Guy Thibaudeau

Archive, mars 2009

Mardi 31 mars 2009 | Mise en ligne à 22h13 | Commenter Un commentaire

La fin de Gray Rocks soulignée de façon digne

lucile-wheeler-speaking-vertical.JPG

Lucille Wheeler (photo Eva Kuchar)

Malgré le fait que les pistes de ski et l’hôtel ont fermé dimanche, c’est samedi le 28 mars dernier que les adieux officiels à la station centenaire des Laurentides se sont faits.  Entre 800 et 1000 personnes se sont rassemblées à 13 h au Pavillon Lucile Wheeler pour une courte cérémonie où l’on a raconté un peu l’histoire de la station de villégiature et pris quelques moments pour échanger de bons souvenirs.

Lucile Wheeler, qui a remporté la première médaille Olympique en ski pour le Canada à Cortina D’Ampezzo, en Italie, a parlé de sa jeunesse à skier et à s’entrainer sur les pistes de Gray Rocks. Son frère, Tom Wheeler, pour sa part rappelait l’importance qui était mise sur l’hospitalité et le fait que la satisfaction du client était le principal souci de tous les employés.

Joanne Alford, une Américaine qui était en semaine de ski à Gray Rocks en 1965, n’est jamais retournée aux USA. Elle est tombée amoureuse de son moniteur mais en bout de ligne c’est le barman qu’elle a marié. Elle est maintenant directrice du Mont=Blanc à Saint-Faustin.

Marc Bégin, un moniteur de longue date, rappela que Réal Charrette, qui dirigea l’école Snow Eagle de 1948 à 1982, fut le meilleur directeur d’école de ski qu’il ait connu.

Les témoignages se sont succédés pendant une bonne trentaine de minutes, après quoi un toast fut fait à Gray Rocks: « Merci pour tous ces beaux moments », sur la musique de « Thanks for the Memory » de Rod Stewart.  Un moment fort touchant au cours duquel nous avons vu couler plus d’une larme.

gray-rocks-guy-banner.JPG

Guy Thibaudeau raconte l’histoire de Gray Rocks 

Une journée magnifique, plein soleil et + 12 Celcius, conditions idéales pour nous rappeler ces nombreuses fins de saison passées il y a longtemps à Gray Rocks dans le gros sel et les arbres qui commençaient à bourgeonner.

Qu’adviendra-t-il maintenant de l’hôtel et des installations de montagne? Dossier à suivre. Ce que nous savons c’est que les golfs La Belle et La Bête fonctionneront normalement cet été tout comme les terrains de tennis en bordure du golf La Belle.

Petite semaine sur les pentes
La vie est au ralenti cette semaine dans les régions de ski puisque la majorité des stations font relâche. Seuls quelques centres seront ouvert en semaine; Tremblant, Mont Saint-Sauveur, Mont Garceau, Val Saint-Come, Bromont, Mont Sutton, Mont Orford, Owl’s Head, Jay Peak, Mont Sainte-Anne et Stoneham. Même Le Massif demeure fermé cette semaine pour reprendre ses activités vendredi.  Presque tous les centres reprendront du service le week-end prochain ainsi que le suivant, le week-end pascal.  Pour la plupart, la saison se terminera là. Les « maniaques » pourront poursuivre par après à Saint-Sauveur et Mont Sainte-Anne.

Encore du ski de fond à Québec
Seuls quelques centres de la région de Québec offrent encore du ski de fond valable.  Camp Mercier, Forêt Montmorency et Mont Sainte-Anne offrent encore des sentiers tracés et entretenus régulièrement.

On peut aussi faire de la raquette de printemps dans les Laurentides et la région de Québec ainsi qu’au Mont Mégantic où la neige au sol demeure encore suffisante.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 25 mars 2009 | Mise en ligne à 19h57 | Commenter Commentaires (8)

Des adieux à Gray Rocks samedi

 Skiez Gray Rocks une dernière fois

gray-rocks-rope-tow-small-small.bmp

Comme vous le savez probablement, Gray Rocks fermera ses portes après plus de 100 ans d’existence, dimanche le 29 mars prochain.  La région des Laurentides perdra alors un joyau de son patrimoine de ski, la station qui a fait la réputation des Laurentides pour le ski.

Si les terrains de golf La Belle et La Bête fonctionneront toujours cet été, ce sera la fin pour l’hôtel et les pistes de ski.

La direction aurait préféré une fermeture en catimini mais l’événement historique mérite mieux et certains d’entre-nous avons organisé une rencontre informelle pour offrir à la première station de ski des Laurentides les adieux qui s’imposent.

Vous êtes donc conviés à une dernière journée de ski à Gray Rocks le samedi 28 mars.  Il y aura une petite cérémonie/rencontre à 13h au Pavillon Lucile Wheeler où plusieurs anciens de Gray Rocks partageront avec nous leurs souvenirs des belles années de Gray Rocks.

lucile-wheeler.JPGLucile Wheeler, la première Canadienne à remporter une médaille Olympique en ski sera présente. C’est la famille Wheeler qui a fondé Gray Rocks en 1905.

Comme on le faisait « dans le temps », apportez votre pique-nique et vos breuvages et venez célébrer pour la dernière fois une fin d’hiver à Gray Rocks.

En décembre dernier, nous publiions l’article qui suit sur l’annonce de la fermeture de Gray Rocks.  Nous le reprenons aujourd’hui.

Décembre 2008
FERMETURE DE GRAY ROCKS EN MARS
Perte d’un joyau patrimonial du ski

Même si l’annonce aujourd’hui que Gray Rocks fermera ses portes à la fin mars ne surprend personne elle créée tout de même une onde de choc dans les Laurentides.

Gray Rocks, la première station de villégiature  des Laurentides fondée par l’américain George Wheeler en 1905, a fait la réputation des Laurentides pour le ski et les sports d’hiver. Malgré sa petite taille Gray Rocks s’est taillé depuis 1938 une réputation internationale pour son école de ski « Snow Eagle » longtemps classée la meilleure en Amérique du Nord.

Créateurs de la « Semaine de Ski »
Real Charrette qui en fut le directeur pendant une quarantaine d’années inventa d’ailleurs en 1951 le concept de la semaine de ski qu’on nommait « Learn to Ski Week ».  Ce concept attira les clubs de la côte Est des États-Unis, de Miami à Boston en passant par Washington D.C. jusqu’à la fin des années 1980.  Tous les ans des centaines d’américains envahissaient Gray Rocks pour parfaire leur technique avec les meilleurs moniteurs en Amérique et aussi pour faire la fête dans les bars endiablés de la station.

Une série de premières
Gray Rocks fut aussi la résidence de Lucile la première Canadienne à remporter une médaille aux Jeux Olympiques à Cortina, Italie en 1956.

Première station à installer une importante fabrique de neige artificielle, elle a longtemps été la première station à ouvrir en novembre et la dernière à fermer fin avril ou même en mai,

Première ligne aérienne au Canada, Wheeler Airlines, propriété de Gray Rocks, obtint sa charte en 1953, avant Trans Canada Airlines maintenant Air Canada.

Une formule qui s’est épuisée
Si la fermeture annoncée ce matin ne surprend personne dans l’industrie du ski c’est que Gray Rocks était en perte de vitesse depuis plusieurs années. Son marché niche d’américains de la Cote Est s’est épuisé et favorise maintenant des plus grandes stations qui offrent les mêmes produits et plus encore.  Le développement depuis 10 ans de Station Mont Tremblant par Intrawest à quelques kilomètres de là n’a pas aidé non plus.

Les américains vont maintenant vers Tremblant, Vail ou Killington, de grosses montagnes qui sont toutes devenues de belles stations de villégiature. Pour ce qui est du marché de Montréal, soit qu’il favorise Tremblant – une plus grosse station, soit qu’il favorise Mont Blanc le second plus haut sommet des Laurentides à 15 minutes de moins, soit qu’il favorise Mont Saint-Sauveur à seulement 60 minutes de la métropole.

Le rêve de Tremblant est née à Gray Rocks
Il est ironique de constater que Tremblant a contribué, même inconsciemment, à la perte de Gray Rocks puisque c’est à Gray Rocks même que s’est concrétisé le rêve de Joe Ryan fondateur de Tremblant. Le millionnaire de Philadelphie séjournait à Gray Rocks en février 1938. La vue du sommet enneigé de Tremblant  au loin le fascinait et il monta une expédition pour s’y rendre. Arrivé au sommet accompagné du grand journaliste américain chef d’antenne de CBS News Lowell Thomas et Harry Wheeler de Gray Rocks, il s’exclama « C’est surement le plus bel endroit que j’ai visité mais il y a une chose qui cloche. C’est trop difficile d’y monter. Je vais corriger ca! ».  C’est à ce moment que Joe Ryan entreprit de faire du Mont Tremblant une des stations de ski les plus réputées au monde.

Ne blâmez pas la crise économique
Si la fermeture de Gray Rocks a été accélérée par la conjecture économique, ce n’est certainement pas la crise financière que l’on peut blâmer pour cette situation. Les circonstances ont fait qu’elle a perdu son marché niche et qu’on n’a pas réussit à le remplacer.

Quels sont vos souvenirs de Gray Rocks?

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






 casques-enfants.JPG

Les skieurs du Réseau MRG ont effectué un sondage ce week-end pour déterminer le pourcentage de skieurs et planchistes Québécois qui portent le casque protecteur dans les stations de ski.

MRG est le groupe d’évaluateurs indépendants des conditions d’enneigement, que je dirige. MRG fonctionne depuis 1968, plus de 40 ans.

Des résultats surprenants
A notre surprise, plus de 74% des skieurs québécois portaient un casque.  Une étude du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport en 2007-2008 établissait le taux de port du casque protecteur à 62%.  Quoique la méthodologie des deux sondages puisse être différente, il est fort probable que le taux augmente d’année en année.  La différence entre les deux sondages indiquerait une augmentation de 12 points depuis un an (19%).

Le sondage MRG fut fait ce week-end, soit les 21 et 22 mars, dans 15 stations du Québec ainsi qu’une au Vermont (Jay Peak) où la clientèle est fortement Québécoise. Le sondage s’est fait aux remontées mécaniques.  Sur 6958 skieurs comptés, 5168 portaient un casque protecteur soit 74,3%. Le but du sondage était simple; obtenir une idée du pourcentage des skieurs/planchistes qui portent un casque.

L’effet Natasha Richardson
Ces statistiques n’incluraient probablement pas encore l’« effet Natasha Richardson ». Depuis l’accident et le décès de la célèbre actrice à Tremblant mardi dernier, plusieurs ont décidé d’acheter un casque dans un avenir rapproché. C’est aussi ce que nous concluons des conversations avec des “sans casque” au cours du week-end.  D’ailleurs « tous les casques de la boutique ont été vendus cette semaine » nous disait Johanne Alford, directrice du Mont Blanc.

Faut-il une loi pour forcer le port du casque?
Les commentaires enregistrés sur notre blogue la semaine dernière, dans les articles portant sur Natasha Richardson et le port du casque, ont été nombreux et bien campés. Si la majorité supporte le port du casque comme mesure de sécurité additionnelle, peu semblent appuyer le fait de le rendre obligatoire.

Si notre sondage reflète bien la situation du port du casque en ski, il semblerait inutile de créer une loi qui obligerait tout le monde à le porter. L’acceptation et une tendance à la hausse nous montrent clairement que la très grande majorité portera volontairement le casque d’ici deux ans et que ceux qui ne le porteront pas seront une infime minorité en voie de disparition. Comme les fumeurs.

Une loi exigerait un suivi et une surveillance pour voir à ce que tout le monde respecte l’obligation. Des complications qui ne semblent pas nécessaires en raison de la forte acceptation du casque et une tendance qui pourrait frôler les 90% d’ici deux ans, le bon sens et l’effet d’entrainement aidant.

Commentaires intéressants
Parmi les commentaires faits par nos évaluateurs, notons que :
- les moniteurs ne portaient pas de casque à plusieurs stations
- ceux qui ne portent pas de casque sont souvent ensemble
- dans plusieurs cas, les enfants portaient le casque mais pas les parents
- presque tous les jeunes portent un casque

Le port du casque ou le non-port du casque protecteur chez les moniteurs sera le sujet du prochain blogue.

Détails centre par centre
nombre portant un casque/Nombre de personnes répertoriées (pourcentage portant le casque)

Mont Sutton 136/163 (83.4%); Mont Orford 373/454 (82.1%); Mont Blanc 308/374 (82.0%); Bromont 434/548 (79.2%); Mont Habitant 344/436 (78.9%); Mont St-Bruno 326/430 (75.8%); Tremblant, 653/866 (75.4%); Le Relais 317/423 (74.9%); Mont Gabriel 91/124 (73.4%); Val St-Come 195/267 (73.0%); Mont Olympia 192/268 (71.6%); Jay Peak 239/335 (71.3%); Le Massif 823/1170 (70.3%); Ski Morin Heights 143/236 (60.6%); Chantecler 132/229 (57.6%).

Il est possible aussi que le pourcentage soit légèrement plus élevé puisqu’il faisait beau samedi et que certains auraient pu délaisser le casque pour la journée, le contraire étant improbable.  Je rappelle que ce sondage a été fait en comptant les usagers directement dans les stations et non en entrevue.

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    272829  
  • Archives

  • publicité