Guy Thibaudeau

Guy Thibaudeau - Auteur
  • Conditions de ski>

  • Guy Thibaudeau, collaboration spéciale

    Son père lui inculque la passion du ski à l'âge de six ans. Plus tard il en fait son travail en fondant MRG - le Réseau du Ski en 1968, les premiers à présenter aux skieurs des bulletins objectifs sur les conditions de ski via les médias.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 28 mars 2011 | Mise en ligne à 23h16 | Commenter Commentaires (6)

    Le Massif du Sud pourra garder son nom

    La Cour d’Appel du Québec a rendu lundi un jugement en faveur du Massif du Sud (la station de ski de Chaudière-Appalaches)  concernant une injonction permanente  déposée par le Massif de Charlevoix. Le litige initié par Daniel Gauthier, propriétaire du Massif de Charlevoix avait pour objectif d’inciter la station de ski du Massif du Sud dans Chaudière-Appalaches à changer son nom pour éviter la confusion entre les deux stations. 

    Avant d’entreprendre une première démarche légale Gauthier avait offert d’aider financièrement au « rebranding » du Massif du Sud mais sans succès.

    Un premier jugement en faveur du Massif du Sud
    Dans un jugement de la Cour Supérieure du Québec rendu le 16 novembre 2009, l’honorable juge Marc Lesage rejetait la demande de Gauthier pour que l’on cesse l’utilisation de la marque « Massif du Sud ». Gauthier avait alors amené la cause en appel. Le jugement rendu aujourd’hui (lundi) par la juge Julie Dutil de la Cour d’Appel du Québec auquel souscrivent les juges François Doyon et Guy Gagnon, confirme la validité du jugement de la Cour de première instance.  La Station de ski Massif du Sud pourra donc conserver son nom et son « branding ». 

    Un terme générique
    Dans son jugement la juge Dutil stipule que « le terme « massif » est un nom commun qui désigne « un ensemble montagneux de forme massive (opposée à une chaîne) »…  qui peut être utilisé comme adjectif. Il s’agit d’un terme générique qui décrit un lieu tel qu’un lac, montagne, ville, etc… » 

    Même si Le Massif de Charlevoix prenait le pas sur tous les autres massifs la juge conclue qu’il « ne pourra empêcher les autres massifs d’utiliser le terme avec l’élément distinctif de la région où il se trouve ».  Le Massif du Sud est donc protégé tout comme un éventuel Massif de Gaspésie si toutefois il s’en développait un.

    Pour les skieurs il suffira de faire comme d’habitude; prendre la Rive Sud pour le Massif du Sud ou prendre la Rive Nord pour Le Massif de Charlevoix.  Pas de problème; les deux massifs sont bien distincts  et suffisamment éloignés l’un de l’autre qu’il est difficile de se méprendre.


    • Trêve de sémantique: que le premier qui l’a utilisé puisse le garder! Le public en général sera mieux servi; finies les embrouilles!

    • C’est pas de la sémantique!

      La définition du mot est non seulement très claire,
      on la donne dans le jugement.

      C’est comme si il était impossible d’utiliser le mot *lac*
      après que le premier plan d’eau ait été nommé!!

      Plus de Mont- St-quelque chose non plus…!!

    • Bizarre que Gauthier veuille s’approprier le terme Massif… Franchement, il a du temps à perdre… et de l’argent…

    • Mais qui a de l’argent peut perdre du temps pour des pécadilles sans intérêt

    • Et si par mégarde un skieur ou une planchiste se rendait à l’un ou l’autre de ces “massifs”, il ou elle risquerait d’avoir une belle surprise car dans les deux cas la visite en vaut la peine. Et pour l’autre côté de l’histoire, c’est un peu comme une chicane de clochers, mais quand il y a de l’argent en jeu, ça peut aller bien loin. Allez! Bonne journée! Xski

    • Premièrement je trouve ridicule pour Mr.Gauthier d’avoir voulu prendre la route juridique pour arriver à ses fins…Hors là il me permet de mieux le cerner..Il vient de perdre des plumes au regard de mon respect et il vient d’allumer une lumière jaune à son sujet. Même si je suis pour le développement du Massif, il ne faut surtout pas oublier qu’il a reçu des subventions ( notre argent). Ce qui veut dire que nous avons participé à son projet…
      Pourquoi alors s’en prendre à un autre parce qu’on a de l’argent…?
      C’est en plein la nature du petit cul québécois qui voit son voisin réussir et il veut s’en approprier…
      On est loin de s’entraider, on se nuit….

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité