Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 1 février 2017 | Mise en ligne à 13h54 | Commenter Commentaires (29)

    Le profil type du tueur de masse

    (Photo : Olivier Jean, archives La Presse)

    (Photo : Olivier Jean, archives La Presse)

    Je vous ai déjà parlé d’Adam Lankford, criminologue et côté-obscurologue de l’Université de l’Alabama. Il mène des recherches bien intéressantes sur les tueries de masse (mass shootings) et le terrorisme kamikaze, qui ont montré que ces «deux» groupes n’en sont peut-être qu’un seul, finalement. Alors j’étais bien curieux de savoir ce qu’il pensait du cas d’Alexandre Bissonnette, accusé des six meurtres commis dimanche dans une mosquée de Québec.

    Le détail de mon entrevue est ici. En voici, brièvement, les principaux points à retenir, je crois :

    – Les médias qui ont choisi de mettre de l’avant le passé de victime d’intimidation d’Alexandre Bissonnette ont essuyé bien des critiques, ces derniers jours, de la part de gens qui voient là une tentative pour «excuser» la tuerie ou pour «normaliser» le geste et ainsi enterrer le problème de l’islamophobie à/au Québec. Or il apparaît qu’être la cible de bullying (réel ou perçu) est une caractéristique très fréquente des tueurs de masse et des kamikazes.

    – Pour le reste, le présumé meurtrier répond en presque tous points au profil-type du tueur de masse : marginalisation (depuis son enfance, apparemment), radicalisation progressive (après la visite de Marine Le Pen, d’après ce qui a filtré dans les médias), événement déclencheur (possiblement le déménagement de son frère jumeau, mais il existe des versions contradictoires sur ce point, il faut le noter), et un isolement social précédent l’explosion.

    – La fin de la sinistre soirée de dimanche est plus singulière, cependant. Rares, très rares sont les kamikazes (par définition) et les tireurs fous qui survivent à leurs massacres ET qui parviennent à s’enfuir. Bissonnette, lui, s’était échappé avec succès mais n’est pas allé loin : il a rapidement appelé le 911 et s’est livré à la police. «Alors je dirais que cela pourrait être des remords, mais pas nécessairement. On en apprendra plus dans les prochains jours, mais de manière générale, ces tireurs présument qu’ils seront abattus sur place ou qu’ils se suicideront. Et si ça n’arrive pas, alors ils ne savent plus trop quoi faire. Donc il (Bissonnette) peut avoir appelé la police parce qu’il ne voyait pas quoi faire d’autre, parce qu’il n’avait pas de plan», m’a dit M. Lankford.


    • Deux autres exemples. Denis Lortie se faisait ridiculiser dans l’Armée canadienne car il était francophone ? Et il place alors le PQ comme la cause de ses malheurs.

      Valery Fabrikant lui souffre du complexe du persécuté ? Des collègues trichent et s’accordent plus de crédit qu’ils en méritent pour des travaux ?

    • Le terme “kamikaze” ne devrait pas s’appliquer pour ceux qui se font exploser.
      Les vrais kamikazes étaient des soldats Japonais légitimes qui se sacrifiaient sur des objectifs militaires légitimes de l’ennemi.
      Ce qui est loin d’être le cas de ces lâches qui attaquent en se faisant exploser afin de tuer des civils innocents.

    • .40SW

      Je conteste votre interprétation historique des gestes commis par les soldats japonais lors de la Deuxième Guerre mondiale.

      Il me semble que plusieurs généraux japonais savaient que la guerre était perdue, étant donné l’avancée américaine et la capitulation allemande.

      Or, ils exigeaient quand même un sacrifice des troupes et mettaient en danger leur vie. Est-ce légitime de se sacrifier en vue d’objectifs militaires vains? J’en doute fort.

      De tels sacrifices relèvent du fanatisme et sont comparables à ceux faits au nom de l’islam par certains groupuscules extrémistes.

    • On peut convenir que la famille et les proches sont le premier et meilleur rempart contre ce genre d’évènement mais c’est beaucoup plus difficile à faire qu’a dire.

      La police n’est pas la pour expliquer sa job c’est d’éliminer le problème et de le faire condamner , même si ç serait utile pour prévenir de comprendre et que le 2% qui survivent et dont on parle c’est justement un occasion de mieux comprendre …

      On cause pour a cause mais on ne fait que causer , quand les gens demandent de l’aide elle n’est pas disponible on les retournent chez eux avec des pilules et ne cherchez pas d’aide psychologique dans le système c’est juste dans le privé et encore…

      D’autre part difficile de déceler quoi que ce soit car même si on conseille ad nauséam de parler et de demander de l’aide , au téléphone ( sos suicide etc ) c’est comme dire a un alcoolique qu’il devrait arrêter de boire … c’est justement ça le problème c’est qu’ils ne peuvent pas parler ni demander de l’aide car on a coupé la ligne leur ligne…

      Taillefer qui est en charge de la campagne anti suicide le mentionnait les jeunes ne téléphone pas ils sont sur les réseaux …. le téléphone c’est la solution du siècle passé juste bon pour les baby boomer et nos vieux gouvernements qui vivent dans le passé. A quand «web jeune»???

      Suicide et tuerie sont les deux faces de la même pièce, pile ou face….
      Ayant vécu un suicide en millieu de travail je peut vous dire que la détection on est tous pour!..mettez en … ah oui ….

      Mais dans la vraie vie c’est juste APRÈS qu’on comprend les messages semi -cachés des semaines d’avant…. quand on déroule la cassette ….. la on comprend et la casette pour les proche elle fait mal des mois durant….. et elle défile jours et nuit… Car le geste vise aussi a punir l’environnement qui n’as pas compris! ….on a beau ne pas se sentir coupable la cassette joue forcément toujours le même vers d’oreille …. ah oui jaradondu jaradondu…prendre le temps d’écouter…

      Dans ce genre de drame il n’y a que des victime et des deux cotés parlez en aussi à la mère de Lépine de poly….

    • Misère sexuelle, isolement socio-affectif, pauvreté financière ou pas une grande indépendance à ce niveau, recherche de bouc émissaire pour expliquer sa condition (race, genre, religion, politique). Bref, dans leur cas, la pyramide de Maslow ressemble à une grosse flaque de frustration et de ressentiment… Ah, et évidemment, le tueur a accès à une arme de destruction de masse.

      Comme pour les tueurs en série, il me semble que ce sont souvent des hommes blancs de moins de 40 ans, voir de moins de 30 ans qui sont impliqués dans ce type d’incident.

      La moyenne d’âge dans l’article de Lankford oscille plutôt entre 37 et 41 ans pour les «terroristes suicidaires», les «rampage shooters» et les «workplace shooters». Elle est de 20 ans dans le cas des «school shooters», mais c’est évidemment une question de choix de catégories.
      JFC

    • Comme toute personne en détresse, forcément qu’il n’avait pas de plan.
      C’est probablement du au mal de vivre tout court qui dite de tels faits et gestes.

      @JFC..ne serait-il pas mieux de lire mosquée au lieu de ”moquée de Québec”

      Oh là là… Oui en effet, erreur corrigée. Merci bien !
      JFC

    • lire ..qui dicte de tels faits et gestes.

    • Dans ces cas précis, et je ne parle pas de manière générale des victimes de bullying… serait-il possible que ces personnes aient été victimes de bullying en raison de leur isolement social et de leurs compétences sociales limitées? Le fait d’être victime de bullying s’inscrirait alors dans la liste des symptômes d’un problème social ou affectif, et non des causes de la tuerie.

    • @hdufort
      15h29

      Ben oui… c’est la faute à l’individu, c’est certain !!!

      Ça sent pas très bon votre commentaire…

      Votre dernière phrase est inutilement blessante. Vous êtes averti.
      JFC

    • Je me permettrai de comparer l avis de votre expert avec celui qui me sera imposé pour les 6 prochains mois a tous les jours dans les medias…Vous comprendrez que ce commentaire se veut a peine sarcastique et ce phénomène médiatique représente a mon avis un incitatif supplémentaire a déclencher dans d autres esprits fêlés des comportements dangereux.

      Je crois que les experts devront tenir compte dans leurs analyses des effets des médias sociaux sur le narcissisme de ces individus et aussi des possibilités que ces médias exacerbent certaines croyances/phobies et/ou obsessions chez celui qui souffre d isolement social.

      Je vois a tous les jours des atrocités tant par les écrits que less images qui ne devraient jamais être véhiculées par des sites comme Facebook entre autre. Meme en rapportant ces publications a FB on se fait répondre que ceci n enfreint pas les standards de la communauté tels qu établis par le géant média social.

      Des têtes tranchées figurent dans ce qui est acceptable par certains. Je dis cela parce qu il est évident que le petit gars qui voit a faire respecter les standards a peut être pas la même tolérance et le doigt aussi rapide sur la censure que celui du lendemain…

      Je comprend aussi que FB et Twitter sont devenus des monstres difficilement domptables mais un n excuse pas l autre . On l a vu dans le cas des fake news que plusieurs peuvent être influençables par du n importe quoi.

      Et dans le fond ce qui est drôle ou triste c est que le tueur si solitaire dans la vraie vie avait combien d amis sur FB ? Le virtuel a rattrapé la réalité et les résultats sont désastreux.

    • Ce qui me chicote avec ces «profils type», c’est qu’on parle rarement des gens qui correspondent exactement au profil type et qui mènent des vies «normales» et ne tuent ni ne tueront jamais personne.., des gens sans doute BEAUCOUP PLUS NOMBREUX que ceux qui correspondent au profil et tuent.

      Ça tombe dans la même catégorie que le profilage génétique avec lequel on croit trouver les «assassins» avant qu’ils ne tuent.

      À mon sens, tout ça vient du refus maladif d’accepter l’accident, le refus maladif d’accepte que, que l’on fasse ce qu’on voudra, les horreurs, les catastrophes, les accidents, l’imprévu, le hasard quoi… sont INÉVITABLES et qu’en bout de ligne on doit apprendre à vivre avec.

      Ensuite, peut-on m’expliquer la différence entre un tueur de masse et un assassin de marteau..?

    • Ah! Les “logues”… je les adore.

      QUI n’a pas été victime d’intimidation? Trop gros, trop maigre, les grandes oreilles, les dents croches, mal habillé, boutonneux, un poil sur la langue, timide etc etc etc?

      Évènement déclencheur le déménagement de son frère jumeau? J’avais des parents qui restaient rarement plus de deux ans au même endroit changeant de quartier de la ville, misère! J’aurais dû en assassiner du monde selon ces savantes déductions! Ça m’arrachait le cœur à chaque fois.

      Radicalisation? Tous les radicaux ne sont pas des tueurs de masse. Il y en a même qui se payent le luxe d’envoyer les enfants des autres se faire tuer. On ne donnera pas de nom! Sauf si on est directement touché, par exemple, un proche se fait tuer dans un attentat terroriste, a t-on besoin des autres pour se radicaliser ou si c’est une disposition d’esprit personnelle? On “hait” tel groupe pour des raisons qui nous sont personnelles et un moment donné, les fils se touchent. Des déclarations imprudentes et impopulaires chez plusieurs des fois peuvent mettre le feu aux poudres.

      Je n’ai pas rencontré Bissonnette, pas plus que les “experts” qui se fendent de conclusions basées sur des suppositions, mais je pense que cet idiot a réalisé que la terre n’était pas assez grande pour se cacher et qu’il se ferait pincer.

      On finira bien par savoir toute l’histoire pour peu que l’assassin parle.

    • Je retiens ceci du texte “radicalisation progressive (après la visite de Marine Le Pen, d’après ce qui a filtré dans les médias),”

      Cet homme troublé a possiblement été influencé par certains médias-sociaux et des blogues d’un certain journal qui font la promotion de la haine envers les musulmans ou l’islam.

      On en saura plus quand le tueur parlera.

    • Il y a une portion de l’analyse de cet homme qui m’intéresse particulièrement : il a un frère jumeaux (identique).

      D’après les informations, les deux frères seraient très différents. Le frère du tueur était celui qui n’avait aucun problème. C’est particulier parce que les jumeaux sont des clones. Ils sont donc très similaire. Ils ont le même matériel génétique et le même environnement.

      J’aimerais bien en savoir plus à leur sujet.

      L’environnement est le même, oui… et non. Je me souviens très bien d’une entrevue que j’ai faite pour cet article, le chercheur (Michel Boivin, qui a fait beaucoup d’«études de jumeaux» pour départager la part des gènes et celle de l’environnement) m’a signalé que vivre dans la même famille ne veut pas dire que l’environnement est identique. Les parents peuvent ne pas se comporter exactement de la même manière envers tous leurs enfants, ceux-ci peuvent ne pas réagir de la même manière à ce qui se passe autour d’eux, les jumeaux mêmes identiques n’ont pas forcément les mêmes amis, les mêmes goûts, l’un peut pratiquer un sport X dans lequel l’autre ne le suivra pas, ce qui va différencier leurs «environnements», etc.
      JFC

    • On en saura plus quand…

      Et moi qui rêve de percer le mystère de l’élection de Donald ‘T’ , des carrés rouges, commission Charbonneau, etc..

      @sylvainchartrand

      Je crois que l’individu en référence est un étudiant en Science Politique.
      Alors, que voulez-vous savoir de plus…!

    • @needle

      Vous faites référence pour d’identique jumeaux, es-ce le cas.!

    • Rambo de la Mancha

    • “ces derniers jours, de la part de gens qui voient là une tentative pour «excuser» la tuerie”
      Ca veut juste dire d’arrêter d’intimider les gens !!!

      @loubia
      “QUI n’a pas été victime d’intimidation? ”
      Plein de gens. Vraiment !!

    • Ce qui risque d’être déterminant pour les jumeaux est leur relation mutuelle. Habituellement un jumeau domine l’autre. Les relations entre frères et soeurs non-jumeaux nous déterminent aussi en partie. La relation entre jumeaux est plus forte et sans doute plus marquante.

      Des criminologues ont-ils étudié les jumeaux dont au moins un des deux a fait un crime ? Le jumeau identique d’un criminel est-il plus souvent criminel que la moyenne des gens ?

      Je me demande comment le jumeau du responsable d’un crime aussi grave se sent aujourd’hui. Et comment il est perçu par son entourage alors que la photo de l’autre est publié.

    • Les raisons pour expliquer le comportement d’une personne ne relève jamais de la causalité linéaire. Elles sont un enchevêtrement extrêmement complexe de causalités multiples. Génome, épigénome, environnement, contexte, etc. sont mis à contribution dans tous les comportements humains.

      Évitons les corrélations simplistes !

    • Existe-t-il un profil type de la famille des tueurs de masse?

      De mémoire, toutes les familles de tueurs de masse aux USA ont présenté dans les jours qui suivent le carnage leurs profondes condoléances aux familles des victimes ainsi que leurs regrets. Ces familles se dissocient publiquement du geste de leur fils. Ce geste courageux de leur part permet à une partie de la population de les soutenir discrètement selon la profondeur et la sincérité de leurs regrets.

      Dans le cas présent, la famille a-t-elle réagi publiquement ? Si oui, je n’en ai pas eu connaissance.

    • Peut-on espérer comprendre un être humain particulier?..un Alexandre Bissonnette en situation? La psychologie n’a pas encore de catégorie à cet effet. Il faudra attendre qu’il se révèle lui-même et que d’autres encore, qui croiront devoir agir comme lui, le fassent aussi. Pour le moment, il fait penser au Don Quichotte de Cervantès qui se battait contre des moulins. Il est devenu un guerrier dans un pays en transformation mais en paix. Il réagit violemment à ce que lui et quelques autres pensent être une menace pour la communauté, alors que la majorité, bien que soumise aux même stimuli, ne ressent pas de danger. C’est tout de même mystérieux.

    • La Grande Noirceur a changé de visage…..

      http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201702/01/01-5065499-lextreme-droite-plus-visible-a-quebec.php

    • Il serait intéressant de trouver parmi nos chercheurs d’ici des gens qui s’intéresse au phénomène et aiderait au delà de la volonté de condamner et d’en profiter de blamer tout ceux qui ne pensent pas comme nous et qui ont le malheur de s’exprimer ( toujours les autres). On sent que les gens cherche a comprendre et probablement qu’il y a moyen dele faire du mons en partie.

      Pour comprendre il faut analyser des faits précis j’imagine qu’on a ici heureusement moins d’occasion de le faire qu’aux usa mais y a surement des chercheurs qui se sont penché sur le cas de polytechnique. De plus il faut prendre un certain recul par rapport à l’évènement comme tel.

      La rectitude de pensée qui circule et les propos véhiculés sont assez éprouvante pour les gens qui aiment par déformation analyser les faits plutôt que de chercher a tout prix des coupables partout. Réduire le fait à de l’islamophobie pure semble assez réducteur car le tueur aurait pu sévir dans un cour de yoga car il détestait aussi les femmes. L’étude devrait porter sur la «Haissophilie» en général.

      Devrait-on par prévention réduire au silence Sugar Sammy , qui contrairement à Mike Ward se définisant maintenant comme seulement un «petijérémiophobe», lui déteste tous le monde également pour ne pas dire démocratiquement et équitablement…? On s’enligne sur le dérapage social…

      Quand le remède est pire que la maladie vaut peut être mieux continuer de vivre avec ses inconvénients et faire avec.

    • “QUI n’a pas été victime d’intimidation? Trop gros, trop maigre, les grandes oreilles, les dents croches, mal habillé, boutonneux, un poil sur la langue, timide etc etc etc?”

      Il y a cependant une différence entre un enfant qui a fait l’objet de moqueries (je pense que ça arrive à tous un jour ou l’autre) et ceux qui sont les victimes désignées. Du genre à qui ça arrive tous les jours ou toutes les semaines.

      Ce qui est inquiétant, c’est que beaucoup de “haineux” ont dit que le climat leur était “favorable”. Tous ne sont pas des meurtriers, mais s’ils sentent qu’ils ont l’appui des leurs, qui sait ce qui se passera dans leur caboche.

    • L’événement déclencheur peut avoir un effet d’entrainement ou de comportements sur certains des sujets. Cela peut être perceptible au niveau de la politique fédérale… genre Selfie Trudeau qui retire une promesse d’élection (voir..refonte du scrutin électorale).

      Et sur un tout autre ordre d’idée…

      Il semble que près des 2/3 des enfants en bas âge ont un ami imaginaire et qu’une bonne partie de son ”Être” se fait à l’intérieur des 6 ou 7 première années de sa vie..!

      Croyance et perception en regard de jumeaux temporel !
      Pour @needle

      https://www.youtube.com/watch?v=_EloMJTlaBI

    • @JFC
      Oh je sais bien que l’interaction entre les deux jumeaux va teinter leur développement. Vous ne seriez probablement pas la même personne si vous aviez grandi avec un frère jumeau. Toutefois, il faudrait que la dynamique familiale soit sévèrement déficiente pour que les deux frères aient un comportement très différent. Ce sont des clones!

      “ceux-ci peuvent ne pas réagir de la même manière à ce qui se passe autour d’eux, les jumeaux mêmes identiques n’ont pas forcément les mêmes amis, les mêmes goûts, l’un peut pratiquer un sport X dans lequel l’autre ne le suivra pas, ce qui va différencier leurs «environnements», etc.”

      C’est un peu plus compliqué que ça. Ce ne sont pas des frères, ce sont des jumeaux. Ils ont les même forces et les même faiblesses. C’est certain que si les parents décident de favoriser l’un ou l’autre, ça mènera à une différence plus marquée mais celle-ci sera en raison d’une injustice qui crée une frustration légitime.

      Votre réponse suggère qu’il est possible d’avoir un jumeau sportif et manuel alors que l’autre est rêveur et intellectuel. C’est vrai dans le cas des jumeaux fraternels (non-identique). Par contre les jumeaux identique ont exactement la même génétique et donc ils sont très similaire.

      L’histoire des jumeaux identique qui sont radicalement différents suggère un environnement social très déficient.

    • Vouloir comprendre un comportement ne veut pas dire l’excuser. Et puisqu’il s’agit ici d’être humain, on ne pourra jamais avancer des certitudes à 100%. Mais il est certainement possible de dégager des tendances comme essaie de le démontrer Adam Lankfortd.

    • Faudrait se poser les vraies questions. Comment se fait-il qu’au Canada, les tueries ont lieu au Québec?

      De plus, semblerait-il que nous sommes 7èmes au monde pour le taux de suicide.

      Je crois qu’il y a de graves problèmes de santé mentale non-diagnostiqués dans cette province.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2017
    D L Ma Me J V S
    « jan    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives