Soccer

Lundi 22 août 2016 | Mise en ligne à 12h05 | Commenter Commentaires (53)

L’Impact éteint contre le Fire

CHARLES DUBÉ

Que s’est-il passé samedi soir au stade Saputo ? L’Impact – contre la pire équipe de la MLS, contre une équipe qui était sur une séquence de 36 matchs sans victoire à l’étranger (depuis le 12 juillet 2014 contre la Nouvelle-Angleterre), contre une équipe qui n’avait marqué que 22 buts (dont 8 à l’étranger) cette saison, contre une équipe qui n’avait pas gagné à ses cinq derniers matchs – n’a pas fait le poids.

Comment expliquer une telle contre-performance ? Mauro Biello s’en est excusé après le match. Laurent Ciman a déploré que l’équipe n’ait pas joué assez collectivement en défensive.

Voici, en vrac, quelques réflexions sur ce match.

> Comment peut-on amorcer un match à domicile contre une équipe de bas de classement avec trois milieux défensifs (Marco Donadel, Hernan Bernadello et Calum Mallace) ? L’Impact se retrouvait souvent avec trois joueurs sur la même ligne et un immense trou entre le milieu et les attaquants. Bernadello était totalement inefficace dans un rôle plus avancé. Mallace a été le plus créatif des trois, mais on a dû le sacrifier à la mi-temps pour ajouter un peu de punch offensif.

> C’est bien quand les défenseurs se projettent vers l’avant, mais il faut un peu plus de discipline. Souvent, on a vu Laurent Ciman et Wandrille Lefèvre se lancer en même temps. Comme ils se retrouvaient sur la même ligne que les milieux de terrain, ces montées n’apportaient pas grand chose offensivement et rendaient l’équipe vulnérable défensivement. Combien de fois a-t-on vu Donny Toia seul derrière alors que tous les autres défenseurs avaient avancé ? Quand les défenseurs vont à l’attaque, c’est aussi le rôle des milieux de les couvrir.

> Laurent Ciman est excellent quand il surgit pour arrêter son joueur et intercepter le ballon, mais quand il est le dernier défenseur, il doit faire preuve d’un peu de retenue. Son intervention ratée au milieu de terrain a notamment ouvert la porte au troisième but du Fire. Quand on décide d’enlever un défenseur en fin de match pour apporter plus d’offensive, il faut aussi que celui qui reste soit un peu plus conservateur.

> Donny Toia amène un meilleur équilibre à la défense montréalaise parce qu’il est plus fiable défensivement et est moins porté vers l’avant que les autres latéraux. C’est souvent une bonne chose d’avoir un latéral qui va vers l’avant et un autre qui reste un peu plus reculé. Le problème est que l’Impact, avec Nacho Piatti, joue énormément sur le côté gauche et bénéficie d’avoir un défenseur plus offensif sur ce côté.

> Sur le côté droit, Matteo Mancosu avait l’air totalement perdu, ne créant rien. Hassoun Camara occupait l’espace, mais sans soutien de ses coéquipiers sur ce flan, ses montées exposaient davantage l’équipe défensivement qu’elles ne créaient de réelles menaces.

> En regardant les deux points précédents, on comprend que l’Impact manquait d’animation sur les flancs. Comme il y avait également un trou derrière les attaquants, la seule solution offensive semblait être de balancer des ballons aériens vers la surface. Et de là, soit que les attaquants montréalais perdaient les duels aériens contre les défenseurs du Fire, soit que Didier Drogba recevait le ballon dos au but et il n’y avait pas de joueur en soutien à qui le refiler. Par surprenant que l’Ivoirien soit retourné chercher le ballon dans sa zone à quelques reprises.

> Michael Salazar, malgré toute sa volonté, n’a pas su apporter la créativité qui manquait au milieu de terrain. Pourquoi toujours se priver – au moins sur le banc – d’un Johan Venegas qui, malgré ses performances en dent de scie, est un des rares joueurs à pouvoir créer des occasions de nulle part ?

> Didier Drogba, visiblement frustré, et Anthony Jackson-Hamel semblaient être les deux seuls joueurs à encore se démener en fin de match. J’aimerais d’ailleurs voir le Québécois obtenir plus de minutes. Lorsqu’il a été sur le terrain, il a toujours bien paru.

> Après deux matchs désastreux, l’Impact doit se ressaisir rapidement. Les séries semblaient presque assurées, mais voilà qu’Orlando et DC se retrouvent avec seulement 5 points de retard, avec 10 matchs à jouer. Le bleu-blanc-noir a encore sa destinée entre les mains, mais il ne doit pas laisser l’écart se rétrécir davantage. Le match de mercredi contre DC United sera crucial.

Comment expliquez-vous les deux dernières performances de l’Impact ? Quelles seraient les solutions selon vous ? Êtes-vous toujours confiant pour la suite des choses ?

Lire les commentaires (53)  |  Commenter cet article

 

Mardi 16 août 2016 | Mise en ligne à 16h54 | Commenter Commentaires (67)

La fin du rêve pour les Canadiennes

CHARLES DUBÉ

Le rêve des Canadiennes de mettre la main sur une médaille d’or olympique a pris abruptement fin cet après-midi. Après un parcours sans faille jusque-là, l’équipe canadienne s’est inclinée 2-0 en demi-finale contre la puissante Allemagne.

Les joueuses de John Herdman disputeront maintenant la médaille de bronze aux Brésiliennes vendredi alors que les Allemandes affronteront la Suède – qui a battu les hôtesses en tir de barrage – pour la médaille d’or.

>>> Le texte de Pascal Milano : Les Canadiennes joueront pour le bronze

C’est la deuxième fois de suite que les Canadiennes tombent en demi-finale aux Olympiques après leur défaite crève-cœur contre les États-Unis, à Londres. Christine Sinclair et ses coéquipières avaient ensuite remporté le bronze contre la France.

Les Canadiennes ont bien eu quelque chance de s’inscrire au pointage, notamment sur une tête de Kadeisha Buchanan – qui avait fauté pour donner un pénalty aux Allemandes plus tôt dans le match – sur un corner en toute fin de première demie, mais dans l’ensemble l’équipe classée au deuxième rang mondial a été supérieure.

Avec l’élimination rapide des Américaines, les Canadiennes – comme toutes les nations encore en jeu – voyaient sûrement une occasion en or de remporter le titre et seront certainement déçues de ce résultat. Mais la qualité du jeu et la combativité démontrées par les jeune joueuses de cette équipe sont de bon augure pour l’avenir, surtout qu’elles ont su obtenir de gros résultats sans se fier uniquement à leur capitaine Christine Sinclair.

Les Ashley Lawrence, Janine Beckie, Jessie Fleming et Kadeisha Buchanan ont toutes connu un bon tournoi et sont âgées de 21 ans ou moins. Shelina Zadorsky est à peine plus vieille à 23 ans alors que Deanne Rose (17 ans) et Rebecca Quinn (21 ans) ont montré de belles choses dans des rôles plus effacés. Un très beau noyau autour duquel construire pour les quatre prochaines années afin d’obtenir un encore meilleur résultat à Tokyo.

D’ici là, il faudra par contre remplacer plusieurs éléments importants parmi les Christine Sinclair (33 ans), Melissa Tancredi (34 ans), Diana Matheson (32 ans), Rhiyan Wilkinson (34 ans) et Josée Bélanger (30 ans). Certaines de ces vétérans, tout comme Desiree Scott (29 ans), Alyssa Chapman (27 ans) et Sophie Schmidt (28 ans) pourraient être de retour, mais on devrait voir d’autres nouveaux visages faire leur entrée dans le prochain cycle olympique et lors de la prochaine Coupe du monde.

Les femmes en rouge sauront-elles s’imposer contre les Brésiliennes pour défendre leur médaille de bronze ? Êtes-vous satisfaits de la performance des Canadiennes dans ce tournoi ? Quelle joueuse vous a le plus impressionné ? Qui remportera l’or ?

Note : Je vous reviendrai bientôt avec un billet sur l’Impact. Les dernières semaines ont été passablement occupées d’où mon silence sur ce blogue.

Lire les commentaires (67)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 22 juillet 2016 | Mise en ligne à 15h41 | Commenter Commentaires (147)

Eric Alexander échangé à Houston

CHARLES DUBÉ

Après avoir légèrement brassé les cartes au sein de son personnel de soutien, l’Impact a cette fois touché à son noyau en expédiant Eric Alexander au Dynamo de Houston en retour d’un montant d’allocation général et ciblé. Si on prend en compte la place de joueur international acquise un peu plus tôt cette semaine du Toronto FC en retour d’un choix au repêchage, cette transaction devrait paver la voie à l’arrivée d’un milieu de terrain international, probablement Hernan Bernardello.

Gêné par des blessures, Alexander avait eu de la difficulté à trouver ses repères à sa première saison à Montréal. Il semblait toutefois avoir retrouvé la confiance du personnel technique et il est le milieu axial qui a obtenu le plus de minutes (1047) depuis le début de la saison.

Personnellement, je croyais que l’Impact allait libérer ou envoyer en prêt un jeune qui peine à obtenir des minutes pour faire de la place pour ajouter un joueur à son effectif, mais dans un contexte de plafond salarial, le départ d’un joueur comme Alexander était probablement inévitable pour libérer les fonds nécessaires à l’arrivée d’une nouvelle recrue. « Cette transaction nous permet d’avoir une marge de manœuvre en ce qui a trait à notre plafond salarial en vue d’éventuels changements pour continuer à améliorer l’effectif à court et à long terme », a d’ailleurs expliqué le directeur technique de l’Impact Adam Braz dans un communiqué.

Avec le retour au jeu de Callum Mallace et de Marco Donadel et le travail de Kyle Bekker au milieu, le bleu-blanc-noir compte tout de même sur une belle profondeur à cette position et pouvait se permettre de laisser partir Alexander s’il va chercher un joueur qui améliore l’équipe.

Comme on ne connaît pas la somme obtenue en retour d’Alexander, il est difficile de dire si l’Impact a eu le meilleur dans cette transaction. La question est donc à savoir si le nouveau venu sera meilleur qu’Alexander. Et, sur ce point, il faudra attendre de connaître son identité.

Hernan Bernardello n’avait rien cassé à son premier passage à Montréal et a connu depuis des hauts et des bas. Il a cependant un profil plus défensif qui pourrait servir à solidifier l’arrière tout en libérant d’autres joueurs qui pourront se projeter davantage vers l’avant. En ce sens, l’Impact devrait être meilleur avec un joueur comme Bernardello qu’avec Alexander.

Avec sa capacité à relancer le jeu vers l’avant, Alexander aurait probablement été le partenaire idéal pour un joueur comme Bernadello, mais dans les circonstances, le nouveau venu pourrait être jumelé à Kyle Bekker, Calum Mallace, Patrice Bernier ou Marco Donadel quand il aura retrouver la forme. Ce pourrait d’ailleurs être l’occasion idéale pour Bekker de s’établir dans un rôle un peu plus avancé.

L’Impact doit aussi espérer que le nouveau venu n’aura pas une période d’adaptation trop longue en MLS. Si c’est Bernardello, le bleu-blanc-noir souhaitera qu’il n’a pas trop perdu ses repères depuis son premier passage à Montréal.

Êtes-vous satisfait des changements apportés par l’Impact ? Souhaitez-vous le retour de Hernan Bernardello ou préféreriez-vous l’arrivée d’un autre joueur ? Quel serait votre onze idéal avec l’effectif actuel ?

Lire les commentaires (147)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2016
    L Ma Me J V S D
    « juil    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives