Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 8 février 2016 | Mise en ligne à 10h01 | Commenter Commentaires (22)

    Zika : 70 ans dans l’angle mort de la médecine

    Ædes ægypti, un des moustiques qui transmettent le virus Zika. (Photo : CDC, WikiCommons)

    Ædes ægypti, un des moustiques qui transmettent le virus Zika. (Photo : CDC, WikiCommons)

    La question me taraudait depuis un certain temps : si le virus Zika est connu de la science depuis 1947 et, surtout, s’il est endémique à l’Afrique équatoriale et l’Asie du Sud et que l’on peut supposer qu’il se transmet couramment là-bas, alors pourquoi a-t-il fallu attendre jusqu’à l’an dernier pour que l’on finisse par se rendre compte que le microbe pouvait avoir des complications neurologiques graves ? Comment Zika a-t-il pu causer des cas de microcéphalie et de syndrome de Guillain-Barré — complication rare lors de laquelle le système immunitaire commence à s’attaquer au système nerveux, avec des conséquences pouvant aller jusqu’à la paralysie et la mort — sous le nez de la médecine pendant 70 ans ?

    La première hypothèse qui m’est venue à l’esprit est cette vieille blague de diplomate cynique : «Contrairement à la Russie, dont la situation est grave, mais pas désespérée, la situation de l’Afrique, elle, est désespérée mais pas grave.» Bref, quand une maladie touche principalement l’Afrique ou une autre partie du Tiers-Monde, il est (ou était, jusqu’à l’épidémie d’Ebola) très difficile d’obtenir des fonds de recherche pour l’étudier en Occident. Et comme c’est là que le gros de la recherche médicale est réalisée, autant dire que Zika n’a presque pas été étudié depuis sa découverte.

    Cette hypothèse explique sans doute une partie du problème. Mais il y avait plus, me suis-je rendu compte en creusant la question. L’angle mort dans lequel Zika se trouvait était tel qu’il fallait vraiment une «tempête parfaite» pour l’en extirper. Cela prenait une population «naïve», jamais exposée au virus, parce qu’aux endroits où le virus est endémique, une bonne partie des gens sont immunisés, ce qui réduit beaucoup les taux de transmission, et donc le nombre des complications. Cette population devait vivre dans une zone où les moustiques responsables de la transmission peuvent survivre. Et elle devait être minimalement grande, parce que le Guillain-Barré et la microcéphalie sont des complications rares du Zika, qu’ils sont aussi causés par d’autres facteurs et qu’il faut donc beaucoup d’infections au Zika pour produire un surplus de cas significatif.

    Ça prenait vraiment toutes ces conditions réunies pour que l’on «allume». D’ailleurs, lors de la première épidémie scientifiquement documentée, survenue dans l’île de Yap (Micronésie) en 2007, seulement 5000 personnes ont contracté le virus (comparé à 3 à 4 millions présentement en Amérique latine), si bien que cet article du New England Journal of Medicine qui décrit l’éclosion ne fait aucune mention de complications neurologiques. Zéro, niet nada…

    Plus de détails sur cette «tempête parfaite» dans mon article paru ce week-end dans Le Soleil.


    • Lumineux, merci.

    • Voilà une autre campagne de financement orchestrée par l’OMS au profit des multinationales pharmaceutiques, à coup de battage publicitaire. Pas un jour ne passera sans qu’on nous parle de ce « fléau », jusqu’à ce que tous les pays aient versé une somme.

      Ils ont fait le même coup avec le H1N1 et ils ont vu combien c’était payant, alors pourquoi pas recommencer?

      Je suis surpris que personne n’ait demandé de compte à nos ministres, à l’OMS, à la suite de la fausse épidémie de H1N1, qui a fait moins de morts que les grippes ordinaires des années précédentes.

      Toutes nos grandes institutions sont aujourd’hui corrompues : l’OMS, comme je viens de le dire, les prix Nobel, qui ont décerné le Nobel de la paix à Mister Drône Obama (on est loin de Gandhi et de mère Teresa).

      S’il y a avait une vraie épidémie, il y aurait des milliers de personnes mortes dans les maisons, dans les rues etc.

      Le Zika n’est qu’une campagne médiatique, qui a pour but par ailleurs d’entacher la réputation du Brésil avant la tenue des Jeux Olympiques, comme on l’a fait avant ceux de la Russie à Sotchi et ceux en Chine. Voilà! Et si vous voulez y croire à cette fausse pandémie, lâchez-vous « lousse » comme on dit, c’est justement des poissons qu’ils cherchent!  

      La principale raison pour laquelle la «grippe porcine» n’a pas tué plus de gens est que les personnes les plus vulnérables, soit les 65 ans et plus, étaient déjà en assez bonne partie immunisées. Elles avaient déjà été infectées dans leur jeunesse et avaient conservé une protection. Toutes les études là-dessus montrent que la mortalité de cette souche-là d’influenza a fauché un nombre anormalement élevé de gens dans la force de l’âge — voir ici et ici, entre bien d’autres sources. Ce qui signifie que sans l’immunité des 65 ans et plus (et de «détail» était impossible à prévoir), la fameuse A/H1N1 aurait été nettement plus meurtrière qu’une grippe saisonnière.
      Notez que je ne suis pas particulièrement tolérant ni patient envers les accès de délire conspirationniste sans fait ni preuve, alors arrangez-vous, à l’avenir, pour au moins appuyer vos prétentions sur des sources minimalement crédibles.
      JFC

    • Je me demande encore pourquoi la recherche médical et pharmaceutique n’est pas sous la responsabilité du domaine public. Je trouve complètement inconcevable que de riches actionnaire puissent s’enrichir encore davantage, sur le dos des gens malades.
      Si le développement de nouveaux médicaments/vaccins était public, je suis convaincu que plusieurs maladie serait beaucoup mieux soignées, avec en prime beaucoup moins de médicaments dangereux retiré du marché à la suite d’études cliniques biaisées par l’appât du gain d’être humain dépourvu d’empathie et de conscience social.

    • «la situation de l’Afrique, elle, est désespérée mais pas grave».
      Pour Zika c’est vrai et normal que quelque chose de bénin par rapport au reste soit passé sous le radard car y a en Afrique , la vraie pas celle des circuits touristiques restreint, y a tellement d’autre chose plus frappante à peu près impossible à régler. Comme me disait un prof d’un pays de la bande du Sael . «au prix ou sont les médicaments la prochaine fois que le plus jeunes va être malade on devra peut être le laisser mourir et garder l’argent pour nourrir les autres…»
      Et pour faire le lien entre la Russie et l’Afrique les russes y exportent actuellement le médicament le moins cher pour enrayer de manière irréversible une épidémie… le Kalashnikov ak47 ! Big Pharma n’y est plus dans la course depuis longtemps….

    • J’y vais d’une hypothèse concernant la microcéphalie, sans toutefois vérifier les données au préalables. Est-ce que la mortalité néonatale et périnatale plus élevée en Afrique aurait pu masquer l’association possible entre le virus Zika et la microcéphalie? Ainsi, dans les pays avec de meilleurs soins durant la grossesse, le lien potentiel devient plus apparent.

    • À JFC

      «Accès de délire conspirationniste », vous dites?

      Vous vouliez des preuves : http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/grippe-a-h1n1/201001/04/01-936127-vaccination-mondiale-une-enquete-demandee-en-europe.php

      Pour ce qui est d’Obama, il a bel et bien reçu le Nobel de la paix ET autorisé le lancement de drônes et de bombes, n’est-ce pas?

    • @ Tassadar,

      La recherche en domaine publique souffre du manque de financement inhérent du domaine publique. Les gouvernements n’ont pas les capitaux pour investir énormément maintenant et récolter peut-être plus tard. De plus vous avez une vue assez manichéenne du bon gouvernement et de la mauvaise entreprise. Le domaine publique peut aussi faire breveter. En quoi un vaccin développé par un état serait-il moins susceptible de souffrir de l’appât du gain? Vous croyez vraiment qu’un vaccin développé par le Québec serait donné gratuitement en Ouganda? Que cela passerait auprès de la population? Vous croyez vraiment que la recherche, qui se fait majoritairement en Occident, une fois payée par les gouvernements ne viserait pas encore plus la population occidentale que les pharmas le font maintenant?

      Je vous souhaite bonne chance pour demander des fonds de recherche pour faire une étude qui ne concernerait pas ou peu la population canadienne/québécoise. Sincèrement.

      Je crois au contraire, que la recherche ne fait pas partie des priorités gouvernementales et ne le sera pas de sitôt. Il s’agit de voir à quel point il est difficile d’obtenir des bourses de recherches actuellement. Les coupes en recherche ne sont pas autant perceptibles par la population que les coupes chez Poste Canada alors il n’y a pas de maire ni de marteau-piqueur dans les rues.

      Tout ca pour dire que non, je suis loin d’être convaincu que de centraliser la recherche au domaine public améliorerait la santé, les méthodes de recherches, la conscience sociale et l’empathie.

    • @Tassadar

      Tu ne le sais peut-être pas, mais si tu travailles, tu es indirectement un bénéficiaire de ‘Big Pharma’.

      Au minimum, pas mal tous les québécois sont au moins un peu bénéficiaire des profits du domaine de la pharmaceutique au travers d’investissements de la Caisse de Dépôt dans quelques compagnies du domaine.

      Même chose pour plein d’autres secteurs que je devine que tu n’apprécies pas. Mais ce n’est pas qu’avec des bons sentiments qu’on va pouvoir te payer une rente de la RRQ à la retraite.

    • @ ride124 et 55
      Je verrais plus la recherche en santé chapeauté par l’OMS, chaque pays contribuent en fonction par exemple de son PIB. De plus cette centralisation permettrais le partage d’informations entre chercheurs, plutôt que la compétitions entre entreprise désirant garder leurs secrets.
      La bombe atomique n’a pas été développé par l’entreprise privé et il l’ont trouvé l’argent pour la faire. Pourquoi pas une sorte de projet Manhattan , mais pour le bien, plutôt que la quête de pouvoir à travers l’armement ?
      Ce sont les gouvernements qui devraient posséder la richesse, pas une minorité de multimilliardaire devenu égocentrique et narcissique par la fausse impression de pouvoir qu’ils ont acquis.
      Présentement seul les maladies payantes font l’objet de recherches sérieuses, un non sens selon moi.

    • @ -55-

      Et c’est pas juste la caisse de dépôt , y a aussi toute les cie d’assurance privées , es fond de pension privés etc aussi , quand on veut garanti de revenus futurs on pile pas l’argent dans un sous sol. En énergie aussi le gros des investissement vient des cies d’assurance et des fonds de pension, l’argent ne se récolte pas dans les arbres… .

      Cou donc ! Un cours d’économie très très basic ça serait pas du luxe au secondaire mettons… On dirait que y a du monde qui sont totalement déconnectés de leur monde réel…

    • @ oeildaigle

      Mais ce n’est en rien une preuve que de mettre un lien pour dire que des gens demandent une enquête pour justifier une accusation. Tout ce que cela dit, c’est que des gens demandent une enquête, rien d’autre. Si vous voulez défendre votre thèse, mettez un lien vers le rapport ou à la limite vers un article qui met en lumière ses conclusions. Ce qui serait encore mieux, ce serait qu’ensuite vous nous disiez en quoi le lien soutien ce que vous dites.

      JFC a raison, votre commentaire précédant est un ramassis de succédanés complotiste. Vous nommez l’exemple d’Obama comme prix Nobel ce qui serait sensé démontrer une certaine corruption étant donné qu’il a utilisé des drones par la suite (je souligne ici le “par la suite”). Il n’y a aucune logique, aucun fait étayant votre accusation. Juste un gros sous-entendu et un gros raccourci intellectuel.

      Comprenez moi, personne ne vous accuse d’avoir tord (mais ca pourrait s’en venir assez aisément), on dit seulement qu’il est inutile de débattre de vos affirmations car vous ne les soutenez par rien du tout. Tout le fardeau de la preuve vous appartient car c’est vous qui lancez des accusations et qui allez à l’encontre des connaissances généralement reconnues. On est sur un blogue scientifique quand même!

    • @ oeildaigle

      8 février 2016
      11h24

      Je ne partage pas 100% de votre commentaire, mais pour travailler dans l’administration d’un centre hospitalier de Québec que je ne nommerai pas ici, je peux vous confirmer que bien des dépenses ont été engendrées pour cette fameuse pandémie éventuelle du H1N1.

      Je peux même vous dire que des unités de soins complètement neuves ont été bâties sur mesure et à la fine pointe technologique (ou presque) pour accueillir d’éventuels patients du H1N1 à grand coup de centaines de milliers de $, voire millions… Et comble du ridicule… ces unités, n’ont jamais reçu aucuns patients, ni personnel et n’ont jamais été ouvertes ou converties pour d’autres besoins. Bref, elles sont à l’état neuf, mais elles demeures cadenassées et vides… pendant ce temps…on dit manquer de lits en milieu hospitalier….

    • @Tassadar,

      Le projet Manhattan s’est fait pendant une guerre, pas convaincu que ce soit réaliste à moins d’un risque majeur de pandémie où on aurait la conviction que la survie de l’homme (ou de son économie) dépend de l’union et non de la compétition. Pour l’instant, les pharmas font leur job de ce côté là.

      Plusieurs pays, dont les États-Unis, la Chine et la Russie, ne sont pas fans des organismes supra-nationaux. Je ne vois pas le jour où ils voudront mettre autant d’investissements dans ce genre d’organisme à moins d’un risque immédiat à leur survie et encore là… Tout le dossier des changements climatiques montre les limites de ces organismes pour un phénomène global, j’ose pas croire que ce serait moins difficile pour des maladies plus “locales” et “étrangères”.

      Vous semblez croire que les actionnaires sont une minorité puissante de personnes, œuvrant derrière des portes closes pour de sombres desseins. La réalité est tout autre et les investisseurs institutionnels sont majoritaires dans plusieurs pharmaceutiques. C’est le cas entre autres de Pfizer (72%) ou Johnson & Johnson (67%). Cela veut dire que pour ces deux compagnies (et d’autres si vous voulez passer du temps à faire des recherches, ce sont les deux seules que j’ai recherchées), les actionnaires sont des particuliers par leur fonds de pension et leur fonds communs de placement détenus en REER ou autres. Pour le meilleur et pour le pire, l’économie est hyper financiarisée. Il n’y a plus de distinction entre “salariés” et “actionnaire” comme on pouvait l’avoir il y a 100 ans. Punir les actionnaires revient aujourd’hui à punir la société.

      Vous avez cependant un bon point que tout cela n’est pas hyper éthique. Il y a peu d’incitatifs pour la recherche des “petites” maladies. Ce serait peut-être là, la place que l’OMS et la recherche universitaire pourrait prendre. Ce serait cependant en oubliant toute logique de rendement sur investissement de la part des organismes subventionnaires…

    • @Tassadar

      Rien de bien sorcier: le cout pour developper un nouveau medicament est de 5 milliards US (donc 7.5 milliard CDN environ), incluant les projets de recherche qui ont echoues. Etant donne que la FDA a approuve 44 nouveaux medicaments, on parle donc ici d’un investissement de 44 * 7.5 milliards = 330 milliards CDN de recherche et developpement. Pour vous donnes une mise en contexte, ca serait l’equivalent si le Canada ET le Quebec mettaient pratiquement tous les impots uniquement pour la RnD de medicament pour un an.

      Et ca, c’est sans compter que contrairement a la recherche universitaire et gouvernementale ou le resultat n’importe pas, les pharmaceutique veulent des resultats et n’hesitent pas a changer leur staff ou deplacer leurs laboratoires pour couper leurs couts. Il couterait donc probablement plus cher a developper ca au niveau gouvernemental.

      http://www.forbes.com/sites/matthewherper/2013/08/11/how-the-staggering-cost-of-inventing-new-drugs-is-shaping-the-future-of-medicine/#36bb60886bfc
      http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2015-2016/index_en.asp
      http://www.forbes.com/sites/bernardmunos/2015/01/02/the-fda-approvals-of-2014/

    • Nos sociétés ont réagit excessivement au H1N1 mais le fait qu’elles ont réagit a probablement réduit son impact et le fait que H1N1 était moins dangereux pour les personnes âgées a réduit davantage son impact pour en faire une crisette et non une crise majeure.

      On a vécu le même phénomène pour le bug de l’an 2000. On a pris nos précautions et plus que nécessaire et il ne s’est pas passé grand chose.

      Je me rappelle lorsque j’expliquais au responsable de l’informatique qui était responsable du dossier que le pH-mètre du lab était analogique et qu’il ne pouvait pas être sensible au bug tout comme le système de contrôle de la station d’épuration qui n’utilisait pas les années dans sa programmation, on avait changé sa date.

      On n’a pratiquement jamais la réaction optimale à un événement. On peut analyser pour mieux réagir dans le futur mais il ne faut pas agir en grand sportif qui analyse une reprise au hockey.

      Après quand on a toute l’information c’est très facile de décider de ce qu’on aurait du faire mais c’est beaucoup plus difficile quand on a qu’une connaissance imparfaite de la situation.

    • @oeildaigle – 8 février 2016 – 11h24
      Avez-vous déjà entendu parler du principle de ‘Occam’s razor’ qui dit ceci: ‘Suppose there exist two explanations for an occurrence. In this case the simpler one is usually better. Another way of saying it is that the more assumptions you have to make, the more unlikely an explanation is.’

      Toujours intéressant de voir les gens arriver avec des conspirations qui demanderaient un niveau de complexité incroyable à mettre en oeuvre. Comme le principe ci-dessus le dit: l’explication la plus simple est souvent la bonne.

    • @ride124 – 8 février 2016 – 12h25
      … Tout ca pour dire que non, je suis loin d’être convaincu que de centraliser la recherche au domaine public améliorerait la santé, les méthodes de recherches, la conscience sociale et l’empathie. …

      Je suis d’accord avec vous. Il faudrait mettre une fortune de l’argent public dans des investissements souvent très risqués, argent que soit dit en passant, les gouvernements (Canada et Québec) n’ont tout simplement pas.

      Par ailleurs, on peut croire que venant du privé, il va y avoir une bien plus grande motivation pour faire des percées qui vont rapporter beaucoup, beaucoup d’argent aux chercheurs et investisseurs.

    • @Oeildaigle : Anecdote, il y a 5 ans un ami a passé 5 semaines en Asie. Il est revenu avec Gillain-Barré (c’est apparu quelques jours après son retour). L’origine était « inconnue ». Il ne recouvrera jamais à 100% sa mobilité (il vient de fêter ses 39 ans et devrait avoir prochainement un second enfant).

      Peut-être cette histoire de Zika fera s’enrichir certaines pharma… mais si ça peut aider quelques personnes à ne pas tirer le mauvais numéro de loterie, je ne vois pas de problème à ce qu’une partie de mes taxes servent à financer ce type de recherche (même par voix de crédits d’impôts)

    • Les gens comme Tassadar voient les gouvernement comme le centre de l’humanité et “le privé” comme quelque chose d’externe. J’imagine qu’il a trop joué à Starcraft (où on contrôle les leader de l’espèce au grand complet). (Tassadar est un personnage central dans le lore de Starcraft)

    • @apocalypse

      9 février 2016
      09h05

      Ce principe est la réplique d’une boutade très utilisé que j’ai appris justement dans un Pharma ( très «Brit»…

      Quand c’était compliqué quelqu’un lançait heil ! «KISS..». Kept It Simple S…
      évidemment quelqu’un de naif ( comme je l’étais ) finit toujours par demander what stand for the other «S»?

      La réponse attendue venant invariablement avec un large sourire :…. « Stupid!»

    • @ oeildaigle

      “Je suis surpris que personne n’ait demandé de compte à nos ministres, à l’OMS, à la suite de la fausse épidémie de H1N1, qui a fait moins de morts que les grippes ordinaires des années précédentes.”

      Une des raisons pour laquelle la grippe a fait si peu de victimes est que les gens ont commencé à se faire vacciner et à se laver les mains comme il faut.

    • Darwin parlait de l’évolution des espèces du règne animal , végétal…etc. Et de ce fait ont découvre chaque année de nouvelles espèces et chaque année il y en a autant qui disparaissent.

      Qui sait, c’est peut-être le bacille ou le virus qui fera évoluer l’humanité !

      ”Stacks of Money”

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2016
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    2829  
  • Archives