Soccer

Soccer - Auteur
  • Charles Dubé

    MLS, Ligue des champions, Premier League, Liga... Charles Dubé vous invite à discuter du ballon rond sous toutes ses formes. Parce que la planète soccer ne s'arrête jamais, il chausse les crampons toutes les semaines pour mieux vous informer. À vos protège-tibias!
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 15 avril 2013 | Mise en ligne à 22h53 | Commenter Commentaires (18)

    Regard sur le futsal

    Le futsal a beau fêté ses 80 ans d’existence, en 2013, il reste encore peu connu et sous-pratiqué au Québec. Tous les ingrédients sont pourtant là pour qu’il s’installe dans les mœurs. Né en Amérique du Sud où il est élevé au rang de religion dans certains pays (le Brésil par exemple), ce sport a petit à petit gagné des adeptes aux quatre coins du monde.

    Ici, la Fédération de soccer du Québec a établi un plan d’action, en avril 2011, afin de le développer et de mieux l’intégrer dans le cursus du joueur. Les conclusions selon les groupes d’âge:
    - Stade 2 (U6 à U9) et 3: le futsal doit constituer 100% de l’univers des enfants en hiver
    - Stade 4, 5 et 6 (compétition): il se veut complément à la formation en hiver + sport à part entière
    - Stade 7 (adultes): il est un loisir en hiver

    Déjà, le futsal fait une percée au sein des écoles secondaires, explique Vincent Cournoyer, membre de l’équipe nationale du Canada, qui porte aussi les casquettes d’entraineur adjoint et de responsable du recrutement avec le Rouge et Or de l’Université Laval. «Depuis deux ans au niveau secondaire, ils utilisent des ballons de futsal et l’année prochaine, ils veulent intégrer trois ou quatre règlements du futsal. Sans brusquer, les étapes, il va y avoir une transition entre le soccer intérieur et le futsal puisqu’il faut former les arbitres ou les entraîneurs. Dans deux ans, au niveau du sport étudiant, ce seront plus de 1000 équipes qui y joueront.»

    ***

    Le futsal peut donc être vu de deux façons différentes: comme une discipline à part entière ou comme un outil supplémentaire pour améliorer les qualités technico-tactiques du joueur.

    «Le football n’est qu’une addition de jeux réduits car il n’y a jamais les 11 joueurs concernés dans la même action, commence par expliquer Olivier Launois, auteur de l’excellent livre Total Futsal 5. Le fait, qu’en futsal, il y ait des espaces réduits et aucun tacle permet de mettre en avant la technicité. De nombreux pays, et la France commence à s’y intéresser dans la formation, l’utilisent pour améliorer le joueur de football.»

    C’est cependant au Brésil et en Espagne que le futsal est le plus développé avec sa formation, ses championnats et ses vedettes (le Brésilien Falcao est une légende, mais il n’est pas seul). Doit-on rappeler la place des Brésiliens et des Espagnols dans la hiérarchie mondiale?

    «Au Brésil, les jeunes pratiquent le futsal jusqu’à l’âge de 12 ou 13 ans avant de s’orienter vers le futsal ou le football», indique Launois.

    «Pourquoi sont-ils aussi bons dans les dribbles et au niveau de la technique? En Espagne où la ligue est très bien développée, le futsal est aussi présent au Barça ou au Real Madrid, ajoute Cournoyer qui a intégré la discipline dans son école. Vers 15 ans, les jeunes ont le choix de continuer vers le soccer traditionnel ou le futsal».

    ***

    Tout le monde peut donc jouer au futsal. Ancien défenseur, Launois a fait la transition sans difficulté. L’avantage est que le joueur de futsal est constamment concerné par le jeu, qu’il touche le ballon plus souvent et qu’il peut rapidement passer du poste de défenseur à celui d’attaquant au gré des permutations. Launois a ainsi retrouvé au futsal des joueurs déçus par le football traditionnel et qui se sont épanouis en futsal. «Celui qui voit bien le jeu et qui a un bon niveau technique peut migrer très facilement d’un côté comme de l’autre, croit-il. C’est sûr qu’un petit gabarit peut être très bon au futsal alors que quelqu’un d’athlétique, qui va vite sur 30-40 mètres, va mieux s’exprimer sur un grand terrain.»

    Il existe en fait une exception dans une transition entre le futsal et le football: le poste de gardien de but. «On ne demande pas du tout le même type d’arrêts ou de relance. Ce ne sont pas les mêmes spécificités, ne serait-ce que par rapport aux plongeons. En futsal, on est surtout dans des arrêts réflexe et des distances plus courtes», analyse Launois.

    «On travaille beaucoup au niveau des réflexes puisque les tirs arrivent de plus près et il faut aussi essayer de rester debout. Comme un gardien de handball, on doit rester gros et sur les bons appuis», confirme Cournoyer, lui-même gardien de but. Ce dernier a d’ailleurs découvert le futsal, en 2006-2007, alors qu’il était de passage avec le Royal Excelsior Mouscron, en première division belge. Il est aussi le fondateur du Défi futsal qui se déroule chaque année, au mois de mars, à Saint-Hyacinthe.

    Dès sa création, le futsal s’est différencié du soccer traditionnel en adoptant ses propres règles. Sur un terrain réduit – de 25 à 42 mètres de longueur et de 15 à 25 mètres de largeur -, deux équipes de cinq joueurs s’affrontent durant 40 minutes réparties en deux mi-temps. Le banc des remplaçants peut être composé jusqu’à sept joueurs dont les entrées et les sorties sont illimitées.

    Au niveau du jeu, les règlements de la FIFA et de l’Association mondiale de fustal (AMF) différent légèrement. Selon le premier organisme, les rentées en touche s’effectuent, par exemple, au pied. Et alors que la FIFA oblige les joueurs à remettre le ballon en jeu en l’espace de quatre secondes, l’AMF octroie une seconde de plus.

    Les deux concurrents sont toutefois d’accord sur le règlement des cinq fautes. À partir de la sixième au cours d’une même mi-temps, l’adversaire bénéficie d’un penalty tiré à 10 mètres du but. À noter que le ballon est plus petit et qu’il ne rebondit pas autant qu’en soccer traditionnel. Les règlements ici, en PDF.

    ***

    Ce n’est pas parce qu’il y a moins de joueurs que la tactique est plus simpliste en futsal. Mettez quatre joueurs novices sur un terrain de futsal et ils vont probablement opter pour deux défenseurs et deux attaquants.

    «Un 2-2 en carré défensivement est facile à mettre avec des débutants puisque on se répartit facilement les zones sur le terrain, analyse Launois. Un système en 3-1 est aussi simple parce que la répartition des rôles défensivement et offensivement se fait facilement.

    «En attaque, on essaie au maximum de retrouver cette forme de losange, d’écarter au maximum la défense adverse avec, comme joueur clé, le pivot. C’est un point de fixation devant qui sera capable de garder le ballon dos au but et d’être propre techniquement. Avec une bonne colonne vertébrale (un gardien, un défenseur axial et un pivot), on peut déjà penser à faire des permutations et des combinaisons intéressantes.»

    On parle alors d’un 4-0, en forme de croissant à la ligne médiane. Plus de détails sur la tactique en cliquant .

    ***

    L’équipe nationale canadienne est une habituée de la Coupe du monde organisée par l’Association mondiale de futsal, mais sa dernière participation à celle de la FIFA remonte à 1989. Lors de la dernière tentative de qualification, en 2012, la sélection a, pour la première fois, pu compter sur l’appui et les moyens de l’Association canadienne de soccer.

    Après des camps dans chaque province, les 30 meilleurs joueurs ont été regroupés à Vancouver pour un stage de quatre jours. Les 18 rescapés ont ensuite mis le cap vers l’Amérique centrale pour se mesurer au Costa Rica avant les pré-qualifications remportées contre le Salvador. «Il y avait vraiment un budget avec des délégués, des médecins et toute la structure de l’Association canadienne, souligne Cournoyer qui a participé à toute l’aventure. C’était vraiment un encadrement professionnel, à l’image des autres équipes à 11.»

    Le Canada a raté sa qualification pour la phase finale en prenant le dernier rang du groupe A derrière le Panama, le Guatemala et les États-Unis.


    • C’est socsal par ce qu’il faut pas mêler.

    • Excellent papier M. Milano. C’est très exitant comme sport. Très rapide. Très technique. Mon fils le pratique au collège (très populaire au niveau scolaire car les gyms ne sont pas très grand).

    • Peu connu et pratiqué au Québec? Là je ne suis pas.

      Il y a des milliers d’équipes de Timbits à AAA Senior qui jouent en salle au foot à 7 et 12 mois l’an. Certains stades présentent 3 parties à la fois de 18h30 à 22h30 les jours de semaine (= 15 parties/soir) et des tournois en continu le week-end. Des ligues de près de 100 équipes en 7 voire 8 divisions à l’année longue dans un seul stade.

      Y’a de petites variantes avec le futsal fédéré, surface de jeu, dimension des buts, nombre de joueurs de champs, mais il s’agit bien de football en salle, avec ses propres règles.

      Pierre Tremblay

    • Il y a aussi Néné issu du futsal et comme vous dites bien d’autre ,les joueurs qui sortent du futsal sont des joueurs techniques avec une grande vitesse d’exécution et de réaction. Il y a aussi le jorkyball plus intense pour le cardio cela se joue dans une cage de 10 m sur 5 m ,le ballon ne sort jamais ,on peut utiliser les murs pour passer ou marquer et on ne peut pas tenir plus de 30 min. tellement le rythme est élevé vu que le ballon est constamment en jeu. En ce moment je recherche un lieu pour développer cette activité.

    • Je joue dans une ligue intérieure mais sur une surface syntétique avec des chaussures à crampons. Ce sont les mêmes rêglements que le Futsal, ou presque, avec les mêmes dimensions de terrain. Alors, c’est du Futsal ou du soccer?

      Peut-être que le Futsal est bel et bien populaire au Québec, mais qu’on l’appelle soccer, sans distinction.

      En somme, comme dit austerlitz, le soccer en salle est plein à craquer au Québec. Où je joue, c’est 10 heures par jour, 7 jour sur 7. Très populaire chez les adultes aussi.

    • Personnellement j’ai joué au Futsal pendant 2 ans avec mon école secondaire et je me suis amélioré considérablement. J’avais même réussi à intégrer l’équipe AA de ma région, disons 3 grosses coches en haut de mon niveau précédent. Ce que j’aime bien de ce sport c’est le peu de joueurs dans l’équipe, tu peux ainsi jouer beaucoup plus et la chimie d’équipe est plus facile à implanter.

    • Attention…il y a une différence entre jouer avec un ballon Futsal et jouer selon les Lois du Jeu Futsal de la FIFA où les règles sont complètement différentes des Lois du Jeu du soccer.

      Le Futsal n’est pas la même chose que le soccer en salle non plus.

      Vous pouvez vous référer à ce document de la FSQ.

      http://www.federation-soccer.qc.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=244&Itemid=158

    • HS
      -La décision sur Paponi : ce n’était pas hier la limite?

    • Le Futsal se joue en salle, (gymnase) et non sur une surface synthétique.

    • Wow…. Vraiment un très bon article. Enfin quelqu’un qui ose parler d’un sport collectif que beaucoup sous estime au Quebec. Ailleurs, soit en Ontario et dans l’Ouest Canadien, le Futsal est en avance, comparativement au Québec.

      J’ai eu la chance de jouer au Futsal pour l’équipe Canadienne en 2002 et je suis tombé en amour avec ce sport. Rapidité, collectivité, créativité sont les principaux aspects que j’ai aimé du Futsal.

      Depuis 2005, je dirige une école de Futsal et quelques 200 jeunes joignent les rangs de AKD-MI Futsal a chaque fin de saison estivale. Il est plaisant de voir l’amélioration de ces jeunes lorsqu’ils retournent sur les pelouses extérieur.

      M. Milano, un gros merci et surtout bravo pour votre article.

    • Très bon article M. Milano !

      @austerlitz
      Le soccer que nous jouons dans les gymnases au Québec est du Soccer intérieur et non du Futsal. Aller prendre le temps de lire les règlements vous allez voir les différences. Le futsal est beaucoup plus technique et spectaculaire!

      En passant, dans mon association soit Soccer Québec-Centre, nous avons fait une ligue de Futsal cet hiver et ça été un succès! Nous allons refaire la ligue l’an prochain avec un gymnase mieux adapté et plus d’équipes! Si cela vous intéresse soccerquebeccentre.com!

    • Le ballon du futsal est différent, il ne rebondi presque pas. Ca se joue a 4 joueurs et 1 gardiens…et comme mentionné par beaulieu, çca se joue en gymnase et non sur du sythétique (principales différences…)

    • Complètement HS!

      Apparemment, Lamapard à LA ça serait fait.

    • Comme quoi le foot est suivi partout

      http://www.sofoot.com/photo-lagence-spatiale-se-paye-adebayor-168642.html

      N’empêche, se faire “vanner” par des instances aussi sérieuses, pauvre Adebayor!

    • Lampard à LA, Aucune nouvelle de l’essai de Paponi, Ferrari blessé pour 3 semaines…

      C’est mort ici!

      D’ailleurs, le fameux sujet des blessures…il me semble qu’au foot, on est rarement bon dans les prédictions de retour au jeu (comparativement aux autres sports). Je sais que c’est difficile à prévoir mais c’est souvent plus long que prévu. Parlons de notre “maillot jaune” préféré! Le Cycliste Nelson Rivas! mdr

    • @pascalmilano

      Lors des dernières semaines je me suis demandé pourquoi cette année j’ai eu beaucoup moins de plaisir à suivre le soccer.

      Avec le recul j’ai trouvé la réponse. Ces dernières années j’ai découvert le foot et j’ai adoré.

      Malheureusement et ce depuis l’an passé j’ai aussi découvert tout ce qui entoure le soccer et ça j’ai beaucoup moins aimé.

      Les matchs truqués même en Ligue des Champions, les chants racistes en Europe au point où la FIFA et Blatter doivent régulièrement intervenir en suspendant matchs, joueurs et partisans, des joueurs de l’Impact qui sur Twitter se font invectiver parce qu’ils osent porter l’hiver, ô sacrilège, un foulard rouge, couleur du TFC, le sentiment fortement anti-américain chez d’autres pendant que certains ici et là écrivent pour traiter tout ceux qui comme moi utilisent invariablement les termes soccer ou football d’être des ignorants crasses ayant le cerveau embrouillé par la « sous-culture » américaine.

      Ce n’est pas écrit comme ça mais entre les lignes c’est ce que ça veut dire.

      Les « vrais et les purs » utilisent le terme football.

      Il ne faut dire que le mot football comme pour certains autres il ne faut dire qu’Allah.

      Ah bon… C’était même rendu que lorsque j’écrivais ici je me censurais moi-même et me corrigeais pour écrire football au lieu de soccer.

      Il semble que le soccer, plus que tout autre sport attire son lot de passionnés véritables mais aussi malheureusement celui des intransigeants et des intolérants.

      Je suis retourné au baseball par pur hasard en pitonnant; le baseball passion de ma jeunesse.

      J’ai adoré.

      Je ne fais pas l’apologie du baseball pour en convaincre d’autres ici, je ne fais qu’expliquer ma façon de voir les choses.

      Dans un stade de baseball personne ne regarde la couleur de ton chandail, de ton foulard, de ton tee-shirt ou de tes bas et bobettes afin de voir si tu portes les « bonnes » couleurs.

      On s’en fout.

      C’est très manichéen le monde du foot.

      Trop pour moi en fait.

      Au baseball pas besoin d’isoler comme des pestiférés les supporters de l’autre équipe dans des sections spéciales et pas besoin de demander aux dits supporters que le stade soit vide avant de commencer eux-mêmes à sortir.

      Il faut éviter de mettre ensemble la matière et l’antimatière, le blanc et le noir, les bons et les mauvais semble-t-il. Trop explosif au soccer.

      Au baseball, on mange ses hot-dogs en buvant une bonne bière froide tout en se demandant si le lanceur va lancer une balle cassante ou une balle rapide.

      Point à la ligne.

      Le gars assis à côté de toi et qui appuie l’autre équipe n’est pas un ennemi.

      Et à la septième manche tout le monde se lève et ce quelque soit l’équipe que l’on supporte pour chanter ensemble :

      - Take me out to the ball game.

      Et les gens sont heureux et c’est là le but du sport non?

      Et certains en viennent même à dire que les Européens ont l’esprit plus ouvert et ainsi justifier leur plus grande présence au sein du club.

      - Les amerloques et ce qu’ils représentent vous savez…

      Oui tant que ces Européens ont la même couleur de peau et sont tous issus des limites géographiques de l’ancien empire Carolingien ils sont très ouverts.

      Mais pour ce qui est des autres parfois comme les Roms tiens… parfois et même souvent ils ne sont guères mieux que les amerloques (et nous Québécois) voyez-vous.

      Ont-ils déjà oublié Sarajevo?

      Sarajevo c’est en Europe aussi.

      J’espère que cette réflexion puisse peut-être éclairer certains qui doivent trimer dur pour vendre ce sport aux Québécois.

      En tout cas moi pour le moment j’ai décroché.

      Take me out to the ball game….

      Ps: j’ai essayé de faire ça court mais vous me connaissez….

    • @le_piano_ivre

      Pourquoi ne pas être un passionné de baseball et de soccer à la fois? Je suis un fan de presque tous les sports.

      Soccer : Impact de Montréal et FC Barcelone
      Baseball : Expos de Montréal et Red Sox de Boston
      Hockey : Québec et Montréal
      Football : Packers de Green Bay

      Je partage votre intérêt pour les joueurs locaux avec l’Impact. Par contre, contrairement à vous, je ne considère pas un joueur américain ou canadien comme “local”. Je n’ai pas plus d’appartenance envers un club composés de joueurs de toronto que de joueurs de l’italie. Donc, si l’Impact fait une place de choix aux joueurs québécois (ce que la direction semble vouloir faire jusqu’à maintenant), je veux seulement les meilleurs joueurs disponibles pour compléter l’alignement, qu’ils soient américains, canadiens ou européens.

    • Foot sal

      Tres dur sur mes vieux genoux … j,ai hate que la saison extérieure débute …..

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

  • Archives

  • publicité