Guy Thibaudeau

Guy Thibaudeau - Auteur
  • Conditions de ski>

  • Guy Thibaudeau, collaboration spéciale

    Son père lui inculque la passion du ski à l'âge de six ans. Plus tard il en fait son travail en fondant MRG - le Réseau du Ski en 1968, les premiers à présenter aux skieurs des bulletins objectifs sur les conditions de ski via les médias.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 27 décembre 2008 | Mise en ligne à 20h20 | Commenter Commentaires (2)

    Perte d’un joyau de notre patrimoine – Gray Rocks fermera en mars

    La région des Laurentides perdra un joyau de son patrimoine de ski avec la fermeture prochaine de Gray Rocks dans la région de Tremblant.

    Même si l’annonce aujourd’hui que Gray Rocks fermera ses portes à la fin mars ne surprend personne elle créée tout de même une onde de choc dans les Laurentides.

    Gray Rocks, la première station de villégiature  des Laurentides fondée par l’américain George Wheeler en 1905, a fait la réputation des Laurentides pour le ski et les sports d’hiver. Malgré sa petite taille Gray Rocks s’est taillé depuis 1938 une réputation internationale pour son école de ski « Snow Eagle » longtemps classée la meilleure en Amérique du Nord.

    Créateurs de la « Semaine de Ski »
    Real Charrette qui en fut le directeur pendant une quarantaine d’années inventa d’ailleurs en 1951 le concept de la semaine de ski qu’on nommait « Learn to Ski Week ».  Ce concept attira les clubs de la côte Est des États-Unis, de Miami à Boston en passant par Washington D.C. jusqu’à la fin des années 1980.  Tous les ans des centaines d’américains envahissaient Gray Rocks pour parfaire leur technique avec les meilleurs moniteurs en Amérique et aussi pour faire la fête dans les bars endiablés de la station.   

    Une série de premières
    Gray Rocks fut aussi la résidence de Lucile Wheeler, la première Canadienne à remporter une médaille aux Jeux Olympiques à Cortina, Italie en 1956.

    Première station à installer une importante fabrique de neige artificielle, elle a longtemps été la première à ouvrir en novembre et la dernière à fermer fin avril ou même en mai,

    Première ligne aérienne au Canada, Wheeler Airlines, propriété de Gray Rocks, obtint sa charte en 1953, avant Trans- Canada Airlines maintenant Air Canada.

    Une formule qui s’est épuisée
    Si la fermeture annoncée ce matin ne surprend personne dans l’industrie du ski c’est que Gray Rocks était en perte de vitesse depuis plusieurs années. Son marché niche d’américains de la Cote Est s’est épuisé et favorise maintenant des plus grandes stations qui offrent les mêmes produits et plus encore.  Le développement depuis 10 ans de Station Mont Tremblant par Intrawest à quelques kilomètres de là n’a pas aidé non plus.

    Les américains vont maintenant vers Tremblant, Vail ou Killington, de grosses montagnes qui sont toutes devenues de belles stations de villégiature. Pour ce qui est du marché de Montréal, soit qu’il favorise Tremblant – une plus grosse station, soit qu’il favorise Mont Blanc le second plus haut sommet des Laurentides à 15 minutes de moins, soit qu’il favorise Mont Saint-Sauveur à seulement 60 minutes de la métropole.
      
    Le rêve de Tremblant est née à Gray Rocks
    Il est ironique de constater que Tremblant a contribué, même inconsciemment, à la perte de Gray Rocks puisque c’est à Gray Rocks même que s’est concrétisé le rêve de Joe Ryan fondateur de Tremblant. Le millionnaire de Philadelphie séjournait à Gray Rocks en février 1938. La vue du sommet enneigé de Tremblant  au loin le fascinait et il monta une expédition pour s’y rendre.  Arrivé au sommet accompagné du grand journaliste américain chef d’antenne de CBS News Lowell Thomas et Harry Wheeler de Gray Rocks, il s’exclama « C’est surement le plus bel endroit que j’ai visité mais il y a une chose qui cloche. C’est trop difficile d’y monter. Je vais corriger ca! ».  C’est à ce moment que Joe Ryan entreprit de faire du Mont Tremblant une des stations de ski les plus réputées au monde.
     
    Ne blâmez pas la crise économique
    Si la fermeture de Gray Rocks a été accélérée par la conjecture économique, ce n’est certainement pas la crise financière que l’on peut blâmer pour cette situation. Les circonstances ont fait qu’elle a perdu son marché niche et qu’on n’a pas réussit à le remplacer.

    Quels sont vos souvenirs de Gray Rocks? 
           


    • Gray Rocks… j’en garderai plusieurs de mes plus beaux souvenirs de ski, et surtout de ski de printemps. Adolescents et dans la vingtaine, nous y faisions du ski de bosses comme des malades jusqu’à la fin du mois de mai. Gray Rocks avait la réputation d’être toujours le dernier centre à fermer. Les lacs étaient dégelés depuis longtemps, mais nous on y faisait encore du ski!! Les meilleurs skieurs de partout s’y retrouvaient pour clore leur saison! Que de souvenirs!! On aurait voulu que cette époque ne se termine jamais!! J’ai peine à imaginer que Gray Rocks fermera ses portes et que son règne est révolu…

    • Nous venions de rentrer de notre 5e séjour à Gray Rocks lorsque nous avons appris la triste nouvelle de sa fermeture définitive. Quand j’étais enfant et que le budget familial ne permettait pas le ski, ma famille avait visité Gray Rocks, juste pour voir où les avions des “riches Américains” amerrissaient. “Regardez, les enfants”, avait dit ma mère, “c’est un country club!” Trente ans plus tard, l’ère des riches Américains tirait à sa fin, et mes enfants ont appris à skier à l’excellente École Snow Eagle. Nous sommes retournés à Gray Rocks à plusieurs reprises à cause de l’ambiance chaleureuse et intime que nous n’avons pas trouvée à nulle autre station de ski. Grand dommage! Je regrette beaucoup la perte de ce merveilleux centre.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité