Soccer

Soccer - Auteur
  • Charles Dubé

    MLS, Ligue des champions, Premier League, Liga... Charles Dubé vous invite à discuter du ballon rond sous toutes ses formes. Parce que la planète soccer ne s'arrête jamais, il chausse les crampons toutes les semaines pour mieux vous informer. À vos protège-tibias!
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 27 avril 2012 | Mise en ligne à 8h15 | Commenter Commentaires (12)

    Pep Guardiola s’en va

    Pascal Milano

    Je n’ai vu qu’un bout de la conférence de presse, mais Pep Guardiola semblait extrêmement serein et sûr de lui au moment d’annoncer son départ du FC Barcelone. L’homme aux 13 trophées a décidé, vendredi, de passer à autre ; de recharger ses batteries après quatre années inouïes, mais éreintantes au sein du club catalan.

    Que l’on aime le Barça ou non, il faut reconnaître le travail accompli par l’homme depuis son arrivée. En 2008, il n’a pas hésité à dresser une liste noire de joueurs comprenant les Ronaldinho ou Deco afin de mettre en application son plan, sa vision: celle d’une «barcelonité» poussée à son extrême.

    Bien aidée par une génération en or sortie de la Masia, le résultat a été impressionnant autant au niveau des trophées (deux C1, trois championnats notamment) que de la manière. Inutile d’y revenir tant les deux aspects ont été largement documentés au fil de chroniques, billets, livres et reportages. Il reste tout de même cette sensation, pour les spectateurs, d’avoir participé à une belle page d’histoire: le Tiki-taka, les Clasicos, les exploits de Lionel Messi, les délices de Xavi et Andres Iniesta.

    Il y a bien sûr eu quelques erreurs de recrutement – Zlatan Ibrahimovic en tête – et dans les compositions, mais cela ne compte guère au moment d’évoquer l’héritage Guardiola. À son arrivée, le club était sur une pente descendante, depuis il a tutoyé la perfection et la stratosphère du football en rejoignant les grandes équipes de l’histoire. Dans 50 ans, les livres d’histoires de foot aborderont ces années-là au Camp Nou.

    Une page se tourne, mais la vie continue pour le Barça. Son successeur ne pouvait appartenir qu’à deux catégories: un romantique du football à la Marcelo Bielsa ou un homme de la maison comme Tito Vilanova ou Luis Enrique, en exil à Rome depuis un an.

    Ce sera finalement Vilanova, adjoint de Guardiola. Il hérite d’un groupe en or, mais devra également apporter quelques retouches. Il se dit que le club souhaiterait recruter un défenseur – ce qui semble assez logique avec les derniers matchs – et un attaquant. Le travail reprend déjà…


    • 13 trophées sur 17 compétitions, faut le faire. L’âge d’or du football espagnol se termine, notamment en sélection, mais il aura marqué l’histoire du foot. Ce qui est agréable, c’est que le règne de Pep aura été fait de beau football. Si seulement, la comédie avait pu en être exclue, j’aurais été fan.

      Pierre Tremblay

    • Gracias Pep!!

    • Et bien, je suis pas fort en prédictions !
      La bonne nouvelle pour le Barça c’est que le projet continue avec le meilleur homme possible, Tito Vilanova.

      austerlitz : ne parlons pas trop vite pour dire que l’âge d’or espagnol se termine, nous verrons ce qui en est à cet Euro… En tout cas au niveau talent la relève est garantie, reste à voir si cela se traduira ou pas en trophées comme ces 4 dernières années…

    • @sergio
      Fini l’ère espagnole. Cet Euro c’est “Deutchland uber alles”

    • Je suis très loin d’être un partisan du Barcelona FC, mais j’ai un immense respect pour Guardiola. Déjà comme joueur, il imposait le respect (tout un centre). Comme entraîneur, il a tout prouvé et même plus. Un peu trop sur ses gardes à mon goût, mais d’une grande crédibilité. Suffit pas juste de compter sur des excellents joueurs, faut savoir créer quelque chose avec eux (ce qui n’est pas le cas du Madrid, du United ou du Milan).
      Guardiola se retrouvera sûrement en Italie. Un style de jeu qui, je crois, s’apprête mieux à lui.

      austerlitz: Oui bon, pour vous, on le sait. Tant que l’armaggedon ne tombera pas sur tout le foot espagnol, vous ne serez pas satisfait. Ça doit faire quelque chose de voir en ce moment deux clubs de Liga en demi-finale de la LDC et deux autres en finale de coupe UEFA (Europa). Comment dites-vous déjà? “Aux armes, citoyens. Formez vos bataillons”. Prédiction: la C1 c’est le Bayern qui la gagnera chez elle. Et l’Euro, c’est l’Allemagne qui le gagnera à Varsovie. Vous pourrez vous en prendre ensuite aux clubs teutons. ;-)

    • Je ne comprends vraiment pas.
      Je ne peux pas croire que le gars était si fatigué que ça.
      Anyway, il a fait sa place dans l’histoire.

    • @ n-t-m.

      On dit plutôt “Gràcies Pep!!”

    • @simonolivier : On disait ça aussi à la CDM, et au final, on les a fait danser ces Allemands… Alors patience, on verra, c’est à priori l’adversaire le plus compliqué, mais on verra :)

    • Même si je suis un fan du Real Madrid, je trouve que le parcours de Guardiola comme entraineur du FC Barcelona a été incroyable. Il a réussi à former une équipe superbe qui a obligé le Real Madrid a haussé son niveau également au détriment de la Liga. Je ne comprends pas pourquoi il s’en va avant la fin de la saison, il me semble que finir sur une victoire (copa del rey) aurait été mieux.
      Guardiola est l’exemple parfait pourquoi les fans du Canadiens de Montréal veulent un entraineur francophone qui comprend la culture du club. Guardiola est un ancien joueur du Barca qui a grandi dans le système. Je ne sais pas si Patrick Roy par exemple pourrait implanter la même fierté au sein du club de hockey Canadiens. Je pensais que Carbonneau allait le faire, il a presque réussi, mais il a échoué.

    • sergio010 : Humm, qui a dit ça? En 2010, l’Espagne était l’équipe favorite alors que l’Allemagne était en transition et a dépassé les objectifs fixés par Löw. Maintenant, c’est le temps de l’Allemagne alors que l’équipe arrive à maturité. Löw a fait tout un travail et maintenant, il doit livrer des trophées. Si l’Allemagne ne gagne pas l’Euro, ça sera un échec.

      Je vous rappelle que l’Espagne ne marque pas beaucoup de buts et malgré toute leur puissance contre une bande de “kids” allemands, ils ont marqué un seul but. On verra s’ils seront en mesure de défendre contre la contre-attaque. L’Allemagne a de meilleurs attaquants et a maintenant une meilleure défense que les espagnols.

    • @ lalo

      Ah non, je n’ai rien contre le football espagnol, particulièrement le toque, que j’apprécie beaucoup. Vous raisonnez en québécois là, i.e. la confusion. Je dis, je réitère que la ligue espagnole n’est pas un championnat compétitif à l’interne et que les dés sont pipés, c’est un fait avéré et vérifiable. Endormant au possible tant il est déséquilibré.

      Cela n’empêche pas l’élite de la Liga, bien au contraire, c’est une conséquence d’un championnat déséquilibré, d’être compétitive dans les tournois européens.

      Remarquez qu’avec un taux de chômage de 25% +, la jeunesse – encore plus touchée – pourra amplement pratiquer ses dribbles, comme au royaume du Brésil…

      Pierre Tremblay

    • bon en espérant que les partisans britaniques sauront se comporter, je vois que la hierarchie de la suprématie europeene se redessine. Maintenant, si Bielsa signe avec le FC Barcelone, il sera la prochaine année en finale de la Champions. Et, le jour de la finale, il aura Mou en face. Mou qui est resté UNIQUEMENT parce qu’il doit mettre la main sur “la orejona”. donc, si Bielsa arrive au FC Barcelona, la finale l’année prochaine sera
      Bielsa vs Mou
      El clásico, reloaded
      Le meilleur coach au monde gagne. Bielsa.
      Rappellez-vous, vous l’avez su ici, en premier…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité