Guy Thibaudeau

Archive du 17 janvier 2013

Jeudi 17 janvier 2013 | Mise en ligne à 19h12 | Commenter Commentaires (3)

L’heure est aux patinoires et aux crampons

Il nous faudra maintenant une autre bébelle pour bien profiter de l’hiver : des crampons. Pas le type suggéré par le conseiller municipal de Montréal Marcel Tremblay il y a quelques années (c’était une bonne idée quand même pour les trottoirs glacés) mais plutôt des crampons faits spécifiquement pour la marche nordique sur neige ou glace.

Crampons "Trail" de Hillsound. 60$. Photo GT

La marche hivernale en milieu forestier augmente en popularité et les centres de sports nordiques offrent de plus en plus la possibilité d’utiliser des sentiers réservés à cet effet. Jusqu’à récemment les marcheurs tentaient souvent d’utiliser les sentiers de ski de fond ou de raquette ce qui n’est pas recommandé puisque les marcheurs s’enfoncent et endommagent la surface.

Les crampons sont donc un équipement nécessaire pour la marche en forêt sur des sentiers accidentés. Ils nous procurent une certaine sécurité en prévenant la glissade ou la perte de traction dans les côtes. Ils sont aussi utiles pour mieux profiter de conditions difficiles pour le ski de fond et la raquette, des conditions glacées comme nous en connaissons présentement. Les crampons peuvent aussi être utilisés au lieu des raquettes lorsque la neige est vieillie et bien durcie par ceux qui vous ont précédé. C’est souvent le cas lorsque les chutes de neige se font rares ou sont minimales. On utilise alors des raquettes simplement pour profiter des crampons qui y sont incorporées. Pourquoi ne pas alors utiliser simplement les crampons de marche nordique?

Un équipement peu dispendieux
Lors d’une récente visite à la boutique Atmosphère de St-Sauveur j’ai trouvé trois modèles intéressants qui conviendront à la majorité de nos besoins. Un modèle à 40$, un à 60$ et un à 70$, la différence étant surtout dans l’agressivité des crampons. Ces modèles de marque Hillsound sont extrêmement simples et faciles à enfiler sur une botte de randonnée quelconque ou sur la botte que vous utilisez pour la raquette. On peu les utiliser sur une neige durcie ainsi que sur la glace. D’autres marques sont évidemment disponibles et on retrouve aussi des crampons d’alpinisme qui ne sont pas conçus pour ce qui nous concerne. De nombreux randonneurs du Parc d’environnement naturel de Sutton utilisent des crampons dans les sentiers qui mènent au sommet du Mont Sutton.

Le froid favorise les patinoires
Si les centres alpins ont connu un bon début de saison, la neige abondante n’a pas été trop favorable pour les grandes patinoires naturelles de nos régions. Cependant, le redoux des derniers jours suivi du froid que nous connaissons annoncent l’ouverture imminente de quelques unes des plus belles surfaces.

L’anneau de glace de 3 kilomètres du Lac Beauport près de Québec est enfin ouvert tout comme celui du Lac Rond à Ste-Adèle. Le grand anneau du Lac Masson à Ste-Marguerite dans les Laurentides est sur le point d’ouvrir; probablement vendredi ou samedi. En ce qui concerne la plus longue patinoire au Monde, le Canal Rideau long de 7,8 kilomètres, à Ottawa, on espère une ouverture partielle dans les prochains jours.

Les sentiers glacés en forêt ont tous souffert du redoux mais ils reprennent maintenant du service. C’est le cas du Parc John Molson à St-Sauveur et ses 2 kilomètres de sentiers. Sont aussi ouverts le sentier de glace en forêt de 2,5km du Parc du Grand Héron à Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier ainsi que les 12km de la Forêt Perdue à Notre-Dame-du-Mont-Carmel en Mauricie.

Pour leur part la Rivière l’Assomption à Joliette ainsi que la piste de glace de la Pointe Merry à Magog ne sont pas ouvertes mais, avec le froid, ça ne devrait tarder.

A Montréal les patinoires réfrigérées du Vieux Port et du Lac des Castors sont ouvertes mais la grande patinoire décorative naturelle du Parc Lafontaine demeurait temporairement fermée aujourd’hui (jeudi).

Les marcheurs qui endommagent les sentiers
En terminant une remarque concernant les insouciants qui choisissent de marcher sur les sentiers de neige lors d’un redoux comme celui que nous venons de connaître. La neige molle défonce et les marcheurs s’enfoncent plus ou moins profondément endommageant ainsi de façon importante les sentiers. Cette situation s’est sans doute produite à plusieurs endroits mais nous avons eu des échos particuliers du Parc de la Gatineau en Outaouais et du Réseau Morin Heights où plusieurs sentiers de raquette ont été détruits par des marcheurs insouciants. On nous rapporte aussi la même situation sur les sentiers de glace du Parc John Molson à St-Sauveur où les préposés ont du retarder de quelques heures la réouverture de la patinoire pour réparer des trous laissés par des marcheurs.

Qu’est ce qui peut inciter une personne à marcher dans l’eau d’une patinoire ou de s’enfoncer sur un sentier de raquette trop mou lorsque ces derniers sont fermés pour des raisons évidentes? Comme me disait une skieuse « c’est ni plus ni moins qu’une forme de vandalisme ».

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2014
    L Ma Me J V S D
    « avr    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité