Guy Thibaudeau

Guy Thibaudeau - Auteur
  • Conditions de ski>

  • Guy Thibaudeau, collaboration spéciale

    Son père lui inculque la passion du ski à l'âge de six ans. Plus tard il en fait son travail en fondant MRG - le Réseau du Ski en 1968, les premiers à présenter aux skieurs des bulletins objectifs sur les conditions de ski via les médias.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 26 novembre 2012 | Mise en ligne à 15h11 | Commenter Commentaires (13)

    Le ski de fond – une coche au dessus de la raquette

    En ski de fond à Duchesnay près de Québec. Photo d'archives GT

    En ski de fond à Duchesnay. Photo d'archives GT

    Depuis plusieurs années nous faisons l’éloge et la promotion d’une activité en grande croissance, la raquette. Il s’agit en effet d’une des activités les plus accessibles pour mieux profiter de l’hiver. Aucun apprentissage nécessaire, peu technique et équipement plus qu’abordable. La raquette se pratique un peu partout et l’accès aux sentiers balisés dans les centres où l’on offre des services tels que restauration, toilettes, stationnement et location demeure des plus accessibles.

    Sans vouloir diminuer d’aucune façon ce sport fort populaire il est évident que le ski de fond demeure une coche au dessus de la raquette sur plusieurs points, particulièrement pour ses effets bénéfiques sur la santé et la forme physique. Une progression naturelle pour ceux et celles qui aimeraient diversifier leurs activités hivernales.

    Une activité plus complète
    Si la raquette est excellente pour développer les muscles inferieurs et le cardio, le ski de fond travaille tous les groupes musculaires du corps en plus du cardio. Les bras le dos et les abdos en double poussée, les jambes, le dos et les bras en style classique. Contrairement à d’autres sports, le ski alpin, la course à pieds par exemple, qui travaillent les muscles et les articulations en compression, le ski de fond sollicite les muscles en extension et aide à développer la souplesse. Comme la natation, il s’agit d’une activité à faible impact pour les articulations.

    La majorité des sorties en raquettes se limitent habituellement à 5 ou 6 kilomètres. En ski de fond les distances parcourues sont passablement plus longues, facilement entre 10 et 20 kilomètres par sortie. Vous voyez donc plus de territoire, plus de paysages.

    La récompense du ski de fond
    Le ski de fond vous récompense aussi plus que la raquette. En raquette comme en course à pieds on travaille en descente comme en montée; il n’y a pas de glisse. En ski de fond par contre chaque montée est récompensée par une descente réciproque où la glisse intervient pour permettre au skieur de récupérer et d’apprécier quelques moments de répit.

    Le sport le plus complet
    Tous les professionnels et spécialistes en santé et conditionnement physique s’accordent pour dire que le ski de fond est le sport le plus complet On y attribue aussi des bienfaits certains pour augmenter le bon cholestérol (HDL), contrôler la pression sanguine et le poids.

    Sport versatile
    Le ski de fond est aussi très versatile dans ses différents modes de pratique. On dénote au moins trois façons de le pratiquer : le style classique sur pistes damées et tracées est le plus facile et le plus populaire. Le « skate » (pas de patin) sur pistes damées est beaucoup plus exigeant sur tous les plans et est une bonne forme d’entrainement. Enfin le hors-piste sur sentiers balisés mais non tracés mécaniquement attire ceux qui cherchent une expérience plus sauvage en autonomie sur des pistes plus isolées.

    Sport plus complexe que la raquette
    Si le ski de fond se situe carrément une coche au dessus de la raquette pour toutes les raisons que nous venons d’énumérer il demeure néanmoins une activité plus complexe à divers niveau. Contrairement à la raquette qui n’exige presqu’aucune technique, le ski de fond doit s’apprendre tout comme le fartage qui requiert une certaine connaissance pour la préparation des skis. Le marché offre évidemment des skis à écailles, dits sans fartage, mais qui n’échappent pas au fart de glisse qu’on doit appliquer aux extrémités pour diminuer la friction et procurer une glisse plus rapide.

    L’équipement est aussi plus cher à l’achat puisqu’un ensemble comporte automatiquement quatre morceaux: skis, fixations, chaussures et bâtons. Pour la raquette on s’en tire habituellement avec le seul achat des raquettes.

    La migration vers le ski de fond est néanmoins un pas naturel pour quiconque aimerait diversifier ses activités afin de mieux profiter de l’hiver. Plus vous êtes actif en hiver, plus vite passera l’hiver qui vous maintiendra en meilleure forme et que vous apprendrez à aimer de plus en plus. En fait, la santé des Québécois ne passe-t-elle pas par l’amour de l’hiver?

    Qu’en pensez-vous?


    • Je suis parfaitement d’accord avec vous M. Thibodeau. Le ski de fond, c’est comme la natation. C’est complet comme sport. Cela demande une bonne technique et il sollciite tout le corps sans grand impact sur les articulations . J’adore le ski de fond surtout dans les pistes de type trappeurs. Un 20 kilomètres dans le bois par une journée ensoleillée à moins 10, quel bonheur. Vite que la neige arrive!

    • Bon article… j’adore l’hiver et le ski de fond est de loin mon activité préférée, classique ou patin.

      Un problème avec la raquette, ici dans l’Outaouais, c’est le manque chronique de neige. Pour être agréable, la raquette doit être pratiquée dans la neige fraîche, tandis que le ski de fond est moins exigeant à ce titre, grâce à la machinerie utilisée qui peut recycler la vieille neige et garder les conditions potables.

      Mais où sont les neiges d’antan? (F. Villon)

    • Oui, mais. Il faut nuancer. Le ski de fond, c’est indéniable, a les vertus physiologiques énoncées par Guy. Par contre, le matériel est loin de faire l’unanimité. Les fixations d’une compagnie (ex: Salomon) ne sont pas compatibles avec celles de la concurence (NNN). Et encore, certaines Salomon d’une génération x ne sont probablement pas compatibles avec des modèles plus récents de la même marque. Vous faites quoi alors? $$$ Le fartage maintenant. Vous fartez dans votre appart? Dans votre condo? Bien sur que non. Les farts de glisse, lorsque chauffés, dégagent des émanations pas catholiques. Ça vous prend un garage, avec le bungalow qui vient avec. Ou alors, vous faites comme bien des fondeurs, vous ne fartez presque pas et vous vous contentez d’un fartage so-so de temps en temps effectué à votre boutique favorite. Et vous skiez, dans la plupart des cas, dans des sentiers directionnels. Alors, elle est où, la socialisation? Et vous les mettez où, vos skis/bottes/bâtons et tout le bazar quand vous ne les utilisez pas? C’est bien évident qu’avec la raquette, vous n’avez pas ce genre de soucis. À la limite, vous les laissez dans la valise de votre voiture. Oui, les sentiers de raquette sont victimes de leur succès, mais comme me le disait un de mes copains, on peut toujours sortir des sentiers et, à la limite, les longer une dizaine de mètres plus en forêt. Ce n’est pas pour rien que la raquette est en croissance constante depuis une dizaine d’années.

    • Salut Guy, je suis vraiment d’accord avec ton article. Juste une chose, avec tout ce que tu as dis a propos du ski vs la raquette, je dirais que le ski de fond est au moins 4 coches au dessus de la raquette.
      Michel, pas de bonne humeur ce soir?

    • Chris, je vais en rajoûter une coche ! Excuses, une couche :))) Je trouve que la raquette, lorsque pratiquée hors-piste ou bien lors d’une compétition est au moins aussi exigeante que le ski de fond. Sinon plus. Une stat intéressante: la clientèle (en moyenne) de la raquette est beaucoup plus jeune (25-35 ans) que le ski de fond (45-55). Il y a un petit stéréotype voulant que la raquette soit ringarde et vieillotte. Pas si sur! Mais je suis toujours un skieur, on ne renie pas 40 ans de ski de fond! Par contre, l’industrie du ski de fond ne fait pas grand chose pour intéresser les clientèles émergeantes. Et c’est la raquette qui rafle la mise!

    • J’ai hate qu’il neige beaucoup!!!! Mes skis sont déjà fartés!!!!

    • Je viens de m’acheter un kit de ski fond et j’ai bien hate de commencer a en faire cette année! Je suis tout a fait d’accord que le ski de fond est une coche au dessus de la raquette. Beaucoup plus plaisant de parcourir beaucoup de territoire et de se faire récompenser par les descentes.

    • C’est dur de battre le ski de fond: peut n’importe la température ou l’enneigement les tracés permettre à tous d’en profiter aisément. Pour la raquette, le plaisir est dans la neige abondante et non compactée . Avec le trafic, autant mettre des crampons et prendre une belle marche. C’est pas donner à tous d’accéder à des forêts nous permettant de faire son propre tracé. Pas sûre que le hors piste est apprécier dans les centres: la protection de l’environnement avant tout!

    • le ski de fond sollicite les muscles en extension et aide à développer la souplesse. Comme la natation, il s’agit d’une activité à faible impact pour les articulations.

      bien qu il n y ait pas d’impact , la pratique du ski de fond amène les segments,dans des grands angles et forcent les articulations comme la hanche et le genou à travailler avec une force compressive pouvant user prématurément les cartilages que ce soit en style classique ou en style patin

    • Une coche ou 4? C’est en centimètres? un barreau à l’échelle de Richter? une mesure de rugosité? un concept psychologique ou encore l’intensité de la morsure d’un sport sur son adepte?
      Des raquettes ou des skis de fonds dans les pieds? Pour bien paraître ou parce que ça rentre bien dans son char?
      Les raisons de vouer son âme à l’un ou à l’autre sont aussi nombreuses qu’il y a de participants.
      Puisque les skieurs de fond descendent autant qu’ils montent: à quand le casque?
      A force d’envahir l’environnement à qui mieux mieux, reste moins d’espace vierge pour la faune et la flore. Connaissez-vous l’effet de la vue d’un “kite” (avec un skieur au bout des fils) sur un caribou? Eh bien! il prend peur et ne mange pas pour une journée donc met sa vie à risque.
      Sur ces quelques mots pour vous inviter au calme: allez pratiquer vos sports et ne péchez plus! Je vous béni. :) Xski

    • Oui, le ski de fond fait circuler toute l’

    • que ça soit une coche de plus ou une de moins, pour moi c’est le plaisir que cela me procure,.
      c’est comme quand les gens me demandent si j’aime mieux le ski de fond ou le ski alpin?
      j’aime être dehors, jouer dehors, ski alpin, ski de fond,raquette, patin, marche.
      j’aime l’hiver, je cherhce pas la performance mais le bien-être que l’activité me procure.
      et aujourd’hui, ce petit 3cm de neige dans Lanaudière, me fait sourire.

    • Comme c’est vrai. Voilà pourquoi le ski de fond est mon sport préféré. Ce n’est pas avec ce genre d’article que mes amis amateurs de raquette m’auront dans leur club.

      Malgré toutes les qualités indéniables du ski de fond, il y a quelques conditions à rencontrer.

      1- une condition physique de base assez bonne, qui ne peut que s’améliorer avec la pratique.
      2- un équipement adéquat, combien de personnes ont souffert pour avoir loué un équipement mal adapté, écaille de poisson et tout et tout. La longueur du ski dépend du poids de la personne, pas de sa grandeur.
      3- une technique de base suffisante. J’ai une amie qui se vantait de faire du ski pendant des heures, en fait, elle ne faisait que marcher avec des planches sous les pieds. Malgré sa vantardise, elle était incapable de descendre la moindre petite côte. Il faut savoir glisser. Prendre des cours peut être un plus dans la vie d’un skieur.

      Je croise les doigts qu’on ait un hiver normal, froid et enneigé du début à la fin.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité