite à discuter du ballon rond sous toutes ses formes. Parce que la planète soccer ne s'arrête jamais, il chausse les crampons toutes les semaines pour mieux vous informer. À vos protège-tibias!
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 15 octobre 2013 | Mise en ligne à 14h14 | Commenter Commentaires (8)

    En quête d’intensité et de résultats

    Restera, restera pas?

    Restera, restera pas?

    PASCAL MILANO

    Avant de partir pour Los Angeles pour y affronter le Galaxy, les joueurs de l’Impact ont passé quelques messages à certains membres du vestiaire, lundi. En vrac.

    Patrice Bernier: «Il faut tout simplement que chacun se présente pour que l’on puisse gagner chaque centimètres défensivement et offensivement. On peut se plaindre de la tactique et des choix, mais cela commence avec l’implication. Si on l’a, ce sera un pas en avant par rapport aux derniers matchs et par rapport aux autres équipes. On sait que l’on doit gagner, mais il y aussi un sentiment d’urgence au niveau de notre performance et de notre intensité, a-t-il ajouté. Chacun doit se regarder, se donner à fond et peut-être pousser son coéquipier à jouer au maximum.»

    Maxim Tissot: ««Il nous a manqué la volonté, surtout en fin de match où on n’a pas eu une seule bonne occasion, samedi. Je pense même qu’on sentait qu’on n’allait pas marquer. C’est l’attitude d’un ou deux joueurs qui doivent en donner un petit plus avec le reste du groupe qui peut suivre. On n’a pas eu ça, samedi.»

    L’Impact peut-il se ressaisir sur le terrain du double champion en titre qui a également un besoin important de points? Christian Schaekels, derrière l’excellent outil Vision du jeu (détails ici) m’a fait parvenir un dossier complet sur les tendances («patterns»), forces et faiblesses du Galaxy.

    Quelques observations grâce à ses chiffres et graphiques:

    - Le Galaxy aime faire le jeu dans le camp adverse (21 buts marqués en attaque posée), ce qui peut aussi expliquer le nombre important de penaltys obtenus (huit).

    - Le Galaxy sait élargir le jeu puisque leurs buts (excluant les phases arrêtées évidemment) viennent autant des deux côtés que de l’axe. Comparons cette affirmation avec l’origine des buts de l’Impact dans le jeu: 24 de l’axe, 10 du côté droit (coucou Justin Mapp) et seulement…3 du côté gauche (pas de coucou, la liste des joueurs aux abonnés absents est trop longue). Tout est dit sur ce couloir.

    - Attention aux centres du Galaxy à l’origine de 17 buts (9 du côté gauche et 8 du côté droit). Logiquement, cela signifie que les joueurs californiens ont aussi un excellent jeu de tête (7 buts).

    - Les mystères de l’univers: le Galaxy est performant dans tous les quarts d’heure des matchs, sauf entre les 46e et 60e minute. À surveiller, la première demi-heure (16 buts) et la dernière demi-heure (23 buts). On le sait, l’Impact marque peu lors de la première demi-heure et tendance à beaucoup encaisser.

    - S’il fallait trouver une bonne nouvelle pour l’Impact, la voici: le Galaxy est particulièrement mauvais sur les phases arrêtées (15 buts encaissés) et peut avoir quelques problèmes en contre-attaque. On se rappelle que ces deux ingrédients ont favorisé le bon début de saison de l’Impact qui n’est pas efficace quand il doit faire le jeu. Le retour d’Hassoun Camara et les coups francs d’Hernan Bernardello seront deux ingrédients importants. En contre-attaque, il sera nécessaire d’avoir un Patrice Bernier à son meilleur pour ressortir le ballon et un Felipe à la place d’Andres Romero pour éviter de ralentir les choses. Et bien sûr, Marco Di Vaio à la conclusion.

    - Pas de faiblesse particulière pour le Galaxy sur l’origine des buts encaissés alors que l’Impact, on s’en est rendu compte, est particulièrement faible dans l’axe (avec souvent trop d’espace entre la défense et le milieu). Les Montréalais ont accordé…21 buts depuis l’axe. C’est un constat que les adversaires ont rapidement fait.

    - Le milieu de terrain Juninho est moins efficace dans ce domaine, en 2013, mais il pourrait profiter de la faiblesse montréalaise face aux tirs lointains. Depuis le début de l’année, l’Impact a accordé neuf buts hors de la surface.

    - Combien de fois Landon Donovan s’est-il plaint des problèmes du Galaxy, en fin de match? Voici la statistique qui lui donne raison: son équipe a concédé 18 buts dans le dernier quart d’heure. Remarquez que l’Impact n’a fait guère mieux avec 15 buts encaissés. Un conseil? N’allez pas vous coucher à la 74e minute.

    - Qui était principalement sur le côté gauche, ces dernières saisons? Mike Magee. Échangé au Fire de Chicago, ce dernier a été superbement remplacé par le jeune Gyasi Zardes. «C’est un attaquant naturel, mais il joue sur le côté maintenant, rappelle Mauro Biello. C’est quelque chose que l’on voit souvent dans la MLS avec C.J Sapong, Saer Sene ou Dimitry Imbongo qui jouent assez haut sur le côté.»

    Defense

    Attaque

    Impossible finalement de ne pas parler de la rumeur Marco Di Vaio. À l’heure actuelle, il faut prendre le texte de la Repubblica, qui indique que MDV restera une autre saison à Montréal, avec un grain de sel. Cela dit, cela enlèverait une énorme épine du pied de Nick De Santis puisque les attaquants de qualité disponibles en janvier ne courent pas les rues. Miser sur Andrew Wenger est aussi un saut vers l’inconnu. Bref, il n’y a plus qu’à attendre la suite de cette saga.


    • Pour Di Vaio, cela dépend quelles sont les conditions d’un retour ( si retour il y a), pour jouer autant qu’il joue présentement cela ne sera pas une bonne nouvelle pour l’Impact.

      Les raisons me semblent évidentes..

    • Je ne comprends pas vos commentaires @renard-roux

      J’avais prédit entre 12 et14 buts pour Di Viao, et il en a 20 présentement. Largement au-dessus de ce que je souhaitais. Je voyais un peu plus de buts de ses compatriotes (Nyassi, Wenger, Paponi, Romero, Mapp, Pisanu) mais ils ont été, disons, très ordinaires (Mapp est celui qui a été le meilleur dans le lot).

      Suite à la lecture de Patrick Leduc, je ne comprends pas son commentaire sur Nelson Rivas à la fin. On assiste pas aux entraînements nous! Il lance une phrase comme ça, comme si on voyait les pratiques à chaque jour…c’est désagréable. Est-ce de l’ironie qui se moque du fait que Rivas ne rejouera jamais pour l’impact. Ou est-ce un fait que nous pourrions revoir Rivas d’ici la fin de la saison. Même chose pour Brovsky, selon son commentaire, il est blessé pour un bont bout!

      Dommage, parce que j’aimais bien où il parlait de la partie que les partisans étaient testés dans leur fierté (on a débattu de ça ici…il semblerait que nous ne pouvons pas remettre en question notre appuie pour cette équipe, même s’ils jouent comme des joueurs de USL).

      Je finirais mon message en citant Bernier, qui dit exactement ce que je répète depuis des semaines: “On sait que l’on doit gagner, mais il y aussi un sentiment d’urgence au niveau de notre performance et de notre intensité, a-t-il ajouté.”

      Performance et intensité n’y sont pas. Pas de fond de jeu, très désagréable pour les yeux. Victoire comme défaite, le jeu est “plate” en bon québécois!

    • @renard-roux
      Les raisons vous semblent peut-être évidentes, mais j’aimerais quand même que vous me les expliquiez…
      Pour ma part, ce qui semble évident, c’est que la présence d’un marqueur de 20 buts ne peut être que positive.

    • Mon italien est un peu rouillé mais la principale raison mentionnée par Bologne pour ne pas signer MDV serait la peur que leurs blogues soient envahis par un petit Napoléon. Un marqueur naturel c’est bien mais pas une raison pour toucher à la qualité de vie!

    • Oui, je vais développer ma pensée bientôt…à suivre..

    • ‘Implication… intensité … jouer au maximum… volonté… attitude… ‘

      Euh, c’est quoi le travail du coach déjà? On dirait que le message ne passe plus. Je regarde les matchs mais ne suis pas le quotidien de l’équipe, suis-je dans le champ en disant que MS ne tient plus les rênes depuis un bon moment? L’impact est capable de bien performer et la différence des équipes de la MLS est assez mince. La différence est surtout dans, hum… l’implication, l’intensité, la volonté…

    • HS:

      Place aux barrages en Europe ! Félicitations à l’Islande, un pays de 300 000 habitants (200 000 de moins que la ville de Québec..) qui pourrait se qualifier pour la coupe du Monde. C’est phénoménal !

      Sinon, j’ai un peu peur pour ma Suède, je crois qu’on se claque le barrage contre le Portugal… Ça aurait pas été mon premier choix, disons..

    • Référence au “post” de Nosaints (16h04)
      Je vais l’écrire comme je l’ai compris:
      C’est la personnalité de Marco DV qui pourrait empoisonner l’atmosphère autour de l’équipe. L’ai-je bien compris?
      Autre question: Règne-t-il un bon esprit d’équipe chez l’Impact?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité