Soccer

Soccer - Auteur
  • Charles Dubé

    MLS, Ligue des champions, Premier League, Liga... Charles Dubé vous invite à discuter du ballon rond sous toutes ses formes. Parce que la planète soccer ne s'arrête jamais, il chausse les crampons toutes les semaines pour mieux vous informer. À vos protège-tibias!
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 2 août 2012 | Mise en ligne à 20h56 | Commenter Commentaires (6)

    Burpo, l’entraîneur atypique des gardiens

    Burpo

    Délaissons les cas Di Vaio, Ferrari et Arnaud pour parler d’un homme dans l’ombre: Preston Burpo, entraîneur des gardiens. Mon portrait:

    Qui de mieux placé que Jesse Marsch pour décrire son ami et entraîneur des gardiens de l’Impact, Preston Burpo? Avec un petit sourire en coin qui laisse transparaître une lointaine complicité, il lance: «C’est un végétalien qui aime la nature. Même physiquement, il peut parfois ressembler à un homme des montagnes… Sérieusement, c’est un bon gars avec un bon tempérament et je sais que nos trois gardiens aiment travailler avec lui.»

    On le devine, Burpo est à mille lieues des personnages trop lisses qui pullulent maintenant dans le monde du soccer. Dans ses réponses autant que dans ses choix personnels ou sportifs, il est un adepte des chemins inattendus.

    Exemple, cet ex-gardien est brièvement passé par le championnat jamaïcain avant de filer dans la USL, puis de découvrir la MLS à l’âge de 33 ans. Une horrible fracture tibia-péroné de la jambe droite a mis un terme à sa carrière en 2010, mais un nouveau volet s’est rapidement dessiné. Lors de son passage à Chivas USA il y a six ans, lui et Marsch sont devenus des amis proches à force de covoiturage. L’entraîneur de l’Impact ne l’a pas oublié lorsque la piqûre du coaching a commencé à faire effet.

    «Quand Jesse a commencé à envisager un poste d’entraîneur-chef, il m’a demandé si je souhaitais m’occuper des gardiens, indique Burpo. Je lui ai répondu: “Si le projet me convient et que tu penses que le contexte sera bon, oui cela me plairait”. Après sa nomination, il ne m’a dit que du positif sur le club, Joey (Saputo), Nick (De Santis), Matt (Jordan) et les joueurs ciblés. J’ai une entière confiance en Jesse et ma décision a été facile.»

    Ce résidant du Mile End a officiellement été nommé, le 3 octobre, lors du premier jour d’un camp d’évaluation au stade Saputo. Même s’il regrette parfois la camaraderie entre joueurs et tout simplement la vie de gardien professionnel, il est heureux de se retrouver de l’autre côté du miroir. Avec Marsch et les autres adjoints, il a pu confronter sa vision du soccer et découvrir d’autres perspectives.

    «Ma courbe d’apprentissage a été incroyable en partageant le quotidien de ces gars-là. Et même si je ne connais pas tous les jeux de coulisses, j’ai commencé à comprendre comment marchent les échanges, les contrats ou tous les aspects financiers. C’est très intéressant même si je ne peux pas dire que j’aimerais être à la place de Nick ou de Matt.»

    Burpo passe évidemment la plus grande partie de son temps avec ses trois élèves, Donovan Ricketts, Evan Bush et Greg Sutton. Instantanément, il vante les capacités mentales et physiques du Jamaïcain, l’avenir prometteur de l’Américain et la bonne réaction du Canadien après avoir été rétrogradé comme numéro 3. Mais ce qu’il aime avant tout est l’ambiance qui règne au sein de son trio d’hommes gantés. «Ils sont tous différents, mais c’est un plaisir d’être avec eux tous les jours. Il n’y a aucune animosité entre les trois gardiens, ils comprennent bien leur situation respective et comment le métier fonctionne. Les deux qui ne jouent pas travaillent fort et peut-être que leur tour viendra.»

    Si plusieurs joueurs ont été rebutés par l’idée de jouer au Canada, Burpo a plutôt pris ce déménagement comme un petit clin d’œil du destin. Plus jeune, le natif de Bethesda, dans l’État du Maryland, a déjà passé ses vacances familiales à Montréal. Il a ensuite foulé la pelouse du complexe Claude-Robillard – où l’Impact s’entraîne actuellement – à plusieurs reprises lorsqu’il arborait les couleurs des Sounders de Seattle.

    «En 2004, l’Impact nous avait battus en finale. Greg (Sutton) et Mauro Biello jouaient tandis que Nick était l’entraîneur. Ensuite, nous avons pris notre revanche l’année suivante. J’adorais jouer ici, le stade était plein avec une très belle ambiance.»

    Lors de ses passages à Montréal avec les Sounders, lui et ses coéquipiers étaient surtout intéressés par «la boisson la plus proche, autant dans la victoire que dans la défaite». Heureusement, le néo-végétalien (depuis 18 mois) a approfondi ses connaissances sur la ville. «Je n’ai que de bonnes choses à dire. J’aime le brassage de cultures et de langues dans des quartiers comme le Plateau. La ville est tellement vibrante et pleine d’énergie!»

    Burpo entame ensuite une longue liste de ses restaurants, bars et salles de musique préférés. Comme quoi, «l’homme des montagnes» s’est bien adapté à son nouveau milieu urbain…


    • @piano

      Ça ne l’empêchera pas de s’entraîner et de se garder en forme pendant sa suspension.

      Pour Wenger, il ne faut pas oublier qu’il est un joueur Génération Adidas et qu’en conséquence il ne compte pas sur la masse.

    • Ainsi, on a écarté Youssef Dahha pour un entraineur de gardiens recrue et qui est venu au coaching un peu par hasard.

      Peut-être que l’avenir donnera raison à Marsch pour son choix, mais pour cette saison, cela a clairement été une mauvaise décision.

      Les gardiens de l’Impact, soit ils ne sont pas assez bons, soit ils ne montrent pas de signes d’amélioration. C’est clairement l’une des faiblesses du club et la direction devra porter un intérêt particulier à cette position pour l’améliorer.

    • Hors sujet:
      Bonjour. Je vais à Paris pour la fin août et j’aurai l’occasion d’aller voir PSG vs Bordeau. Il y a qq’un qui sait quel est le meilleur moyen d’avoir des billets pour un match PSG? On peut se rendre au guichet le jour même? les scalper?… merci

    • @grosbill08

      La nouvelle vient de tomber vers 11h00 ce matin, le procureur Italien (accusation) pense détenir suffisamment de preuves contre Marco Di Vaio pour recommander au Tribunal de la suspendre pour un an.

      Ce qui signifierais que Marco ne jouera plus cette année et très peu l’an prochain. Car suspendu il n’a pas le droit de s’entrainer avec l’équipe ni avec aucune équipe affiliée à la FIFA si je comprends bien.

      Nous voici donc avec à la fin de sa possible suspension un Marco qui n’aura pas joué depuis un an et qui sera âgé alors de 38 ans.

      Ses avocats sont mieux de faire un bon travail sinon je crois que sa carrière à Montréal est terminée.

    • Au sujet de Di Vaio
      Je suis en trait de lire le livre Declan Hill, et si la seule chose que MDV a fait est de se taire, je lui pardonne totalement. Vaut mieux affronter ce qu’il a à affronter présentement que d’affronter ce qu’il aurait eu à affronter s’il avait fait le père Ovide

    • @debooz:

      Tout a fait d’accord, il me semblait que Youssef faisait du bon travail avec les Jordan, Bush et Sutton avant ! Au moins on voyait qu’ils progressaient ! La depuis le début de saison je ne note pas d’amélioration tangible chez Ricketts. Coudon, est ce qu’il travaille les sorties aériennes et les techniques de prise de balle ?

      Mais comme ce gars-la semble l’ami de Marsh, faut pas s’étonner de le voir la alors qu’il est un néophyte en terme de formation et suivi des gardiens !

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité