Sciences dessus dessous

Archive de la catégorie ‘Espace’

Jeudi 16 janvier 2014 | Mise en ligne à 9h41 | Commenter Commentaires (25)

Des questions pour Chris Hadfield ?

(Image : ASC, archives La Presse)

(Image : ASC, archives La Presse)

Appel à tous : j’ai une entrevue cet après-midi demain après-midi avec celui qui est possiblement le plus célèbre astronaute depuis Jim Lovell (le commandant de la mission avortée Apollo 13, incarné par Tom Hanks dans le film du même nom), voire peut-être depuis Buzz Aldrin et Neil Armstrong. Il s’agit, bien sûr, du commandant Chris Hadfield, qui a participé à plusieurs missions dans l’espace et dirigé la Station spatiale internationale — mais qui s’est plutôt fait connaître du grand public par les (magnifiques) photos de la Terre qu’il a prises de là-haut et publiées sur son compte Twitter, ainsi que par sa reprise de Space Oddity.

M. Hadfield viendra à Québec la semaine prochaine dans le cadres des Journées technologiques de l’Institut national de l’optique (qui a incidemment mis au point un instrument testé sur la SSI lors du dernier séjour dans l’espace de M. Hadfiel). J’ai bien des questions à lui poser, mais si vous en avez qui vous brûlent la langue depuis des mois/années, inscrivez-les dans les commentaires ci-dessous.

Je ne garantis pas que je les poserai toutes à M. Hadfield, que je n’aurai que pour une vingtaine de minutes, mais je vous promets d’essayer — et je transcrirai ses réponses ici.

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






Vendredi 29 novembre 2013 | Mise en ligne à 10h29 | Commenter Commentaires (8)

La comète-zombie

Morale du jour #387 : ne jamais, jamais faire confiance à une comète. Même quand elle est déclarée cliniquement morte par des astrophysiciens patentés, il faut toujours continuer de s’en méfier. Surtout si vous êtes journaliste…

C’est ce qui ressort de la journée d’hier, au terme de laquelle la comète ISON avait été à toute fin utile enterrée. Vers 16h, l’Agence spatiale européenne a prononcé l’arrêt de mort sur son fil Twitter : «Our #SOHO scientists have confirmed, comet #IISON is gone , thanks for sharing this comet-watching night with us». Traduction libre : la comète a cramé, merci d’avoir magasiné chez nous, revenez nous voir…

Et on comprend aisément pourquoi les experts de l’ESA — ainsi que tous ceux qui ont participé à l’excellent HangOut de la NASA sur le sujet hier — ont tiré une telle conclusion. Les images laissaient peu de place au doute : la vidéo ci-dessous montre clairement ce qui a toutes les allures d’une désintégration (telle que vue par deux satellites d’observation solaire, SOHO et STEREO).

Mais… mais… ISON est une comète, c’est-à-dire une petite bête horriblement capricieuse, malfaisante et puérile qui se plaît à faire mentir le plus grand nombre de gens possible. Alors surprise, quand plus personne n’attendait quoi que ce soit — et bien sûr, juste après que j’eus envoyé mon texte et quitté le bureau —, la voilà qui rapplique.

On vit d’abord ce qui ressemble à une traînée sans noyau :

(Image : SOHO/NASA/ESA)

(Image : SOHO/NASA/ESA)

Puis apparut ce qui ressemblait à un noyau cométaire :

zombies-hand-dark-night-HD-desktop-background-wallpapers

Oups, pardon, erreur d’image. Voici la bonne :

(Image : SOHO/NASA/ESA)

(Image : SOHO/NASA/ESA)

Notez que cette espèce de «zombie» de comète a une drôle de forme — la queue d’une comète normale et authentiquement vivante partirait en direction opposée du Soleil et serait plus allongée que la forme d’éventail qu’elle a maintenant. Ce qui fait dire à certains astronomes qu’en fait, ISON est bel et bien morte et que ce ne sont là que des débris, qui ont continué de voyager. D’autres prononcent au contraire sa survie — notamment dans ma boîte de courriel, mais passons.

Entendons-nous pour la déclarer morte-vivante. Pour l’instant…

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Mercredi 27 novembre 2013 | Mise en ligne à 13h55 | Commenter Commentaires (17)

Comète ISON : plus de peur que de mal (pour l’instant)

Les astronomes amateurs ont eu une petite frousse ces derniers jours, quand divers observateurs ont rapporté que la comète ISON avait connu un sursaut de luminosité suivi d’une baisse marquée et d’éjections de poussières autour du 20 au 23 novembre. Ce comportement laissait croire qu’ISON, que l’on annonce comme la comète du siècle si elle survit à son passage tout proche du Soleil, avait peut-être commencé à se désintégrer. Or il semble qu’il ne s’agissait que d’une petite «crise de hoquet», si je puis dire : sa brillance a recommencé à s’intensifier au cours des 36 dernières heures et le satellite d’observation du Soleil STEREO-a a pris de magnifiques images de la bête (voir ci haut, et lire la note * ci-bas).

ISON n’est toutefois pas encore tirée d’affaire, elle qui s’approchera de notre étoile jusqu’à seulement 1% de la distance Terre-Soleil demain (jeudi), endroit où elle devra résister à une gravité et des températures (dans les milliers de degrés) peu recommandables pour ce qui est essentiellement une «boule de neige sale», comme me la décrivait ce matin l’astronome de l’Université de Montréal Robert Lamontagne lors d’un entretien téléphonique. Ce n’est qu’après ce rase-mottes solaires, dont les moments les plus critiques surviendront demain, que la comète (re)deviendra observable — dans le ciel terrestre, elle apparaît présentement trop proche du Soleil pour cela. Selon les sources, le moment où l’on pourra recommencer à l’admirer dans le ciel (si elle n’est pas broyée/fondue/sublimée/disloquée/anéantie d’ici là) varie du 1er au 3 décembre.

Il y a cependant une mauvaise nouvelle, en tout ce ci : ce n’est pas la première fois qu’ISON nous fait ce genre de peur, dit M. Lamontagne. «Ça fait quelques fois qu’elle fait ça (sursaut de brillance, éjection brutale de matière) depuis qu’on a commencé à l’observer, il y a environ un an. Et ça peut vouloir dire que c’est un objet assez friable.»

Bref, si vous êtes capable d’allumer des cierges les doigts croisés, faites-le…

*Note : dans la vidéo ci-haut, si Mercure apparaît plus loin du Soleil que la Terre, c’est à cause de la position de STEREO-a sur son orbite. En ce moment, le satellite est presque complètement de l’autre côté du Soleil par rapport à la Terre (angle d’environ 150°, à l’œil) alors que l’angle Terre-Soleil-Mercure est plus prononcé. D’où l’illusion ci-haut. Remarquez aussi que les lignes que l’on voit «transpercer» les deux planètes ne représentent pas leurs trajectoires ; il s’agit plutôt de «lignes de saturation» qui apparaissent quand les instruments captent plus de lumière que ce qu’ils sont faits pour «gérer». Pour en voir un autre exemple, regardez cette image prise par un autre satellite d’observation du Soleil, SOHO, qui montre la comète (à droite) sur laquelle l’on voit clairement une petite ligne horizontale «sortir» par la gauche : c’est une ligne de saturation.

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2009
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité