Guy Thibaudeau

Archive, décembre 2008

Les stations de ski pourront enfin compter sur du beau temps hivernal pour entreprendre le dernier droit des vacances de Noel.  Il fera froid mais, c’est l’hiver et s’il ne vente pas trop on pourrait voir de belles journées.

Si vous ne lisez que les premières lignes de cette chronique sachez que la neige se trouve surtout au nord du Saint-Laurent dans les régions des Laurentides, Lanaudière, Outaouais, Québec et Charlevoix.

Notre skieur au Massif du Sud hier notait que « la neige est une denrée rare au sud de Québec et au Massif du Sud ». A ne pas confondre avec l’autre Massif, le Massif de Charlevoix où la neige est abondante. On a tendance à confondre les deux mais en ce moment il ne vaut mieux pas.   

Même son de cloche pour l’Estrie et la Nouvelle Angleterre. Malgré 10 à 15 centimètres de neige mardi. Les forts vents ont vite balayé les accumulations fraîches exposant la base dure et souvent glacée. Plus de détails sur les stations sur SKInet.

Commentaire intéressant de ma collaboratrice Marie Pinsonneault qui s’est promenée un peu ces derniers jours : « en Estrie et à Montréal on doit fabriquer de la neige tandis qu’ à Rawdon on doit pelleter le toit ».

La rive nord se relève bien
Pour ce qui est des centres de la rive nord le retour à la normale s’effectue bien. Les conditions se sont bien améliorées avec la petite neige de mardi. Aussi ces régions n’ont pas connu de perte importante de neige comme plus au sud.  On retrouve en général des conditions normales sur un fond qui demeure évidemment dur mais pas  à l’excès.  Les centres sont d’ailleurs en service presque complet. 

Ski de fond et raquette
La situation pour le ski de fond et la raquette suit un peu celle du ski alpin; plus de neige au nord sauf qu’il y a du bon ski de fond aux parcs Mont Orford et Mont Mégantic qui ont reçu hier une quinzaine de centimètres de neige et qui avaient au préalable plus de neige au sol qu’ailleurs en Estrie.

Certains centres dans les Laurentides et un peu partout au nord du Saint-Laurent ne sont pas complètement ouverts à cause de débris et branches cassées par le vent de dimanche dernier.  Il y a en fait encore beaucoup de neige au sol. Commentaire interessant de notre collaborateur qui était à St-Adolphe d’Howard cet apres-midi (mercredi); “en ski de fond et en raquette, aucun signe apparent qu’il y a eu de la pluie le week-end dernier”.

Si les sentiers ne sont pas tous ouverts pour le ski de fond, ils le sont tous pour la raquette, activité qui se pratique facilement dans n’importe qu’elle conditions (plus ou moins). 

Patin de rivière
Autre belle activité pour finir vos vacances, le patin de rivière ou de lac. C’est parti.
Quelques suggestions. Le Domaine de la Foret Perdue à Notre-Dame-du-Mont-Carmel en Mauricie où l’on retrouve 10 kilomètres de sentiers glacés entretenus à la Zamboni. Le Canal Rideau à Ottawa qui ouvre une section de deux kilomètres demain (jeudi). Le Lac Beauport au nord de Québec où la patinoire vient tout juste d’ouvrir.  A Montréal, les patinoires du Lac des Castors sur le Mont Royal et la patinoire du Vieux Port sont ouvertes.

Soyez polyvalents, vous profiterez mieux de l’hiver! Bonne année 2009 à vous tous et bon hiver.

D’autres suggestions?

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Lundi 29 décembre 2008 | Mise en ligne à 19h16 | Commenter Commentaires (4)

Quand la guigne s’acharne sur les stations de ski

Décidément les stations de ski ne l’ont pas facile cet hiver. Malgré un départ fort encourageant avec de bonnes précipitations et plusieurs centres déjà en service en complet avant Noël, les choses ont tourné au vinaigre depuis le réveillon.

En effet il a plu abondamment le 24 et encore au cours du week-end lorsque les 27 et 28 décembre sont traditionnellement deux des jours les plus achalandés de la période des Fêtes. Un week-end catastrophique en ce qui concerne les revenus puisque plusieurs stations n’ont meme pas pu ouvrir.  

Panne d’électricité dans Charlevoix
Comble de malheur pour les centres de la Côte de Beaupré et de Charlevoix une panne majeure d’électricité aujourd’hui (lundi) a empêché les centres Mont Sainte-Anne, Le Massif et Mont Grand Fonds de fonctionner, privant des milliers de vacanciers de leur activités et privant aussi les stations de centaines de milliers de dollars en revenus. 

Au Mont Sainte-Anne on a amené les skieurs vers Stoneham (station appartenant au même groupe) qui, elle, fonctionnait normalement. Mais cette opération a occasionné au MSA des coûts additionnels de navette en plus des pertes causées par la panne.

Au Massif de Petite-Rivière on n’a même pas attendu le retour de l’électricité pour prévoir une ouverture en catastrophe demain (mardi). En effet la station Charlevoisienne annonçait en fin d’après-midi qu’une vingtaine de pistes ouvriraient mardi avec des remontées et chalets qui fonctionneraient à l’aide de génératrices.  

Vers 15h30 cet après-midi l’électricité revenait à La Malbaie et au Manoir Richelieu ce qui présentait un certain espoir pour les autres secteurs de Charlevoix.

La vie reprend dans les Laurentides
Malgré les aléas du temps les régions des Laurentides et Lanaudière n’ont pas connu la catastrophe, le couvert neigeux demeurant complet encore partout.  Les conditions étaient dures et rapides aujourd’hui avec des mottons et des « balles de golf » mais la majorité des pistes était ouverte.  Dans un pareil scénario les conditions s’améliorent rapidement le deuxième jour après le gel; demain donc les conditions devraient être beaucoup plus agréables.

bromont-28-dec-small.JPGL’Estrie aux soins intensifs
Le week-end a été plus catastrophique pour l’Estrie où il a fait +15C à Bromont dimanche et où certains skieurs (notre photo/Luc Bédard) ont été vus en shorts et T-shirt. En 48 heures Mont Sutton est passé de 49 pistes ouvertes à 10, Bromont affichait aujourd’hui 16 de ses 92 pistes et les champs près de Mansonville présentaient une scène de fin de printemps.  Par contre la région de Magog-Orford maintenait encore un bon couvert de neige, assez pour faire de la raquette.   

Ski de fond – la catastrophe
Même s’il y a encore beaucoup de neige au sol dans les Laurentides et Lanaudière, presque tous les centres étaient fermés aujourd’hui (lundi) la neige étant trop glacée.  En plus, les vents violents dimanche soir ont occasionné beaucoup de débris et de branches cassées sur les sentiers.  Plusieurs réseaux ont dû faire appel à des bénévoles pour faire le nettoyage avant de travailler les pistes. Nous verrons surement l’ouverture graduelle des sentiers à compter de mardi. A suivre sur SKInet.

Malgré tout, plusieurs centres de ski de fond offraient de la raquette aujourd’hui.  Au Parc Dufresne à Val David le stationnement était à moitié plein; tous des raquetteurs. 

Des conditions qui vont s’améliorer
Les prochains jours devraient offrir de meilleures conditions partout.  Un peu de neige cette nuit (lundi) et un deuxième passage des dameuses sur les pistes devraient ramollir un peu les surfaces. Pour la Côte de Beaupré et Charlevoix on prévoyait réparer la panne d’électricité avant minuit. Heureusement puisque c’est dans ces deux régions que les conditions étaient les meilleures dernièrement.

Mais comme me disait un skieur au Mont Saint-Sauveur ce matin “c’est bien moins pire qu’à Gaza!”

Que ce passe-t’il dans votre région?

    

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






La région des Laurentides perdra un joyau de son patrimoine de ski avec la fermeture prochaine de Gray Rocks dans la région de Tremblant.

Même si l’annonce aujourd’hui que Gray Rocks fermera ses portes à la fin mars ne surprend personne elle créée tout de même une onde de choc dans les Laurentides.

Gray Rocks, la première station de villégiature  des Laurentides fondée par l’américain George Wheeler en 1905, a fait la réputation des Laurentides pour le ski et les sports d’hiver. Malgré sa petite taille Gray Rocks s’est taillé depuis 1938 une réputation internationale pour son école de ski « Snow Eagle » longtemps classée la meilleure en Amérique du Nord.

Créateurs de la « Semaine de Ski »
Real Charrette qui en fut le directeur pendant une quarantaine d’années inventa d’ailleurs en 1951 le concept de la semaine de ski qu’on nommait « Learn to Ski Week ».  Ce concept attira les clubs de la côte Est des États-Unis, de Miami à Boston en passant par Washington D.C. jusqu’à la fin des années 1980.  Tous les ans des centaines d’américains envahissaient Gray Rocks pour parfaire leur technique avec les meilleurs moniteurs en Amérique et aussi pour faire la fête dans les bars endiablés de la station.   

Une série de premières
Gray Rocks fut aussi la résidence de Lucile Wheeler, la première Canadienne à remporter une médaille aux Jeux Olympiques à Cortina, Italie en 1956.

Première station à installer une importante fabrique de neige artificielle, elle a longtemps été la première à ouvrir en novembre et la dernière à fermer fin avril ou même en mai,

Première ligne aérienne au Canada, Wheeler Airlines, propriété de Gray Rocks, obtint sa charte en 1953, avant Trans- Canada Airlines maintenant Air Canada.

Une formule qui s’est épuisée
Si la fermeture annoncée ce matin ne surprend personne dans l’industrie du ski c’est que Gray Rocks était en perte de vitesse depuis plusieurs années. Son marché niche d’américains de la Cote Est s’est épuisé et favorise maintenant des plus grandes stations qui offrent les mêmes produits et plus encore.  Le développement depuis 10 ans de Station Mont Tremblant par Intrawest à quelques kilomètres de là n’a pas aidé non plus.

Les américains vont maintenant vers Tremblant, Vail ou Killington, de grosses montagnes qui sont toutes devenues de belles stations de villégiature. Pour ce qui est du marché de Montréal, soit qu’il favorise Tremblant – une plus grosse station, soit qu’il favorise Mont Blanc le second plus haut sommet des Laurentides à 15 minutes de moins, soit qu’il favorise Mont Saint-Sauveur à seulement 60 minutes de la métropole.
  
Le rêve de Tremblant est née à Gray Rocks
Il est ironique de constater que Tremblant a contribué, même inconsciemment, à la perte de Gray Rocks puisque c’est à Gray Rocks même que s’est concrétisé le rêve de Joe Ryan fondateur de Tremblant. Le millionnaire de Philadelphie séjournait à Gray Rocks en février 1938. La vue du sommet enneigé de Tremblant  au loin le fascinait et il monta une expédition pour s’y rendre.  Arrivé au sommet accompagné du grand journaliste américain chef d’antenne de CBS News Lowell Thomas et Harry Wheeler de Gray Rocks, il s’exclama « C’est surement le plus bel endroit que j’ai visité mais il y a une chose qui cloche. C’est trop difficile d’y monter. Je vais corriger ca! ».  C’est à ce moment que Joe Ryan entreprit de faire du Mont Tremblant une des stations de ski les plus réputées au monde.
 
Ne blâmez pas la crise économique
Si la fermeture de Gray Rocks a été accélérée par la conjecture économique, ce n’est certainement pas la crise financière que l’on peut blâmer pour cette situation. Les circonstances ont fait qu’elle a perdu son marché niche et qu’on n’a pas réussit à le remplacer.

Quels sont vos souvenirs de Gray Rocks? 
       

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité