Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 14 juin 2017 | Mise en ligne à 14h57 | Commenter Commentaires (28)

    Boissons sucrées et obésité : les paris sont ouverts…

    (Image : photothèque Le Soleil)

    (Image : photothèque Le Soleil)

    Dans le débat public, il y a longtemps que cette équation-là n’est plus une conjecture, mais un théorème à part entière : boissons sucrées = obésité. Et intuitivement, cela semble en effet élémentaire. Ces breuvages sont bourrés de calories mais ne provoquent pas d’effet de satiété et leur consommation va croissante depuis des décennies, ce qui coïncide avec l’épidémie d’obésité qui sévit en Occident. Et l’OMS recommande depuis l’automne dernier d’adopter des taxes ou d’autres mesures pour en réduire les ventes.

    Or la réalité n’est pas aussi tranchée au couteau, écrit un trio de chercheurs de l’Université Laval — Benoît Arsenault, Benoît Lamarche et Jean-Pierre Després — dans une revue de littérature très éclairante parue cette semaine dans Nutrients (et en libre accès s’il-vous-plaît) : «Cibler les boissons sucrées ou la qualité générale de la diète pour la prévention des maladies cardiométaboliques : faites vos jeux». Le contenu calorique très élevé de ces boissons ne fait aucun doute, bien sûr, mais il y a une question lancinante dans ce débat scientifique qui n’a toujours pas été résolue, rappelle l’article : est-ce que la consommation de «liqueurs» est nocive en elle-même, ou est-ce qu’elle n’est pas plutôt le reflet d’une mauvaise alimentation générale et/ou de mauvaises habitudes de vie. Dans le premier cas, on peut espérer avoir un effet sur la santé en ciblant les boissons sucrées, notamment au moyen d’une taxe. Mais c’est nettement moins évident dans le second : si les boissons gazeuses, Gatorade et autres variations sur le thème du Quick aux fraises ne sont qu’une petite partie d’un problème plus large (beaucoup de friture, pas mal d’autres sources de sucre raffiné, sédentarité, etc.), l’approche ciblée ne sert a priori pas à grand-chose.

    C’est un peu ce que montre le tableau ci-dessous, d’ailleurs, publié (en anglais) dans l’article de M. Arsenault et ses collègues. À une échelle populationnelle, le lien entre l’obésité et les boissons sucrées ne va pas de soi puisque les changements dans la consommation de ces breuvages n’ont pas du tout le même effet d’un pays à l’autre :

    (Source : Arsenault et al./Nutrients 2017)

    (Source : Arsenault et al./Nutrients 2017)

    Certes, il y a toujours un danger à comparer des populations entières, au sein desquelles une foule de facteurs et de tendances parfois contradictoires peuvent embrouiller le portrait. Mais les choses ne deviennent pas plus claires quand on examine des données plus fines — du moins, pas quand on mesure les résultats par le poids corporel, j’y reviens. Cette étude hollandaise, par exemple, a trouvé que donner une boisson sucrée (250 ml) par jour à des enfants de 5 à 12 ans fait une différence de 1 kg sur leur poids au bout de 18 mois, par rapport à 250 ml de boisson à l’aspartame (zéro calorie). Mais celle-ci, qui a duré 2 ans, a trouvé un excès de poids chez les ados à qui on donnait des boissons sucrées au bout de 12 mois, mais pas au bout de 24 mois. Une étude brésilienne a par ailleurs trouvé qu’une campagne de sensibilisation à l’obésité et aux boissons sucrées dans une école primaire en avait nettement diminué la consommation au bout d’une année scolaire complète, mais n’avait eu aucun effet mesurable sur leur indice de masse corporelle (IMC, soit le rapport du poids sur la taille).

    Bref, les résultats sont contradictoires…

    Mais bon, les habitués de ce blogue savent déjà ce que je pense de l’IMC, une mesure qui est utile parce qu’elle est très facile à prendre mais qui demeure souvent trop grossière pour être vraiment intéressante — un des trois auteurs de l’article de Nutrients, Jean-Pierre Després, est d’ailleurs un des pères de cette idée, c’est essentiellement lui et M. Arsenault qui me l’ont mise dans la tête. Au-delà du poids, c’est surtout la répartition de la graisse qui détermine si un individu développera des problèmes comme le diabète de type-2 ou des maladies cardiaques — la graisse dite «ectopique» qui, au lieu d’être stockée sous la peau, se loge autour des intestins et du foie, étant la pire. À cet égard, écrivent-ils, il commence à y avoir des résultats qui montrent que la consommation quotidienne de boissons sucrées accumulent plus de graisses aux mauvais endroits. À suivre, donc.

    Mais en bout de ligne, concluent-ils, «comme une alimentation de piètre qualité générale contribue probablement plus au risque de développer une maladie cardiométabolique que des facteurs de risque individuels comme les boissons sucrées, il n’est pas clair que l’on obtiendra des bienfaits pour la santé en ciblant uniquement ces dernières».


    • Ce n’est peut être pas la boisson en elle même le problème, mais plutôt un de ses ingrédient, soit le sucre. Les compagnies de l’agro-alimentaire n’arrête pas de couper le gras dans leurs produits alimentaires industrialisés. Donc, moins de gras = moins de goût. Ils vont donc compenser en ajoutant plus de sucre ou de sel.

      Je dirais que s’attaquer seulement à la liqueur est contre-productif. Il faudrait un taxe sur le sucre.

      Et quant à moi, je mettrais une taxe sur les buffet à volonté, voir une interdiction totale. Aller s’empiffrer pour rentrer dans son argent (à 25$ ce n’est pas trop tentant de se limiter à une assiette et un morceau de gâteau) ce n’est pas du tout correct pour la santé. J’en sait quelque chose, je fréquentais les buffets, mais j’ai arrêté.

    • Le sucre sous forme liquide est plus facilement assimilable par l’organisme, donc passe dans le sang beaucoup plus vite. N’importe quel athlète vous le confirmera. Maintenant, a t’on besoin de ce sucre liquide, notamment chez un ado dont la dépense physique se mesure a l’utilisation de son cellulaire ? Mais on peut continuer a banaliser le sucre, les grands industriels vous remercieront…

    • C’est curieux de parler de l’absence de satiété face à la consommation de boissons gazeuses; pour ma part, une seule canette et j’en ai bien assez, même quand j’ai très soif. Se pourrait-il qu’on ne soit pas égaux dans l’atteinte de la satiété? Ainsi, le scotch me crée un bizarre d’effet quand je suis au stade de la “satiété”…..Ça m’a toujours semblé étonnant que le sucre et l’alcool (ce dernier dérivé du premier) semblent créer un problème similaire de dépendance ou de non atteinte de la satiété chez certaines personnes.

      Il m’a toujours paru clair que l’obésité, à part les cas de réels problèmes métaboliques, est le résultat d’une série de mauvaises habitudes alimentaires et d’activité physique, souvent prises en bas âge. Il y a aussi le fait que même si le travail physique a énormément diminué au 20e siècle, beaucoup de gens n’ont pas modifié les habitudes alimentaires héritées de leur grands-parents.

      À ce titre, j’ai vraiment été surpris que des parents aient réussis récemment à faire empêcher la mesure du poids corporel lors des cours d’éducation physique. Pourtant, même si l’ego en prend un coup de découvrir qu’on a 10 ou 20 kg de surpoids, il faut bien en prendre conscience si on veut corriger la situation.

    • Je n’ai jamais fait cette équation mais abus de boissons gazeuses = risques pour la santé. Que ce soit l’obésité, le diabète ou la santé dentaire.

      Dans le débat public ? Bien là vous avez des intérêts politiques et toutes sortes de groupes. Ils peuvent vouloir taxer cela. Voyez pareil notre école secondaire dans notre temps, les boissons gazeuses y étaient interdites, pas de tablettes de friandises non plus dans les machines distributrices. Une école privée cela. Pas d’uniforme encore mais les jeans interdits, rendu au cégep je ne portais alors que des jeans, des pantalons plus pratiques.

      C’est une question de santé et d’éducation mais cela peut être une question d’image aussi et très souvent.

      Pour ce qui est des indices c’est la même chose qu’en analyse financière, l’indicateur de performance ou le ratio à lui seul est insuffisant, il doit servir à poser les bonnes questions et non à établir un diagnostic à lui seul, le professionnel doit faire son travail, un outil de dépistage seulement, un voyant rouge qui allume mais cela ne veut pas dire qu’il y a un problème et pas plus qu’il n’y en a pas. C’est une aide.

      250 ml ? C’est plus petit qu’une canette de 355ml. Mais ils vendent aussi des 222 ml, le danger c’est dans boire 4 ou 5 par jour. Ou encore que cela devienne une habitude ou quasi-dépendance au sucre.

      J’ai plus peur du diabète que de l’obésité bien que beaucoup de personnes ont été obèses avant d’être diabétiques. Et sans être des gros buveurs de boissons gazeuses.

      On a connu plusieurs personnes obèses. C’est plus un rapport avec la nourriture du moins pour cette génération là. Un autre, je ne l’ai pas côtoyé d’assez proche et il allait voir une nutritionniste et assez jeune.

      On le sait que ce n’est pas juste boisson gazeuse mais ce sont des luttes politiques et chaque gain qu’ils font à leurs yeux bien cela est bien vu. Si tu taxes les boissons gazeuses, est-ce que ceux en surconsommant vont réduire leur consommation ? Plusieurs parmi eux, oui . Mais vont-ils pour autant réduire leur consommation de sucre qui est excédentaire ? Pas forcément et pas vraiment s’ils ne se prennent pas en charge ou n’obtiennent pas l’aide requise.

    • Qu’est-ce qui change la répartition de la graisse ? C’est génétique ? J’ai déjà entendu dire que le surpoids à l’âge de 3 ans faisait en sorte qu’on développait plus de cellules adipeuses. Alors que contrairement, le reste de la vie, leur nombre restait fixe mais elles devenaient plus grosses.

    • Sucre + gras= stockage des graisses. C’est ce qu’on m’a toujours dit.

    • Il y a des bizarreries dans les taxes que les gouvernements appliquent (je viens-tu d’écrire de quoi de nouveau?): on taxe une canette de liqueur, mais pas l’emballage de 24! Et on taxe des mélanges de noix et fruits séchés, et les chips de maïs ou de légumes au même titre que les chips ordinaires; pourtant je suis convaincu qu’ils n’ont pas la même valeur nutritive (mais j’avoue que j’aime trop les derniers; je compense en évitant d’acheter l’emballage à 540 gr du Costco).

      Bon, belle température ce matin, bien que fraîche….bon temps pour un petit jogging….Tchao!

    • –> Les catégories pour Australie et États-unis ont été inversés dans la figure vs article référencé.

    • Il est à se demander si les boissons sucrées ont le même profil des cigarettiers.
      Des substances sont-elles ajoutés pour le soucis de la dépendance !?

    • ” Il y a des bizarreries dans les taxes que les gouvernements appliquent (je viens-tu d’écrire de quoi de nouveau?) ”

      @ le_cyclope

      l’État dans ses états…

      En cette belle province le $ervice de taxage s’applique sur une multitude de biens et de services. Même certains éléments essentiel au maintient d’une santé et de la vie sont sous le joug d’une ordonnance lucrative.

      À certains endroits (voir entre-autres plusieurs ”hibou” area ) l’oubli volontaire de vous remettres votre facture d’essence est frappante. Hors, n’aller surtout pas croire que les factures non remises sont dans l’oublis des tiroirs caisses ! Il y a certainement d’autres individus qui profiteront d’un crédit (retour) de taxes. Maintenant aller savoir pourquoi nos routes sont en si mauvais états…!!

    • Une taxe pourrait avoir pour effet d’équilibrer les choix … ie décourager de boire du sucre au profit d’un boisson désaltérante moins sucrée…

      Mais les cie de de «gazorades sucré » de ce monde jouent du marketing en grand …

      Par exemple quelle taxe devrait on appliquer du le 2 Litre de boisson gazeuse sucrée sucrée en promotion a 1$ ( quantité illimité ) pour équilibrer l’eau en bouteille ( malgré une absurdité en soi car c’est le contenant polluant et la distribution qui coutent le plus cher !) qui se vend 2 $ LE Litre? une taxe de 300% ???

      Pour le graphique… dire que les résultats sont contradictoires est bien faible … du point de vue psychologique la couleur du graphique et le choix de forme ont plus de signification et de force de persuasion que son contenu… quoi que…. dites n’importe quoi avec un graphique ça a toujours l’air plus vrai …

    • Pour le taxage des aliments, allez voir en France. Il y a des règles à n’en plus finir. En fonction du type de commerce, de la technique de fabrication, des produits utilisés, de la région, …

      @M_Tremblay
      “Ce n’est peut être pas la boisson en elle même le problème, mais plutôt un de ses ingrédient, soit le sucre. ”
      On parle de “boisson sucrée”, donc c’est la boisson en elle-même ;-)
      Du Coke pas sucré, ça ne doit pas être trop bon !!

      On a la dent sucrée au Canada et encore plus au Québec. Même le Brio au Canada est plus sucré qu’en Italie.

    • Comme tout problème complexe, on veut trouver un coupable, simple de préférence. Car accuser l’ensemble des habitudes alimentaires, le vrai problème de l’obésité, cE’st moins vendeur. Alors les activistes recherche des slogans, des formules-chocs, pour faire passer leur message. Puisque s’attaquer au sucre parait bien, notamment “grâce” aux attaques déformant la réalité du pharmachien basé en grande partie sur un documentaire activiste anti-sucre, c’est évident que les gens ne veulent pas se questionner en profondeur et voir les nuances qui s’impose. On regarde les gros titres: “Le sucre est mauvais”, et on en déduit ipso facto que tout les sucres sont mauvais tout le temps et que par conséquent personne ne devrait en consommer…

      Tout comme les OGM, on ne veut pas voir les nuances, et on traite tout sur le même pied d’égalité, généralisation hâtive oblige…

    • Avant on aimait couper dans le gras, maintenant on aime casser du sucre sur le dos du sucre. Et si la majorité des gens en surpoids l’étaient simplement parce qu’ils ingèrent davantage qu’ils ne dépensent? (x calories provenant de salade, c’est x calories… un peu comme l’image « qu’est qui pèse le plus; un kg de plomb ou un kg de plume? »)

      J’ai déjà écrit sur ce blogue que c’est ce qui m’arrive. Je bouge moins et/ou je mange plus, j’engraisse. Je bouge plus et/ou je mange moins, je maigris. Bizarre non?

      Alors, la faute aux boissons gazeuses ou aux gens eux-mêmes? À un moment donné, une personne est l’ultime responsable de son corps.

    • Il y a un autre élément dans l’équation énergie consommée- énergie dépensée =gain ou perte de poids.

      C’est le type de calories que l’on ingère. Essayer de faire de l’activité physique pour éliminer les calories vides (peu de valeurs nutritives) prises en trop sera très difficile, comparé à une alimentation équilibrée. Même si je ne suis pas un spécialiste de l’alimentation sportive, je me rend bien compte que ce que j’ai ingurgité la journée d’avant influence ma performance sportive ou l’aisance du travail physique et, conséquemment, mon plaisir de pratiquer ces activités et mon goût d’en faire davantage.

    • Bref, il y a comme un cercle vicieux….

    • Sans casser du sucre il faut développer des alternatives , parfois on a pas nécessairement le gout de boire de l’eau , juste quelque chose de rafraichissant .

      A Londres la chaine bio Prêt à manger ( en français svp!) propose un peu partout dans les dépanneurs et a ses points de service une boissons de jus purs extrêmement bien équilibré absolument délicieux et en format pratique qu’on ne retrouve pas ici. ( dommage si j’avais 40 a ns de moins je plongerais dans l’aventure ! la bas on est au pays de «Virgin» qui a osé planter Coke!) .

      Sur la bouteille tout ce qu’on peut lire en gros donne le ton…

      Pure pret still ( avec un petite étoile)

      «This drink is a refreshing blend of two classic flavour. It’s NOT made with weird chemical . There is NO potassium sorbate , NO aspartame and NO sodium benzoate. NONE whatsoever. It’s simply made with natural fruit extract , fruit juice and still water. Refreshing and Delicious .»

      Pour faire des choix plus santé il faut justement avoir le choix … et pour avoir le choix on devrait exiger que les exclusivités de tablettes payé par l’industrie pour éliminer la compétition cesse.

      Ce serait plus efficace que des taxes qui ne pénalisent que le consommateur, et perpétuent des monopoles créés artificiellement .

    • @mononke

      Ces histoires de jus de fuits pures c’est seulement du gros marketing, car quand on compare la quantité de sucre dans ces jus on se rend compte qu’à portion égale c’est presque la même chose que les boissons gazeuses. Et pas besoin d’aller à Londre nous avons ici aussi les Tropicana et Oasis 100% pure non-fait de concentré et quand vous comparer le nombre de calorie avec du coke par exemple, c’est pratiquement pareil.

    • @kelvinator

      Vous êtes vraiment de mauvaise foi sur celle-là. Dites-moi où exactement le Pharmachien dit que le sucre c’est mauvais tout le temps et que personne devrait en consommer? C’est drôle mais je me rappel plutôt qu’il disait que le sucre est nécessaire à notre survie (car c’est notre carburant) mais que comme toute chose, c’est l’excès qui est mauvais.

      À l’époque de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs le sucre était rare et il était facile d’en manquer. Dans notre société d’abondance il y en a tellement partout que c’est de ne pas trop en consommer qui est difficile (même chose pour le sel d’ailleurs). Je me rappel d’un gars au labo où j’ai travaillé pour mon doctorat qui arrivait tous les matins avec son 6 pack de coke et il était énorme, vraiment obèse. Juste le fait d’arrêter de boire son coke, en un an il a tellement fondu qu’il était à peine reconnaissable. Le sucre n’est pas poison, comme je le disais il nous est même nécessaire pour vivre mais tout est dans la modération.

    • @ jaylowblow

      Lisez donc avant de conclure et de garocher n’importe quoi … on parle de jus allégés ( pas juste du jus d’orange ou de pomme concentré en sucre ( peu importe sa provenance naturel ou ajouté le sucre c’est du sucre ) beaucoup moins sucrés qui ne contiennent pas de produit chimiques ajouté ni rien d’autre .

      Or ici le Tropicana appartient a Pepsi co qui ajoute du concentré d’orange et dont la teneur en sucre égale la boisson gazeuse … L’oasic de lasonde contient du sucre qui vient d’un concentré de pomme , minute maid ( cocacola ) ajoute su sucre de fruit et le lipton tea équivaut au coke .

      Coke = 16 g de sucre
      Tropicana 16.3 g de succre
      Orangina 18 g de sucre
      Lipton tea 11 g de sucre

      Ben oui ces jus la sont des boissons SUCRÉES …pas des jus naturels et rafraichissant ce n’est pas de ça dont je parlais . ( canneberge , tomate, framboise , bleueuts , coco etc ) Quand on connait les propriétaire on comprend qu’ils ne se tirent pas dans le pied…

      De plus ici on permet des ajouts Chimiques en fin de processus .

      Ce « lifting » que l’on fait au jus d’orange en lui remettant du BUTANOATE D’ETHYLE en toute légalité. On y va rondement et même jusqu’à 15 fois plus que dans le produit naturel de départ dans le jus Simply Orange de Coca Cola.

      Or sur un jus allégé bio on ne pourrait mettre « No weird chemical et NONE whatsoever» sur l’étiquette dans ces conditions.

      Et je le répète l’EAU ne contient rien de tout ça et est de loin le meilleur choix…. Cependant parfois une alternative permettrait de varier un peu sans tomber dans les pièges du lobby du sucre ( supposément naturel ou pas ) .

    • @mononke

      On se calme svp. C’est vous qui nous garochez une pub de produit de dépanneur sans même donner de lien ou de détail, seulement le texte marketing qui semble vous accrocher:

      «This drink is a refreshing blend of two classic flavour. It’s NOT made with weird chemical . There is NO potassium sorbate , NO aspartame and NO sodium benzoate. NONE whatsoever. It’s simply made with natural fruit extract , fruit juice and still water. Refreshing and Delicious .»

      Ben oui c’est ça, le meilleur jus au monde. Je vois le même genre de texte dans le dos des sacs de chips. Et vous m’accusez de garocher n’importe quoi après ça.

    • C’est le très mauvais article en question du pharmachien.
      Jamais vu un “article” se voulant scientifique étant autant activiste, en plus auprès des jeunes naïfs et influencables…
      http://lepharmachien.com/sucre-libre/

    • Mon commentaire de 9h19 ne fait pas vraiment de sens sans la publication de mon commentaire qui le précède, qui n’insulte personne.

      Il était trop limite pour que je le publie. Désolé.
      JFC

    • @kelvinator

      Et du haut de votre grande sagesse de “pas jeune et influençable” pourriez-vous nous expliquer en quoi le pharmachien est dans le champ avec cet article? En plus qu’il répète sans cesse le gros bon sens: tout est dans la modération.

      Vous me faites penser aux fumeurs qui minimalisent les risques de la cigarette juste pour se déculpabiliser ou les climato-sceptiques qui veulent continuer à bruler du gaz dans leur pick-up sans remord. Si voulez continuer a boire vos boissons gazeuses et manger du gateau tant-mieux pour vous mais ça ne change rien au fait que le sucre en grande quantité c’est mauvais pour la santé.

      Je viens de supprimer un commentaire de cet échange qui s’approchait trop de l’insulte et du «flaming» à mon goût, alors on essaie de baisser d’une coche, OK ?
      JFC

    • Le pharmachien recommande presque zéro de consommation quotidienne de sucre. On peut difficilement appelé cela “avec modération”.

      Point 5, la conspiration des compagnies de sucre qui paient des études sur le gras pour faire dévier le débat sur le gras pour qu’on oublie le sucre. Il n’y a rien de scientifique, sérieux ou même démontrable dans ce conseil no5.

      Je n’ai absolument rien contre jaylowblow, j’apprécie ses interventions à l’occasion, j’en ai seulement contre les activistes qui agissent sous le couvert de la science pour faire avancer leur agenda politique, dont le pharmachien en est un parfait exemple. Désolé si je ne prends pas le cas du pharmachien avec des pincettes, j’en déduis que son ton vaut un ton similaire comme réponse.

    • Désolé! J’imagine qu’on est un peu trop habitué à l’ambiance du blogue de Richard Hétu.

    • @kelvinator “Le pharmachien recommande presque zéro de consommation quotidienne de sucre. On peut difficilement appelé cela “avec modération”.

      Je crois que ce qu’il veut dire, c’est qu’on consomme assez de sucre dans nos aliments de base sans avoir à en rajouter dans les boissons, dessert etc. Mais j’avoue que la passe de la conspiration de l’industrie du gras ça m’a fait titiller aussi . Je vous la donne celle-là.

    • Conspiration de l’industrie du sucre désolé de l’erreur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2017
    D L Ma Me J V S
    « mai    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives