Guy Thibaudeau

Guy Thibaudeau - Auteur
  • Conditions de ski>

  • Guy Thibaudeau, collaboration spéciale

    Son père lui inculque la passion du ski à l'âge de six ans. Plus tard il en fait son travail en fondant MRG - le Réseau du Ski en 1968, les premiers à présenter aux skieurs des bulletins objectifs sur les conditions de ski via les médias.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 8 février 2014 | Mise en ligne à 9h52 | Commenter Commentaires (17)

    Sochi – trop de pression sur nos athlètes?

    Depuis quelques semaines déjà nous entendons les dirigeants du contingent Canadien au JO de Sochi nous promettre une récolte de médailles encore meilleure que celle de Vancouver 2010. A Vancouver, n’oublions pas, le Canada avait récolté 14 médailles d’or, un record de tous les temps, toutes nations confondues et aussi notre plus grand nombre de médailles aux Jeux d’hiver: 26.

    Fresstyle ski podium (430 x 277)

    “THINK BIG”
    Il est toujours bon de viser haut. « Think big » disent les américains. Et le Canada a effectivement un très fort potentiel à ces jeux. Mais le ton des Marcel Aubut (président du Comité Olympique Canadien), Steve Podborski (chef de mission) et autres dans l’entourage semble nous préparer pour rien de moins qu’une meilleure performance que celle de Vancouver. Rien de moins ne serait acceptable, parait-il.

    Il est certain qu’une équipe de hockey sera envoyée au Goulag si elle ne remporte pas l’or. Le tournoi Olympique déterminera laquelle de la Russie ou du Canada y ira. Nos dirigeants sont ici en droit d’exiger l’or et rien d’autre puisque le hockey est notre sport national et que nos représentants sont tous des professionnels millionnaires qui ne font que ca. Mais, pour les autres, y a-t-il trop de pression pour la médaille?

    Il est très probable que les athlètes Canadiens nous feront honneur à Sochi et que le nombre de médailles sera impressionnant. Mais qu’adviendra-t-il si l’on ramène 13 médailles d’or et un total de 25 médailles? Les canadiens seront surement fiers de leurs athlètes, pourvu évidemment qu’on nous ramène l’or au hockey, celle qui définira ces jeux. Mais, certains autres athlètes pourraient-il croire qu’ils ont déçu leur pays, leur équipe si, pour quelque raison que ce soit, ils ne performaient pas à la hauteur des attentes de leurs dirigeants? L’or a tout prix.

    Plusieurs de nos athlètes sur neige ne peuvent faire mieux qu’à Vancouver. C’est le cas entre autres des Jasey Jay Anderson, Alexandre Bilodeau, Maëlle Ricker tous médaillés d’or. En ski acrobatique une médaille d’or est presque assurée avec Michael Kingsbury et Alexandre Bilodeau. Mais serions nous ou devrions nous être déçus s’ils prenaient les 2e et 3e place? En ski de fond Alex Harvey et Devon Kirshaw sont au sommet de leur sport et pourraient bien monter sur le podium mais pourrions-nous leur reprocher un top 10? Le plus important comme le disait Jean-Luc Brassard (assistant chef de mission) est « de conclure la compétition en sachant qu’on a tout donné ».

    PROGRAMMES POUR LA HAUTE PERFORMANCE
    Le Canada a mis sur pied plusieurs programmes pour favoriser les performances de haut niveau; « A nous le Podium », « Nous sommes l’Hiver » ainsi que « B2Dix » qui auront permis à l’élite canadienne d’être bien préparée pour les Jeux de Sochi. Mais si tout ca nous donnait un plus grand nombre de top 10 et un peu moins de médailles d’or, serions-nous déçus de ces Jeux?

    Marcel Aubut a fait un travail remarquable pour aider les athlètes canadiens à se préparer pour Sochi et son désir de voir une récolte de médailles supérieure à la dernière est certainement compréhensible. Mais on peut facilement croire en écoutant son discours que l’important n’est pas de gagner mais de tout gagner. On est loin de la philosophie du Baron de Coubertin fondateur des JO « l’important n’est pas de vaincre mais de participer ».

    Met-on trop de pression sur nos athlètes à Sochi?


    • La pression rime avec passion.Quand tu pratique un sport pour devenir une vedette qui représente son pays, la pression est nécessaire.
      L’adrénaline est unique dans le sens que vous compétitionnez toujours pour gagner.
      Si on se rend a Sochi juste pour participer cela voudrait dire non à la pression.

      Donc la pression est nécessaire comme la passion de désirer hautement gagner.C’est comme cela que le sport nous éduque. Vous pratiquez une partie de votre vie pour compétitionner et non pour perdre.

    • Non je ne crois pas qu`on mette trop de pression sur les athletes ni que ces attentes affectent leur performances. Je crois que les objectifs visés sont communs. Chaque compétiteur veut être le meilleur dans sa discipline et c`est ce que nous voudrions aussi.

      Je crois qu`il est plutôt temps de constater que les sommes investies dans les différentes fédérations sportives portent fruit. Je pense que c`est important de le faire à une époque ou on questionne toujours les dépenses gouvernementales.

      Par ailleurs il faut aussi reconnaitre et célébrer les performances athlétiques québécoises sur la scene internationale, olympiques ou non. Il sera injuste de juger des résultats en terme de médaille quand une fois les jeux terminés Alex Harvey continuera d`être le plus grand québécois de l`histoire dans sa discipline ,quand Éric Guay en fera de même,Charles Hamelin,Marianne St-Gelais,Dominique Maltais et ainsi de suite…

      Jamais les québécois n`ont autant brillé et on ne peut que dire Bravo !

    • Quand des athlètes se rendent aux Olympiques, on peut présumer que la pression fait partie de leur régime de vie. Ils l’ont connue auparavant. Quelle est la ligne entre hyper-motivation, bravade ou trop de pression? J’imagine que chaque cas est individuel. Et c’est pour celà qu’il y a maintenant des psy sportifs dans chaque équipe nationale pour les maintenir sur la fine ligne. Quant à M. Marcel Aubut, on reconnaît que l’humilité n’a jamais été sa marque de commerce. De toute façon, je ne lui pardonnerai jamais d’avoir vendu les Nordiques, mais ça, c’est une autre affaire…Quant à noirod qui affirme qu’Alex Harvey est “le plus grand québécois dans l’histoire de sa discipline”, c’est un peu vite en affaire. De son époque, oui. Faut pas comparer Alex à son père Pierre, car le ski de fond et l’anti-doping ne sont pas semblables. Quand Pierre “compétitionnait” contre les nations dopées (Russes; Allemands de l’est; Scandinaves…), il ne le faisait pas à armes égales et il parvenait à gagner quand même. Je reconnais à son fils tout le mérite qui lui est dû mais avant de se faire un prénom, Alex porte un nom très prestigieux.

    • Oui la pression est omniprésente pour un athlète, sachant qu’il (elle) représente toute une nation et qu’il est scruté à la loupe. Ce n’est cependant pas nécessaire d’en ajouter pour uniquement ses fins personnels. (NOS DIRIGEANTS)
      Ce ne sont pas ces personnes qui compétitionnent, mais trop souvent ils en retirent la gloire…
      On peut évidemment leur souhaiter de faire de leur mieux.
      Une chose où je suis certain par contre. Nos athlètes ne reçoivent pas assez de soutien pécuniaire pour représenter adéquatement notre pays comme le font certains pays pour des raisons politiques.(ÉTUDES, TRAVAIL, ETC. ET ENTRAINEMENT EN MÊME TEMPS .On en donne beaucoup trop aux pays pauvres et autres sans en voir les résultats , mais nos athlètes eux nous ramènent une fierté et assez souvent des médailles et dans la paix….
      Cela c’est beaucoup pour le Canada.

    • Réussir à se qualifier pour les J.O. est déjà un exploit en soi!

    • Oui et non, les athlètes se mettent eux-mêmes de la pression.

      Moi, ce que je veux, c,est être bien informé et suivre les sports qui m’intéressent. Je suis bien heureux pour les médaillés québécois mais si le sport m’intéresse peu… Après, les félicitations d’usage, je passe ou je reviens à mes sports favoris.

      Prenons un exemple à Londres, Martine Dugrenier n’a pas remporter de médaille. Qui est le plus déçu ? C’est elle. Mais est-ce que cela l’empêche d’être une grande championne ? Pas du tout. C’est aux médais de suivre pas juste les Jeux.

      Je commence à peine à en regarder pour Sotchi et je m’intéresse au hockey féminin et j’ai vu le match contre la Suisse et j’ai regardé en partie celui des Américaines contre la Finlande.

      Pour Londres encore… Il y a des athlètes internationaux que j’ai vus juste en qualification que j’ai aimés alors…

      Pour les Dufour-Lapointe ? bien, félicitations mais leur sport est pas trop mon truc. J’ai plutôt essayé hier de regarder cette compétition depuis le début sur le web… Nan, cela m’allume pas vraiment… Bravo, pareil…

    • Je lis les commentaires sur la performance d’Alex Harvey sur le site de Radio-Canada… Sa 18ième place est moins bonne que les attentes mais est-ce que le public est bien informé ?

      http://olympique.ca/team-canada/alex-harvey/

      Quelles sont les chiffres à comparer ? Ceux du championnat du monde FIS ?

      Il y a une énorme différence entre une treizième place et une dix-huitième place ? Un top 10 cela aurait été une amélioration, non ?

      Pour cette épreuve…

      Pour moi ? L’analyse est trop courte et les gens ne s’intéressent qu’aux médailles et aux résultats. Ce qui est quand même important mais il faut voir toute la compétition et il doit y avoir plusieurs explications…

      On ne parle pas assez du gagnant non plus… Les Jeux Olympiques cela devrait être l,endroit pour célébrer les meilleurs athlètes au monde ainsi que les meilleures performances. le patriotisme et la fierté nationale ne sont bien sûr pas interdits mais le chauvinisme ou l’intérêt que porté aux résultats d’athlètes d’ici et pas assez sur leur parcours.

      Ou encore d’en faire un suivi à la Star Académie en parlant des mamans et des papas… Cela a sa place et les parents méritent des hommages mais on semble plus assister à une télé-réalité ou à être dans une revue à potins que de suivre du sport quand on exagère cette dimension là.

    • Il faudrait arrêter de materner nos athlètes. Tous les athlètes de tous les pays ont de la pression aux Jeux Olympiques. Voyons donc…

    • J’ai vu l’épreuve du skiathlon c’était beau à voir et Cologna a été très impressionnant à la fin…

      Pour Alex Harvey, c’est pas évident à analyser , il faudrait suivre cela en torpinouche mais est-ce que pour cette épreuve autant lui que son papa et que le public visaient trop haut ? Pour l’athlète, j’ai rien contre le fait de viser haut…

      Le Canadien de Montréal pourrait effectivment gagner la coupe Stanley cette année mais je serais étonné…

      Alors Harvey avait le droit de viser une cinquième position ou mieux mais le public doit regarder ses résultats précédents et ce n’est pas évident à prévoir…

      http://data.fis-ski.com/dynamic/athlete-biography.html?sector=CC&listid=&competitorid=107353&type=result&bt=prev&limit=50&bt=prev&rec_start=0

      Une treizième position dans la même épreuve en 2013 mais il a fait mieux en 2012… Sauf que cela commence à faire du temps… Une huitième et une troisième…

      C’est le public alors qui doit se créer lui-même ses propres attentes ? On espère une neuvième place. On s’attend disons à une place entre la douzième et la quinzième et il termine dix-huit. Oui, tu es déçu mais tu l’es encore plus si tu penses qu’il peut arriver cinquième. Sauf que l’athlète doit se voir fort sinon, il est perdu d’avance…

    • Non, avec tout l’argent investi pour ces gens privilégiés (enfants gâtés dans certains cas) ils sont bien mieux de performer.

      La performance d’Alex Harvey est facile à analyser. Ses coachs ont “gamblé” sur les conditions climatiques alors que les autres équipes ont agi de façon plus conservatrice. Erreur de stratégie. Espérons juste qu’il n’y en aura pas d’autres…à moins que ce soit la seule façon de gagner…

      En slopestyle, Parrot et Toutant ont été désavantagés par des modifications au système de pointage des sauts….Pourtant les USA et les norvégiens (les gagnants) étaient de toute évidence au courant de ces changements…naiveté ou incompétence ?

    • @alphaville

      Vous avez raison.

      En effet, il est étrange que personne, Parrot, Toutant, et leur personnel, n’ait eu connaissance des règles régissant les critères de compétition.

    • Je peux comprendre Alex Harvey de faire cette analyse, son entraîneur et son équipe aussi mais pour ceux qui ont vu la course…

      Il faut bien plus parler de Dario Cologna et aussi les quatre ou cinq premiers… Oui, Alex a fait une remontée car il était descendu en bas de vingtième mais regardez skier Cologna à la fin quoiqu’Harvey n’a pas pu être dans une situation comme celle-là…

      Il a été lent aussi à faire son changement de ski…

      Bon mais il savait qu’il était pratiquement sorti…

      Quand même… Les cinq, six, sept ou huit premiers skieurs pour cette épreuve là… Ne sont-ils pas tout simplement supérieurs à lui ?

      Pour cette épreuve…

      L’histoire des skis, c’est juste la différence entre douzième, treizième plutôt qu’à la position dix-huit.

      Chances de médaille faibles. Pour cette compétition. Mais il a bien fait de la faire pareil, on sait jamais.

    • ce ne sont plus des petits enfants qui font bien pitié , ils sont bien payés pour faire ce qu ils font sinon ils ne le feraient pas

    • Jamais durant toute sa carrière Gaetan Boucher n’a été bichonner, dorloter, minoucher par des thérapeutes, des entraîneurs ,des masseurs, des psychologues sportifs etc. ect. comme le sont les athlètes canadien olympique d’aujourd’hui et pourtant il a battu a lui seul les plus grands de son sport.

      Mon seul regret est la honte que j’éprouve comme canadien de voir que nos athlètes qui gagne une médaille d’or olympique ne reçoivent que 17,000 dollars du gouvernement alors que les athlète des autres pays reçoivent énormément plus si les sœurs Dufour-Lapointe avaient skier pour les USA elles seraient déjà millionnaires via les commandites des NIKE ,ADIDAS ou Mcdonald idem pour Charles Hamelin
      Quand je pense que des pousseux de puck qui patine sur la bottine sur un 4 ieme trio de la NHL gagnent plus de 800 milles dollars par saison chacun ça me rends malade

    • “Sochi – trop de pression sur nos athlètes?”

      Sûrement pas de la part des téléspectateurs: cronomètre à l’appui – j’ai vue pour 5 minutes de l’évènement sur 30 minutes d’annoces publicitaires et 25 min de bla bla bla des 5,631 panelistes de Radio Canada.

      TAM

    • La performance de Cologna???

      Suis-je le seul à me questionner sur la performance d’un gars qui n’a participé à aucune épreuve cette saison et qui vient de revenir à la compétition il y a seulement deux semaines???

      Athlète exceptionnel ou excellent pharmacien?

    • Séparé à la naissance

      La skieuse Suissesse Lara Gut et la planchiste Canadienne Dominique Maltais.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité