Guy Thibaudeau

Archive, septembre 2012

Batiment principal de La Ferme du Massif de Charlevoix. Photo Guy Thibaudeau.

Batiment principal de La Ferme du Massif de Charlevoix. Photo Guy Thibaudeau.

C’est en grande pompe que s’est officiellement ouvert jeudi le troisième et dernier maillon du projet de plus de 250 $ millions du Massif de Charlevoix. Tout le gratin politique était à Baie St-Paul pour célébrer l’ouverture de l’hôtel « La Ferme » incluant la première ministre du Québec et députée de Charlevoix, Cote-de-Beaupré-Ile d’Orléans, Mme Pauline Marois qui profitait de l’occasion pour y faire la première sortie publique de son mandat. Les festivités furent aussi marquées par la participation de plusieurs artistes de cirque, jongleurs, acrobates et animateurs de toutes sortes, un lien bien naturel marquant les deux carrières de Daniel Gauthier, grand patron du Massif de Charlevoix.

Des projets hors du commun
Daniel Gauthier ne fait pas les choses communément. Avec Guy Laliberté il a fondé au début des années 80 à Baie St-Paul le Cirque du Soleil. Ensemble ils ont réinventé les arts du cirque en y ajoutant des éléments théâtraux, chorographie et mise-en-scène.

A sa retraite du Cirque du Soleil en 2001 Gauthier est revenu dans Charlevoix pour y entreprendre un nouveau projet, celui d’assurer la pérennité du Massif de Charlevoix et d’en faire une station touristique majeure qui attirera des visiteurs de partout. Ici aussi, Gauthier réinvente le concept de la station de ski et refuse de modeler son projet sur d’autres stations même les mieux réussies. Dès le départ le projet du Massif était destiné, tout comme le Cirque du Soleil, à l’innovation.

Un concept de station inédit
Après avoir modernisé les installations à la montagne, acheté le train et le chemin de fer entre Québec et Charlevoix, voici que le dernier maillon du projet, l’hôtel La Ferme de Baie St-Paul, est complété et ouvre officiellement ses portes.

Contrairement aux autres grandes destinations touristiques où tout se passe au pied des pentes, Le Massif mise plus sur « l’expérience » touristique qui met en valeur les caractéristiques distinctives de la région.

La différence du Massif
L’expérience pour les skieurs de jour au Massif est déjà passablement différente. D’une part il s’agit du plus important dénivelé au Québec avec ses 806 mètres, devant Tremblant (645m) et Mont Sainte-Anne (625m); d’autre part, Le Massif offre à sa clientèle une expérience distincte en matière de cuisine ayant éliminé du menu toute friture ainsi que presque tout le « fast food » pourtant si profitables dans les autres stations de la province. Et que dire des magnifiques vues sur le Saint-Laurent large de plus de 25 kilomètres entre Petite Rivière St-François et St-Jean-Port-Joli et qui nous émerveillent à chaque visite. Le chalet d’accueil du sommet est aussi une véritable galerie d’art affichant de superbes tableaux d’artistes locaux provenant d’une des plus belles galeries de Baie St-Paul, la Galerie Iris.

Une toute nouvelle expérience-ski
Ce sont cependant les visiteurs hors région qui pourront gouter pleinement aux particularités et à l’expérience du Massif de Charlevoix. Accès à Baie St-Paul et à l’hôtel La Ferme par train, l’ancien Tortillard du St-Laurent qui longe le fleuve au pied des falaises qui s’élèvent sur la cote Charlevoisienne du St-Laurent; hébergement au village de Baie St-Paul dans ce concept innovateur qu’est La Ferme et; navette quotidienne aller-retour de l’hôtel aux pentes de ski du Massif.

Les gares de train sont idéalement situées. Celle de La Ferme est carrément à la porte de l’hôtel tandis que celle de la station de ski est accolée à une courte télécabine qui vous dépose directement au pied des pentes. Cette navette qui fera le lien entre Baie St-Paul et Le Massif à intervalle régulier ne sera pas réservée uniquement aux convives de La Ferme mais pourra aussi être utilisée par quiconque veut bien s’en prévaloir pour éviter d’utiliser la voiture pour se rendre de Baie St-Paul à la station.

Concept inspiré d’une vielle grange
Initialement le concept de La Ferme s’inspirait d’une superbe grange qui avait appartenu à la congrégation des Petites Franciscaines-de-Marie et qui fut l’un des plus imposants édifices agricoles entièrement fait de bois au Canada. L’œuvre fut malheureusement détruite par le feu en 2007; on a alors du retourner à la table de dessin pour repartir le projet.

On décide quand même de maintenir le concept de « la ferme » avec un nouveau projet constitué de bâtiments multiples comme on en retrouve sur une ferme. Le site que nous avons pu visiter jeudi comporte cinq bâtiments offrant différents types d’hébergement allant de chambres classiques aux lofts et suites supérieures en passant aussi par 12 chambres dortoirs. Ces dernières qui comportent quatre lits chacune permettent de vivre l’expérience de La Ferme pour aussi peu qu’une cinquantaine de dollars par nuit. En tout, 145 chambres pouvant accueillir 392 personnes.

Une architecture qui « surprend »
Si les différents pavillons du complexe représentent quelque peu les différents bâtiments d’une ferme, l’architecture moderne et épurée de chaque édifice pour sa part n’a rien qui s’apparente au look d’une ferme. Le pavillon nommé « Le Moulin » par exemple n’a pas plus de ressemblance à un moulin qu’une vache ne ressemble à un mouton. Ceci dit, les vaches qui ruminent et les brebis qui broutent à proximité des bâtiments aident à situer ces édifices modernes dans le contexte voulu.

Le pavillon nommé Le Moulin du complexe La Ferme. Photo Guy Thibaudeau

Le pavillon nommé Le Moulin du complexe La Ferme. Photo Guy Thibaudeau

« Nous ne voulions pas que le projet s’impose trop dans le décor de Baie St-Paul » nous disait Daniel Gauthier lorsque nous lui avons posé la question concernant l’architecture surprenante. « Nous voulions cependant qu’il se démarque », ajoutait-il.

Si le look contemporain de l’extérieur des bâtiments peut nous paraître surprenant à première vue, l’originalité, le design, l’ambiance des intérieurs répondent largement aux attentes grâce à l’utilisation d’artefacts agraires, de photos et murales représentants les fermes d’antan ainsi que d’éléments décoratifs inspirés de la ferme. Le soin avec lequel on a réussi à intégrer les pièces d’époque au moderne est extrêmement innovateur.

Un décor original qui marie bien le rustique et le moderne. Photo Le Massif.

Un décor original qui marie bien le rustique et le moderne. Photo Le Massif.

Un nouveau concept, « l’hôtel-terroir »
Le concept d’un « hôtel-terroir » comme on le nomme met aussi en application des principes de développement durable dont la géothermie, la récupération des eaux de pluie, jardins de légumes sur place en plus d’un marché publique regroupant des producteurs locaux qui se tient hebdomadairement sur la propriété.

Avec l’ouverture de cette zone d’hébergement « le projet prend réellement son envol pour atteindre son plein potentiel » rappelait hier Daniel Gauthier. Il s’agit pour les vacanciers et les skieurs entre-autres du troisième grand pole d’attraction hivernal facilement accessible aux Québécois avec Tremblant dans les Laurentides et Jay Peak (avec ses développements récents) dans le nord du Vermont toutes trois uniques et différentes l’une des autres.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité