Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 3 juillet 2017 | Mise en ligne à 11h27 | Commenter Commentaires (3)

    Chapeau bas, Yanick !

    (Photo fournie par Radio-Canada / archives La Presse)

    (Photo fournie par Radio-Canada / archives La Presse)

    Depuis que Yanick Villedieu, l’animateur de l’émission d’actualité scientifique de Radio-Canada Les années lumière, a annoncé sa retraite en mai dernier, les hommages affluent. Et ils sont pleinement mérités : c’est un pionnier du journalisme scientifique et un grand-journaliste-tout-court qui s’en va. Bien des reporters comme moi marchent aujourd’hui dans ses pas, si bien que je m’en voudrais de ne pas souligner sa dernière émission, qui a été diffusée hier. (Voir aussi ici pour son texte d’au revoir.)

    Les hommages ayant le défaut de devenir rapidement répétitifs, surtout quand ils sont aussi nombreux que ceux que mon collègue s’est attirés après plus de 40 ans dans le métier, je me contenterai de soulever deux choses à son propos. La première est une anecdote qu’il m’a racontée lors d’un congrès de l’ACFAS, où je le croisais chaque année. Aujourd’hui, ce congrès est devenu un happening médiatique incontournable. Une petite équipe y est chargée des relations de presse, une salle est réservée aux journalistes, et presque tous les principaux médias du Québec y délèguent un ou deux reporters. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Quand Yannick a commencé à couvrir l’«ACFAS», il y a plus de 30 ans, il se butait parfois à des portes closes, m’a-t-il dit : non seulement les médias ignoraient-ils complètement l’événement, mais il lui est arrivé de se faire mettre dehors d’un colloque parce que les chercheurs voulaient débattre de leurs résultats «en privé» !

    Vue de 2017, la seule idée que Yanick Villedieu, une véritable institution, se fasse montrer la porte par des chercheurs lors du congrès de l’ACFAS est littéralement comique, mais cela montre bien tout le chemin qui a été parcouru depuis — en grande partie grâce à lui. Quand je dis que des gens comme moi marchent dans ses pas, vraiment, je vous prie de le prendre au pied de la lettre.

    Le second point que je veux souligner a, à ma connaissance, été un peu passé sous silence. Pendant très longtemps, les médias ont généralement considéré la vulgarisation scientifique comme une chose qui s’adresse principalement aux enfants. C’était, jusqu’à un certain point, normal : tout le monde disait qu’il fallait orienter le plus de jeunes possible vers des carrières scientifiques, alors il s’ensuivait en apparence logiquement que les sujets scientifiques devaient être couverts pour les «jeunes». Mais c’était, à mon sens, doublement faux. D’abord parce que si le «jeune» se fait continuellement dire à la maison que «Tsé, mon grand, j’ai toujours été poche en maths et en sciences et ça ne m’a pas empêcher de me trouver une bonne job, alors t’en as pas besoin, c’est pas très important», si c’est le discours que l’enfant entend chez lui, donc, toutes les entreprises de vulgarisation et d’éveil aux sciences sont vouées à l’échec, ou presque. Et ensuite parce qu’il n’y a jamais eu autant de science dans la vie quotidienne de M. et Mme Tout-le-Monde qu’à notre époque, si bien que les adultes ont certainement besoin de savoir scientifique, eux aussi, pour comprendre le monde dans lequel ils vivent.

    Contrairement à beaucoup d’autres, Yanick Villedieu l’a toujours compris. Il s’est toujours adressé aux adultes dans Les années lumière, qui se décrit d’ailleurs comme «un magazine d’actualité et de culture scientifique». C’est là, il me semble, un aspect important et méritoire de sa carrière qu’il faut souligner.

    Chapeau bas, Yanick !


    • La connaissance rend les gens plus libres. La technologie, et à sa source la science, étant omiprésente dans nos vies, il est essentiel de cultiver le goût d’apprendre, pas seulement pour les jeunes mais aussi pour les adultes…de tous âges. Le climat-scepticisme, le créationnisme et autres tares intellectuelles sont des preuves à quel point l’ignorance peut être dommageable pour l’humanité. Merci à vous et à ce grand maître que fut monsieur Villedieu de consacrer votre talent de vulgarisateur à jeter un peu de lumière pour contrer l’obscurantisme trop souvent en vogue parce qu’enfant de la facilité.

    • Excellent journaliste et excellent émission sur l’actualité scientifique et bien au-delà en même temps avec plusieurs invités et tout.

      Pour de la vulgarisation scientifique auprès du public dans les médias on pense aussi à des grands noms mais qui étaient eux-mêmes des scientifiques. Fernand Seguin, bien sûr, Pierre Dansereau, Hubert Reeves, aussi.

      Pour les enfants ? On pense à une émission comme les Débrouillards avec Gregory Charles ? Les Nerdz, c’est interelié.

      Jean-René Dufort au départ.

      La série de notre enfance, il était une fois l’homme, en partie, du moins.

      Pour des personnalités vous en avez plusieurs aussi comme le notaire-entomologiste.

      Pour une émission de radio de fond, c’est celle du dimanche qui est la meilleure de notre époque. Fernand Seguin lui il doit le meilleur parmi les meilleurs.

      https://www.youtube.com/watch?v=Z05MlvPRHFk

      https://www.youtube.com/watch?v=nXDpMhZRK-c

    • Yannick, un grand parmi les grands. j’ai eu le privilège de le rencontrer, de le côtoyer et de collaborer avec lui à son arrivée parmi nous, il y a un peu plus de 40 ans. Souhaitons-nous qu’il nous fera profiter de son immense expérience et de ses connaissances toujours justes sous d’autres médias…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2017
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives