Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 17 février 2017 | Mise en ligne à 14h46 | Commenter Commentaires (18)

    La galère des continents

    Les principales plaques tectotiques. (Carte : USGS)

    Les principales plaques tectotiques. (Carte : USGS)

    Ainsi donc, le 8e continent aurait été découvert. À moins que ce ne soit le 6e, c’est possible aussi, ce qui implique logiquement que cela pourrait également être le 7e. Mais c’est peut-être même seulement le 5e, remarquez bien, ça dépend comment on compte. Et à la limite, ça pourrait aussi être le 9e, 10e ou 11e continent hein, c’est pas clair-clair. Alors commençons par nous entendre sur ceci : il existe un consensus scientifique très bien établi sur le fait que le nouveau continent n’est pas le 4e ou moins ni le 12e ou plus. Alex Jones ne sera pas d’accord, mais n’allons pas là, OK ?

    Blague à part, le «nouveau» continent serait la «Zélandia» et comprendrait, comme son nom l’indique, la Nouvelle-Zélande et quelques îles autour. À l’œil, la proposition a peu de chance de rallier beaucoup de géologues, mais elle émane tout de même de gens sérieux et a  été publiée dans GSA Today, la revue de la Geological Society of America. Alors voyons voir…

    Jusqu’à maintenant (et cela risque de perdurer pour un avenir prévisible), la Nouvelle-Zélande a toujours été considérée comme faisant partie de l’Océanie. Mais les auteurs de l’étude, menés par Nick Mortimer, un géologue néo-zélandais, font valoir qu’il faut réviser cette position. Un continent, disent-ils, est une masse de terre émergée et qui se prolonge sur une certaine distance sous la mer par un «plateau océanique», le tout étant généralement entouré de «croûte océanique» — soit une partie de la croûte terrestre plus mince (10 km) que la croûte continentale (25-50 km). Et l’on trace généralement la frontière des continents le long des principales plaques tectoniques de la planète.

    Or la Nouvelle-Zélande repose sur sa propre plaque, laquelle est séparée de la plaque australienne par environ une faille d’environ 25 km de large constituée de croûte océanique, et les deux plaques semblent se déplacer indépendamment l’une de l’autre. Cela distingue cette île du Groenland, par exemple, puisque celui-ci est rattaché directement à la plaque continentale nord-américaine par son extrémité nord (voir ce texte-ci, c’est vraiment intéressant).

    En elle-même, cette caractéristique n’est pas suffisante pour faire de la Zélandia un continent à part entière, puisqu’elle est également partagée par d’autres îles, que l’on nomme souvent micro-continents, comme Madagascar ou l’île Maurice, qui de ce point de vue sont géologiquement séparés des autres continents. Mais M. Mortimer et ses collègues amènent ici une autre condition pour accéder au «titre» de continent : la taille. En comptant les parties submergées, Zélandia s’étend sur 4,9 millions de km2, ce qui représente «environ 12 fois la superficie de l’île Maurice et 6 fois celle de Madagascar», écrivent les auteurs, qui proposent un seuil 1 million km2 pour pouvoir parler d’un continent.

    Vous me direz bien si cela vous convainc. En ce qui me concerne, l’argument de la taille me semble un peu tiré par les cheveux : la notion de continent implique non seulement de vastes ensembles géologiques, mais aussi que les terres émergées sont vastes. Or la Zélandia est à 94 % sous l’eau, ce qui laisse pratiquement juste la Nouvelle-Zélande. Et de toute manière, le problème principal est qu’il n’existe aucune définition précise et communément admise de ce qu’est un continent, si bien qu’on peut toujours se tricoter une définition «sur mesure». Tenez, allez simplement voir ce que Wikipedia dit des «Amériques» pour vous faire une idée du genre de galère que sont ces histoires de continents : en français, c’est un seul continent qui va du Groenland jusqu’à la pointe sud de l’Argentine ; en anglais, on parle de deux continents distincts.

    Vous voulez partir du principe que les frontières tectoniques majeures délimitent les continents ? Alors il existe 15 continents différents sur Terre. Il faut que ces plaques portent des terres émergées ? OK, alors ça en laisse «seulement» 12 — et cela implique que la péninsule arabique est un continent à part entière et que la Sibérie fait partie de l’Amérique du Nord. On règle le problème est ajoutant que les continents doivent être isolés les uns des autres ? Ça peut marcher, mais alors cela signifie que les Amériques ne sont un continent à part entière (et un seul) que depuis la fin de la dernière glaciation et je vous signale que l’Afrique est rattachée à l’Eurasie par la terre ferme.

    Bref, peu importe les critères qu’on applique, on est condamné à les transgresser pour raccommoder la géographie apparente et «humainement pertinente» avec la tectonique. Ce n’est pas pour rien qu’il n’y a pas de définition universellement/scientifiquement admise pour le terme continent


    • Ça va être compliqué de redessiner les nouveaux jeux de Risk!!!

    • En lisant superficiellement votre article (comme Playboy juste regarder les images), beaucoup comprendraient que la Terre est … “plate” ;-)

      Si Zélandia n’est pas un continent, on peut le distinguer en y ajoutant le préfixe “in” qui donne le contraire du mot. Ca fait “incontinent” !!

    • Y a-t-il un intérêt autre que sémantique à définir et à distinguer les continents?

    • La notion de continent a toujours été beaucoup plus culturelle que scientifique. Sinon comment expliquer que l’Europe et l’Asie soient encore considérés comme deux continents distincts.

      À l’extrême, on pourrait raisonnablement se limiter à deux continents: l’Amérique (rattachée par la terre à part pour quelques îles) et l’Afro-Eurasie (idem) ou, comme d’autres les appelaient: le Nouveau Monde et l’Ancien Monde.

      Comme l’indique M. Cliche, on pourrait aussi partir de 12 continents et rajouter des sous-divisions selon le besoin.

    • Semble y avoir un va-et-vient de continents…!
      Un jour c’est Atlantide qui disparaît alors qu’il réapparaît quelques dizaines de millénaires plus tard en Mer du Nord.

      Pourtant c’est de la simplicité pure…

      Tiens, j’viens d’ajouter le continent Atlantide à Google Maps.

      ”Next” … ;)

    • C’est au Buffet des Continents qui vont être content , vont pouvoir ajouter «le carré d’agneau de Zélandia»…

      Comme disait Cyrano qui avait du pif: Votre nez Monsieur , c’est un pic, c’est, un roc ,c’est un péninsule, non c’est un Continent..mais diantre c’est Zélandia…haha :-)

    • La recherche officielle dénombre 15 plaques tectoniques principales en 2015, agrémentées de 53 petites plaques de moindre importance. On n’arrête pas le progrès…

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tectonique_des_plaques

    • @louprespo : Il y a du gros cash en jeu : “United Nations agreements use continental margins to determine which nations can extract off-shore resources — and New Zealand may have tens of billions of dollars’ worth of fossil fuels and minerals lurking off its shores.”

    • Oups, voici la source de la citation : http://www.iflscience.com/environment/earth-has-a-brandnew-continent-called-zealandia-and-its-been-hiding-in-plain-sight-for-ages/

    • Quelle belle affaire, le seuil est fixé arbitrairement pour rejeter les autres micro continents, mais pas le leur…

    • Sur l’histoire culturelle de la notion de continent, une bonne lecture est le livre « L’invention des continents » de Christian Grataloup (Larousse, 2009).
      https://www.amazon.fr/Linvention-continents-Christian-Grataloup/dp/2035825946

      On peut lire un entretien avec l’auteur ici :
      https://www.scienceshumaines.com/l-invention-des-continents-rencontre-avec-christian-grataloup_fr_24823.html

    • On ne peut pas faire la part des choses sans dès le départ faire le décompte des cratons.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Craton

    • Monsieur Jean-François Cliche, pourriez-vous cesser de gâcher vos billets par vos petits commentaires politiques? Vous perdez un peu plus de crédibilité chaque fois que vous le faites.

    • @89170
      Et votre crédibilité, vous l’évaluez comment ?
      Mr Cliche nous a très bien informé sur ces enjeux … souterrains ;-) Rien de gâché !!

    • @89170
      Commentaires politiques??
      Vous hallucinez, il n’y a rien de politique…

      M. Cliche est comme toujours pile poil sur le sujet comme d’habitude.

      Je pense qu’il fait référence à ma boutade sur Alex Jones. Mais bon, si ce n’était pas déjà clair, alors que cela le devienne maintenant : «perdre de la crédibilité» aux yeux de certains pour planter des clowns comme A. Jones, c’est (et ce sera toujours) dans mes prix.
      JFC

    • @JFC
      Pour parodier le défunt magazine Croc :
      “Sauvez la planète (de la désinformation), plantez un pollueur (de fake news)” ;-)

    • @ quatre chiffre un zéro pis une barre

      Votre valeureux combat pour sauvegarder la crédibilité de notre hôte chroniqueur vous honore …

      Mais une minute de silence pour les victime de l’attentat de Suède… aurait été plus salutaire pour la noble cause de Crédibilité que l’incontinence verbale dans laquelle vous avec dérivé à l’instar de certains continents….

      La politique dans son sens large demeure un domaine d’étude qui intéresse la science au même titre que le mensonge le narcissariat politique et la fabulation pseudoscientifique …

    • @89170
      Pour ma part, j’apprécie cette manière d’aborder une grande variété de sujets scientifiques sans en faire tout un plat. J’estime que notre “hôte chroniqueur” (vous maniez habilement l’ironie), comme vous l’appelez, se tire très bien d’affaire. Qui plus est sur un ton personnel et incarné, une plus-value quant à moi…

      Étrangement, une pointe d’humour me rassure davantage sur le sérieux d’un auteur qu’un ton trop professoral…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2017
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives