Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 25 avril 2017 | Mise en ligne à 13h31 | Commenter Commentaires (17)

    Remplacer les chercheurs en médecine par… des robots ?

    (Photo : Reuters/archives La Presse)

    (Photo : Reuters/archives La Presse)

    Emma Pierson, je vous présente Ahmed Alkhateeb. Ahmed, Emma. Vous avez pas mal de choses à vous dire…

    Dans un article paru lundi dans le magazine en ligne Aeon, M. Alkhateeb, biologiste moléculaire de Harvard, propose une solution assez radicale, merci, aux problèmes qui plombent la recherche biomédicale. Il y a en effet beaucoup, beaucoup plus d’articles qui sont publiés dans cette branche des sciences que ce que n’importe quel chercheur est capable de lire : 1,2 million de papiers juste l’an dernier, déplore-t-il. Et une grande partie d’entre eux sont de faible qualité — comme la psychologie, les sciences biomédicales traversent une «crise de la reproductibilité», c’est-à-dire qu’une grande partie de ces études obtiennent des résultats que les autres labos du monde sont incapables de reproduire.

    Alors, argue-t-il, comme la science est essentiellement une méthode, soit une série d’étapes qui mènent à la création de nouvelles connaissances, on peut donc l’exprimer sous la forme d’un algorithme. Et si la science est algorithmique, elle serait donc «automatisable» : on pourrait programmer des ordinateurs pour analyser des données, formuler de nouvelles hypothèses et concevoir les expériences qu’il faut mener pour les tester.

    Évidemment, admet M. Alkhateeb, personne n’est encore parvenu à automatiser la recherche parce que les trois composantes principales de l’«algorithme» appartiennent à des sphères différentes : l’observation fait appel aux sens, la formulation de nouvelles hypothèses est une opération mentale et l’expérimentation est plus mécanique. Mais le potentiel est là, croit-il. Des outils informatiques très performants existent déjà pour analyser les données et même les textes, et le cerveau humain n’est tout simplement pas capable d’analyser et d’intégrer autant de données que ce qu’un ordinateur peut cruncher, si on me permet cet emprunt. La force de «raisonnement» et de calcul des ordinateurs pourrait donc faire avancer la science plus rapidement que ce que n’importe quel Homo sapiens est capable de faire.

    Le même jour, coup du hasard, le magazine Wired s’est adonné à publier ce texte, ma foi, fort intéressant de la chercheuse en informatique de Stanford Emma Pierson. La position qu’elle y développe consiste essentiellement à dire à ses collègues d’écouter un peu plus les «non codeurs» — gens que le monde des high techs tend à ignorer un peu plus qu’il ne le devrait. Son texte porte surtout sur les questions d’éthique que les informaticiens, plus confortables avec les nombres et les raisonnements mathématiques, écartent à ses yeux trop souvent du revers de la main, mais elle y soulève deux points qui peuvent éclairer le débat que lance M. Alkhateeb.

    Le premier est que, si leur côté systématique et plus ou moins «aveugle» leur donne une réputation de neutralité parfaite, les algorithmes n’en peuvent pas moins être biaisés. Le cas récent d’un algorithme utilisé par la justice américaine pour décider si un accusé peut être libéré en attendant son procès et qui s’est avéré défavoriser systématiquement les noirs l’illustre très bien. Ou du moins, comme le dit Mme Pierson dans cet autre texte, cela soulevait la question de savoir si un algorithme peut être «juste» (fair).

    Mais en ce qui concerne l’idée de M. Alkhateeb, cela revient au même : un algorithme ne fait qu’appliquer une «recette» qui lui a forcément été dictée, ultimement, par des humains. Et en bon primates qu’ils sont, ils risquent fort d’accoucher d’une «recette» biaisée, ce qui n’est pas particulièrement encourageant pour l’avenir de la recherche automatisée.

    Le second point tient dans cette citation de Mme Pierson : «J’ai déjà vu des informaticiens pourtant brillants montrer une telle méconnaissance des populations qu’ils devaient étudier que je leur ai éclaté de rire au visage.» En d’autres termes, on a beau avoir les plus grosses machines du monde et les meilleurs codeurs pour les exploiter, si personne ne sait pourquoi ni sur quoi on code, cela ne sert pas à grand-chose. Pour une éventuelle recherche biomédicale robotisée, cela implique qu’à un moment ou à un autre du processus, les informaticiens vont devoir intégrer ce que les vrais experts du domaine pensent. Ce qui implique alors d’ouvrir la porte à ces mêmes biais qu’on cherchait à éviter au départ…

    Bref, je ne crois pas trop à cette idée d’automatiser la recherche, et j’ai comme l’impression que Mme Pierson n’y croirait pas non plus. Et vous ?


    • C’est le nouveau problème de nos jours dans plusieurs sphères.

      - Nouveau parent qui ne se fit pas à leur instinct et crois à 100% de ce que les livre sur les bébés leur donnent comme information. “OMG mon bébé a 18 mois et ne marche toujours pas… pourtant le livre me dit que ces a 17 mois qu’il devrait marcher…”

      - Le sport ou on analyse uniquement les chiffres sans penser au côté humain du joueur et leur réaction humaine au situation.

    • Je suis informaticien et je ne peux qu’être d’accord avec ce que Mme Pierson dit. Bien que ces temps-ci, le terme User Experience (UX) est à la mode, il semble encore difficile d’entrer en contact avec les utilisateurs, du moins quand on fait un logiciel pour un client. C’est le client qui paie, c’est lui qui veut prendre les décisions.

      Problème de communication, de politique et d’ego finissent trop souvent à couper les liens entre utilisateurs et informaticiens, ou du moins, à avoir trop d’intermédiaire pour finir à devoir essayer de deviner ce qu’on doit faire.

      Pour ce qui est de l’idée de M. Alkhateeb, je débuterais avec une première étape plus simple, la reproductivité d’une expérience déjà fait. La partie réflexion étant déjà fait, il ne resterais que de faire des manipulations et de l’observations suivant une démarche connue et documenté. Ce serait un premier pas.

    • “Remplacer les chercheurs en médecine par… des robots ?”

      En psychiatrie, cela se fait sinon par des robots, à tout le moins par des automates inféodés au DSM et à big-pharma depuis belle lurette! Ces psychiatres semblent de nos jours, pour la plupart, avoir été réglés pour exécuter des protocoles préexistants et non pas réglés pour réfléchir et chercher à entrer en relation avec l’autre !

    • Comme disait Confusius : «Garbage in garbage out…» …c’était peut être pas Confusius finalement surtout qu’il devait pas parler anglais…

      Les revue du genre Abstracts résument déjà une partie de ce déluge d’information et peuvent aider un peu, c’est clair que l’informatique peut aider quand on regarde les logiciels de recherche d’information comparé aux méthodes des années soixante ou ça prenait un temps fou a la mitaine faudrait quand même pas s’en priver parce qu’il y a un biais , car y a toujours un biais, l’un vaut l’autre surtout quand les préjugés prennent le dessus sur les biais techniques……

    • Merveilleux de voir comment l’humain travaille fort, avec acharnement, à se rendre obsolète et à s’éliminer…

      C’est la course aveugle, tête baissée vers le «futur», d’un troupeau écervelé fonçant sans aucune réflexion vers… un «on ne sait trop quoi» vanté par les vendeux de bébelles comme étrant des lendemains qui chantent publicisés à grands renforts de superlatifs et d’inflation dans le qualificatif élogieux.

      Dans la dure réalité de ceux qui réfléchissent un tant soi peu, on projette le remplacement par l’automatisation, d’ici 7 ans, d’approximativement 33% des emplois actuels…

      http://www.computerworld.com/article/2691607/one-in-three-jobs-will-be-taken-by-software-or-robots-by-2025.html

      http://arstechnica.com/business/2016/01/report-robots-other-advances-will-cost-humans-5-1-million-jobs-by-2020/

      https://www.nytimes.com/2017/03/28/upshot/evidence-that-robots-are-winning-the-race-for-american-jobs.html?_r=0

      https://www.yahoo.com/tech/walmart-cutting-7-000-jobs-135725099.html

      Et il ne semble pas que le Grand Capital ait réfléchi à ce léger détail: QUI VA ACHETER LEURS BÉBELLES SI PERSONNE NE TRAVAILLE..?

      Remplacer les caissiers/caissières de banques, de supermarchés, de magasins par des guichets automatisés et des scanners automatiques; remplacer les chauffeurs/camionneurs par des voitures et camions autonomes; remplacer les journalistes par des aggrégateurs/compositeurs de textes automatisés; remplacer les recherchistes, les secrétaires, les médecins, les chirurgiens, les avocats, les juges et même Ô HORREUR, les PATRONS:

      http://money.cnn.com/2017/04/24/technology/alibaba-jack-ma-30-years-pain-robot-ceo/index.html

      https://www.weforum.org/agenda/2017/01/could-the-ceo-be-replaced-by-a-robot/

      Tout ça, évidemment sans que le Grand Capital ne partage ces nouveaux profits puisque si on fonce si rapidement vers l’automatisation, c’est justement pour éliminer ces «chialeux» et paresseux d’humains, leurs maladies et leur absentéisme, pour le paradis sans syndicats des robots travaillant 24/7, 365/an, justement pour générer ces fabuleux profits…

      …à fabriquer des bébelles que personne ne pourra acheter faute de travail…

      …et fabriquer des masses d’humains «inutiles» dont il faudra bien «s’occuper», comprendre ici «se débarasser» puisqu’inutiles.

      https://www.theguardian.com/technology/2016/may/20/silicon-assassins-condemn-humans-life-useless-artificial-intelligence

      Évidemment, tout ça ce ne sont que des «théories», des hallucinations, du même pas vrai, même si la tendance, plusieurs études sérieuses, plusieurs avertissements d’académistes et de scientifiques nous avertissent depuis déjà plusieurs années.

      Comme pour le réchauffement climatique: vivre dans le déni jusqu’à ce que ça nous frappe en pleine face et qu’on ne puisse plus ignorer.

      Ensuite…

      …faire semblant de faire quelque chose mais ne rien faire parce que c’est mauvais pour l’économie.

      Hé que c’est plate… la réalité.

    • Pavlov n’est pas loin…

    • Ça fait déjà + de 3700 ans que le concept de l’informatique se concentre vers la polémique humaine.

      Maintenant on veut jouer au fer forgé pour remplacer les chercheurs en médecine par… des robots ! …..Ouais, la marche risque d’être difficile à descendre.

      Je ne sais si le passé sera tjrs garant de l’avenir mais il y a des faits immuables.
      Un petit nombres de découverte ont été le fruit du hasard et / ou d’un échec et mat.

      Qu’il m’est difficile d’imager l’empathie d’Androïde Queer Recherche..!

    • @ralbol

      Près de 40 années se sont écoulées depuis Starmania

      La Complainte De La Serveuse Automate de Luc Plamondon semble bien être tjrs d’actualité même si cette dernière fut créer avant l’invasion des ordinateurs..!

      P.S. Une période de transition peut durer + d’une génération mais personne ne connaît réellement son début. Est-ce un rattrapage d’une réalité..!?

    • Dans les années 90 j’ai travaillé comme techinicien en automatisation durant 3 ans dans l’usine de Procter & Gamble à Belleville en Ontario. On y fabrique 85% de toutes les serviettes sanitaire de marque ” Always ” vendues en Amérique du Nord ( Mexique inclus).
      Cette usine comporte 6 à 7 immenses machines qui font absolument toute la fabrication sans aucune intervention humaine. À l’entrée des machines il y a un rouleau de papier absorbant et un rouleau de plastique et les serviettes sortent tout emballées à l’autre bout de la machine. Il n’y a que 2 employés pour mettre les paquets dans des boites; les boîtes sont placées dans une autre machine qui la ferme automatiquement et l’envoie à l’entrepôt………………lui aussi complètement automatisé, et en plus, on travaillait sur une machine pour mettre les paquets dans les boîtes et remplacer les deux employés par machine. Dans l’entrepôt il n’y avait que quelques conducteurs de chariots élévateur, les reste étant complètement automatisé et informatisé……………et tout ceci se passait il y a plus de 20 ans, alors imaginez de nos jours.!!!!
      C’est vrai que maintenant les grosses compagnies ne se donnent plus la peine de développer de telles usines hypersophistiquées, elles se contentent de délocaliser les emplois dans des immenses réservoirs à “main d’œuvre bon marché” (du cheap labor) comme la Chine, la Thaïlande, le Bengladesh, le Pakistan, l’Inde et quelques autres encore; même le Mexique est rendu trop cher pour cela!!!!
      Tout ceci pour enrichir par centaines de milliards de $$$$$$ le 1% de la planète.

    • @codepresse

      Et que dire du film de Chaplin: ” Les temps modernes”; un film qui a été produit dans les dernières années du cinéma muet, ce qui veut dire que c’est pas d’hier.

      Ce Charlie Chaplin était tout un visionnaire; il a même été interdit de séjour aux USA à cause de ses idées trop “communistes et socialistes”. Quelle bande de crétins que les dirigeants de ce pays.

    • @ MarcB99

      - «Tout ceci pour enrichir par centaines de milliards de $$$$$$ le 1% de la planète.»

      La nouvelle génération de machines distributrices de breuvages froids, installées dans les lieux publics, variera le prix de la cacanne de Coke en fonction de la température extérieure… plus il fait chaud dehors, plus le prix de la cacanne sera élevé…

      …et toujours, personne ne les arrête…

      Pour la caste du 1%, nous ne sommes plus que du minerai dont ils peuvent extraire jusqu’à la dernière cenne.

      Les lendemains ne chanteront que le “tching tching” des tiroirs-caisses…

    • @MarcB99

      Chaplin possédait cette caricature vivante du muet comme plusieurs autres de son époque mais delà à dire qu’il a perdu son visa pour la ”’simple”’ cause d’idéologie “communistes et socialistes”, il a une marge de vérité non définie..

      Faut pas oublier qu’à cette époque que l’Angleterre était sur sa fin de règne………….
      (The ”FIRST” Empire)

      …années 90

      Il est faux de prétendre que seulement 2 employés/ machine y travaillent.
      Vous et autres comme technicien en automatisation pendant ces trois années, le faisiez-vous par simple loisirs …et les utilisatrices de ce bien de consommation étaient-elles prêtes à payer le triple monétaire..!!!!

      Dans ce présent texte de JFC

      On parle de changement de procédé, voir même une possible augmentation de productivité de recherche. Dans cette logique il est possible de prévoir une baisse du coût de production voir même une possibilité de nouveaux marchés. (croissance de l’épargne des particuliers, minimiser l’emprunte toxicologique, etc.)

    • @ralbol

      Moi ça fait une semaine que j’essaye de voir le gars qui place les cacannes dans machine.
      Quelqu’un l’a t-il vu…. Ha..ha..! ;)

    • @ codepresss

      - «Moi ça fait une semaine que j’essaye de voir le gars qui place les cacannes dans machine.
      Quelqu’un l’a t-il vu…. Ha..ha..! ;)»

      Y’a pu de gars.

      La machine robot se remplit elle-même…

    • La machine robot se remplit d’elle-même…

      @ralbol

      Ouais..! il semble que ce déshydraté en cacanne vous cause une pathologie latente.
      De mon avis… arrêter d’en consommer, se n’est pas un produit de base ou essentiel pour votre mieux être…

    • @ codepresss

      - «De mon avis… arrêter d’en consommer, se n’est pas un produit de base ou essentiel pour votre mieux être…»

      J’en bois pas depuis des décennies… ça garde l’esprit clair.

    • Pour avoir participé à l’élaboration de système de contrôle de procédé durant des dizaines d’années, il faut un programmeur qui a idéalement une certaine connaissance de ce qu’il doit programmer et une personne qui connait très bien le procédé et qui idéalement a une certaine connaissance de la programmation.

      En ce qui concerne l’automation de 30% des emplois, il ne faut pas que la décision soit uniquement entre les mains des Entrepreneurs. Il ne faut pas oublier la crise de 2008 qui a été provoqué par les gens de WallStreet à cause de leur rapacité et leur mémoire à court terme.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2017
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives