Soccer

Soccer - Auteur
  • Charles Dubé

    MLS, Ligue des champions, Premier League, Liga... Charles Dubé vous invite à discuter du ballon rond sous toutes ses formes. Parce que la planète soccer ne s'arrête jamais, il chausse les crampons toutes les semaines pour mieux vous informer. À vos protège-tibias!
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 juin 2012 | Mise en ligne à 12h13 | Commenter Commentaires (20)

    Foule au stade Saputo: inquiétant ou pas?

    IMG-20120627-00270

    Moins de 15 000 personnes au stade Saputo en moyenne, disons que ce n’était le chiffre espéré par l’Impact qui a, pourtant, tenu toutes ses promesses. L’équipe n’est pas loin de la cinquième place, le joueur désigné a été mis sous contrat et l’enceinte agrandie à plus de 20 000 places est intimiste, propice à de belles soirées.

    Comment alors expliquer cette situation, surprenante aux yeux de la direction de l’Impact? Êtes-vous inquiets ou pensez-vous qu’il faut encore patienter pour avoir un portrait plus net?

    La parole est à vous. Voici quelques arguments reçus aujourd’hui par courriel et twitter:

    - L’entraîneur ne parle français
    - Le club est formé de mercenaires indifférents (l’auteur du message faisait aussi allusion à Miguel Montano)
    - Le coût trop élevé si on se déplace au stade en famille (deux adultes, deux enfants)
    - La conjoncture défavorable: contrairement aux années passées, l’Impact dispute beaucoup de matchs le soir et en milieu de semaine. Le match contre Houston était aussi à la veille de la Fête nationale.
    - Le faible nombre de joueurs québécois
    - Pas suffisamment accessible depuis la banlieue

    Les points positifs:

    - L’ambiance (les Ultras)
    - Le stade dans sa nouvelle configuration

    »»» Mon texte


    • Ce qui est étrange, c’est que les places vides se retrouvent regroupées dans la section juste à coté de la section centrale…
      Pour le match d’Ouverture du stade, le stade etait pratiquement plein, à l’exception de cette section qui etait pratiquement vide…
      Au moment de l’achat de mes billets, 3 semaines avant le match, il était impossible, selon Ticketmaster, d’avoir des billets sur les lignes de cotés…

    • La parole est à vous. Voici quelques arguments reçus aujourd’hui par courriel:

      - L’entraîneur ne parle français — n’importe quoi !!!
      - Le club est formé de mercenaires indifférents (l’auteur du message faisait aussi allusion à Miguel Montano) — Le sport professionnel en général n’est-il pas rendu là ?
      - Le coût trop élevé si on se déplace au stade en famille (deux adultes, deux enfants) — mais ces gens n’hésiteront pas à payer le gros prix pour aller voir le Canadien…
      - La conjoncture défavorable: contrairement aux années passées, l’Impact dispute beaucoup de matchs le soir et en milieu de semaine — à première vue, la moitié des matchs à Montréal se jouent la fin de semaine…

      Dans le fond…n’importe quoi !

      Historiquement, l’Impact connaît ses meilleures foules après la Fête du Canada…on verra bien la tendance cette fois-ci !

    • Honnêtement, faudrait laisser la chance au coureur. On en ait seulement au tiers de la première année en MLS. Oui la stade pourrait être plus plein, mais d’autres aspects doivent être considérés: comme l’attachement des partisans pour l’équipe. Puisque l’on en est seulement en première année (oui avant on avait le seconde division) la population local qui n’était pas des partisans se doit de se l’approprié. Mon exemple: Pour ma part c’est la première fois que je suis une équipe de football (pardon soccer) à la télévision. C’est certain que je vais aller au stade bientôt, encore me faut-il me trouver le temps. Un deuxième point à considéré serait l’achat de marchandise promotionnelle. Disons que si l’équipe parvient à bien se faire connaître cet année et d’accomplir de belle chose en cours d’année (c’est déjà bien parti) je crois que le nombre de gradins vide devrait aller en diminuant cet année tout comme l’an prochain.

    • Comme j’avais mentionné, les prix sont ridicules! C’est juste la MLS et la demande n’est pas suffisamment élevée pour justifier de telles prix. Il faudrait qu’ils les coupent de moitié pour que ça soit décent.

    • Points négatifs : On ne fait pas la promotion des joueurs de l’Impact (rappelez-vous le «C’est pas pire, ça! de Marquis Grissom). Après une demi-saison, on pourrait corriger le tir et présenter de beaux jeux, de beaux buts et arrêts, des tacles bien appuyés, sur fond d’images et de chants des Ultras.
      La bière et les maillots sont trop chers.
      Pas de présence dans les lieux fréquentés par les hommes 18-35 (lire les bars).
      Campagne de pub sur les trucs moyen-ageux.

      Est-ce inquiétant? Non, mais c’est décevant.

      Points positifs:
      Pas mal tout le reste tant qu’à moi. Il faudra emmener les gens au stade une fois et ils voudront y retourner.

    • L’Impact a pris l’initiative de consulter ses partisans sur leurs difficultés à vendre des billets. Ils reconnaissent le prix prohibitif des billets. Je vous invite donc à informer l’Impact de votre analyse de leurs difficultés. On peut le faire http://www.impactmontreal.com/fr/news/2012/06/games-stade-saputo-good-show-display

      Voici ce que je leur ai envoyé:

      Jusqu’à maintenant j’ai assisté à 7 matchs de l’Impact et voici quelques impressions :

      -Le stade Saputo est une bonne nouvelle pour le football montréalais. Les spectateurs sont près de l’action et l’ambiance est excellente (et ce en grande partie à cause des Ultras). Toutefois, il y a plusieurs irritants. Une grande partie des spectateurs arrivent fréquemment en retard, notamment en raison de la logistique. Lors du match contre Seattle, c’était littéralement la cohue afin d’entrer dans l’enceinte. Par ailleurs, il y a un cruel manque d’installations, surtout en ce qui concerne les toilettes et les abreuvoirs. L’écran télévisé me semble aussi un peu petit et ne permet pas de voir les reprises avec précision.

      -Au niveau de l’ambiance, plusieurs améliorations pourraient être apportées. Il s’agit d’abord d’une excellente décision d’interdire les vuvuzelas qui sont particulièrement désagréables et qui détruisent l’atmosphère. J’espère également que vous ne répéterez pas l’expérience des « thundersticks » vidéotron. Encouragez plutôt les gens à chanter avec les Ultras. Il faudrait justement donner plus de liberté aux Ultras et les supporter davantage. C’est par le biais de la confection de tifo spectaculaire et d’un kop enthousiaste que les gens seront le plus marqués par l’« expérience » soccer. Expulser des partisans pour avoir lancé des streamer, comme c’est arrivé en 127 lors du match contre Seattle me semble excessif, d’autant que l’interdiction n’était pas nécessairement connu de tous.

      -Au niveau du terrain lui-même, il y a également un problème important, les spectateurs ne voient pas l’ensemble du terrain. En effet, la proximité du terrain combinée à une inclinaison insuffisante des estrades font que certaines actions ne sont pas visibles. Lorsqu’on se situe dans les sections 120 à 127 (du moins selon mon expérience), il est impossible de voir la ligne de côté au sud. J’ai entendu les mêmes récriminations concernant la ligne de but pour des gens situés dans les sections ouest et est. Puisqu’il semble impossible d’accentuer l’inclinaison des estrades, il serait peut-être judicieux de réduire d’environ un mètre la surface de jeux.

      -Votre problème au niveau de la vente de billet est également le résultat d’une campagne marketing pour le moins décevante. Il vous faut davantage vous concentrer sur une clientèle 18-40 ans (surtout masculine) susceptible d’embarquer dans l’ « expérience » football dont je vous ai parlé précédemment. Ce groupe d’âge est bien plus prompt à créer une ambiance typiquement soccer et unique à Montréal, ce qui vous permet de vous démarquer du reste de l’offre sportive montréalaise. En ce sens, inspirez-vous de ce qu’ont fait Seattle et Portland. Dans la même veine, vous n’êtes pas assez présent au niveau publicitaire et médiatique. Et lorsque vous l’êtes, c’est pour mettre en valeur le côté événementiel ou tout simplement l’équipe visiteuse. Par exemple, « venez faire l’histoire lors du match d’ouverture » ou « venez voir David Beckham ou Brian Ching et André Hainault ». Il me semble que si vous voulez bâtir une culture sportive et footballistique, il vous faut miser sur vos propres attributs soit les nombreux joueurs intéressants de l’Impact, l’ambiance qui règne dans le stade (incitez les gens qui veulent une expérience sociale et identitaire à participer à cette ambiance), la présence des Ultras, etc.

      -Il vous faut être plus présent dans les médias. Un partenariat avec une radio francophone est particulièrement important. L’Impact est absent du géant qu’est le 98,5fm et lors de mon retour en auto après le match contre Toronto, la tribune téléphonique parlait encore de hockey plutôt que du match de l’Impact. Il me semble aussi que le partenariat avec TVA Sports est une erreur. D’une part, les côtes d’écoute sont faméliques en raison de la faible pénétration du réseau dans les foyers québécois. D’autre part, on peut difficilement conclure que la couverture est appropriée. L’équipe de descripteurs est en studio (et ce même lorsque l’équipe joue à Montréal, si l’on exclue le dernier match à domicile) ce qui me semble décevant. Compte tenu du peu de propriétés sportives que le réseau possède, le spectateur se serait attendu à une émission d’avant et d’après match pour maximiser chacune des parties de l’Impact. C’est sans compter les problèmes de son lors de la diffusion de certains matchs et les longs segments où TVA nous présente des reprises ou l’un des entraîneurs alors que le jeu se déroule. Dans l’ensemble, vous êtes mieux servi par RDS.

      Merci de bien tenir compte de mes suggestions et je crois qu’il s’agit d’une excellente initiative de votre part de consulter ainsi vos partisans. Il vous faut toujours rester près de votre base.

      Cordialement,

      Pascal Bouchard

    • Je ne pense pas qu’on pourra attribuer le manque de partisans à une seule raison. Je crois que la combinaison du 3 semaines de pause, l’Euro, le long weekend de la St-Jean seraient les raisons principales. À 5$ le billet on peut pas dire que c’est cher. Qui peut trouver une activité familiale pour 4 à moins de 50$ ? Jesse March qui ne parle pas Français ? Ça c’est plutôt le style des partisans du Canadien à lancer cette critique. Au soccer les partisans sont beaucoup plus multi-ethniques et n’en font pas un plat. Les matchs en soirée la semaine ? Oui durant la période scolaire mais plus maintenant. Les Ultras c’est positif et négatif. J’ai adoré le match où les Ultras ont quittés le stade en guise de manifestation. On entendait les joueurs communiquer entre eux. Pour les parents de jeunes joueurs (et Dieu sait qu’il y en a (Dieu ou Allah c’est votre choix ;)) qui apprécient le jeu de communication sur le terrain c’était sublime.

      Ce que j’aimerais par dessus tout c’est que les vieux chroniqueurs sportifs nous lâchent avec le Canadien durant l’été pour faire toute la place à l’Impact. Heureusement que nous avons vous M. Milano.

    • Passer de 13000 à 20000 signifie quand même une augmentation d’environ 50%. Ça ne se fera pas du jour au lendemain. Pas de panique.

      Cela étant dit, je ne suis pas sûr que de mettre autant de matchs à TVA Sports (qui a beaucoup moins d’abonnés que RDS) aide à rendre le produit accessible.

    • Le vrai coupable selon moi, le marketing. Il était raté lors de la vente ds billets de saison, je ne veux pas me rappeler de ces pubs avec des billts qui cachent ce qu’on veux nous vendre. Il était excellent lors de la mise en vente des billets au Stade Olympique (A la conquête, a la défense…)

      Par contre pouvez vous me parler du marketing spécifique à la vente des billets au Stade Saputo? Moi j’ai un blogue sur ce club, je suis l’équipe de prêt et j’ai des billets de saison. Je voulais acheter des billets pour un match et quand je me suis rendu compte qu’ils étaient disponnible ca devait bien faire une semaine que ca l’était.

      Si moi qui est un vrai fan a manqué le lancement de la vente des billets imaginez quelqu’un dont l’intérêt est moindre…

      Et un petit lien vers le blogue de Ludovick: http://www.optimum-soccer.com/
      P.M

    • Non. Ça prend un certain temps avant de connaître les joueurs et de s’attacher. C’est juste un peu décevant mais pas inquiétant.

      J’aurais aimé me vanter que j’ai des billets à quelqu’un qui en veut et qui ne peut s’en procurer, mais bon…

      Peut-être une petite critique. Les patentes de commanditaires et les “Faites du bruit”, c’est poche. Il faut cesser les mascarades médiévales et parler de nos joueurs, de foot et de tactique.

    • Je suis allé voir l’impact contre houston, prix pour 2 billets $90, c’est très cher car à ce prix on ne voit pas toute l’action, une partie du terrain est en angle mort, le tableau trop petit pour compenser et les sièges sont inconfortables. Il y a aussi le calibre de jeu qui n’est pas des plus relevé et l’absence de rivalités …Ps à la longue les ultras sont redondants et ennuyants

    • Les sections invendu sont les sections ou le prix des billets est le plus élevé.

      Je ne crois pas qu’il faille voir plus loin. ils ont visé trop haut et il se sont planté c’est tout. Il croyais remplir ce stade la facilement, Mais dans un stade à moitié vide, il va être dur de passé des billets à 90$

    • @ludovickm

      Entièrement d’accord et moi ce qui me décourage encore plus c’est quand j’entends Richard Legendre vendre le Stade Saputo avec des 5 @ 7 hebdomadaire.

      Le problème n’a rien à voir avec le Stade Saputo.

      En voilà un qui n’est pas encore sorti du monde du tennis où il devait vendre son Stade et les vedettes internationales qui venaient y jouer; Navratilova, Nadal etc…

      Il semble se fier encore sur la même recette: il vend son stade et les vedettes des clubs adverses qui viennent y jouer; Beckham, Brian Ching, etc…

      Merde c’est son club qu’il doit vendre, ce sont ses joueurs qu’il doit faire connaitre et aimer.

      Legendre ne comprend plus et cherche des réponses rationnelles et tangibles.

      Les réponses elles surtout irrationnelles et intangibles.

      Les Expos avaient tout comprit ça à l’époque :

      Le slogan publicitaire était : Nos Expos nos Amours !!

      Ils vendaient de l’amour!! Ils associaient l’amour aux Expos.

      Et ça marchait!!!

      On dirait que les joueurs de l’Impact sont des personnes virtuelles. On les voit lors des matchs et c’est tout.

      Mes collègues au bureau ne vont pas au Stade et ce n’est pas à cause du prix des billets car ils n’ont aucune idée du prix des billets!!

    • Moi, ce qui me fait peur c’est qu’au lieu de s’assurer de fidéliser sa clientèle existante et ainsi de se créer une base solide de partisans, l’Impact ne pense qu’à attirer de nouveaux partisans.

      De plus, il est certain qu’à force de parler des foules décevantes et de faire de la publicité négative, on ne donnera pas plus le goût aux Montréalais de se rendre au Stade. Pouvons-nous parler de l’Impact en bien et laisser les gens faire leur travail (en espérant qu’ils savent mieux le faire que ce qu’ils ont laissé voir jusqu’à maintenant). C’est une année d’expansion pour tout le monde et il faut être patient. Sommes-nous vraiment surpris qu’à Montréal, outre le Canadien il y a … le Canadien.

      @pascalbouchard

      Merci pour le lien et vos commentaires sont très intéressants.

    • @sir_maxou

      Vous avez écrit :

      “Voici quelques arguments reçus aujourd’hui par courriel”

      Vous avez donc reçu aujourd’hui des arguments par courriel. Comme ces courriel étaient destinés à l’Impact j’en conclu que vous devez y travailler sinon…

      ET=t vous trouvez que plusieurs réponses des amateurs sont pour reprendre vos propres mots “du grand n’importe quoi”

      Ah bon… On peut être d’accord ou pas d’accord avec certains arguments mais je pense que l’ont doit toujours respecter l’opinion de ses clients n’est ce pas.

      Si l’Impact pense que certaines opinions de certains amateurs sont du “n’importe quoi” je pense que je peux déjà mettre le doigt sur un problème majeur au sein de l’organisation de l’Impact de Montréal.

      Merci

    • @pascalbouchard

      J’ai utilisé sensiblement les mêmes arguments que vous à 15h04 dans votre 4e point de votre commentaire de 13h05 que je n’avais pas encore lu.

      Désolé.

    • Je refuse d’analyser sous cet angle. Ce qui compte c’est la moyenne et, après 8 programmes, on a 28 200 spectateurs de moyenne, soit la seconde de la MLS. On ne peut pas laisser de côté les bonnes foules du Stade car elles font partie des recettes.

      Par ailleurs, même si Saputo n’est pas complet, je crois que la moyenne est supérieure à l’an passé de plus de 10% juste pour ce stade. Un peu de patience svp.

      PT

    • @piano
      Mr Max ne fait que citer la dernière phrase de M. Milano. C’est vrai qu’il y a du n’importe quoi. Quand on s’attarde à Montano pour justifier notre absence du Stade, c’est qu’on ne comprend vraiment rien…

    • Le problème, ce sont les médias. Pas vous personnellement bien sûr. Les chroniqueurs sportifs du Québec(à 95%( ne sont pas intéressés par le soccer. Ils ne connaissent de l’Impact que Di Vaio, et de nom seulement.

      Ils ne peuvent tenir de discussions sur le dernier match. Encore moins sur la performance de tel ou tel joueur depuis le début de la saison. Ils ne s’y connaissent pas ni ne s’y intéresse.

      En général, les personnalités sportives (appelons les comme ça plutôt que chroniqueurs) s’y “connaissent” (entre guillemets gras et italiques) au hockey (même si les discussions tournent la plupart du temps autour des perceptions plutôt que des performances réelles), et s’intéressent un tant soit peu aux autres sports majeurs nord-américains (ok disons les vrais choses: au football et de moins en moins au baseball, le basketball pas du tout).

      Aussi, la perte de la radio sportive francophone CKAC fait mal. Malgré tous ses défauts, on y discutait de soccer dans une émission hebdomadaire, et on y diffusait les matchs. J’ose croire que l’été, avec un contrat de diffusion, on en aurait parlé encore davantage cette année.

      Du coté anglophone, quoique moins hockey-centriste, TSN 990 diffuse l’Euro mais ne parle à peu près jamais de l’Impact (la diffusion des matchs locaux a été donné à CJAD).

      J’avais espoir que TVA Sports en fasse sont cheval de bataille, mais ils sont pris avec 2-3 personnes pour le soccer et 20 pour le hockey (j’admets ne pas trop écouter ce poste, il n’en est peut-être pas ainsi). En plus, en tant que diffuseur officiel, ils ne se déplacent même pas pour les matchs extérieurs (ils se sont pourtant déjà déplacés pour les matchs locaux des Blue Jays!!! allez comprendre).

      Il n’y a donc aucun momentum médiatique avant et après les matchs. On n’en parle que s’il reste du temps dans les bulletins des généralistes. Et, je crois, ça traduit l’inculture de ce sport chez les Québécois en général (pas tous bien sûr). Ils ne comprennent pas la mentalité du sport, ce qu’il y a de beau et d’excitant. Malheureusement, la culture ne se change pas en une saison. Surtout quand le prix des billets augmente après plusieurs années à prix modiques.

      Mais allez au Stade Saputo. Vous ne le regretterez pas. On peut créer quelque chose de rassembleur et d’excitant, suffit d’être assez nombreux.

    • @djeff

      Ok désolé j’avais mal lu.

      Peut-être aurait-il du mettre la phrase entre parenthèses pour montrer qu’il citait quelqu’un.

      Je m’excuse donc.

      De toute façon les commentaires cités ne sont pas du n’importe quoi. Quand quelqu’un se donne la peine d’écrire à l’Impact pour expliquer les raisons pour lesquelles il boude les matchs je pense que c’est important.

      Quand tu ne connais pas le club et le pas vraiment le foot et que tu as déjà une opinion un peu négative envers le sport (sport de moumounes dixit Morissette ou foot=sport pour les étrangers) le fait de lire le titre suivant: “Montaño traite les Québécois de racistes” en ouvrant ton journal 24 Heures dans le métro le matin n’aide pas du tout.

      Vraiment pas.

      J’ai déjà vu un joueurs des Expos se faire échanger manu militari à l’époque pour moins que ça.

      D’ailleurs si Montaño avait déclaré: “Les Italiens sont tous des racistes” je suis loin d’être sûr qu’il serait encore un membre de l’Impact.

      Mais ça c’est une opinion personnelle.

      Ainsi la remarque à propos de Montaño était à tout le moins suffisamment importante pour que la personne ressente le besoin de l’écrire et de la transmettre le à l’Impact.

      En ce sens il faut respecter ces opinions-là également et ne pas les balayer du revers de la main en disant que c’est du grand n’importe quoi.

      Du choc des idées nait la lumière. Moi j’ai mes idées concernant les difficultés de l’Impact et j’avoue qu’en lisant d’autres commentaires ici ça influence parfois ma façon de voir les choses.

      Ceci étant dit, le marketing s’appuie sur des “cordes sensibles”, sur des valeurs et des sentiments. Il y a déjà un livre qui a été écrit sur le sujet et qui s’intitule “Les 12 cordes sensibles des Québécois” qui était à l’époque la bible de toutes les agences de publicité.

      Je ne crois pas qu’il suffit de construire un stade et d’assembler un groupe de joueurs talentueux pour remplir un stade.

      Les fans demandent plus que ça.

      On a vu le lien qui unissait les fans du Dynamo à Brian Ching. On voit le lien qui unit les joueurs du Canadien à leur public.

      À croire que le foot est un sport différent. Qu’il faut apprécier ce sport de façon cérébrale en jouissant des schémas tactiques employés et des prises de balles.

      Ça c’est bon pour les puristes et il n’y a pas assez de puristes de foot à Montréal pour emplir le Stade Saputo.

      Les fans eux veulent de l’attachement et des émotions.

      Les Allemands qui pleuraient au Stade hier lors de la défaite contre l’Italie n’étaient pas des puristes. Non ils étaient des fans fiers de leur équipe et tristes d’avoir perdu. Les Italiens qui sont allés accueillir Di Vaio à l’aéroport n’étaient pas des puristes eux non plus. Non ils étaient des fans fiers d’être Italiens.

      Les Italiens qui festoyaient hier étaient des fans fiers et heureux, pas des puristes.

      Tous ces gens sont accrochés au foot pour des raisons souvent irrationnelles; fierté, amour, estime de soi…

      Le Canadien nous vend de l’irrationnel également; la fierté. Les Expos à défaut de fierté puisqu’ils n’étaient qu’un club d’expansion nous ont vendu le plaisir et l’attachement aux joueurs:

      - Le fun est dans le stade.
      - Nos Expos, nos Amours.

      L’Impact nous vend quoi eux?

      Quelles cordes sensibles des Québécois francophones touchent-ils afin d’éveiller leur curiosité et leur sympathie? Afin de leur donner le goût à priori de s’intéresser au sport et au club pour ensuite aller une première fois au stade et commencer à aimer ce sport?

      The beautiful game.

      Je ne trouve rien.

      C’est désolant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité