Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 4 mai 2017 | Mise en ligne à 11h39 | Commenter Commentaires (18)

    Pour en finir (ou presque) avec l’indice de masse corporelle

    (Photo : archives La Presse/Reuters

    (Photo : archives La Presse/Reuters)

    «C’est le jour de la marmotte.»

    Chercheur à l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec, Jean-Pierre Després a passé sa carrière à dire, à démontrer et à répéter que l’indice de masse corporelle (IMC) n’est pas un bon indicateur de santé cardiovasculaire, ou du moins qu’il doit absolument être complété par des mesures de tour de taille. Et quand je l’ai interviewé pour ma prochaine chronique dans Québec Science (non mais regardez-moi ça, vous, la belle plogue subtile suivie d’une parenthèse subreptice pour marteler le message, si c’est pas du placement de produit de calibre olympique, ça, je me demande bien ce que c’est), il venait de publier en ligne un éditorial dans le dernier numéro des Annals of Internal Medicine où il argue que l’«IMC est dans une crise d’identité».

    Cet indice, comme on le sait, est essentiellement le rapport du poids sur la surface corporelle — littéralement : la masse en kg que l’on divise par la taille (en mètres) au carré. Le fameux «poids santé» est un IMC situé entre 18 et 25. On considère qu’un indice de 25 à 30 marque de l’embonpoint, et que des résultats supérieurs à 30 marquent de l’obésité. Beaucoup d’études ont établi une association claire entre l’obésité et les problèmes cardiovasculaires et la mortalité toutes causes confondues (voir ici et ici, entre bien d’autres). Cependant, les excès de risque ne sont pas toujours observés pour l’embonpoint, et certaines études pourtant très vastes n’en détectent pas pour l’obésité dite de «grade 1» (IMC entre 30 et 35).

    Et puis, reprochent beaucoup de chercheurs comme M. Després, si l’IMC est une mesure utile parce qu’elle est très facile à prendre en clinique, cela reste un indicateur terriblement grossier. Trop grossier, d’ailleurs, qu’il n’est pas d’une grande aide dans bien des cas : comme le plaidait cette semaine un autre spécialiste de l’obésité, le Dr Arya Sharma, de l’Université de l’Alberta, lors du Sommet canadien de l’obésité, l’IMC à lui seul classe des gens dans une catégorie «à risque» alors qu’ils sont en parfaite santé. Et à l’inverse, cet indice, quand on l’utilise seul, «manque» des gens qui sont à risque malgré un poids en apparence normal.

    Le principal reproche que l’on fait à l’IMC est qu’il ne fait pas la différence entre les différents types de masse. Une personne inactive qui s’alimente de plus en plus mal peut ainsi passe de 24 à, disons, 26 et l’IMC va «sonner l’alarme» : or la même personne qui se prendrait en main et entamerait un programme d’exercice comprenant de la musculation pourrait perdre des graisses, mais prendre assez de muscle pour pour se rendre à 26 et l’indice n’y verrait que du feu.

    Et c’est sans compter, comme me le disait le collègue de M. Després Benoît Arsenault pour cette même chronique dans Québec Sciences (whoa… encore de la super pub !) que toutes les graisses ne se valent pas. Le gras dit sous-cutané que l’on stocke sagement dans nos adipocytes (des cellules qui servent justement à conserver nos réserves) n’est, comme on dit, «pas si pire». Ce n’est pas idéal, ce n’est pas sain d’accumuler trop de réserves, il faut le préciser, mais cette graisse-là n’est pas la plus inquiétante. La plus dommageable, c’est la graisse dite ectopique, qui se loge autour des organes. De plus en plus d’études l’associent fortement à toute une série de facteurs de risque cardiovasculaires — et elles montrent que ce type de gras, s’il est plus fréquent chez les obèses, peut se trouver chez des gens dont le poids est «normal».

    D’où l’intérêt, plaide M. Després, de compléter l’IMC en prenant le tour de taille (autre mesure facile à prendre et qui ne coûte rien). D’où l’intérêt, aussi, de faire de l’exercice, puisque celui-ci fait fondre la graisse ectopique «comme neige au Soleil», dit M. Arsenault. Mais c’est une autre histoire…


    • Je suis d’accord avec lui mais l’IMC ne doit être qu’un début et pour une personne plutôt dans la moyenne ou médiane de la population.

      C’est évident que vous avez des athlètes en pleine santé bien qu’avec des blessures pouvant user leur corps mais côté coeur et force physique, endurance et tout… Ils sont top. Mais leur IMC diraient qu’ils sont en surpoids.

      Pareil pour le Guide alimentaire canadien aussi. Pas besoin de faire tant de politique avec cela bien que c’est inévitable, on parle pour les usagers pour le grand public. On est pas des ”c.aves” , tu le sais que ce n’est pas complet. Tu l’adaptes.

      Tu consultes ton médecin ou ton nutritionniste s’il faut. Le reste ? Je perçois des gens comme des maigres naturels et d’autres faits pour être gros. Le ”gros” son poids peut devenir un léger problème mais le mettre à la diète serait encore pire…

      C’est facile à comprendre avec mon neveu… Son IMC disons était à 28,7, il a zéro surpoids et même il devra en prendre plus dans son sport c’est un athlète et plein de muscles et jeune. Cela ne s’applique nullement aux athlètes.Son ventre ? Zéro ventre, des abdominaux d’enfer !

    • http://obesite.ulaval.ca/obesite/generalites/evaluation.php IMC plus tour de taille… On sait cela…

      Non mais c’est de regarder pour des athlètes. Ou si tu es mince et sans bédaine, tu n’as pas grand tant à perdre avec ton tour de taille sauf pour t’acheter des jeans ou autres pantalons.

      Ils devraient faire une différence entre hommes et femmes et le pourcentage de gras.Bah ma soeur était dans l’entraînement physique.

      Pour des femmes athlètes, les filles fortes et musclées de l’équipe disons de hockey, leur IMC dépasse toutes le 25 et c’est absolument non pertinent.

      Un coup rendue retirée du sport de compétition là peut-être que vous en aurez en situation d’embonpoint pour de vrai ou même obésité.

    • Je suis tout juste en bas de 30. Mon beau-frère est à 23.5. Il n’est pas capable de me suivre en raquette, en ski de fond, à pied ou à vélo. Il me dépasse juste en patin ou en ski alpin à cause de sa meilleure technique. Idem pour mon épouse à 22.
      Il n’y a jamais une seule mesure qui dit tout !!

    • Comme mon père m’a souvent dit quand nous allions jogger ensemble : l’important ce n’est pas le poids, c’est d’être capable de le traîner ! Et 35 ans plus tard, je suis toujours capable : je cours une quarantaine de km par semaine et je remercie mon père pour le bel exemple et j’essaie de faire de même pour mes enfants déjà grands.

    • Et comme motivation ultime… en haut de trente tu est «Ô baise» ie : pour confirmer tu demande a une jolie partenaire et si elle te réponds «Oublie la baise…» tu est «Ô baise…»…:-)

      La tu as un bonne raison de pédaler …

    • C’est des arguments de poids!

    • Cinq règles : ne pas fumer (de tabac), manger légumes et fruits le plus possible, ne pas consommer d’alcool en excès, faire de l’exercice de façon modérée et cultiver un bon sommeil (marque d’une bonne santé mentale). Le reste ne fait que nous embrouiller et permet à une multitude d’escrocs de nous tromper pour mieux nous détrousser. Être à l’écoute de soi…l’idée maîtresse !

    • @Igreck
      Leonardo Da Vinci faisait plusieurs siestes par jour. Mais jamais plus de cinq heures de sommeil par jour au total.
      Einstein dormait moins de 5 heures par nuit mais il faisait quelques siestes.

    • Tout ce qui est écrit dans votre texte monsieur Cliche est exact. Le seul bémol est d’être prudent avant de jeter l’IMC aux poubelles (ce que vous ne faites pas, mais plusieurs sont tentés de le faire à cause de sa validité imparfaite).
      Vous vous souvenez peut-être de Ding et Dong? Un des deux disait qu’il avait pris comme résolution de début d’année de ne prendre du poids qu’autour des chevilles et en dessous des bras…
      Dans la vraie vie, il y a une très forte corrélation entre la prise de poids corporel et l’accumulation de graisse abdominale, et ceux qui se targuent d’être à l’abris avec un IMC de 28-29 en niant la validité de l’indicateur sont rarement des athlètes dont la masse musculaire explique ce surpoids.
      Donc, oui prenons le tour de taille, mais l’IMC demeure une valeur indicative précieuse qui permet de pousser un peu plus notre intervention.

    • Comment dire ? Je ne suis pas contre l’IMC mais l’usage qui en ai fait doit décourager des chercheurs qui ont un grand souci d’exactitude et qui voient les problèmes et qui aimeraient que la profession médicale et les médias communiquent autrement.

      Monsieur Desprès ne s’adresse aucunement à nous dans son article, c’est un débat à l’interne. Dans votre vulgarisation ce sont toutes des choses que l’on sait déjà,évidemment pas aussi bien que ces messieurs. Mais peut-être oui que cela choque, pareil comme le coefficient de refroidissement éolien. Avez-vous déjà marcher dehors en hiver ou vous sautez dans votre voiture en la faisant réchauffer plusieurs minutes avant ? Je marche face au vent ou dos au vent ? Je suis près de la maison ou je suis proche d’une route passant où le vent devient plus fort ? Un enfant sais cela en attendant l’autobus scolaire.

      Pour l’obésité ? Un enfant le sait encore juste en regardant la silhouette d’une personne. Oui l’obésité comme sur la photo. Peut-être pas pour un léger embonpoint quoique cela est visible aussi. Il y aussi le poids santé et cela peut différer avec plusieurs types physiques. On voit les problèmes flagrants à l’oeil nu. C’est insuffisant et il faut passer des examens médicaux parfois et spécialement à partir d’un certain âge.

      Il faut faire attention aux grands titres et avec les chiffres, il faut savoir les mettre en contexte. Prenez les ratios financiers, le ratio d’endettement peut varier d’un secteur à l’autre celui qui est bon d’avoir et encore là il faut poser des questions à la direction. Pareil pour le ratio de liquidités et vous pourriez croire que la compagnie est en situation précaire alors qu’elle ne l’est pas du tout ou l’inverse que tout va bien et vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.

    • L’article de monsieur Desprès est bon mais le suivant est à discuter mais ce ne serait pas par nous qui ne sommes nullement des spécialistes du domaine.

      Peu importe, je fouille pareil et je trouve une recherche d’une chercheuse en nutrition et elle parle de l’IMC comme un des paramètres fondamentaux au dépistage nutritionnel chez les aînés. Ce qui veut dire quoi ? Si l’outil est entre bonnes mains, il devient très utile. Si on laisse des multinationales faire juste la publicité de leurs aliments avec cela tout en inscrivant des petits caractères pour ne pas être responsables.

      Ils ne le font peut-être pas si mal et aux des nutritionnistes qui travaillent pour eux mais vous sentez le marketing. Il faut avoir un peu d’esprit critique et même avec son médecin mais lui il devrait plus avoir vraiment la santé de ses patients à coeur, le chercheur aussi, il travaille très fort afin de faire avancer la science.

      La recherche quantitative en dépistage nutritionnel :

      https://journal.cpha.ca/index.php/cjph/article/download/3462/2824

      Voyez la page 42.

      Il faut savoir ce qu’est UN INDICE, un indicateur. Il ne sert pas à poser un verdict final, pas rapidement, il sert à poser les bonnes questions aux patients dans vos cas de santé publique à la direction d’une entreprise si on est un analyste financier. Et le grand public ? C’est un premier questionnement pour des gens dans la moyenne et la médiane, si vous n’avez qu’une inquiétude très légère, on regarde son IMC, ok on est encore dans les limites du poids santé. N’empêche que tu voir les spécialistes ou encore si vous avez 60 ans, vous êtes obèse et n’avez plus de médecin de famille, il serait temps de vous en trouver un.

      Vous ne devez pas vous contentez d’aller visiter le site de Danone :

      http://www.danone.ca/fr/sante/imc

      Et pas plus un fait par Kellogg Canada :

      http://gammastage.specialk.ca/fr_ca/article-vie-en-sante/le-mystere-de-l-indice-de-masse-corporelle-IMC.html

      En même temps, l’article n’est pas mauvais sauf que les gens ne doivent pas se croire trop autonomes. Votre santé, c’est votre propre responsabilité mais un simple citoyen n’est pas médecin, ni nutritionniste. Bonne vulgarisation mais peut-être pas assez de mises en garde.

      Des Special K de toute manière… Quelle est la valeur nutritive de ces céréales? Elles sont surtout juste moins bourrées de sucre. Vous pouvez compléter quand même avec des fruits, du germe de blé, etc.

    • Selon l’IMC, un obèse qui se fait amputer les 2 bras devient en santé.

      Nuff said.

    • @gl000001

      Vous sévissez aussi sur ce blogue ?
      Encore des affirmations gratuites sans aucune preuve….
      “Einstein dormait moins de 5 heures par nuit mais il faisait quelques siestes.”

      Avez vous des liens crédible qui supportent votre théorie ?

      Si vous recherchez un peu, vous verrez qu’il y a un consensus que Einstein était un gros dormeur de nuit.
      on parle de 10h par nuit.

      Source:
      https://www.thesleepjudge.com/the-strange-sleeping-habits-of-five-great-geniuses/
      “Einstein is said to have slept punctually for 10 hours each night”

      http://plus.lapresse.ca/screens/419c-19cc-52826790-bd7e-2b5aac1c6068%7Cw-8-VyrNaXS2.html
      “D’ailleurs, ajoute-t-il, Einstein dormait beaucoup – 10 heures ou 11 heures par nuit”

      http://sommeil-mg.net/spip/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=17&lang=fr&param=N6
      “Les historiens disent par exemple qu’Albert Einstein dormait 11 heures par jour”

      Par contre, dans un soucis de rigueur, je ne dirais pas que le consensus qu’il semble y avoir sur l’internet est supporté par des preuves solides.

      Alors serez vous capable d’apportez des preuves de ce que vous avancez ou s’agit-il encore de quelque chose que vous pensez vrai ?

    • @Miket
      Un consensus sans aucune preuve crédible vous aussi ;-)
      Un indice pour vous : polyphasic sleep. Faites vos recherches !!

    • @gl000001

      GL, c’est vous qui avez affirmez que Einsten dormait 5h par nuit.
      Une autre affirmation présenté comme un fait alors que ce n’est que ce que vous avez entendu une fois et pris pour du cash.

      Moi ?
      J’ai simplement fait remarquer que plusieurs sources disaient le contraire.
      et vous ai donné la chance de montrer vos références.
      Inexistante bien sur.

      J’ajouterais que c’est moi même qui mentionne qu’il est difficile de vérifier les sources qu’on trouve sur le sujet. Pas besoin de copier ce que j’ai dit.

      J’ajouterais également que oui tout le monde a vu l’article qui lie polyphasic sleep et Einsten.

      Mais encore une fois, impossible de vérifier.

      Donc gl, a moins que vous puissiez fournir des références crédibles, vous avez tort d’affirmer que Eisntein dormait 5h par nuit.
      Cessez de véhiculer des faussetés.

      Ma position:
      Il est impossible de statuer sur les heures de sommeil véritable de Einstein, bien qu’il semble avoir consensus que c’était un gros dormeur.

      Je serrais heureux de réviser ma position si vous fournissez des sources crédibles.

    • Miket :

      Puisque votre intervention est :

      -Sans aucun rapport avec le sujet visé
      -Ne vise qu’a en découdre et a argumenter avec insistance avec un seul participant
      -Tente de l’attaquer sur une seule affirmation
      -Vise a continuer un combat probablement débuté sur un autre site
      -Devrions nous devons considérer que vous n’êtes qu’un troll…

      Donc Miket a moins que vous puissiez fournir des références crédibles, vous avez tort d’affirmer que vous n’êtes pas simplement un troll.

      Notre position:

      Il est impossible de statuer sur votre statut, bien qu’il semble avoir consensus que vous n’êtes probablement qu’un troll.

      Nous serions de réviser notre position si vous fournissez des sources crédibles.
      :-)

    • @miket
      Donc aucune façon de vérifier votre consensus qu’il dormait 10 heures. Arrêtez d’en parler donc !

      Autre indice pour vous : il est mort à 76 ans. Peut-être que ses habitudes de sommeil ont varié dans le temps ? Faites vos recherches !!

      Échange hors-sujet qui tourne aux invectives personnelles. Je prierais tout le monde de cesser, s’il-vous-plaît.
      JFC

    • @mononke

      L’avertissement de JFC est très à propos.
      C’est pourquoi je vais répondre avec parcimonie et rester dans un thème scientifique.

      Ne trouvez vous pas que si quelqu’un affirme quelque chose comme étant un fait, spécialement dans un blogue sérieux et scientifique, qu’on est en droit de demander d’ou vient cette information ?

      Je vous prierais de considérer l’avertissement de JFC dans votre réponse.

      Non, pas de réponse. Cet échange est terminé, merci.
      JFC

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2017
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives