Soccer

Mardi 7 juillet 2015 | Mise en ligne à 12h22 | Commenter Commentaires (9)

Carli Lloyd et les joueurs désignés

CHARLES DUBÉ

La Coupe du monde féminine a pris fin ce week-end au Canada avec le spectacle Carli Lloyd. La numéro 10 américaine a littéralement volé le spectacle dans une finale à sens unique, complétant un tour du chapeau dans le premier quart d’heure du match. Deux buts sur coups de pied arrêtés et une superbe frappe du milieu du terrain. Parions qu’il y aura plusieurs jeunes Carli et probablement quelques Lloyd qui verront le jour dans les prochains mois chez nos voisins du sud.

Qu’avez-vous pensé de ce match ? De la compétition en générale ? Du niveau de jeu ? Des assistances, qui ont finalement été très bonnes (malgré quelques mauvais matchs) et devraient représenter une belle carte de visite pour le Canada ? Du jeu sur surface synthétique ? Des matchs à Montréal où nous avons eu droit à de superbes spectacles particulièrement dans les rondes éliminatoires avec le France-Allemagne et l’Allemagne-États-Unis ?

L’Impact

L’Impact, de son côté, a joué un fort match à domicile contre le New York City FC et David Villa, mais malheureusement le bleu-blanc-noir a manqué de réalisme devant le filet et l’ex-international espagnol a joué comme un international espagnol. Malgré une domination constante, les Montréalais ont eu besoin d’un pénalty pour marquer leur seul but alors que le New Yorkais a su convertir deux des très rares occasions qu’il a eues. Bien sûr, Evan Bush aurait pu faire mieux, mais, au final, l’équipe qui a su profiter de ses occasions de marquer a gagné, un peu comme les Allemandes contre les Françaises lors de la Coupe du monde féminine.

Cette défaite, en raison de la façon dont l’équipe à jouer, est tout de même encourageante pour l’Impact. S’il continue à jouer de la sorte, il devrait engranger plus de points qu’il n’en perdra. Par contre, elle permet également de se poser des questions sur le potentiel du bleu-blanc-noir dans une ligue où les équipes dépensent de plus en plus d’argent.

Ignacio Piatti est un bon joueur, un excellent joueur même, mais combien de fois a-t-il fait la différence à lui seul pour l’Impact comme l’ont fait d’autres joueurs – comme David Villa samedi ou Kaka plus tôt cette saison – contre l’Impact. Imaginez quand New York pourra également compter sur Frank Lampard et Andrea Pirlo. Le milieu de terrain montréalais montre des signes de stabilité et semble plus solide qu’il ne l’a été, mais peut-il rivaliser avec celui de Toronto où des Michael Bradley et Sebastian Giovinco font individuellement autant d’argent que l’ensemble de l’équipe montréalaise ?

De plus en plus – et avec l’arrivée potentielle d’un quatrième joueur désignée ou « core player » ou peu importe comment on l’appelle – un fossé se creuse entre les équipes riches et les autres en MLS. On parle encore de parité et l’absence de pauses internationales aide à égaliser les chances (les meilleures équipes sont privées de leurs internationaux), mais pour combien de temps ?

Par le passé, plusieurs équipes ont gagné sans joueur désigné en mettant de l’avant le concept d’équipe. Est-ce encore possible en MLS ? L’Impact doit-il absolument mettre la main sur un joueur désigné de « catégorie A » ? Un tel joueur remplirait-il le stade ? Est-ce qu’un autre joueur désigné moins dispendieux comme Piatti pourrait faire la différence ? Peut-on trouver beaucoup d’aubaines comme Laurent Ciman ? Une chose me semble sûre, si Joey Saputo devait délier les cordons de la bourse et payer le gros prix pour une vedette, il faudrait qu’il soit certain de son impact autant au niveau marketing qu’au niveau sportif ? Combien de joueurs rempliraient ces deux critères à Montréal ?

N’empêche qu’à l’approche de la mi-saison, l’Impact affiche un visage plus compétitif que l’an dernier. Après une saison catastrophique, c’est un pas dans la bonne direction que de présenter une équipe qui bataille à presque tous les matchs et qui devrait lutter jusqu’à la fin de la saison pour une place en série. Il faut continuer à progresser, la fenêtre de transferts qui s’ouvre est une belle occasion tout comme celle de l’hiver prochain. L’équipe mise sur une belle profondeur à toutes les positions, mais il lui manque toujours un joueur qui peut faire la différence, peu importe la position où il jouera.

Prochain défi : samedi contre le Crew de Columbus au stade Saputo.

Le Chili champion chez lui

Ce week-end également, le Chili – mené par les Alexis Sanchez et Arturo Vidal – a finalement mis la main sur un prestigieux trophée international, la Copa America. Il a battu en finale, chez lui, l’Argentine aux tirs au but. Le pays d’Amérique du Sud mise actuellement sur une belle génération de joueurs très doués. Ce succès pourrait-il les propulser vers d’autres titres ? Vers un beau parcours à la prochaine Coupe du monde ?

Pour l’Argentine, c’est une autre amère défaite, après l’échec contre l’Allemagne en finale de la Coupe du monde l’an dernier, au Brésil. Il n’est pas trop tard pour cette équipe, dont les piliers (Lionel Messi, Carlos Tevez, Sergio Aguero,…) ont encore plusieurs bonnes années dans le corps pour remporter un grand tournoi international. Messi remportera-t-il une grande compétition internationale ? Ces deux échecs sont-ils une tache à son palmarès ?

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 25 juin 2015 | Mise en ligne à 11h24 | Commenter Commentaires (99)

Toronto trop fort pour Montréal

CHARLES DUBÉ

Les deux derniers matchs nous ont permis de voir les deux visages de l’Impact de Montréal, une performance assurée à domicile qui mène à une victoire de 2-0 contre Orlando et une performance plus nerveuse à l’étranger qui mène à une défaite de 3-1 contre Toronto. Comment expliquer cette différence de résultats alors que l’équipe alignait le même onze partant ?

Il faut d’abord préciser qu’avant le deuxième but contre Orlando, la victoire semblait loin d’être assurée alors qu’avant le but sur pénalty de Giovinco, une égalisation sur une bonne contre-attaque semblait toujours possible contre Toronto. Comme quoi de petits détails ou égarements peuvent faire paraître un score meilleur ou pire que la performance globale l’équipe.

Qu’est-il arrivé à Toronto ?

> Après de multiples essais, le TFC semble finalement avoir trouver une bonne formule. Michael Bradley et Sebastian Giovinco, deux joueurs dont le salaire individuel dépasse probablement la masse salariale totale de l’Impact, sont nettement au-dessus de la mêlée. Pour battre Toronto, il faut les neutraliser, ce qui n’est évidemment pas une tâche facile. Jozy Altidore n’est pas mauvais non plus. Toutes les équipes se feront faire mal par ce trio éventuellement cette saison.

> Nacho Piatti, qui a donné une première entrevue en français à Impact Media hier, est un excellent joueur. On s’y attend en raison de son statut de joueur désigné et son jeu sur le terrain le démontre. Il demeure toutefois loin d’autres joueurs vedettes comme Bradley et Giovinco. Il peut certes changer l’allure d’un match à lui seul, mais rend-il ses coéquipiers meilleurs comme ces derniers ?

> Ambroise Oyongo a encore une fois montré de belles aptitudes lorsqu’il se lance vers l’avant. Son premier but avec l’Impact a d’ailleurs donné temporairement l’avance aux Montréalais. Il devrait par contre parfois faire preuve de plus de retenu avant de quitter son poste. Le Toronto FC a souvent trouvé beaucoup d’espaces du côté droit de la défense montréalaise. Le milieu défensif peut bien couvrir la position à l’occasion et ça fait partie de son rôle, mais quand il est déjà débordé au centre, c’est plus difficile de couvrir un autre poste.

> J’ai toujours aimé Jack McInerney et je crois qu’il peut être à moyen terme un excellent attaquant en MLS. Il fonctionne toutefois par séquences et après un bon début de saison, il semble être dans une passe plus difficile. Malgré quelques belles occasions hier, il n’a pu trouver le fond du filet pour un quatrième match de suite. Il devra retrouver ses instincts de marqueur rapidement si l’Impact veut continuer de grimper au classement.

> L’entrée en jeu de Patrice Bernier pour Ignacio Piatti en deuxième demie alors que l’Impact tirait de l’arrière par un but avait un objectif évident. Resserrer le milieu du terrain et essayer de stabiliser la plateforme sur laquelle tout se construit. Des fois, il vaut mieux sacrifier un peu d’offensive pour créer une meilleure base. Ça peut même mener à davantage d’occasions de marquer. Ce changement a-t-il été fait trop tard ?

> L’Impact a ouvert le score assez rapidement dans le match avant d’être complètement dominé au milieu de terrain. Contre un adversaire plus fort, surtout à l’étranger, serait-il acceptable pour vous de voir l’équipe utiliser les stratégies hyper-défensive qu’on a vu en Ligue des champions ? Peut-on se permettre de « parker le bus » en championnat ? Aligner trois milieux axiaux plus défensifs dès le départ ?

Avec le mercato qui s’ouvre, à quelle position souhaiteriez-vous voir l’Impact se renforcer ?

Pour ma part, je dirais n’importe laquelle. Frank Klopas et Adam Braz ont fait du bon boulot cet hiver pour reconstruire l’équipe. On retrouve de bons joueurs de calibre MLS à toutes les positions. Et même de bonnes doublures. Ce qu’il manque maintenant, ce sont des joueurs qui peuvent faire la différence. Des joueurs qui sont au-dessus de la mêlée. L’équipe est-elle prête à mettre le prix pour les obtenir. Des joueurs plus défensifs comme Laurent Ciman ou Benoît Cheyrou peuvent coûter moins cher alors que des joueurs plus offensifs comme Giovinco ou Clint Dempsey peuvent avoir un plus grand impact au niveau marketing malgré leur prix plus élevé. C’est à l’Impact de regarder les joueurs disponibles et de voir le ou lesquels pourraient cadrer dans ses plans.

Prochain rendez-vous de l’Impact, samedi à 19 h à Philadelphie.

COUPE DU MONDE FÉMININE

Du côté de la Coupe du monde féminine, le prochain match à Montréal opposera, vendredi à 16 h, l’Allemagne (1re au classement de la FIFA) à la France (3e) dans un duel de quartde finale qui pourrait bien être une finale avant la finale. Les Bleues, après leur défaite surprise contre la Colombie, semblent avoir atteint leur vitesse de croisière alors que les Allemandes sont dominantes depuis le début du tournoi. Un match à ne pas manquer.

Les gagnantes pourraient bien retrouver l’autre membre du top-3, les États-Unis (2e) en demi-finale mardi prochain, à 19 h, toujours au stade Olympique. Les Américaines affrontent les Chinoises (16e) en quarts de finale vendredi à 19 h 30 à Ottawa. Un côté de tableau assez fort…

De l’autre côté du tableau, les Canadiennes (8e) disputeront leur match de quart de finale samedi à 19 h 30 (heure de Montréal), à Vancouver, contre les Anglaises (6e). Un match qui s’annonce ardu entre deux équipes qui ont misé sur un solide jeu défensif, mais peiné à trouver le fond du filet jusqu’ici.

Le dernier quart de finale opposera l’Australie (10e) – tombeuse surprise du Brésil (7e) dans la ronde des 16 – aux championnes en titre, le Japon (4e) samedi à 16 h (heure de Montréal) à Edmonton.

Lire les commentaires (99)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 19 juin 2015 | Mise en ligne à 15h57 | Commenter Commentaires (106)

Kaka, les Françaises et les Coréennes à Montréal

CHARLES DUBÉ

Le week-end s’annonce chargé pour les amateurs de soccer montréalais. D’abord, samedi soir à 20 h, l’Impact accueille au Stade Saputo l’Orlando City FC, sa vedette brésilienne Kaka et son jeune attaquant canadien Cyle Larin. Puis, dimanche les Françaises seront au Stade Olympique à 16 h pour affronter les Coréennes dans un match de huitième de finale de la Coupe du monde féminine. Et il ne faut pas oublier, dimanche soir aussi (19 h 30, heure de Montréal), le match des Canadiennes contre les Suisses à Vancouver.

Pour l’Impact, il faudra poursuivre sur la lancée des derniers matchs à domicile pour se rapprocher d’une place en séries. Avec le retour en vue de certains joueurs blessés, les prochaines semaines seront cruciales pour le onze montréalais. Il faudra tirer les leçons du premier match entre les deux équipes le 28 mars au Stade Olympique. Le bleu-blanc-noir disputait une bon rencontre et semblait se diriger vers la victoire avant que Kaka ne vienne complètement changer l’allure du match en l’espace de deux minutes. Il faudra avoir le Brésilien à l’œil pour éviter d’échapper d’autres points.

Pour les Françaises, le match contre la Corée est un bon défi en vue des affrontements plus corsés qui s’en viennent. Après leur faux-pas contre la Colombie, les Bleues se sont bien reprises contre le Mexique. Elles devraient logiquement battre la Corée, mais ce match pourrait être un bon indice de leur état d’esprit avant un difficile match de quart de finale contre le gagnant du duel Allemagne-Suède.

Les Canadiennes, de leur côté, devront retrouver un peu plus de ferveur à l’attaque si elles espèrent obtenir une première victoire en onze matchs contre des équipes européennes à la Coupe du monde. Le retour possible de Diana Matheson pourrait apporter un nouvel élément et aider la capitaine Christine Sinclair à s’imposer davantage. Sinon, l’apport des jeunes comme Kadeisha Buchanan, Ashley Lawrence et Jessie Fleming demeurera crucial. Gros match pour les rouges contre une équipe de Suisse, qui bien qu’elle puisse être dangereuse offensivement, demeure à leur portée. Nous aurons une meilleure idée des chances des Canadienens de se rendre loin dans la compétition au terme de ce match. Les gagnantes affronteront en quart de finale les vainqueures du duel Norvège-Angleterre, un duel que les Scandinaves devraient facilement remporter si on en croit les journaux norvégiens…

Angleterre-Norvège

Finalement, quatre jeunes joueurs de l’Impact – Maxime Crépeau, Jérémy Gagnon-Laparé, Jonathan Grant et Louis Béland-Goyette – ont été sélectionnés dans l’équipe canadienne (U22) qui participera au Jeux panaméricains à Toronto, un bon prélude aux qualifications pour les Olympiques de 2016, qui débuteront cet automne.

Lire les commentaires (106)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité