Soccer

Mardi 22 avril 2014 | Mise en ligne à 11h13 | Commenter Commentaires (32)

La fin pour David Moyes

David Moyes a été congédié par Manchester United. Photo Agence France-Presse

David Moyes a été congédié par Manchester United. Photo Agence France-Presse

CHARLES DUBÉ

Il était évident que la transition serait difficile, que David Moyes ne ferait pas aussi bien que son prédécesseur à la barre de Manchester United. D’abord, parce qu’il est pratiquement impossible de remplacer une légende comme Sir Alex Ferguson, ensuite parce que l’effectif des Red Devils était effectivement vieillissant et sur le déclin. Personne n’avait toutefois prédit une année si catastrophique, la pire en deux décennies pour l’équipe la plus titrée d’Angleterre, qui se terminera probablement sans participation à une compétition européenne.

Les experts britanniques multiplient les explications sur l’échec du « Chosen One », mais certains points ressortent de toutes les analyses : son incapacité à recruter adéquatement – à remplacer les joueurs vieillissants –, son incapacité à gagner le respect de la vielle garde de l’équipe (même s’il a réussi à faire signer un nouveau contrat à Wayne Rooney) et l’absence de continuité dans sa gestion (il a remplacé tous les assistants de Ferguson par les siens quand il est arrivé en poste).

Selon plusieurs médias, la famille Glazer – propriétaire de l’équipe – serait prête à offrir entre 150 et 200 millions au prochain entraîneur pour rebâtir l’équipe. Ce recrutement sera toutefois plus difficile sans compétition européenne et le nouveau timonier devra se baser sur la réputation du club et la sienne pour éviter que la chute ne soit trop longue. Il aura fallu quatre ans à Liverpool pour rejoindre l’élite après sa septième place en 2009-2010 et nous devrions attendre à l’an prochain avant de dire si c’est pour durer.

Plusieurs candidats ont été cités pour remplacer l’Écossais, le favori pour le moment étant le Néerlandais Louis Van Gaal alors que Jürgen Klopp a indiqué qu’il n’était pas prêt à quitter Dortmund. Les noms de Pep Guardiola (Bayern Munich), Carlo Ancelotti (Real Madrid), Laurent Blanc (Paris Saint-Germain), Carlos Queiroz (Iran), Antonio Conte (Juventus) et Diego Simeone (Atletico Madrid) sont également régulièrement mentionnés.

Ryan Giggs dirigera l’équipe d’ici la fin de la saison.

PS: Je reviendrai plus tard cette semaine sur les matchs de Ligue des champions et sur le premier match de l’Impact au stade Saputo.

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 18 avril 2014 | Mise en ligne à 15h51 | Commenter Commentaires (42)

Rien n’est joué en Angleterre

CHARLES DUBÉ

Le championnat anglais est réputé être plus compétitif que d’autres ligues européennes, mais rarement aura-t-on vu une saison aussi disputée à tous les échelons du classement. À quatre matchs du fil d’arrivée, la majorité des équipes sont impliquées dans d’importantes luttes qui pourraient avoir un impact important sur leur avenir à court ou moyen terme. Le match nul arraché in extremis en milieu de semaine pas Manchester City contre Sunderland – bon dernier – montre d’ailleurs à quel point rien n’est acquis dans cette ligue et que chaque match doit être pris avec sérieux.

Course au championnat

Trois équipes, un seul titre. Qui de Liverpool, Manchester City ou Chelsea partira avec les plus grands honneurs ? Comme l’a dit l’entraîneur de Liverpool, Brendan Rodgers, le match nul de City contre Sunderland en milieu de semaine est un avertissement à toutes les équipes qu’aucun adversaire ne doit être pris à la légère. Les Reds, avec leur victoire le week-end dernier contre les Citizens, ont l’avantage dans cette course, mais tout pourrait basculer dimanche prochain alors qu’ils accueilleront Chelsea. Une victoire des Blues (si on tient pour acquis que les deux meneurs gagnent ce week-end) les propulserait au premier rang. Manchester City, de son côté, se doit d’être parfait – son match le plus difficile étant à Everton – et espérer que ses rivaux trébuchent. Sinon, cette saison sera sans contredit considérée comme un échec pour Manuel Pellegrini et ses hommes.

Liverpool : 77 points, 4 matchs à disputer (Norwich, Chelsea, Crystal Palace, Newcastle)
Chelsea : 75 points, 4 matchs à disputer (Sunderland, Liverpool, Norwich, Cardiff) – en plus d’une demi-finale de Ligue des champions contre l’Atletico Madrid
Manchester City : 71 points, 5 matchs à disputer (West Brom, Crystal Palace, Everton, Aston Villa, West Ham)

4e place – Ligue des champions

Il n’y a pas si longtemps, après une excellente première moitié de saison, Arsenal caracolait en tête de la Premier League et paraissait en bonne posture pour remporter le titre. Une série de blessures et de mauvais résultats a toutefois éjecté l’équipe d’Arsène Wenger de la course et a mis sa qualification pour la Ligue des champions en doute. Everton s’est même approprié temporairement le quatrième et dernier rang donnant accès à l’élite européenne avec une poussée victorieuse, malheureusement pour eux, stoppé mercredi par Crystal Palace. Avec quatre matchs à jouer, les Gunners bénéficient d’un calendrier légèrement plus favorable et leur expérience de telles courses dans les dernières années combinée au retour d’Aaron Ramsey et de Mesut Özil pourrait faire la différence. Le perdant de la course jouera en Ligue Europa.

Arsenal : 67 points, 4 matchs à disputer (Hull, Newcastle, West Brom, Norwich) – en plus de la finale de la FC Cup contre Hull
Everton : 66 points, 4 matchs à disputer (Manchester United, Southampton, Manchester City, Hull)

6e place – Ligue Europa

Avant le début de la saison, Tottenham et Manchester United étaient vus par la majorité des observateurs comme des aspirants au titre ou au moins à une place en Ligue des champions. Des saisons décevantes les placent maintenant, à quelques pas du fil d’arrivée, en compétition pour la sixième et dernière place donnant accès aux compétitions européennes*. Si certains observateurs croient que la Ligue Europa ne vaut pas la peine et que ne pas y participer serait bénéfique pour une ou l’autre équipe (voir Liverpool cette année), je suis certain qu’autant Tim Sherwood que David Moyes feront tout en leur pouvoir pour que leur équipe respective se qualifie et peut-être réussir à conserver leur emploi. Les Red Devils accusent trois points de retard sur les Londoniens, mais ont un match en main et un différentiel de buts largement à leur avantage.

Tottenham : 60 points, 4 matchs à disputer (Fulham, Stoke, West Ham, Aston Villa)
Manchester United : 57 points, 5 matchs à disputer (Everton, Norwich, Sunderland, Hull, Southampton)

Relégation

Au bas du classement, on assiste à une lutte tout aussi importante, dont les retombées financières sont énormes. La différence entre la 17e place – et le maintien en Premier League – et la 18e place – et la relégation en Championship – se calcule en dizaine de millions de dollars. Avec son match nul contre Manchester City, Sunderland s’est donné un filon d’espoir dans cette course alors que Crystal Palace avec sa victoire contre Everton a pratiquement assuré son maintien à moins qu’un étrange protêt de Cardiff ne vienne lui coûter des points. Neuf équipes participent à cette lutte dans laquelle chaque petit point arraché à un adversaire mieux classé peut faire la différence. À ce niveau, Norwich en aura plein les bras… Les trois dernières équipes au classement seront reléguées.

West Ham : 37 points, 5 matchs à disputer (Crystal Palace, West Brom, Tottenham, Manchester City)
Hull : 36 points, 5 matchs à disputer (Arsenal, Fulham, Aston Villa, Manchester United, Everton)
Aston Villa : 34 points, 5 matchs à disputer (Southampton, Swansea, Hull, Manchester City, Tottenham)
Swansea : 33 points, 4 matchs à disputer (Newcastle, Aston Villa, Southampton, Sunderland)
West Brom : 33 points, 5 matchs à disputer (Manchester City, West Ham, Arsenal, Sunderland, Stoke)
Norwich : 32 points, 4 matchs à disputer (Liverpool, Manchester United, Chelsea, Arsenal)
Fulham : 30 points, 4 matchs à disputer (Tottenham, Hull, Stoke, Crystal Palace)
Cardiff : 29 points, 4 matchs à disputer (Stoke, Sunderland, Newcastle, Chelsea)
Sunderland : 26 points, 5 matchs à disputer (Chelsea, Cardiff, Manchester United, West Brom, Swansea)

*Seule la cinquième place de la Premier League donne directement accès à la Ligue Europa (vraisemblablement Arsenal ou Everton cette année). Comme Manchester City a remporté la Coupe de la ligue et est qualifié pour la Ligue des champions, sa place en Ligue Europa va à l’équipe classée au sixième rang du championnat (Tottenham ou Manchester United). La troisième place en Ligue Europa va au gagnant ou au finaliste de la FA Cup. Dans ce cas-ci, ce sera Hull puisque Arsenal sera vraisemblablement qualifié pour une compétition européenne via sa position au classement.

IMPACT–SPORTING KANSAS

En MLS, l’Impact n’aura pas la tâche facile alors qu’il visitera les champions en titre.
Plus de détails ici, ici et dans mon dernier blogue.

Lire les commentaires (42)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 16 avril 2014 | Mise en ligne à 12h13 | Commenter Commentaires (49)

Faut-il paniquer ?

CHARLES DUBÉ

Sans victoire après six matchs, l’Impact connaît son pire début de saison depuis son entrée en MLS. En fait – comme le rappelle Pascal Milano ici – depuis 2011, seul le Toronto FC de 2012 a fait pire en ne récoltant aucun point à ses neuf premiers matchs.

À la lumière de ces résultats, est-ce le temps de paniquer ? Ou, au contraire, la série actuelle de trois matchs sans défaite est-elle une raison d’être plus optimiste pour le reste de la saison ?

Frank Klopas penche certainement pour la deuxième option et voudra trouver l’effectif pour lui permettre de remporter une première victoire samedi à Kansas City, où l’Impact et lui ont souvent connu de bons résultats malgré une opposition dangereuse.

L’entraîneur grec misera sûrement sur une formation plus défensive et la contre-attaque en vue de ce match.

Dans ce contexte, il serait surprenant de voir l’Impact adopter à nouveau un schéma 4-4-2, surtout en tenant compte des ennuis qu’il a connus en milieu de terrain avec un homme en moins samedi dernier – même si l’arrivée de Patrice Bernier en deuxième demie n’a pas beaucoup aidé.

Où jouera Jack McInerney si l’équipe s’aligne en 4-2-3-1 ? À gauche, où il a été invisible après une première demie prometteuse à son premier match ? Sera-t-il relégué au banc des réservistes ? Le préférera-t-on – idée impensable – à Marco Di Vaio ?

Au milieu, le capitaine Patrice Bernier – qui ne casse rien depuis le début de la saison – devrait-il réintégrer la formation partante ? Collen Warner, dont les qualités en défense semblent être appréciées par l’entraîneur, devrait-il être laissé de côté ? Felipe, moins visible samedi après un excellent match contre New York, est-il un partant indiscutable ? La réponse à toutes ces questions dépendra aussi de l’état de santé de Hernan Bernadello. S’il est disponible, il reste un poste de moins en milieu central…

Si à droite, la titularisation de Justin Mapp semble, en ce moment, indiscutable, la question se pose pour le côté gauche, surtout après qu’Andres Romero a été substitué à la mi-temps contre Chicago. Les performances en deçà des attentes de l’Argentin pourraient logiquement ouvrir la porte à un autre joueur. Lequel ? Blake Smith est-il prêt pour un départ ? Santiago Gonzalez peut-il être une solution ? Collen Warner pour fermer le jeu un peu plus sur ce côté ? Jack McInerney ? Serait-ce l’endroit où faire une place à Patrice Bernier ? Ou, pourquoi ne pas essayer Maxim Tissot dans un rôle plus offensif ?

En défense, le casse-tête semble tout aussi complexe, mais, à mon avis, on n’y verra que très peu de changement. Si Karl Ouimette, après un bon match samedi dernier, mérite une chance de poursuivre, à qui doit-on l’associer ? Matteo Ferrari a été moins pire, mais n’est toujours pas au niveau. Hassoun Camara semble avoir beaucoup de misère en défensive centrale et son séjour à droite a aussi été difficile contre le Fire. Nelson Rivas, s’il est prêt ? Wandrille Lefèvre ? Comme je serais surpris que Frank Klopas aligne deux jeunes défenseurs centraux et qu’il est peut-être un peu tôt pour miser sur le Colombien, l’Italien aura sûrement une autre chance.

Sur les côtés, à moins d’un retour de Jeb Brovsky, les options sont également limitées. Eric Miller, qui a relativement bien fait – tant à gauche qu’à droite –, devrait conserver un poste dans la formation partante. Hassoun Camara n’a rien fait contre Chicago pour convaincre son entraîneur qu’il a sa place à droite, même si ses performances des deux dernières années devraient lui valoir une nouvelle audition. L’expérience de Heath Pearce est un atout, mais il semble limité par un manque de vitesse. Maxim Tissot a montré de belles choses l’an dernier, mais il semble plus à l’aise dans la phase offensive qu’en défensive.

Atlanta en MLS ?

La MLS devrait, par ailleurs, annoncer une nouvelle expansion cet après-midi. Atlanta accueillerait ainsi la 22e équipe du circuit Garber en 2017.

Coupe du monde

Pour ceux qui souhaitent aller faire un tour au Brésil, la dernière phase de vente de billets pour la Coupe du monde – sur le principe du premier arrivé, premier servi – s’est ouverte hier. Il reste quelques billets pour les phases préliminaires et d’autres billets apparaissent sporadiquement en revente.

Lire les commentaires (49)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité