Soccer

Jeudi 1 décembre 2016 | Mise en ligne à 11h33 | Commenter Commentaires (75)

La passion, jusqu’à la fin…

CHARLES DUBÉ

L’Impact aura combattu jusqu’à la fin, en prolongation, au terme d’un dur et excitant duel aller-retour contre son grand rival torontois. Mais, au final, la fatigue, des erreurs de concentration en défense, une faiblesse sur les coups de pied arrêtés et un Toronto FC bien huilé auront eu raison de lui.

Le résultat n’aura donc pas été celui espéré par les fans montréalais, mais la passion qui a animé les deux équipes aura certainement ravi les amateurs partout au pays. Ce ne fut pas toujours un match classique, chaque équipe a contrôlé la rencontre et sa destinée à un moment ou à un autre et les partisans des deux côtés ont traversé toute la gamme des émotions. Les Torontois ont eu le dernier mot cette fois. L’intensité du match et l’enthousiasme montrée dans les deux villes montrent que ce n’est que partie remise. Les deux rivaux ont certainement gagné des fidèles avec ce duel.

Le Toronto FC, la première équipe canadienne à atteindre la finale de la MLS, recevra les Sounders le 10 décembre dans le match ultime. Vous intéresserez-vous à ce duel ? De quel côté votre cœur penchera-t-il ?

Pour l’Impact, nous aurons l’occasion de faire le bilan dans les prochains jours et de se pencher sur les leçons à tirer de son parcours surprenant de cette année. Malgré la défaite, je resterai positif aujourd’hui et soulignerai le caractère démontré par l’équipe et la détermination dont elle aura fait preuve jusqu’au bout. Même lorsque l’issue semblait scellée en prolongation, le bleu-blanc-noir n’a pas baissé les bras et a cherché à revenir dans le match – une solide frappe de Johan Venegas dans les dernières minutes en est un bon exemple. Un Venegas qui a d’ailleurs laissé une belle empreinte sur le match et dynamisé le milieu avec son entrée en deuxième demie. Je donnerais aussi de bonnes notes à Ambroise Oyongo, partout sur le terrain) et à Dominic Oduro qui ont mené l’attaque montréalaise.

Quelles sont vos impressions du match d’hier ?

Un petit pas pour le soccer canadien

La MLS et Soccer Canada ont profité de la rencontre d’hier pour annoncer des changements aux règlements concernant les joueurs canadiens. En gros, les joueurs canadiens formés dans une académie d’un club de la MLS ou un club juvénile approuvé et qui signent leur premier contrat professionnel avec une équipe du circuit Garber ou en USL ne prendront plus de place de joueur international s’ils jouent pour une équipe américaine. Cette mesure ne touche pas les joueurs plus âgés, mais c’est un pas dans la bonne direction qui devrait donner plus d’options aux jeunes espoirs canadiens. Ce n’est pas parfait, mais c’est un pas dans la bonne direction.

Lire les commentaires (75)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 30 novembre 2016 | Mise en ligne à 10h52 | Commenter Commentaires (46)

Impact : gérer la fatigue et le match

CHARLES DUBÉ

Une nouvelle page de l’histoire du soccer au Canada sera tournée ce soir alors qu’une première équipe canadienne atteindra la finale de la Coupe MLS. L’Impact se rendra au BMO Field pour y affronter le Toronto FC avec une légère avance, mais deux buts encaissés à domicile. Il devra se montrer prudent sans trop être attentiste s’il veut éviter la courte défaite qui paverait la voie aux rouges.

Pour atteindre son objectif, l’Impact devrait encore présenter le même visage en début de rencontre avec Matteo Mancosu en pointe. La clé sera donc de connaître un autre bon début de match et de mieux gérer la suite des choses.

Le onze partant type des derniers matchs a donné de belles choses à Mauro Biello alors que son intensité et son pressing en début de rencontre a permis de déstabiliser l’adversaire et d’amorcer les rencontres en lion. Cette approche, combinée aux jambes vieillissantes de certains joueurs, posent toutefois problème en fin de rencontre alors que plusieurs Montréalais n’ont plus l’énergie pour maintenir la pression sur l’adversaire, ce qui ouvre la porte à un retour en force de l’adversaire.

La clé pour l’Impact sera donc de bien gérer son niveau d’intensité. Le bleu-blanc-noir voudra rapidement prendre contrôle du match, surtout pour ne pas se retrouver dans une situation ou un but torontois en fin de rencontre scellerait l’issue du duel, mais doit être en mesure de tenir 90 minutes, ou même plus s’il y a prolongation.

On critique dernièrement les changements convenus de Mauro Biello, mais avec un Patrice Bernier, qui peine après la 50e minute, Dominic Oduro qui ralentit et arrête de se replier à la 60e et les autres milieux qui en arrachent également en fin de match, il n’a souvent pas le choix de faire les mêmes changements. Il faudra toutefois qu’il les fasse plus tôt qu’à Montréal et qu’il adapte son schéma au besoin, quitte à le faire avec les joueurs sur le terrain.

Je serais très surpris de voir l’entraîneur montréalais modifier son onze partant. Il misera sur les joueurs qui l’ont mené à un match de la finale. Mais croyez-vous que d’autres options pourraient être intéressantes ? Faire amorcer le match à Calum Mallace pour avoir un Patrice Bernier frais et dispo à la 50e minute ? Donner le couloir droit à Johan Venegas et pouvoir compter sur la vitesse de Dominic Oduro en fin de rencontre si on a besoin d’un but ? Quelle serait votre stratégie pour le match de ce soir ?

Qui remportera le duel ? Ma prédiction 2-2 sur une égalisation tardive de Didier Drogba.

Lire les commentaires (46)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 23 novembre 2016 | Mise en ligne à 11h15 | Commenter Commentaires (68)

Victoire en demi-teinte pour l’Impact

CHARLES DUBÉ

Peut-on à la fois gagner et perdre un même match ? C’est l’impression qui ressort après le premier match de la finale de la Conférence de l’Est de la MLS entre l’Impact de Montréal et le Toronto FC.

D’abord, parce que, malgré le « linegate » qui a retardé le coup d’envoi, la rencontre a donné lieu a du jeu enlevant et de multiples rebondissements qui ont offert un solide spectacle aux 61 004 spectateurs réunis au stade Olympique et aux centaines de milliers qui ont regardé la partie à la télévision. Un moment important pour l’histoire du soccer au Canada.

Ensuite, parce que l’Impact, ayant mené au score 3-0 et prêt à se rendre à Toronto avec un important avantage, s’est relâché et a alloué deux buts qui le forcera à aller chercher un résultat dans la Ville Reine. Si Mauro Biello a eu l’avantage en début de rencontre avec ses choix tactiques, il n’a pas su adapter son équipe aux changements apportés par son vis-à-vis Greg Vanney.

Dès le début du match, le bleu-blanc-noir y est allé de son pressing intense qui l’a si bien servi depuis le début des séries et a profité des espaces laissés par les rouges sur les ailes et de la vitesse du terrain pour imposer sa marque sur la rencontre. Une passe sublime de Bernier, l’opportunisme d’Oduro et la combinaison Piatti-Mancosu ont donné deux buts rapides aux Montréalais.

La gestion de l’avance a toutefois été plus difficile et le sifflet de la demie a aidé a relâché un peu la pression de plus en plus forte de la part des Torontois sur la cage d’Evan Bush.

Une belle pièce de jeu individuelle d’Ambroise Oyongo, qui a connu un autre fort match, a permis à l’Impact d’ajouter un troisième but et de reprendre un peu le contrôle du match, mais a peut-être rendu certains joueurs trop téméraires et paresseux dans leur repli. Bernier a perdu quelques ballons en essayant des contrôles au milieu du terrain, Oduro ne redescendait plus aussi souvent, les milieux et Mancosu mettaient moins de pression en récupération.

En faisant entrer Will Johnson et Tosaint Ricketts (particulièrement le second), Greg Vanney a su insuffler une nouvelle énergie à son équipe qui a pu profiter des jambes fatiguées de certains Montréalais et des espaces créés à l’arrière. Ricketts a aussi permis aux Torontois de diversifier leur attaque. C’est une arme redoutable (et connue) à laquelle l’Impact n’a pas su s’adapter.

Certains d’entre vous critiquer l’arbitrage, mais l’Impact n’a que lui a blâmé pour son relâchement et son incapacité à changer son jeu pour contrer la nouvelle stratégie des Torontois. L’ajout d’un joueur percutant dans la boîte montréalaise (Ricketts) aurait dû mener à un renforcement de la défense. Au contraire, les joueurs fatigués ne se repliaient plus et aucun changement n’a été apporté au milieu.

Comment Bernier a-t-il pu jouer jusqu’à la 87e minute ? Pourquoi ne se repliait-il pas et ne faisait-il pas un meilleur pressing ? Il était souvent le joueur le plus avancé de l’équipe. Pourquoi Oduro restait à l’avant et avait cessé de couvrir le côté droit de la défense ? Pourquoi n’a-t-on pas vu un Calum Mallace ou un Johan Venegas entrer plus tôt dans le match pour changer le rythme et l’énergie ? Plusieurs questions auxquels l’entraîneur devra répondre si le résultat n’est pas au rendez-vous à Toronto, mais qui seront oubliées si l’équipe passe en finale.

Au final, l’Impact a gagné le match 3-2 et demeure en contrôle du duel aller-retour. Ça promet à Toronto mercredi prochain.

Lire les commentaires (68)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « nov    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives