Guy Thibaudeau

Guy Thibaudeau - Auteur
  • Conditions de ski>

  • Guy Thibaudeau, collaboration spéciale

    Son père lui inculque la passion du ski à l'âge de six ans. Plus tard il en fait son travail en fondant MRG - le Réseau du Ski en 1968, les premiers à présenter aux skieurs des bulletins objectifs sur les conditions de ski via les médias.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 23 mars 2009 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (25)

    Sondage exclusif – 74% des skieurs au Québec portent un casque

     casques-enfants.JPG

    Les skieurs du Réseau MRG ont effectué un sondage ce week-end pour déterminer le pourcentage de skieurs et planchistes Québécois qui portent le casque protecteur dans les stations de ski.

    MRG est le groupe d’évaluateurs indépendants des conditions d’enneigement, que je dirige. MRG fonctionne depuis 1968, plus de 40 ans.

    Des résultats surprenants
    A notre surprise, plus de 74% des skieurs québécois portaient un casque.  Une étude du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport en 2007-2008 établissait le taux de port du casque protecteur à 62%.  Quoique la méthodologie des deux sondages puisse être différente, il est fort probable que le taux augmente d’année en année.  La différence entre les deux sondages indiquerait une augmentation de 12 points depuis un an (19%).

    Le sondage MRG fut fait ce week-end, soit les 21 et 22 mars, dans 15 stations du Québec ainsi qu’une au Vermont (Jay Peak) où la clientèle est fortement Québécoise. Le sondage s’est fait aux remontées mécaniques.  Sur 6958 skieurs comptés, 5168 portaient un casque protecteur soit 74,3%. Le but du sondage était simple; obtenir une idée du pourcentage des skieurs/planchistes qui portent un casque.

    L’effet Natasha Richardson
    Ces statistiques n’incluraient probablement pas encore l’« effet Natasha Richardson ». Depuis l’accident et le décès de la célèbre actrice à Tremblant mardi dernier, plusieurs ont décidé d’acheter un casque dans un avenir rapproché. C’est aussi ce que nous concluons des conversations avec des “sans casque” au cours du week-end.  D’ailleurs « tous les casques de la boutique ont été vendus cette semaine » nous disait Johanne Alford, directrice du Mont Blanc.

    Faut-il une loi pour forcer le port du casque?
    Les commentaires enregistrés sur notre blogue la semaine dernière, dans les articles portant sur Natasha Richardson et le port du casque, ont été nombreux et bien campés. Si la majorité supporte le port du casque comme mesure de sécurité additionnelle, peu semblent appuyer le fait de le rendre obligatoire.

    Si notre sondage reflète bien la situation du port du casque en ski, il semblerait inutile de créer une loi qui obligerait tout le monde à le porter. L’acceptation et une tendance à la hausse nous montrent clairement que la très grande majorité portera volontairement le casque d’ici deux ans et que ceux qui ne le porteront pas seront une infime minorité en voie de disparition. Comme les fumeurs.

    Une loi exigerait un suivi et une surveillance pour voir à ce que tout le monde respecte l’obligation. Des complications qui ne semblent pas nécessaires en raison de la forte acceptation du casque et une tendance qui pourrait frôler les 90% d’ici deux ans, le bon sens et l’effet d’entrainement aidant.

    Commentaires intéressants
    Parmi les commentaires faits par nos évaluateurs, notons que :
    - les moniteurs ne portaient pas de casque à plusieurs stations
    - ceux qui ne portent pas de casque sont souvent ensemble
    - dans plusieurs cas, les enfants portaient le casque mais pas les parents
    - presque tous les jeunes portent un casque

    Le port du casque ou le non-port du casque protecteur chez les moniteurs sera le sujet du prochain blogue.

    Détails centre par centre
    nombre portant un casque/Nombre de personnes répertoriées (pourcentage portant le casque)

    Mont Sutton 136/163 (83.4%); Mont Orford 373/454 (82.1%); Mont Blanc 308/374 (82.0%); Bromont 434/548 (79.2%); Mont Habitant 344/436 (78.9%); Mont St-Bruno 326/430 (75.8%); Tremblant, 653/866 (75.4%); Le Relais 317/423 (74.9%); Mont Gabriel 91/124 (73.4%); Val St-Come 195/267 (73.0%); Mont Olympia 192/268 (71.6%); Jay Peak 239/335 (71.3%); Le Massif 823/1170 (70.3%); Ski Morin Heights 143/236 (60.6%); Chantecler 132/229 (57.6%).

    Il est possible aussi que le pourcentage soit légèrement plus élevé puisqu’il faisait beau samedi et que certains auraient pu délaisser le casque pour la journée, le contraire étant improbable.  Je rappelle que ce sondage a été fait en comptant les usagers directement dans les stations et non en entrevue.


    • Ce qui manque dans votre démarche, monsieur Thibaudeau, c’est la méthode scientifique. Votre sondage, c’est un clin d’oeil sur une fin de semaine. Ce qu’il faudrait pour aboutir à la vérité, c’est une étude à double insu, contrôlée: 1000 skieurs casqués, 1000 skieurs non-casqués, les observer sur une saison. Calculer le taux de blessures à la tête dans les deux populations et voir par des calculs statistiques si la différence est significative. Seulement alors vous pourriez pontifier du haut de votre chaise. En passant, madame Richardson est probablement morte d’un hématome épidural: je doute que ça se serait passé ainsi si elle avait porté un casque. 75% de casqués “is not good enough”. J’opine que le raisonnement sur la prophylaxie des blessures à la tête est plutôt simple: PAS DE CASQUE, TU NE MONTES PAS EN HAUT DE LA MONTAGNE.

    • Voilà! L’honneur est sauf; la majorité des glisseurs portent un casque. Grand bien leur fasse. Je ne porte pas personnellement de casque mais n’en suis pas moins en paix avec ceux qui en portent comme avec les autres qui n’en portent pas. Pour moi: à chacun son choix, je trouve ça correct. Il me reste maintenant à espérer que les uns ne seront pas toisés par les autres et que les attitudes condescendantes seront l’exception. Reste maintenant à voir la suite des choses: les prochains accidents impliqueront qui? et comment? Nous verrons.
      Je sillonne les pistes alpines depuis près de quatre décenies sans accident majeur ni coup à la tête, et je skie pour que ça se poursuive ainsi. Point n’est besoin de tenter de me rappeler que je ne suis pas à l’abri pour l’avenir; j’en suis très conscient. Nul n’est à l’épreuve des accidents, je le sais.
      On peut maintenant m’étiqueter, comme tous les non casqués, de “dinausaure” et, pour moi, là débute la condescendance et le dénigrement: c’est le plus triste de la situation. Les risques mentionnés par Guy dans son article précédent n’en son pas pour autant diminuées même avec le port du casque: affluence sur les pistes, grandes vitesses atteintes avec les skis paraboliques, la glace de printemps etc.
      La protection accrue à la tête va-t-elle déresponsabiliser les “autorités” et leur permettre de “se croiser les bras et regarder aller le massacre”.
      Malheureusement, le civisme et la prudence ne viennent pas avec le casque sinon j’en serais sans réserve. C’est souvent le contraire: on prend plus de risques parce que mieux “protégé” et les conséquences n’en sont souvent que plus graves. Plusieurs de mes amis ont eu leur accident après avoir adopté le casque. Coincidence? Je n’en ai pas de preuve. La ceinture de sécurité et les coussins gonflables sont-ils la cause du dépassement de nos limites de vitesse sur nos routes? L’analogie existe et la conclusion m’est inconnue là aussi. Mais mon petit doigt me laisse un doute quant à cette possibilité.
      Le présent commentaire n’est pas un plaidoyer en faveur ou en défaveur de qui que ce soit, mais plutôt une invitation à garder une certaine humilité, un respect et une certaine réserve vis-à-vis tous ceux qui vous côtoient sur la neige de nos montagnes. Amusez-vous bien, j’en ferai de même. Bonne glisse et bonne vie. Xski

    • Tout bien réfléchi: le comportement davantage que la protection de la tête me préoccupe. Salut Xski

    • BRAVO Delhornissimo et hop pour la dictature, ne feriez-vous pas parti du gouvernement
      en place ??

    • @skimec: je suis un chirurgien de 65 ans semi-retraité.

    • delhornissimo

      Fait comme tu veux et laisse les autres décider! Tu as beau être chirurgien, on s’en tape de ton raisonnement à la con! Je n’aimerais pas vivre dans un monde ou tout est décidé par des dinosaures dans ton genre. Les centres de ski ne céderont pas à la pression et il n’y aura jamais de polices du casque… Comme lors des blogs précédents, je ne suis ni pour mi contre le port du casque, je suis pour la liberté de choix! Je suis malheureux de constater que nombres de mes concitoyens pensent être mieux que moi pour choisir quels risques je dois assumer! Qu’on ne vienne pas me rabattre les coûts du système de santé, je paye plus que ma part!!!

    • “PAS DE CASQUE, TU NE MONTES PAS EN HAUT DE LA MONTAGNE.”

      http://www.mels.gouv.qc.ca/loisirsport/pdf/publications/securite/PortraitTORS.pdf

      Allez voir le tableau 8: de 1990 à 2000, 45% des décès reliés aux activités sportives étaient reliés à des activités liés à l’eau.

      Décès reliés au ski: 1%.

      Priorisons donc à la bonne place et légiférons pour obliger toute personne participant à une activité liée à l’eau (incluant la baignade récréative) à porter une veste de flottaison, chirurgien ou non!

    • @delhornissimo : PAS DE CASQUE, TU NE MONTES PAS EN HAUT DE LA MONTAGNE.

      Si tu crie après les gens dans la vie comme ca, c’est bien plus dangeureux que tu te retrouve avec une bosse sur la tête venant du poing de quelqu’un que tu te blesse a la tête en ski!!! ;)

    • J’ai participé au sondage de Guy Thibodeau ce week-end. Je suis évidemment surpris du grand nombre ayant adopté le casque. Plus encore, c’est presque 100% des planchistes et 100% des enfants. Malgré la tendance, j’ai observé des groupes skiant sans casques. J’ai été intrigué que, dans ce qui semble une famille standard, seul le père ne porte pas le casque.
      Je n’en tire aucune conclusion quant à savoir si la sécurité s’en trouve amélioré dans les centres de ski car le casque peut rapidement devenir une panacée à tous les dangers et donc une illusion.
      Les blessures à la tête sont sournoises et lorsque j’ai été victime d’une commotion, il aura fallu tout le bon jugement de mes proches pour m’obliger à rester sous observation. Je les en remercie aujourd’hui!

    • Surprenant! Il me semble que ce n’est le même ratio dans l’est du Québec. Que dire d’un rabais de votre compagnie d’assurance en cas d’accident? Je crois encore qu’il s’agit d’une responsabilité individuelle.

    • J’ai fait de la course… (gagné des slaloms par 1 seconde et demie !)…
      J’ai sauté des falaises (10m et +)…
      J’ai fait un couloir à Zermatt où y’avait ‘un mort par mois’… Et je vous jure que les ‘double diamant’ du Québec c’est franchement de la rigolade à côté…
      J’ai descendu des pentes où quand on s’arrête, il faut s’accrocher au versant avec les mains (comme à flan de mur)…
      J’ai fait de la poudreuse dans les Alpes à s’y enfoncer jusqu’aux aisselles, avec du ‘tape électrique’ de partout pour pas que ça rentre…
      J’ai fait du 120km/h aux Arcs, à l’endroit même où le record de vitesse a été battu…
      J’ai fait des ‘front flips’ des ‘back flips’ sur des jumps ordinaires, des hélicoptères dans les bosses et tutti quanti…
      J’ai skié dans le bois (pas dans des sous-bois aménagés), et embrassé mar part de bouleaux (ça fait mal)…
      Je me suis cassé la gueule, misère, à en faire des films : culbutes têtes première en bas de falaise de 5 m, cassage de gueule patenté sur des pans de glace, cassage de pouce en série dans les bosses, dents passées à travers des lèvres, souches dans les hanches, et vogue la galère !
      J’ai skié la nuit, lampes éteintes, sous les reflets de la lune…
      J’ai trekké en ski alpin (même pas en Telemark !) sur plus de 10km, les skis en crucifix…
      J’ai skié aux premières neiges d’octobre, aux dernières de mai, en montant à pied les pentes avant les lifts n’ouvrent, à esquinter une vieille paire d’Atomic sur des roches…
      J’ai ski en short à +25, en eskimo à -35…
      J’ai fantasmé sur les coureuses et leurs beaux habits moulants…
      Le ski m’a donné le plus beau de la vie.
      Tout ça avant 25 ans. Évidemment, aujourd’hui y’a des jours que je peux pas attacher mes lacets tellement j’ai le dos fini (la tête, ça va).
      Je suis scrap, et ben raide à part ça.
      Mais je skie encore en pépère à 37 ans going on 73, avec mes gars, et y trouve un certain plaisir.
      Mais le jour où on m’obligera à porter un casque, je jure devant St-Christophe j’accrocherai mes planches (des bonnes vieilles Dynamic VR27 204cm qui se mettent pas à vibrer passé 60 à l’heure).
      Alors, en tout respect, messieurs-dames qui veulent m’obliger à porter ça, aujorud’hui, comble de l’ironie, je vous em$#@.

    • Les commentaires brefs et succints sont plus faciles et intéressants à lire. Merci.

    • @AlainGauthier. Vous n’avez pas saisi le sens de mon intervention. Et je pense que vous manquez de jugement. On ne traite pas les gens de cons et de dinosaures comme vous le faites. Je suppose que vous n’avez pas étudié assez longtemps pour apprendre ça ou que vos parents ne vous l’ont pas enseigné. Abstenez-vous d’intervenir dans les blogues si vous n’êtes pas capable de respecter vos semblables. Finalement, vous n’auriez jamais eu ce qu’il faut pour devenir un chirurgien. Contentez-vous de skier sans casque.

    • Guy. Parfois difficile de faire son point par un oui: pour, ou un non: contre. Ça manque alors de substance et laisse perplexe sur le commentaire émis. Xski

    • Le Québec a le don de se tirer dans le pied. Le casque sera donc obligatoire, malgré les statistiques que vous citez. Et des milliers de skieurs, comme moi, déserteront les pentes du Québec. Au lieu de skier 15 fois par année au Québec, ce sera 4 ou 5 fins de semaines en Nouvelle Angleterre. Pensez-y!

    • Vrai, on peut plâtrer un bras ou une jambe, on peut mettre du titane un peu partout. La technologie ne nous autorise pas encore à placer des prothèses dans le cerveau.
      Le sourire en coin, dans ma boule de cristal, je vois venir une loi qui va nous tomber sur le casque de bain.

    • doyonjean: n’oublie pas qu’une compagnie d’assurance donne un rabais dans le but unique de faire plus d’argent. Ah! La logique prend parfois de ces détours. Xski

    • Voilà,
      je tiens à dire que je porte le casque depuis près de trois ans maintenant et je le trouve actuellement agréable et confortable. Une chose est certaine il est plus chaud en hiver. Je fus difficile à convaincre mais aujourd’hui je ne m’en passerais pas. Oui j’ai mal un peu partout mais j’ai toute ma tête et c’est ce qui compte…
      Je ne suis pas pour autant pour le port du casque légiféré…

    • Quand je regarde ça, je me dis que le lobby du port de casque au Québec est plus puissant qu’on puisse le croire.

      75 % et toutes la nouvelle génération de jeunes skieurs et planchistes. Pas besoin de légiférer. Laissez-nous donc skier en paix et laisser le temps et les lobbies faire leur influent travail !

      Si ils me mettent un casque sur la tête, je me mets au ski de fond !

    • À tout ceux qui prétendent cessez de skier si le port du casque devient obligatoire, c’est que vous n’êtes pas de vrai skieurs. Voir si vous pourrez vous passer d’une bonne journée de glisse à cause d’un malheureux casque!!! Avez-vous arrêtez la moto, le hockey et quoi d’autres depuis que le port du casque est obligatoires pour ces sports/activitées? Une chose est certaine, personne n

    • Excusez, la fin de mon précédentcommentaire a sauté. Hors donc, je disais: Une chose est certaine, personne n’est jamais mort d’avoir porté un casque pour skier. Allez, bon ski avec ou sans casque.

    • “personne n’est jamais mort d’avoir porté un casque pour skier. ”

      Vrai mais dans ce débat, ce que nous défendons est la possibilité pour un adulte majeur et vacciné de décider pour sa personne de ce qui est bien ou non, dans la pratique d’une activité sportive dont le taux de décès entre 1990 et 2000 représente 1% de tous les décès reliés à la pratique du sport au Québec.

      Il y a eut plus de piétons frappés par des voitures au Québec pendant cette même période et pourtant personne ne propose d’obliger le port du casque dans la pratique de la marche à pied en ville!

    • Le port du casque ne tue pas: j’en conviens. La vitesse tue: en convenez-vous? Et si le casque portait à la vitesse? Pourrait-on extrapoler que le casque tue? C’est une logique qui se défend: non? Xski

    • Monsieur Thibaudeau, vous ne portez pas de casque sur votre photo …

    • @Xski

      La vitesse tue, j’en conviens mais je ne crois pas que le port du casque aie un incidence sur la vitesse. J’ai commencé à porter un casque l’année dernière et je ne vais pas plus vite que les années précédentes. De par sa nature le ski est un sport de vitesse. À partir de quelle vitesse considère-t-on que celle-ci est élevée? Du moment ou on embarque sur les carres la vitesse augmente. Devrait-on interdire de skier sur les carres??? Le but de mon commentaire est seulement le suivant: tout les skieurs que je connais ne s’empêcheront pas de skier à cause du port du casque obligatoire.

      Bon ski et profitez-en p.c.q. ça achève.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2009
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité