Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 17 mai 2017 | Mise en ligne à 11h48 | Commenter Commentaires (14)

    Les «hand spinners» : nuisance ou aide à la concentration ?

    (Photo : WikiCommons)

    (Photo : WikiCommons)

    Au rayon des effets de mode, il faut admettre que celui qui entoure les hand spinners, ces espèces de «toupies de poche» qui donnent des maux de tête aux enseignants, est franchement spectaculaire. Voici, pour vous en donner une petite mesure, ce que Google Trend nous dit à propos du nombre de recherches (exprimé sur une échelle de 0 à 100) qui ont été faites sur Google depuis 2004 avec l’expression «hand spinner» :

    Capture d’écran 2017-05-17 à 10.38.51

    Source : Google Trends

    Essentiellement rien jusqu’à novembre dernier, puis l’explosion. Les vendeurs affirment que cela aide la concentration, que c’est «bon pour le TDAH» (et même pour l’autisme, lit-on sur certains sites, ici on est vraiment dans le n’importe quoi) et que ça calme l’anxiété. Des enfants et des parents interviewés ici et là par les médias défendent leur «droit» d’en amener à l’école (plusieurs ont interdit ces bidules) parce que, disent-ils eux aussi, cela les aide à se concentrer. Alors j’ai voulu savoir ce qu’il en est, ce qu’en dit la science.

    La réponse : sur ces toupies de main à proprement parler, la science ne dit absolument rien. Il n’existe aucune étude qui en aurait testé l’efficacité, ce qui n’est guère étonnant puisque ces machins ne généraient aucune espèce d’intérêt jusqu’à il y a quelques mois.

    Il y a toutefois un principe de base derrière ce type de jouet/activité, qui inclut les boules antistress, le fait de dessiner pendant une réunion, etc. Les psychologues appellent cela l’«approche sensorielle», qui semble assez nouvelle et qui consiste à utiliser les sens de différentes manières pour obtenir un effet. J’ai trouvé cette revue de littérature sur cette approche, qui conclut que les résultats sont encourageants jusqu’à maintenant, mais le texte n’est pas particulièrement éclairant pour les gadget qu’on manipule.

    Parmi les études qui ont documenter cette question précise (directement ou simplement le lien entre le niveau d’agitation motrice et l’apprentissage), j’ai trouvé celle-ci, qui conclut que les enfants qui ont un TDAH semblent apprendre mieux quand ils peuvent bouger plus (mais c’est plutôt le contraire pour les autres, donc la majorité) ; celle-ci, qui dit essentiellement la même chose ; et celle-ci, qui conclut que les enfants semblent moins facilement distraits et apprennent mieux quand ils peuvent manipuler une boule antistress, mais l’effet s’observe surtout chez les élèves qui ont un TDAH.

    Il faut noter, cependant, que toutes ont en commun de porter sur des échantillons très petits (autour de 40 sujets) — et que la dernière ne s’est manifestement pas déroulé en double-aveugle. Comme me l’a expliqué Nancie Rouleau, spécialiste du TDAH de l’UL, cette idée générale d’occuper ses mains pour mieux se concentrer n’a pas été scientifiquement démontrée, mais elle a tout de même une bonne «validité clinique» pour les enfants qui ont des problèmes d’attention. Pour un élève qui a un TDAH, le simple fait de rester immobile demande passablement de concentration ; si on lui donne un jouet ou un gadget à manipuler, cela lui permet de bouger un peu, il aura moins d’attention à consacrer à rester immobile et pourra donc mieux se concentrer sur ses tâches scolaires.

    L’idée de base n’est donc pas complètement dénuée de fondement. Mais il y a deux choses à faire ressortir ici. De un, si cela peut aider certains «enfants Ritalin», ces études (et l’expertise de Mme Rouleau) ne donnent absolument aucune raison de croire qu’un élève ne souffrant pas d’un déficit d’attention tirera le moindre bénéfice à manipuler un gadget — il se pourrait même que cela le distraie. De deux, une fois qu’on sait tout cela, la vraie question à se poser est celle de savoir si ce principe général s’applique aux toupies de main. Et la réponse est non, d’après Mme Rouleau, qui a essayé un de ces spinners en fin de semaine dernière et qui a trouvé qu’il demandait trop d’attention pour que l’on puisse jouer avec distraitement.

    D’autres détails dans mon papier paru ce matin dans Le Soleil.


    • Le spinner qui aide le vrai TDAH, va nuire aux autres autour qui n’ont pas besoin de spinner.
      Si le vrai TDAH n’a pas de spinner, il va nuire aux autres autour de lui.
      Damned if you spin, damned if you don’t.

    • On a eu le Yo-yo; le Hula Hoop; le Bolo; le Footsie; les Knockers; les Klackers; plus récemment, les Tamagotchis…

      …toutes de jolies bébelles avec chacune, des «raisons» sérieuses pour lesquelles elles étaient bonnes pour développer la dextérité, la musculature, la concentration et l’empathie de nos enfants.

      En réalité, elles étaient et sont toutes développées pour enrichir leurs inventeurs et si par hasard, elles sont de surcroit amusantes, c’est tant mieux !

      Pour ce qui est de leurs supposées vertus «thérapeutiques»…

      …je peux en trouver à une roche, si on joue à se la lancer, à la «kicker» ou à la tripoter en la passant d’une main à l’autre.

    • Je regarde la vidéo suivante non pas pour le discours mais pour voir l’objet en rotation.

      https://www.youtube.com/watch?v=Z5×0Y1SIGC4

      Je ne voudrais pas avoir cela en classe mais pour un enfant solitaire dans la cour de récréation ou même un adulte au bureau. Ou l’étudiant à la bibliothèque, l’enfant à la maison.

      Pour réduire le stress et non augmenter la concentration. Et j’y verrais surtout un effet placebo. L’enseignant est plate ? Regarder dehors à la place. De la difficulté à se concentrer ? Non on peut marcher et mâcher de la gomme en même temps.

      On nous disait toujours d’étudier sans musique, sans radio ou en silence. Alors que de la musique vous donne de l’entrain mais des jeunes à l’élémentaire ou même au secondaire n’ont pas à passer des heures sur un travail. En classe ? La cloche sonne souvent.

      Difficulté de concentration ou bien le cours devient plate ? Évidemment au volant d’une voiture jamais de la vie mais la radio ou même de la gomme peut tenir la personne éveillée. En classe ? Le danger c’est comme la route, c’est l’hypnose bien plus et pareil pour les écrans de télévision et ordinateurs. Mais c’est l’inverse ?

      Les enfants s’amusaient avec des Gobe-Touts , à s’échanger des petits mots ou encore un autre jeu papier ou même à faire des avions et à les lancer. Quand même pas tant que cela ? Quand la surveillance est relâchée et au primaire cela.

    • Je dirais plus que cela pourrait améliorer la créativité ou au moins se désennuyer, la capacité de visualisation peut-être ou la vision un peu.

      En classe? Pas pendant le cours magistral sinon c’est aussi pire que le cellulaire, le smartphone. Quand le prof ne regarde pas et que les étudiants sont supposés travailler ? Allez un petit Roche-papier-ciseaux avec votre voisin.

      Ils médicamentent peut-être même pas les bons élèves ce sont ceux qui sont trop scotchés sur l’enseignant dont il faudrait s’inquiéter. Un gars de 14 ans qui trouve plus intéressante l’enseignante de 58 ans que les belles filles de sa classe a peut-être un problème. Ah ah.

    • @ralbol, pour enrichir leurs inventeurs? Le spinner est une histoire triste pour l’inventeur.

      La dame n’a pas payé ses brevets ces dernières années, car il s’en vendait peu. Et boum, explosion des ventes, alors que ses brevets sont maintenant caduques. Elle a reçu un gros 0$ de cette explosion des ventes. Dans ce cas précis, c’est pour enrichir les marchands, i.e. les cies quoi : les 1% (que vous aimez pourfendre) et les gens qui ont un fond de pension investi dans ces compagnies… mais pas l’inventeur (je trouve cela super triste).

    • @lecteur_curieux,
      Entre étudiants le roche-papier-ciseaux c’est vieux! Vaut mieux y aller avec le « roche-papier-ciseau-lézard-spock » c’est plus tendance.

    • Le terme TDAH est un terme plus que galvaudé et utilisé a toute les sauces de plus les psychologues à 5 cent, en tant maintenant un maladie , ce qui fait drôlement l’affaire des enseignant qui voudrait n’avoir dans une classe que 30 petits robots dociles qui sont toujours ce qu’on dit .

      Ce nouveau gadget et au premier chapitre l’obligation de se justifier en donnant une explication atteint un sommet dans l’ absurdité…

      Or de tout temps il y a eu des enfants un peu «malcommode» qui avaient besoin d’un peu de distraction même à l’école et on en faisait pas une maladie …

      Le chercheur Thom Hartman a pour théorie que certains humains étaient plus qualifiés pour la chasse que d’autres. Ces individus étaient « hyperalertes », détectant chaque stimulus présent dans leur environnement. De nos jours, c’est ce que nous appelons des distractions.

      Lorsque nous étudions le tout de plus près, nous constatons que la plupart, sinon toutes les caractéristiques relatives au TDAH, feraient d’un individu un meilleur chasseur.

      Les individus n’étant pas atteints du TDAH, que Hartman qualifie d’agriculteurs, travaillaient de façon linéaire.

      De nos jours, votre succès dépend souvent du rôle que vous jouez. Un chasseur atteint du TDAH demeure toujours le mieux équipé pour jouer un rôle de chasseur, en tant qu’entrepreneur, pompier, policier, urgentologue ou journaliste enquêteur. Toutefois, un agriculteur n’étant pas atteint du TDAH sera mieux outillé pour faire un travail administratif.

      Albert Einstein, Thomas Edison, Benjamin Franklin et Léonard de Vinci présentaient tous des symptômes du TDAH, selon la définition qu’on en donne.

      En passant dans les années cinquantes on avait des toupies qu’on lançait au bout d’une corde , objet de perdition qui nous éloignait de la prière et nous dérangeait durant les récréation ou on était supposé jouer officiellement du ballon , heureusement le TDAH pas plus que le ritalin n’avait pas été inventé, pour calmer …«les enseignants» ce qui nous permettait d’être normalement anormal sans le savoir…

      En deuxième année les trois plus malcommodes (ie ceux qui se sont fait saisir le plus de toupies par la maitresse !) sont maintenant diplomés en science ( chimie et physique , le troisième a un doctorat en mathématique) et il a si mal tourné au point de devenir recteur d’une université et même ministre … En classe c’était le plus fou de la gang y tenait pas en place …

      Le temps que les jeunes ils passent à jouer font en sorte qu’il dérange moins le prof …. c’est peut être un interprétation plus juste mais moins «médicale»… ¨ca dépend un peu de la vision qu’on a de l’acte éducatif et de ce qu’est l’enfance…….

    • @Mononke
      Il y a les TDA tout court également. Sans hyperactivité. J’en étais probablement un, à un certain degré. Mon épouse dans ses classes de maternelle en a 1 ou 2 par cohorte. Des médicamentés, 1 à tous les 7 ans environ. C’est rare qu’ils medicamentent si jeune.

    • Les vendeurs disent souvent n’importe quoi pour vendre…

      Mais regardez cela :

      https://www.youtube.com/watch?v=wiTV4XZ3AAk

      Cela aide la concentration ? Bien oui ce sont des tours d’adresse , d’habiletés mais tu amènes pas cela en classe.

      Aussi bien les Aki ou bien le Break-dancing. Ou avant cela danser le robot.

      Dans le cours d’éducation physique à la limite.

      Tu ne seras pas meilleur en classe ni moins bon mais tu vas bouger.

      https://www.youtube.com/watch?v=jjiDsUZgyw8

    • Autre vidéo :

      https://www.youtube.com/watch?v=ldMrojYK_tw

      Pour l’autisme cela me fait penser à Barry Neil Kaufman et son garçon autiste devenu adulte et le fameux film un Miracle de l’Amour.

      L’enfant fait tourner des assiettes, les parents en font tourner aussi afin d’entrer dans son monde, réussir à établir un contact avec lui.

      http://autismcanada.org/living-with-autism/treatments/non-medical/behavioural/son-rise-program/?lang=fr

    • @gl000001

      Enseigner est plus qu’un art c’est je dirais un sport et tous n’y excellent pas également … certains se plaignent, d’autre en punissant mais j’avoue que certains ont ça dans le sang et trouve des manières inventive pour «canaliser» le trop plein d’énergie des malcommodes …

      Même avec des difficultés bien encadré un enfant différent peut s’en sortir , un e de mes fille était dyslexique , on a un des prof disait que elle ne passerais pas le secondaire … Mon épouse a refusé d’abdiquer , heureusement on en eu d’autre qui au lieu de s’en plaindre Lon encouragé dans ce qu’elle faisait de mieux … Elle a terminé son bac en communication et elle rédige des topo pour un firme d’investissement … c’est un travailleuse acharnée elle ne lâche pas facilement…probablement habitué a travailler plus fort …

      Enseigner j’imagine que c’est de réaliser le meilleur avec ce qu’on a pas juste de suivre des programmes … et trouver des explications médicale ou simili scientifiques chaque fois que c’est plus difficile …

    • J’enseigne à Shanghai au primaire. Une prof chinoise avec qui je travaille fait rouler son crayon sur son pouce. Le spin avec son majeur, et l’arrête avec son index. Parraît que c’est un truc qu’ils apprennent à l’université, pour pratiquer la concentration. J’imagine que c’est la version hard-core de “parler et mâcher de la gomme en même temps”. J’ai essayer 2 secondes, j’ai pas pu, j’ai abandonné.

      Mais ça m’apparaît provenir du même esprit.

    • @mononke
      Les explications médicales servent à identifier que l’enfant a besoin de plus de services à l’école. En nos temps de coupure (!), ça sert à prioriser les efforts pour le cas les plus lourds en premier. Et pour les autres s’il reste de l’argent.
      Pour canaliser les énergies, ça prend un effort du prof, des spécialistes et des parents. Ca sont tous des cas uniques et il n’y a pas “une” recette. Peut-être que le spinner peut en aider mais il en faut pas généraliser.

    • Que les jeunes passent leur temps devant leur cell parait moins pire comparé à passer son temps à faire tourner des bearings sur ses doigts…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2017
    D L Ma Me J V S
    « avr    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives