Sciences dessus dessous

Archive, juillet 2015

Jeudi 2 juillet 2015 | Mise en ligne à 15h46 | Commenter Commentaires (39)

Fluor : peut-on être «trop» rigoureux ?

J’ai reçu ceci, ces derniers jours, dans ma boîte de courriel : un hyperlien vers un article tout récent paru dans Newsweek faisant état d’une méta-analyse de la Collaboration Cochrane (un groupe de médecin et de chercheurs basé aux États-Unis) au sujet de la fluoruration de l’eau. Les données, dit l’article, seraient insuffisantes pour conclure que cette mesure de santé publique prévient la carie.

L’article de Newsweek lui-même n’a pas grand-intérêt. En fait, il est franchement à la limite de la job de bras — les experts interviewés sont, pour une forte part, un who’s who des quelques chercheurs qui s’opposent à la fluoruration, et le texte présente certaines études totalement discréditées comme des signes de dangers avérés. Celle-ci sur le fluorure et l’hypothyroïdie est un très bon exemple d’étude alarmiste ayant été anéantie par nombre d’experts (j’en parlais ici), mais que Newsweek cite quand même.

Pour tout dire, le journaliste (de même que la militante anti-fluor qui m’a envoyé le lien) trouve même le moyen de passer par-dessus la conclusion principale de la méta-analyse qui dit, et je cite : «Les données suggèrent que l’introduction de la fluoruration de l’eau réduit de 35 % le nombre de dents de bébé cariées, manquantes ou plombée et de 26 % pour les dents d’adulte. Cela accroît également la proportion d’enfants sans caries de 15 %». Go figure

Mais les auteurs de la métanalyse de Cochrane disent aussi qu’ils ont une confiance «limitée» dans ces résultats parce que, notamment, la plupart des études qu’ils ont incluses dans leur revue avaient un «fort risque de biais». C’est vraisemblablement ce qui explique la grande résonance que la publication a eu dans les milieux antifluor, dont le biais de confirmation est légendaire. Et cela soulève deux questions intéressantes, que je vous soumets ici.

D’abord, si la rigueur est une qualité on ne peut plus fondamentale en science, ou plus généralement pour quiconque veut se faire une tête sur quelque sujet que ce soit, est-ce que cette vertu est comme le pain béni ? C’est-à-dire : peut-on en abuser ? La question peut paraître parfaitement idiote, mais la méthode habituellement utilisée par la Collaboration Cochrane la soulève.

Pour ses méta-analyses (assez célèbres, d’ailleurs), ce groupe de recherche a l’habitude de passer la littérature scientifique dans un crible très discriminant, pour ne retenir que les articles qui respectent les plus hauts standards de qualité et de rigueur. Il n’y a rien de mal là-dedans, remarquez bien, et le raisonnement derrière cette démarche est évident (et généralement excellent) : les études plus biaisées créent une sorte de «bruit de fond» qui peut enterrer ou brouiller le signal des travaux les plus rigoureux, d’où l’intérêt de ne garder que ces derniers. J’imagine sans mal que dans beaucoup, beaucoup de cas, la méthode de Cochrane doit rendre les choses plus claires.

Mais si bien intentionnée soit-elle, cette démarche a souvent pour effet de laisser énormément de données de côté (toutes des études publiées dans des revues à comité de révision, rappelons-le), ce qui en soi peut introduire des biais. On l’a vu cet hiver quand une analyse de Cochrane sur le Tamiflu s’est concentré exclusivement sur les résultats d’essais cliniques (voir ici pour un résumé du biais que cela a introduit).

Dans le cas du fluorure, les chercheurs n’ont retenu que les études qui avaient commencé avant la fluoruration de l’eau d’une ville ou région donnée, qui avaient un groupe contrôle (ça, c’est élémentaire) et qui avaient au moins deux mesures dans le temps. Ainsi, ont été exclus tous les devis consistant grosso modo à comparer une municipalité X qui fluorure son eau depuis, disons, 20 ou 30 ans, avec sa voisine Y qui ne le fait pas. Si bien que l’équipe de Cochrane a trouvé 4677 études pertinentes au départ mais n’en a finalement retenu que… 107 (dont seulement 20 sur la carie, le reste portant sur la fluorose).

Certes, quand on compare des populations entières, le nombre de variables confondantes est potentiellement immense (statut socioéconomique, culture locale, habitudes de vie, etc.), contrairement à ce qui se passe avec les essais en laboratoire. Mais il n’est pas toujours possible de contrôler toutes ou la plupart des variables et, comme les facteurs confondant peuvent faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre, les études comparant des populations dans la «vraie vie» peuvent finir par donner des réponses claires, pour peu qu’elles soient suffisamment nombreuses et que leurs résultats soient minimalement cohérents. Ce qui, faut-il le rappeler, est bel et bien le cas de la fluoruration de l’eau potable.

Alors je vous pose la question : est-ce que la Collaboration Cochrane a péché par «excès de rigueur» ? Une telle chose existe-t-elle vraiment ? Considérant les réactions médiatiques et/ou politiques que les méta-analyses sur le Tamiflu et sur la fluoration de l’eau ont engendrées, il me semble que oui, la Collaboration Cochrane a beurré son pain béni un peu épais…

* * * * *

La seconde question que la méta-analyse soulève concerne plus directement le fluorure lui-même. En ajouter dans l’eau potable aide à prévenir la carie, c’est clair, mais il est difficile de dire si «les données (celles retenues datent d’avant 1975 pour la plupart, ndlr) sont applicables aux modes de vies actuels», écrivent les auteurs, qui soulignent que les dentifrices au fluorure se sont généralisés ces dernières décennies.

Évidemment, si une population reçoît déjà de bonnes doses de fluorure sur ses dents à cause de cela, l’effet de la fluoration de l’eau sera nécessairement plus mince. Et de ce point de vue, je dois dire que le graphique que montre Newsweek (provenant de cette étude) me laisse un peu perplexe — voir ci-bas. Il montre très clairement une tendance à la baisse pour la carie dentaire en Europe, qui serait passé d’environ 4-5 caries par enfant en moyenne dans les années 70 à 1, à peine, de nos jours. Il montre aussi que les pays qui avaient des mesures de fluoration (de l’eau ou du sel) vers 1975 avaient en moyenne moins de caries que les autres, mais que la tendance est telle que la différence a pratiquement disparu.

(Source : Keng et al. BMJ 2007)

(Source : Keng et al. BMJ 2007)

Il est plus que probable que la même tendance s’observe au Québec. Il y aura toujours, évidemment, des enfants défavorisés dont les parents négligent le brossage de dent ou achètent des dentifrices sans fluorure. Ceux-là, peut-on penser, continuent de profiter de la fluoruration. Et comme la fluoruration est une mesure assez économique et sans effet secondaire sérieux ni fréquent, on pourrait plaider que cela vaut la peine de continuer.

Je ne serais sans doute pas difficile à convaincre, mais je dois admettre qu’au vu de ce graphique, la question m’apparaît légitime : peut-être qu’à cause de divers changements des dernières décennies, il ne «reste» plus assez de caries pour que l’on aille chercher des gains significatifs en fluorant l’eau potable…

P.S. Je tombe en vacances demain (vendredi). Je continuerai à modérer les commentaires du blogue pendant quelques jours — OK, OK, peut-être une semaine, j’avais juste à ne pas finir sur un billet à propos du fluor… —, après quoi je décrocherai complètement. On se retrouve au début d’août.

Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives