Guy Thibaudeau

Archive du 24 novembre 2009

Mardi 24 novembre 2009 | Mise en ligne à 1h16 | Commenter Commentaires (5)

Mont St-Sauveur – les vrais mordus du ski

Cet automne très doux ne rend pas la tâche facile aux quelques stations agressives qui aiment ouvrir tôt pour le ski.  Malgré tout, le Mont St-Sauveur a réussit à ouvrir un ou deux bouts de pistes sporadiquement depuis le 18 octobre dernier et il est maintenait ouvert quotidiennement, le seul centre ouvert au Québec.

Plus mordus que MSS, « tu meurs » comme dit si bien l’expression Québécoise. 

Tout faire pour ouvrir
Jusqu’à présent aucune station n’a pu faire suffisamment de neige pour ouvrir à cause du temps doux et aussi en raison d’une inversion météorologique où la température des sommets a été anormalement plus chaude qu’à la base. Comme nous illustrions dans le blogue précédent MSS a dû avoir recours aux grands moyens en transportant par camion  de la neige de la mi-montagne vers le sommet à un coût d’environ 300$/heure.

L’origine de cette culture extrême du ski au MSS est facilement retracée au chef du conseil d’administration, Louis Dufour qui préfère sans doute surveiller l’enneigement de sa montagne à la lecture des états financiers.  Dufour a commencé sa carrière à St-Sauveur il y a 37 ans, en 1972.  Passionné du ski et ancien membre de l’Équipe nationale, Louis Dufour n’a jamais perdu d’enthousiasme pour son sport et il a su aussi le transmettre à ses trois fils qui y travaillent aussi.

Ouvrir tôt a ses avantages
Le Mont St-Sauveur est plus souvent qu’autrement la première station à ouvrir au Québec. Questionné sur la rentabilité d’une telle approche Dufour dit « que ça stimule la vente des passes de saison et aide à créer du mouvement dans la boutique de ski et à l’école de ski où les gens s’inscrivent pour les cours en groupes ».  « Le mandat du MSS est d’ouvrir le plus tôt possible et de fermer le plus tard possible » ajoute-t-il.

Une ouverture hâtive contribue aussi à mieux répartir la clientèle et les problèmes de congestion lors du vrai début de saison, de la mi-décembre au début des vacances de Noël.  « Pour nous c’est plus rentable que de faire de la pub » ajoute Dufour.  En effet les deux pistes enneigées artificiellement créent un vrai « tape œil » de l’autoroute, un immense panneau réclame qui dit « nous sommes ouverts ».  Le village de St-Sauveur est aussi un endroit achalandé les week-ends d’automne, même en novembre, et la vue du village des pistes enneigées aide à créer une ambiance d’hiver et de saison de ski imminente. 

Deux familles de passionnés louis-dufour-380-x-285.jpg 

Louis Dufour conserve la bonne humeur malgré le temps doux

L’histoire moderne du Mont St-Sauveur en est une de deux familles de mordus du ski. Chez les Dufour, Louis est le Chef de la direction et principal « cheerleader ». Trois fils suivent dans les pistes du grand patron; Christian, chef de l’expérience client; David chef des opérations montagne (enneigement, remontées et entretien des pistes); et Éric à l’immobilier. 

Chez les Hébert, l’autre famille, Louis est président de MSSI.  Un vrai mordu lui aussi, il courre encore dans la série des Maitres du Québec et passe parfois ses vacances d’été… au Chili pour faire du ski en plein mois d’août! 

Cette gestion « hands-on » des dirigeants de MSS a l’avantage que ce sont les « mordus » du ski eux-mêmes qui sont propriétaires et opérateurs de la station.  A Tremblant par exemple le vrai maître d’œuvre est Intrawest chapeauté par Fortress Investment Group. Pour sa part le Mont Sainte-Anne appartient à Resorts of the Canadian Rockies un holding de Calgary qui possède aussi Stoneham, Ski Lake Louise et Fernie entre-autres. Dans les deux cas ce sont les comptables plutôt que les mordus du ski qui dictent les politiques quoiqu’au MSA les dirigeants locaux n’hésitent pas à peser sur l’accélérateur pour tenter de surprendre St-Sauveur au fil de départ. 

Le ski de novembre est souvent éphémère
Plusieurs medias parlent ces jours-cis « d’une saison qui tarde à arriver ». En réalité le ski de novembre est plutôt éphémère. Une année la saison débute tôt; l’année suivante c’est plus tard. Les progrès techniques ont aussi crée des attentes artificielles. D’où la neige « artificielle ».  Avant qu’on l’invente, la saison débutait rarement avant les Fêtes de Noël.  L’arrivée de l’enneigement artificiel a remonté le début de saison à la fin novembre (Thanksgiving Américain) puis encore plus tôt avec l’attitude agressive de stations telles que Mont St-Sauveur et Mont Sainte-Anne qui veulent ouvrir « au plus tôt ». En réalité, le ski de novembre est toujours un boni.  En ce qui concerne la « normale » la saison n’est ni en retard, ni en avance. 

On s’en reparlera vers le 10 décembre.

Ce début de saison lent vous inquiète-t-il?  
   

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2008
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité