Soccer

Mercredi 30 juillet 2014 | Mise en ligne à 12h19 | Commenter Commentaires (18)

La fin de Nick De Santis

Nick De Santis. Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse.

Nick De Santis. Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse.

CHARLES DUBÉ

La nouvelle circulait depuis hier soir. Elle a été confirmée ce matin par Joey Saputo. Nick De Santis a été relevé de ses fonctions de directeur sportif. C’est Frank Klopas – qui a reçu un vote de confiance en vue de la prochaine saison – qui s’occupera maintenant de la reconstruction de l’équipe. On a d’ailleurs vu sa première décision à ce niveau, hier, avec l’acquisition du milieu de terrain Dilly Duka de son ancienne équipe, le Fire de Chicago, contre Sanna Nyassi.

Plus de détails ici.

Congédier Nick De Santis était une décision difficile pour Joey Saputo et le propriétaire l’a mentionné d’entrée de jeu. Il n’avait cependant pas le choix. Le faible recrutement hivernal après la fin de saison désastreuse de l’an dernier a mené l’équipe directement vers le précipice dans lequel elle s’enfonce. Une décision inévitable, donc, qui permettra au bleu-blanc-noir de se reconstruire sur de nouvelles bases, mais qui ne doit pas nous faire oublier tout ce que De Santis a donné à l’équipe.

La question qui se pose maintenant est de voir quels autres changements Klopas apportera à l’effectif et comment il compte bâtir une équipe gagnante. Est-ce que certains titulaires (Patrice Bernier, Felipe, Marco Di Vaio, Hassoun Camara, Heath Pearce, Matteo Ferrari) verront leur rôle diminuer au cours des prochaines semaines ? Est-ce qu’on amorcera un virage jeunesse en faisant jouer davantage les Maxim Tissot, Karl W. Ouimette, Maxime Crépeau, Zakaria Messoudi et Jérémy Gagnon-Laparé ? D’autres transactions sont-elles à prévoir ?

Personnellement, je ne crois pas qu’il y aura beaucoup de changements d’ici la fin de la saison, peut-être une ou deux autres transactions mineures tout au plus. Déjà les arrivées de Dilly Duka et d’Ignacio Piatti devraient donner plus d’options à l’entraîneur. Frank Klopas devra bâtir une équipe pour la saison 2015 et un recrutement plus costaud devrait survenir cet hiver, surtout avec le départ prévisible de quelques vétérans.

D’ici la fin de la saison, selon moi, on risque de voir plus de jeunes en championnat où on jouera pour l’honneur, alors qu’on alignera le meilleur effectif en Ligue des champions, où une bonne performance pourrait permettre de panser quelque peu les plaies et de lancer la prochaine saison en grand avec une participation aux quarts de finale.

Que pensez-vous du départ de Nick De Santis et du rôle accru de Frank Klopas ? Est-ce un pas dans la bonne direction ? Trop peu ? Faites-vous confiance à l’ancien meneur du Fire pour redresser la situation ? Combien de temps devrait-il avoir ?

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article

 

Mardi 29 juillet 2014 | Mise en ligne à 12h14 | Commenter Commentaires (41)

Une équipe détruite à petit feu (ajout)

Le jeune défenseur anglais de Southampton Luke Shaw a rejoint Manchester United plus tôt cet été. Photo Agence France-Presse.

Le jeune défenseur anglais de Southampton Luke Shaw a rejoint Manchester United plus tôt cet été. Photo Agence France-Presse.

CHARLES DUBÉ

Non, je ne parle pas de l’Impact. Ayant manqué quelques matchs pendant mon séjour au Brésil et mes vacances, je me donne une rencontre de plus avant de commenter la déroute du bleu-blanc-noir. Je parle plutôt du club anglais de Southampton – huitième en Premier League l’an dernier – qui voit depuis le début de l’été ses vedettes quitter une à une. Leur entraîneur, Mauricio Pochettino, a également pris le chemin de Tottenham.

Joueurs ayant quitté Southampton depuis le début de l’été

Adam Lallana (Liverpool – 50 millions $)
Calum Chambers (Arsenal – 33 millions $)
Dejan Lovren (Liverpool – 41 millions $)
Rickie Lambert (Liverpool –9 millions $)
Luke Shaw (Manchester United – 61 millions $)

Joueurs qui pourraient encore partir

Morgan Schneiderlin
Dani Osvaldo
Jay Rodriguez
Victor Wanyama

Joueurs recrutés
Dusan Tadic (FC Twente – 19 millions $)
Graziano Pellè (Feyenoord – 15 millions $)

Sources : Transfermarkt.com pour les montants des transferts

Comment une équipe peut-elle survivre à un tel démembrement ? Southampton compte sur une des meilleures académies d’Europe (elle a notamment formé Gareth Bale, Alex Oxlade-Chamberlain et Theo Walcott) et a déjà une nouvelle génération de joueurs prête à prendre la relève, mais ceux-ci peuvent-ils réussir à s’imposer sans réels leaders d’expériences ? En vendant ses meilleurs éléments, l’équipe du sud de l’Angleterre a amassé une belle cagnotte qu’elle pourrait utiliser pour recruter de nouveaux joueurs, mais qui voudra joindre une équipe qui perd ses meilleurs éléments ? Combien de temps faudra-t-il pour recréer une chimie sur le terrain et un esprit d’équipe dans le vestiaire ? Comment les joueurs réagiront-ils au début de la prochaine saison ?

Dave Kidd dans le Mirror blâme le Financial Fair Play, qui protègerait la suprématie des grandes équipes. A-t-il raison ? Qui est responsable de cet exode massif ?

Au moins, le nouvel entraîneur Ronald Koeman semble prendre la situation avec humour comme en fait foi cette photo d’un terrain vide qu’il a publiée cette semaine sur Twitter avec la mention «Prêt pour l’entraînement».

Photo tirée de twitter.

Photo tirée de twitter.

AJOUT
Il semble que le président des Saints, Ralph Krueger, a bloqué la vente de Morgan Schneiderlin à Tottenham au grand dam du milieu français et indiqué que la vente de feu est terminée. Nous verrons ce qui arrivera les prochains jours et les prochaines semaines. Southampton, avec les profits déjà engendrés cet été sur le marché des transferts, a certes les moyens de jouer dur, mais l’équipe veut-elle vraiment garder un joueur mécontent dans leur alignement ? Plus de détails ici.

Lire les commentaires (41)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 3 juillet 2014 | Mise en ligne à 20h50 | Commenter Commentaires (518)

Qui atteindra le carré d’as ?

CHARLES DUBÉ

La phase des groupes est terminée. Les huitièmes de finale aussi. La Coupe du monde entre maintenant dans sa phase finale. Des équipes parmi les favorites ne sont plus là, d’autres inattendues se sont invitées dans la danse. Qui passera au tour suivant ?

Allemagne-France

Les jeunes Français surprennent depuis le début du tournoi. Certes, il ne faut jamais négliger les bleus, mais personne ne peut dire qu’il s’attendait à voir d’aussi solides performances de ces joueurs. Plusieurs prédisaient tout de même un beau parcours à la France, mais une défaite en quart de finale contre l’Allemagne. Est-ce que ce scénario se réalisera ? Les Allemands n’ont pas encore atteint leur vitesse de croisière et certaines vedettes, dont Mesut Ôzil, se sont faites critiquer pour des performances jugées en deça des attentes. Cette équipe saura-t-elle atteindre encore une fois les demi-finales et cette fois se rendre jusqu’au bout pour une première fois depuis 1990 ?

Brésil-Colombie

Le pays hôte a eu chaud contre le Chili et son prochain match ne s’annonce pas plus facile. La Colombie est, selon moi, l’équipe qui a montré le plus de régularité depuis le début de la Coupe du monde. Elle joue bien. James Rodriguez – qui a déjà marqué 5 fois – s’avère être un des meilleurs joueurs de la compétition. Le Brésil saura-t-il surmonter cet obstacle, le plus gros à ce jour, sur sa route ? Neymar aura certainement besoin d’aide à l’avant alors que Marcelo devra être plus discipliné à l’arrière. La foule de Fortaleza pourra-t-elle inspirer son équipe ?

Argentine-Belgique

L’équipe « cendrillon » attendue par tous les observateurs est rendue là où elle devait se rendre. Pourra-t-elle réellement causer la surprise et vaincre l’Argentine. Le réveil de Romelu Lukaku contre les États-Unis est certes une bonne nouvelle mais, de l’autre côté, Lionel Messi est en grande forme. Thibaut Courtois devra répéter ses miracles réalisés en Liga cette année pour propulser son équipe dans le carré d’as. La majorité des Brésiliens, à moins qu’ils ne soient éliminées demain, prendront pour l’Argentine, simplement pour avoir le plaisir de les battre en finale.

Pays-Bas-Costa Rica

Voilà probablement les deux équipes qu’on attendait le moins à ce stade de la compétition. Les Pays-Bas ont bien atteint la finale il y a quatre ans, mais des piliers vieillissants, dont certains ont connu une saison en dents de scie, semaient le doute dans l’esprit de plusieurs analystes. Saura-t-elle poursuivre son parcours. Des ténors encore en lice, elle a certes ce qui paraît être le match le plus facile. Mais de l’autre côté, le Costa Rica – la véritable équipe « cendrillon » de ce Mondial – ne se laissera certainement pas marcher sur les pieds. Elle a mérité sa place en battant de bonnes équipes. Elle a dominé un groupe où on retrouvait l’Angleterre, l’Italie et l’Uruguay. Ses joueurs, déterminés et combatifs, ont eu le sang-froid nécessaire pour battre la Grèce en tirs de barrage et ne se laisseront certainement pas intimider par une autre équipe européenne. Pourront-ils causer une autre surprise ?

Lire les commentaires (518)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2010
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité