Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 novembre 2014 | Mise en ligne à 11h46 | Commenter Commentaires (89)

    Climatoscepticisme : sur une pancarte près de chez vous…

    Avec des amis comme ça... (Photo : Binh An Vu Van)

    Avec des amis comme ça... (Photo : Daniel-Jean Primeau)

    On a longtemps pensé, pas à tort d’ailleurs, que les campagnes publicitaires de ce genre étaient confinées aux États-Unis. Mais il semble bien que le temps soit venu de nous raviser : le groupe climato-sceptique albertain «Friends of Science», financé en grande partie par l’industrie pétrolière, s’est payé au moins un panneau de publicité à Anjou — et peut-être deux, mais je n’en ai pas encore eu confirmation.

    La pub, comme on le voit, prétend que le réchauffement climatique mesuré depuis le XIXe siècle est causé par l’activité solaire, qui aurait augmenté au cours de la même période. Alors voyons un peu ce qui en est…

    Le Soleil, bien sûr, est à toute fin utile la seule source de chaleur sur Terre. On pourrait chipoter en disant que la radioactivité naturelle de la croûte terrestre et les rayons cosmiques fournissent eux aussi une part de l’énergie présente dans le climat terrestre, mais c’est négligeable. Il est évident que notre étoile joue un grand rôle dans le climat que l’on ressent sur le plancher des vaches. Personne ne le nie.

    Mais voilà, la quantité d’énergie que nous recevons du Soleil est remarquablement stable, fluctuant par environ 0,1 % sur des cycles de 11 ans. Il reste possible, remarquez bien, que ces cycles aient quand même une certaine influence sur la température qu’il fait sur Terre, mais c’est une question qui est encore très débattue en science, comme le montre cette page du site de la NASA — et soulignons ici à quel point la pancarte de Friends of Science est affirmative et sans appel, comme si la question était réglée.

    Mais plus important encore est le fait que l’activité solaire n’est pas le seul facteur qui influe sur le climat. À bien des égards, la quantité totale de chaleur qu’il y a dans l’atmosphère ressemble au trafic automobile sur un pont : il y a des autos qui arrivent sur le pont (c’est la chaleur que nous recevons du Soleil) ; il y a des autos qui se trouvent sur le pont (c’est la chaleur dans l’atmosphère) ; et il y a des autos qui quittent le pont (c’est la chaleur que la Terre «perd» dans l’espace). Dans cette analogie, il y a deux manières d’accroître le nombre de voitures sur le pont. Augmenter le nombre de bagnoles qui s’engagent sur le pont en est une, bien évidemment. Mais on peut obtenir le même genre de congestion routière sans faire passer plus d’autos sur le pont : si l’on bloque une ou deux voies à la sortie du pont, il y aura plus, voire beaucoup plus de voitures «jammées» dessus, même si le trafic total demeurera constant.

    La température moyenne, en rouge, et l'activité solaire, en cyan, de 1860 jusqu'au début des années 2000. Les deux graphique (Source : http://hyperphysics.phy-astr.gsu.edu/hbase/thermo/solact.html)

    La température moyenne, en rouge, et l'activité solaire, en cyan, de 1860 jusqu'au début des années 2000. Les deux graphiques du bas montrent les moyennes mobiles sur 11 ans. (Source : http://hyperphysics.phy-astr.gsu.edu/hbase/thermo/solact.html)

    L’effet de serre, c’est ça : la Terre ne reçoît pas nécessairement plus d’énergie du Soleil qu’avant, mais cette quantité constante de chaleur reste plus longtemps dans l’atmosphère avant de retourner dans l’espace. Et c’est ça qui, selon une majorité de scientifiques si grande qu’il vaut mieux parler de consensus — et contrairement à ce que prétendent les climato-sceptiques, ce consensus a été mesuré et démontré plusieurs fois, voir ici —, est la cause principale du réchauffement climatique actuel, parce que les émissions de CO2 (principal gaz à effet de serre qui persiste dans l’atmosphère) d’origine humaine sont si fortes qu’elles ont fait passer la concentration de gaz carbonique dans l’atmosphère de 280 parties par million (ppm) vers 1850 à près de 400 ppm maintenant.

    Cela n’exclut pas, bien sûr, que des changements climatiques aient pu être provoqués par des fluctuations solaires dans le passé. Et pour tout dire, le Soleil a même été responsable d’une partie du réchauffement au cours du XXe siècle, de l’ordre de 10 % — mais l’activité solaire totale a diminué depuis 30 ans… Comme le montre le graphique ci-contre, la quantité d’énergie que nous recevons du Soleil et la température moyenne du globe ont varié ensemble dans le passé, mais ils ont complètement décroché depuis quelques décennies.

    Bref, s’il n’est pas faux de dire que le Soleil a une incidence sur le climat, il est à la limite du farfelu de lui attribuer l’essentiel du réchauffement climatique actuel. Mais malheureusement, il se trouve toujours des gens — à droite comme à gauche de l’échiquier politique — pour penser que quand la science et les données vous donnent tort, on peut toujours se rabattre sur le marketing…


    • Nous n’avions peut-être encore jamais vu de telles pancartes au Québec, mais ça ne voulait pas dire que nous n’avions pas de climato-sceptique ayant une certaine tribune dans les médias.

      Que l’on pense à Jacques Brassard ou à Reynald Duberger, qui a un blogue, parle à la radio et fait même des tournées dans les écoles…

      Belle analogie pour expliquer l’effet de serre M.Cliche!

    • Hé bé !
      J’en reviens tout simplement pas.
      Je pensais que nous serions épargnés ici, de tant de fadaises.

      Je viens de visiter leur site.
      Une vraie farce.
      Z’ont ben du fric à dépenser en marketing pour une organisation a but non lucratif. Et .. on pourrais-tu avoir les noms des ces “volontaires ex-scientifiques” dont ils causent ?
      Purée ! C’est pas la peur du ridicule qui les étouffent !

    • Ça sent les élections fédérales!

      misère!

    • Et ils ont le culot de se nommer «Friends of Science»! Je parie que ces hallucinés sont également adeptes du créationnisme, du géocentrisme et de la théorie de la terre plate.

    • Avec le début de l’hiver qui nous tombe dessus à mi-novembre, vous allez avoir plus de difficulté à convaincre les gens à propos de réchauffement climatique. Va falloir que le climat arrête de se réchauffer si on ne veut pas mourir gelé. :)

      Et surtout, que nous allons nous taper des *&%$@@%? d’augmentation de facture d’Hydro-Québec à cause que nous subventionnons les fabricants d’élioenne.

    • A.Talon

      20 novembre 2014
      14h03

      Vous pouvez en être certain.
      Ca sent le fin de règne au fédéral. Un peu marre de me faire prendre pour un con.

    • C’est donc ça la solution, il faudrait diminuer un peu le soleil ! Pourquoi personne n’y avait pensé avant ? On pourrait peut-être fabriquer une espèce de dome semi-réfléchissant autour de la sphere bleue pour bloquer l’entrée du pont …

      Sinon, est-ce que quelqu’un sait pourquoi les études des distributions isotopiques du carbone atmosphérique n’ont toujours pas mis un point final à cette ridicule remise en question ?

      Parce que moi j’en ai marre de ce jeu improductif qui consiste à pointer du doigt un coupable. Ce que je veux savoir c’est, dans l’éventualité d’une hausse significative des océans, on fait quoi !?

    • Friends of science !!! tiens toé…rien que ça… Non mais ça prend tu un front de beu….

      Pis y zon des preuves, tous le monde sait que la terre est plate et que le monde a quatre coins…( preuve no 1 !) Le soleil se lève y che et quand il se couche ça refroidit ( preuve irréfutable no 2 ) …zen voulez tu d’autres…

      Bon on va s’y faire… ou le soleil m’as trop frappé sur le coco ou je radote ou on est rendu la …? But they are no friend of mine anyway….

    • Ces clowns jouent littéralement à la roulette russe avec l’avenir de toute l’humanité et devraient être traités conséquemment.

      S’ils ont raison, on aura toujours assaini nos méthodes industrielles, gagné énormément en efficacité, réduit considérablement la pollution et le gaspillage, étiré les ressources non-renouvelables et cédé une planète dans un état respectable à nos enfants.

      S’ils se trompent…

      La seule et unique motivation de ces gens : faire le plus de cash possible au détriment non seulement des humains du présent, mais aussi de ceux du future et de toute la biosphère.
      Je ne peux pas trouver sur cette Terre d’humains capables d’un comportement plus égoïste, plus psychopathique.

    • J’adore leur image ou ils montrent la terre à l’échelle du soleil. Mails oublient de dire qu’à la distance ou on est du soleil, une infime partie du rayonnement solaire touche à la Terre.

      @m_tremblay
      Il annoncent 12 pour lundi.

    • Et dire qu’un don à ce groupe donne droit à un credit d’impôt!

    • Au début du XXe siècle, la température a augmenté puis s’est stabilisée et a même légèrement baissé entre les années 1940 et 1970 pour remonter ensuite entre les années 1980 et 1990 jusqu’à atteindre au nouveau plateau depuis 15 ou 17 ans. Selon les données.

      Comme corrélation indéniable, on a vu mieux… La température au augmenté au début du XXe siècle alors que les émissions de CO2 étaient encore modestes puis s’est stabilisée durant le boum économique d’après-guerre! Et elles se sont stabilisées depuis 15 ou 17 ans alors que les émissions sont massives et que la cabbale climatique bat son plein.

      Oubliez les effets d’annonce, les “consensus” (la science n’a jamais avancé par consensus mais par les iconoclastes qui ont contesté les consensus de leur temps) et les slogans répétés un million de fois: regardez attentivement les données sans a priori.

      Et croyez vous vraiment que l’on connaisse la température moyenne de la Terre au dixième ou même au centième de degrés près?… Et croyez vous que l’on possédait de telles données à plus forte raison en 1930?!!

      Personne ne dit que la science avance par consensus. Bien sûr que des iconoclastes ont déjà fait avancer les connaissances en bousculant les idées reçues. Mais, d’une part, quand les faits ont donné raison aux iconoclastes, alors il s’est créé des consensus autour d’eux. Et d’autre part, pour un iconoclaste utile dans l’histoire des sciences, il s’en trouve un joyeux paquet qui se sont avérés avoir tort sur pas mal toute la ligne.
      Alors en ce qui me concerne, les «slogans» sont surtout scandés par ceux qui veulent faire bon marché de l’avis de l’immense majorité des spécialistes du climat.
      JFC

    • J’ai beau regarder cette pancarte de haut en bas, de bas en haut, de gauche à droite, de droite à gauche et je ne vois pas en quoi elle nie les changements climatiques?

    • jpthoma1

      20 novembre 2014
      16h51

      Vous avez raison. Rien n’indique sur cette affiche la négation de changement climatique.

    • jpthoma1

      Et c’est bien ce qui est affolant !

    • LA DIFFÉRENCE ENTRE LE CLIMAT ET LA MÉTÉO

      À tout ceux qui ont de la difficulté à comprendre la différence entre ces deux concepts, je suggère de visionner ces courtes séquences explicatives du météorologue québécois Alain Bourque et du vulgarisateur scientifique américain Neil deGrasse Tyson.

      «Différence entre météo et climat, entrevue avec Alain Bourque» (0:50)
      
http://www.youtube.com/watch?v=NCjHFod_Rws

      «Weather Versus Climate Change» (2:10)
      
http://www.youtube.com/watch?v=cBdxDFpDp_k

    • @q.terreux,

      organisme à but non-lucratif ne veut pas dire pauvre. La Fondation Bill et Melinda Gates est une organisation à but non-lucratif. Ça veut juste dire que le but de l’organisation n’est pas d’accroître sa propre richesse et sa valeur monétaire.

      @tous,

      sincèrement, ça m’indiffère un peu. Il y a bien des pubs pour les colliers en pur noisetier, les produits homéopathiques vendus en pharmacie, etc. Je n’éprouve pas le besoin de partir en croisade, pour l’instant. A mon avis, l’impact risque d’être plus négatif que positif concernant leur propre cause.

      Très bon point.
      JFC

    • dcsavard

      20 novembre 2014
      17h58

      “Il y a bien des pubs pour les colliers en pur noisetier, les produits homéopathiques vendus en pharmacie, etc. Je n’éprouve pas le besoin de partir en croisade, pour l’instant.”

      Ouais et ils retirent la citronnelle des tablettes des pharmacies… un scandale ! :)

      Il n’est pas question de partir en croisade mais de dénoncer et même s’ils se cassent la gueule avec leur “pancarte” ils vont tout de même avoir laissé leur marque et c’est ça qui est indignant, une insulte à l’intelligence à mon avis.

      Je ne sais pas si c’est un bon point de “laisser faire” comme dit JFC.
      C’est évident que ça n’empêchera personne de dormir ce soir.

    • Je climat change, a déjà changé et changera encore.

      Ici même où je me trouve, il y avait il y a seulement, et je répète seulement, 12,000 ans près de deux km de glace au dessus de moi!

      Quand je vais escalader les monts Kekeko, je rencontre des tills glaciaires qui datent de plus de 2,2 milliards d’années.

      L’histoire de la terre démontre qu’après chaque refroidissement, il y a eu un réchauffement et vice-versa. Ça dure depuis 4,5 milliards d’années.

      On peut ben faire un grand débat sur la présence de cette pancarte, mais ne serait-ils pas préférable de débattre sur les moyens pris par l’humanité pour s’adapter aux changements actuels. Je répète, s’adapter (et non combattre).

      Car quelque soit la cause (astéroïde, volcanisme, pétrole….), les êtres qui ont survécu à tous ces changements climatiques sont ceux qui ont su s’adapter, pas ceux qui ont chialé contre les pancartes.

      Alors, on fait quoi pour s’adapter aux changements, à part chialer contre les pancartes?

    • À M Tremblay: Comment osez-vous confondre le climat de la planète et la météo locale?!!! C’est sur une telle confusion mentale que s’exerce la désinformation des pouvoirs d’argent menacés
      dans leur activités néfastes pour la planète.
      Et les coûts de l’énergie éolienne sont justement un investissement à long terme pour éviter les coûts astronomiques que causeraient un dérèglement accentué du climat planétaire.

    • Je suis bien d’accord avec votre opinion. Enfin un blogue qui publie des chiffres pour supporter son argumentation. Cependant, cette affirmation me laisse perplexe: “Le Soleil, bien sûr, est à toute fin utile la seule source de chaleur sur Terre. On pourrait chipoter en disant que la radioactivité naturelle de la croûte terrestre et les rayons cosmiques fournissent eux aussi une part de l’énergie présente dans le climat terrestre, mais c’est négligeable.”

      Au contraire, le noyau terrestre ne constitue-t-il pas la principale source de chaleur à la surface de la Terre? Évidemment, la chaleur du noyau, considérant qu’il perd plus d’énergie qu’il en gagne, ne peut expliquer les fluctuations du climat.

    • À jpthoma1: Les variations climatiques extrêmes dans le passé de la planète on les subissaient.
      Aujourd’hui on les cause! Et nous ne chialons pas contre les pancartes mais contre les puissances d’argent qui par intérêt financent cette désinformation. Et qui êtes vous avec vos petites connaissances sur le climat pour argumenter contre un consensus scientifique bien établi? Pourquoi croyez-vous qu’Harper muselle les scientifiques du gouvernement canadien? Pour laisser libre cours à tous les faux prophètes.

    • @ JFC

      Il n’y a rien de sceptique (un réflexe essentiel et encouragé en science) dans le raisonnement des J. Brassard de ce monde. Je trouve très dommage que le terme sceptique soit détourné au profit de quelques illuminés qui, la plupart du temps, n’ont aucune connaissance scientifique. “Climatonégationniste” est beaucoup plus approprié. Je vous invite à l’utiliser.

    • http://www.vivelapub.fr/fumez-cest-bon-pour-votre-sante-selon-la-pub/

      «More Doctors smoke Camels than any other cigarette» Et quoi encore !
      C’est ainsi que la publicité a désinformé la population pendant des décennies au XXe siècle.

      Il est maintenant interdit de le faire en Occident.
      Pourtant il est permis de faire de la désinformation sur les changements climatiques, même si les conséquences globales et à long terme des émissions de GES sont bien plus graves que l’usage du tabac.

    • Bon une guerre entre négationnistes du climat et négationnistes du soleil…Et 99,99% des deux sortes de négationnistes ne connaissent quoi que ce soit du climat, tout un débat!

      Perso, j’ai beaucoup plus peur de l’air toxique qui nous donne le cancer (dont aucun tente d’expliquer, on fait juste casquer pour des traitements chimiques et non pour la cause) que de la méchante Terre qui veut nous tuer.

      Et bon, y a aussi ce type d’infos qui peuvent aider:

      New Storm on Jupiter Hints at Climate Change
      http://www.space.com/2071-storm-jupiter-hints-climate-change.html

      Mars Melt Hints at Solar, Not Human, Cause for Warming, Scientist Says
      http://news.nationalgeographic.com/news/2007/02/070228-mars-warming.html

      Global Warming on Pluto Puzzles Scientists
      http://www.space.com/3159-global-warming-pluto-puzzles-scientists.html

      Maudit Jupiteriens, Marsiens et Plutoniens quand allez-vous comprendre que vos autos tuent vos planètes!?

    • Je me doute bien que ça sert à rien, la foi étant forte ici, mais je ne demande qu’une petite équation démontrant la causalité dont vous parlez: CO2 anthropique ==> réchauffement.

      Bon matin. Si ce n’est pas une question de croyance ou de foi religieuse envers le mythe du réchauffement causé par l’homme, à travers ses émissions de CO2, vous comprendrez facilement … qu’il devrait exister une équation relativement simple pour le prouver (ou au moins démontrer le lien de causalité que semble affirmer le GIEC). Et on ne parle pas ici de “pollution” qui est tout autre chose (ex.: les particules de plastique dans l’océan).

      Dans le cas contraire, une Foi profonde, pour tous les croyants du monde imaginaire verdâtre, impossible de discuter avec de l’argumentaire scientifique contraire à la Foi. On préfère croire le GIEC (instance politique). Même si toutes leurs prévisions depuis 1990 ne se produisent pas ou refusent de se plier à leurs modèles.

      En fait, IL N’EXISTE AUCUNE démonstration de causalité entre “augmentation de la concentration atmosphérique de CO2″ (d’origine anthropique ou non) et “augmentation de la chaleur globale de la terre” (ou les autres termes actuellement utilisés par les enverdeurs). D’où inutilité de la Bouse du carbone.

      Le raisonnement théorique toujours rapporté par nos politiciens sans formation scientifique et nos médias gauche-Plateau … reprennent la théorie idéologique basée en grande partie sur des prémisses scientifiques très hypothétiques. Comme les positions vertes en général. À savoir …
      1) il y a réchauffement climatique terrestre (de moins en moins démontré depuis 1998)
      2) qui aurait plus de conséquences négatives que positives (aucune démonstration scientifique possible … que des opinions et expectatives ou des peurs)
      3) qui serait attribuable, du moins en partie, à l’activité humaine (particulièrement l’émission de CO2 …. même si cette production est pour le moins anecdotique au plan statistique).

      Si tel était le cas (une démonstration de causalité, scientifique et probante au lieu de simples modélisations mathématiques où les intrants sont “choisis”, en grande partie par activisme politique), nous aurions des équations claires. Avec des estimés assez précis de la relation causale de la dite activité humaine (au moins une réponse dose-effet et le respect des autres critères nécessaires pour démontrer la dite causalité … au nombre de sept si je me souviens bien de mon épidémiologie).

      Donc, en simplifiant: à une augmentation X du CO2 d’origine humaine devrait correspondre une augmentation Y de la température terrestre … et en corollaire, à une diminution X des émissions de ce gaz correspondrait une diminution Y ! Tout comme: si j’applique à un contenant d’eau tant d’énergie, sa température augmentera à un rythme connu, jusqu’à atteindre le point d’ébullition, où elle se transformera en état gazeux (la vapeur, principal gaz à effet de serre d’ailleurs).

      De telle manière qu’un gouvernement ou un individu pourrait raisonner “Si j’accepte tel coût (ex.: tant de milliards $ à cause de la Bourse du carbone), je réduis de tant de X les émissions et de tant de Y le réchauffement”. On comprend qu’alors (même avec une équation solide et vérifiée), l’impact de deux petits émetteurs comme l’Australie et le Canada par exemple sera nul ou presque … pour un coût de plusieurs milliards de $. À fortiori l’impact du Québec sera moins que nul.

      Or, telle équation par laquelle un rapport causal serait démontré, ainsi qu’une réponse dose-effet estimée, N’EXISTE PAS! Du moins n’en ai-je jamais vue après avoir consacré de trop nombreuses heures à avoir examiné des données proposées par les verts et d’autres du “côté sombre” (les climato-sceptiques … que j’avoue avoir rejoints après ces lectures).

      De là à conclure que l’Occident est collectivement victime d’une énorme arnaque intellectuelle (potentiellement très coûteuse) basée sur des intérêts très divers et des chimères … la distance n’est pas grande. Les positions de messieurs Harper et Abbot de ne pas trop entrer dans ce jeu me semblent ainsi beaucoup plus sages et prudentes que la course vers le vide carbonique à laquelle s’adonne malheureusement un gouvernement Couillard, par exemple. Gaspillage éhonté et garantie de problèmes aggravés de concurrence économique et de manque de compétitivité québécoise (déjà très hypothéquée).

    • La science doit analyser, réfuter, contre vérifier, se remettre en cause, démontrer ses résultats.

      La pseudo-science ne doit qu’affirmer ses dires et supporter le tout par des évènements anecdotiques pour en faire leurs vérités.

      Et malheureusement les gens n’aiment pas l’effort intellectuel de la remise en question continuelle de la science mais aime bien le confort douillet et réconfortant de la paresse intellectuelle de la pseudo-science.

      Ici ce confort prend forme de la non-remise en question de notre mode de vie.

    • Tout à fait d’accord avec vous. La sagesse commande le doute et la circonspection devant le comportement chaotique du système climatique (et SVP, pas “chaos” dans le sens de désordre…chaos dans le sens théorique…)

    • @ marcdufour

      La problématique vient du fait que les J.Brassard de ce monde ne basent pas leurs cheminement de remise de l’impact anthropique sur les changements climatiques sur une démarche rigoureuse et scientifique mais sur la peudo-science.

      J.Brassard et cie ne démontrent pas ils affirment sans aucun fondement scientifique rigoureux leurs croyances ou idéologies sur le climat. Croyances qui qui oh surprise sont en accord total avec leurs idéologie de marché (non-règlementation des marchés donc non-règlementation des émissions polluantes)

    • @cameronetlec.apresse
      21 novembre 2014 08h50
      ” Pourquoi croyez-vous qu’Harper muselle les scientifiques du gouvernement canadien? Pour laisser libre cours à tous les faux prophètes.”

      Tout à fait. Notre Évangéliste de P.M. se fout totalement de l’avenir de notre planète car, comme il est écrit dans leur grand Almanach (The Holy Bible), lors du retour du Christ, Dieu le Père nous donnera d’une Terre Nouvelle en cadeau. Alors, pour ces illuminés, il est plus urgent de rétablir la domination des Juifs en Palestine (sionisme), pour hâter ce retour, que de tenter de corriger les fautes commises au nom du progrès, à la lumière des connaissances scientifiques acquises depuis des décennies sur notre climat.

    • Je m’excuse que ma francais ce n’est pas parfait. Je doit dire, de la part de notre equipe, que Friends of Science n’est pas soutenu financement par l’industrie petroliere – c’est une blague! Un mensonge! Nous avons des membres qui a eu avec notre equipe depuis 12 ans – tellement sont fermiers qui a travaillee a la terre; ils sais tres bien qu’est-ce que c’est le changement du clime. Aussi des geolog qui a etudier, en personne, des formations de la terre autour de la monde, à partir de maintenant jusqu’au début du monde. Peut-etre vous avex oublie la Revolution francaise – le temps du Petit Âge glaciaire. Peut-etre vous avez vu “Les Miz” – peut-etre vous pouvez regardez les problem en Buffalo en ce moment. Nus avons eu GLOBAL WARMING et aussi GLOBAL COOLING. Sur la base de la preuve, nous tombons dans la periode de declin du la soleil – tres tres comparable du temps du Petit Age glaciare. C’est n’est par importantae a penser si c’est possible??? Nous ne sont pas preparer.

    • @rexterras Il faudrait que vous compreniez que tout ne se décrit pas par une équation analytique, d’où la nécessité d’utiliser des modèles.

      Mais la corrélation entre CO2 et température est bien connue et n’a plus à être remise en question: http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/globalwarming/temperature-change.html

      De plus, il est possible de déterminer combien nous injectons de carbone dans l’atmosphère dû à l’activité humaine. Il n’est donc pas bien compliqué d’établir la relation entre activité humaine et augmentation de la température. Évidemment, les modèles de prédiction sont complexes, mais les grandes tendances peuvent difficilement être niés aujourd’hui.

      Enfin, il faudra attendre jusque où pour changer les choses? Je préfère que l’on cesse de prendre le risque. De toute façon, nous gagnerions à cesser de dépendre d’une ressource non-renouvelable et qui cause des problèmes de pollution atmosphérique ayant plusieurs conséquences graves, bien au-delà des changements climatiques en eux-mêmes.

    • Bon ! Les clowns sont arrivés. Moi je débarque.

    • @FriendsofScience

      Vous écrivez et je vous cite : …Aussi des geolog qui a etudier, en personne, des formations de la terre autour de la monde, à partir de maintenant jusqu’au début du monde…

      Pourriez-vous nous indiquer à quand remonte ce début du monde??
      Please can you tell us when the begening of the world started for your geolog and for the FriendofScience??

      Saviez-vous que FOS a été fondé et soutenus financièrement par l’industrie pétrolière?

    • @rexterras: “En fait, IL N’EXISTE AUCUNE démonstration de causalité entre “augmentation de la concentration atmosphérique de CO2″ (d’origine anthropique ou non) et “augmentation de la chaleur globale de la terre” (ou les autres termes actuellement utilisés par les enverdeurs).”

      Et que faites-vous d’Arrhenius?

    • @FriendsofScience : Si je comprends bien votre équipe est composée de fermiers et de géologues qui voyagent dans le temps? ;)

      Kabong… #lightsout
      JFC

    • @ rexterras
      11h25

      Preparez-vous a vous faire tirer des roches, cher ami. L’arnaque intellectuelle dont vous parlez est en fait devenue une religion.

      Si vous y croyez, vous faites partie de la gang.
      Si vous n’y croyez pas, vous etes un infidele et vous devez maintenant etre éliminé.

      La croyance au global warming, c’est l’ISIS de religion verte.

      Votre commentaire est fantastique. La correlation entre les gaz a effet de serre comme le CO2 et l’augmentation de la temperature n’est pas demontree. Elle est impossible a demontrer par une equation. On ne peut que la modeliser, du mieux qu’on peut avec ce qu’on sait (ce qui est a peu pres rien)

      Or ici, il s’agit de modeliser un systeme hautement complexe avec des milliers de variables dont la plupart sont en constant changement.

      C’est impossible d’y arriver avec le degre de precision ou de certitude qu’on voudrait.

      Qui dit modele dit “hypotheses”.

      Dependemment de la maniere dont les “climatologues” posent les hypotheses, ils peuvent avoir les resultats qu’ils veulent.

      Si vous avez une formation scientifique, vous comprenez que la modelisation est complexe et qu’un changement a une seule variable peut changer completement le resultat de votre modele.

      Si vous n’etes pas un scientifique, vous vous rabattez sur la religion et la “croyance”. Et vous traitez ceux qui ne croient pas d’anti-science.

      Hilarant, non ?

      La concentration de CO2 et la température moyenne à la surface du globe sont très clairement corrélées. Voir, notamment, les graphiques ici, ici et ici. C’est tellement évident que prétendre le contraire revient à s’obstiner pour dire que le ciel est orange, et non bleu.
      La causalité du lien a été contestée (et l’est toujours dans le camp climatonégationniste) sous divers prétextes, mais ceux-ci ne convainquent à peu près personne chez les spécialistes du climat.
      JFC

    • Tiens, la Flat Earth Society frappe encore. S’ils ne nuisaient pas, j’adorerais les créationnistes, tellement ils sont divertissants.

      Pas surpris: le middle ouest est pas réputé pour leur niveau intellectuel. Et le financement par les pétrolières…

    • J’ajouterais: pour ceux que ça intéresse mais qui n’ont pas les connaissances, un bon petit site d’information :
      http://www.skepticalscience.com/

      D’ailleurs, voici pour le Soleil:
      http://www.skepticalscience.com/solar-activity-sunspots-global-warming.htm
      Je conseille l’onglet basic pour nos rigolos des friensdsofscience, en espérant qu’ils réussissent à comprendre à ce niveau…

      Tachons de rester poli et respectueux, OK ?
      JFC

    • @FriendofScience,
      La Terre a vécu plusieurs changements climatiques, comme vous le dites, c’est VRAI. Ce que vous oubliez de dire c’est qu’à chacun de ces changements, il est possible d’identifier des responsables de ce réchauffement/glaciation (isotope d’éléments dans les carottes glacières qui démontrent des fluctuations solaires, chute de météorites, etc) et que pour le réchauffement actuel, parmi les coupables du passé, il n’y a que les gaz à effets de serres qui se montre le bout du nez.

      Le soleil commence-t-il une nouvelle ère glaciaire comme vous le mentionnez? Peut-être. Mais cela n’empêche pas un réchauffement actuel à cause de gaz à effet de serre (le bilan sera la somme des deux). Vous n’avez pas besoin de nier l’un pour affirmer l’autre.

    • @Rexterra,
      Les chiffres que vous avancez, de pas de réchauffement depuis 1998, semblent être ceux liés à la fluctuation des températures au niveau de la basse atmosphère. Et dans ce cas, vous avez entièrement raison : il n’y a pas de réchauffement dans cette région depuis 1998. Mais le bilan du réchauffement doit prendre en considération l’ensemble de l’atmosphère et aussi les océans. La basse atmosphère dans le bilan total, c’est quoi? Max 5% de l’effet global.

      De conclure qu’il n’y a pas de réchauffement en se basant sur 5% des résultats, ça ne fait pas très sérieux, et ce peu importe la beauté de vos phrases et leur construction à caractère sérieux.

    • @Rexterra (2 de 2),
      Parlez des effets qui pourraient être positifs, là je vous suis. Je n’ai vu que des modèles, souvent très approximatifs en ce qui concernent les effets de ce réchauffement.

      Pour des modélisations simples, il faudra malheureusement repasser. Les relations entre l’atmosphère, le sol, les océans, l’albédo de la planète (couvert de végétation, nuages, couleur des océans, etc), la géographie (un phénomène El Nino, change les vents, qui poussent différemment sur les grandes chaines de montagnes, et la Terre perd alors 1 seconde dans une année… seconde qu’il faut ajuster dans les satellites par exemple). Alors, un modèle simple et complet, malheureusement n’est pas à notre porte.

      Ce qu’on est certain c’est que le climat repose sur des relations chaotiques (chaos : déterminisme structuré sensible aux conditions initiales). Donc, si l’équilibre est rompu, on relance les conditions initiales du prochain état stable, qui sera? Et à partir de quand l’équilibre sera-t-il rompu? Ton opinion vaut la mienne sur ces deux questions. On n’a pas de fait, juste des modèles très imparfaits. Mais personnellement, je n’aime pas tenter ce genre de paris incertains, je préfère dans le cas du climat, opter pour le principe de précaution, exactement comme dr_strange (plus haut dans les commentaires) l’explique si clairement.

    • @ g.duquette 13h44
      «Pourriez-vous nous indiquer à quand remonte ce début du monde??»

      Cela remonte probablement à 6000 ans selon la Bible, le ‘textbook’ de base des grands scientifiques agricoles de «Friends of Science».

    • @JFC

      J’ai trouvé un papier dans mes archives concernant la relation historique entre le CO2 et le climat (ou la température?). Ça ne me tente pas de traduire!

      Thermal Maximum
      Then, about 55 million years ago, came the Paleocene-Eocene Thermal Maximum, thought to be one of the most rapid and extreme global warming events in geological history. Studies by marine scientists James Kennett and Lowell Stott indicate that sea temperatures rose between 5°C and 8°C over a period of a few thousand years. Arctic sea temperatures reached a sub-tropical 23°C, and warming penetrated through to the ocean depths causing severe changes in submarine chemistry.
      The continuing effects of the dinosaur-killing volcanic activity might also partially explain the basic heat sources for this later drastic warming, which released enormous amounts of carbon contained in methane hydrates under ocean depths, as well as from cooking of organic sediments. This great emission of carbon led to extremely high atmospheric concentrations of greenhouse gases (CO2 levels reached 3,000 parts per million, compared with the present 380 ppm). This further exacerbated the warming event, severely affecting flora and fauna, and it took 200,000 years for Earth to cool as carbon gradually collected back into the oceans.
      As an interesting sidelight to the relationship between increased atmospheric CO2 and warming, research by scientists Jan Vizier of the University of Ottawa and colleagues has determined that 440 million years ago, during Paleozoic time, when CO2 levels were thought to be 16 times higher than at present, it was a time of glaciation, not warming. Throughout the whole Phanerozoic Eon, these scientists have not found consistent correlation between high atmospheric levels of CO2 and warming. Moreover, throughout geologic history, it appears that the chicken/egg scenario of first high CO2 levels, then warming, as is postulated by the “consensus” for current warming, occurred in reverse, as one might expect.

    • Tachons de rester poli et respectueux, OK ?
      JFC

      Désolé mais je trouve que vous avez la politesse “variable” .
      Sur de l’obscurantisme “crasse” comme dirait un autre de vos intervenants, peut-on exprimer notre révolte.

    • Aux climato septiques :
      Dans cette période sans augmentation de température en basse atmosphère (depuis 1998), la force des alyzés sur le Pacifique a considérablement augmentée. Ce « brassage » remonte les eaux froides profondes et permet de « climatiser » la basse atmosphère. Si le réchauffement est un mensonge, comment expliquez-vous cette augmentation subite des alysés?

      Et si vous acceptez qu’il y a un lien mais « que la Terre va toujours s’adapter » : Est-ce que ce phénomène est temporaire et temporise l’augmentation de la température de la basse atmosphère? Si oui, est-il le seul phénomène opposé à une hausse des températures? Jusqu’à quel niveau de hausse peut-il combler? Et cela amène d’autres questions, tel quels, quels seront les prochaines modifications climatiques globales qui s’installeront?

    • Voyons voir…

      On a déjà signé 85 accords environnementaux:
      https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_international_environmental_agreements

      Celui entre les USA et la Chine sera le 86ième.

      Les scientifiques nous hurlent qu’il faut agir de toute urgence, et malgré tous ces «accords», la température et la pollution augmentent.

      Cette «publicité», ce n’est somme toute qu’une autre indication, une autre preuve QUE NOUS NE CHANGERONS RIEN, simplement parce que faire ce qu’il faudrait faire pournous sauver, implique abandonner un type de société, un type d’économie, un type de civilisation, TOUT À FAIT INSOUTENABLE À LONG, À MOYEN, ET À COURT TERME.

      Ça, c’est la dure réalité.

      D’ailleurs, une étude récente montre que ce qui motive les «négationnistes», ce n’est pas tant l’ignorance et l’idéologie politique, que la peur de devoir faire face aux inévitables solutions que demandent les problèmes:

      http://psycnet.apa.org/journals/psp/107/5/809/

      En d’autres mots, on refuse les évidences scientifiques parce qu’on ne peut faire face aux inévitables solutions du problème.

      Eh oui, les années 2030, comme l’a calculé le MIT…

    • ralbol

      21 novembre 2014
      15h25

      Je vous aime bien.
      Je partage souvent vos points de vue. Pas tous.
      Mais vous n’êtes pas obligé d’utiliser les majuscules pour nous passer votre message.

      Je suis content d’avoir 60 ans. Car le reste de ma vie ne sera pas trop difficile. Égoïstement.
      Je plains sincèrement les génération à venir.

    • @ q.terreux

      - «Je plains sincèrement les génération à venir.»

      Et par le passé, quand une civilisation s’écroulait, il restait toujours suffisamment de ressources facilement accessibles pour repartir une nouvelle civilisation.

      Après nous, ça va prendre une civilisation aussi technologiquement avancée, pour accéder aux ressources restantes, difficilement accessibles et rares… Catch 22.

      Pour les majuscules, c’est le seul moyen disponible pour mettre de l’emphase dans le texte, sans utiliser des «tags» compliqués et pas fiables.

      Si vous connaissez un moyen simple de mettre une portion de texte en caractères gras ou en italique, je me ferai un plaisir de l’utiliser.

    • Aux climato négationsites,

      La simple logique suivante devrait vous faire réaliser que l’augmentation du Co2 dans l’Atmosphère est d’origine humaine.

      Vous conviendrez tous je crois que les gisements de charbon, de pétrole, de gaz naturel enfouis parfois à des km sous terre sont des puits de carbone dont le carbone a été accumulés il y a des millions d’années.

      L’extraction, le raffinage et la consommation (lire brûler) retourne dans l’Atmosphère le CO2 qui était ‘’entreposé dans ces puits de carbone depuis des millions d’années. Ce qui fait en sorte d’augmenter la concentration de CO2 dans l’Atmosphère.

      Et depuis quand l’homme et sa modernité consomme-t-il en vaste quantité ces combustibles??? Depuis environ 100-125 ans.

      Bref CQFD

    • Ops, J’aurais du écrire retourne dans l’Atmosphère le carbone sous forme de CO2

    • En tout cas, le 2e graphe nous montre clairement que la Terre se réchauffe en synchronisme avec le réchauffement du soleil… Je dis clairement, car vos graphes sont de très mauvaises qualités!

      Ce que je déplore, c’est le manque d’arguments, de preuves pour le camp soleil ET pour le camp ‘c’est la faute de l’homme’…. Bref, un débat de sourd, semblable à bien d’autres débats au Québec… aucune construction, un total manque de respect des autres – je pense que ça devient culturel – Je suis meilleur que vous tous, j’ai la réponse!

      Moi je dis, prenez quelques années, élevez votre niveau de connaissance et ‘essayez’ surtout de comprendre à qui sert la théorie 1 et la théorie 2. Dire que l’homme est la cause première du réchauffement, implique qu’il faut ‘une nouvelle économie’ basée sur de nouveaux produits, respectueux de l’environnement – peu importe ce que cela signifie – ce que ’seul’ les pays développés – en fait les pays qui se pensent plus intelligents que les autres, rappelez vous l’Europe au début des années 1900 qui ont anéhantis plus d’espèces végétales, animales et mêmes humaines que toute autre – peuvent créer, acheter et vendre… aux plus pauvres de la planète – qui ne nous ont rien demandé, qui vivent souvent bien plus que nous, près de la nature – afin de limiter la montée de pays comme la Chine, qui produisent bien plus que nous, travaillent bien plus que nous à plus petits coûts, et qui risquent donc de rétablir l’ordre mondial – J’ai écrit – peu importe ce que ça signifie – car une ‘voiture électrique’ par exemple, ne m’apparait pas ‘environnementalement’ souhaitable, sachant que de toute façon nous devons créer l’électricité, donc il y a une amélioration/optimisation de l’utilisation énergétique, mais pour la conserver, on doit construire des batteries, totalement inefficace, qui consomment des tonnes de produits toxiques (rare earth elements), etc. Bref, on évacue d’un côté la discussion réelle sur le problème des batteries – excactement comme disent certains de ce panneau – Conduisez une Prius c’est bon pour l’environnement… Comment ce fait-il que personne ne parle des batteries? Des mines de rares earths qui tuent des populations en Chine? Ou va-t-on recycler ces batteries en passant??

      De toute façon, si la planète se réchauffe, elle se réchauffe, il faudra bien s’adapter pour y survivre. L’homme n’aurait jamais vu le jour si la planète ne s’était pas réchauffer, ce n’est même pas un problème en soit – l’éducation visiblement si -. C’est ce qui m’énerve le plus en fait, depuis quand est-ce que le ré chauffement est un problème??? C’est un problème créée par des agences médiatiques de l’autre côté des amis de la science pour créer un besoin d’acheter de nouveaux produits, etc.

      En fait, tout ce que je vous dis c’est que le monde tourne grâce à l’argent, s’il n’y a pas d’argent, personne ne ferait de campagne de publicité, personne ne ferait de ‘consensus’… rappelez vous d’ailleurs qu’un jour, le plomb dans l’essence était ‘bon pour le moteur’!!! On sait tous – pardon, certains gens qui prennent le temps de s’éduquer – savent que toutes les études de GM sur le sujet étaient Fausses. GM a d’ailleurs inventé l’auto à l’eau… L’eau ça coûte pas cher… Donc les pétrolières ont racheté tout sur le sujet.

      Je ne dis pas que la Terre se réchauffe ou ne se réchauffe pas, je dis éduquez vous avant de dire c’est un ou l’autre en vous disant qu’un tel a dit ça… La science est basée sur des données et est cartésienne. Alors s’il fait 5,5 degrés aujourd’hui c’est plus chaud qu’hier quand il faisait juste 5. Et inversement… Donc quand on dit que depuis 15 ans, la Terre ne se réchauffe pas, il faut aussi comprendre qu’il y a des données qui le démontrent. Même les scientistes qui font la promotion d’un réchauffement possible de la Terre, savent très bien que depuis 15 ans la théorie ne se confirment pas… Depuis 10 ans les Océans refroidissent l’atmosphère… En fait, on ne sait pas si c’est ça non plus, mais une personne sérieuse qui ‘croit’ au réchauffement, doit de façon humble et honnête admettre que depuis 15 ans ce n’est pas vrai, les autres ne savent visiblement pas de quoi ils parlent – voyer moi aussi je peux dire comme plusieurs sur ce site que vous n’avez rien compris! lol -

      Bref, il est évident pour moi que le panneau de nos amis est aussi valide que le panneau de vos amis, si la question était simple, elle serait déjà réglée et il serait bête de croire les gouvernements qui ferment les centres de recherche selon leurs croyances… À titre d’exemple assez choquant, la théorie du réchauffement vient du même pays qui enseigne que la théorie de l’évolution n’est pas vraie…

      Enfin, j’aime bien le dernier accord signé avec la Chine, qui signifie simplement que la Chine veut aussi nous ‘vendre’ des nouvelles technologies… ils ne sont pas dupes les Chinois! Dans 100 ans, on rira bien des imbéciles qui croyaient que l’homme réchauffait la planète, … juste d’y penser me fait bien rire!

    • JFC:
      «La concentration de CO2 et la température moyenne à la surface du globe sont très clairement corrélées. Voir, notamment, les graphiques ici, ici et ici. C’est tellement évident que prétendre le contraire revient à s’obstiner pour dire que le ciel est orange, et non bleu.
      La causalité du lien a été contestée (et l’est toujours dans le camp climatonégationniste) sous divers prétextes, mais ceux-ci ne convainquent à peu près personne chez les spécialistes du climat.»

      Je pensais que les «cycles de Milankovitch», c’est-à-dire les différentes variations liées à l’orbite terrestre, étaient à l’origine des glaciations… D’autre part, il y a effectivement une corrélation entre CO2 et température dans les carottes glaciaires. Comment résoudre l’apparente contradiction? Elle se résout facilement si on admet que c’est la température qui influe sur le taux de CO2 plutôt que l’inverse… Cycles de Milankovitch ->Températures->CO2. Comme le CO2 est produit naturellement par le vivant, il n’est pas difficile d’imaginer que les glaciations ont pu avoir un effet indirect sur le taux de CO2 via leur effet sur les être vivants…

      Sinon, il faut abandonner les cycles de Milankovitch comme explication des glaciations… Je n’ai pourtant vu aucun papier comme quoi cette notion était démentie. D’autre part, comme on peut le voir dans le fameux graphique de «Inconvenient Truth» de Al Gore, il y a une certaine cyclicité dans les variations de CO2 (et de température) du passé. Si le climat est essentiellement contrôlé par le CO2, mais d’où viennent donc ces cycles? Qu’est-ce qui a fait varier cycliquement le CO2 si l’orbite terrestre n’a rien à y voir?

      Les détenteurs de la vérité climatique n’ont qu’à répondre scientifiquement à mes questions pour me convaincre. En attendant, je vais continuer de faire de la résistance à ce que je considère essentiellement comme une nouvelle religion.

      L’augmentation de la température a pu précécer celle du CO2 dans le passé parce que c’étaient, effectivement, les cycles de Milankovitch qui étaient le moteur des changements climatiques — du moins, ceux qui s’inscrivaient dans l’alternance glaciation-déglaciation. Mais ces cycles ne peuvent pas expliquer l’actuel réchauffement, qui se fait sentir à l’échelle de décennies alors que les cycles de Milankovitch prennent des millénaires à faire une différence.
      JFC

    • Il n’y a pas eu de réchauffement depuis 15 et ça c’est un fait !
      Et lâchez-moi avec vos océans qui se réchauffent dans les profondeurs… ils y en avaient combien des thermomètres en profondeurs il y a 100 ans pour nous permettre de dégager des tendances ????

      Admettons-le l’écologie est maintenant élevé au rang d’une religion et les vrais disciples sont prêts à toutes sortes de courbettes intellectuelles pour propager La Bonne Nouvelle.

    • @ jeffmo

      Tire de votre article :

      ” the strong correspondence between temperature and the concentration of carbon dioxide in the atmosphere observed during the glacial cycles of the past several hundred thousand years. ”

      Simple question : qui a mesuré la temperature il y a 400,000 ans ?

      Vos mots :

      “…préfère que l’on cesse de prendre le risque. De toute façon, nous gagnerions à cesser de dépendre d’une ressource non-renouvelable et qui cause des problèmes [...]”

      J’ai comme l’impression que votre reelle position dans ce debat est influencé par votre degout pour le capitalisme et la société de consummation occidentale. Si c’est le cas, cessez d’utiliser les “changements climatiques” pour promovoir votre agenda.

      La température passée, même celle d’il y a 400 000 ans, peut être estimée à partir d’indices conservés dans la glace — des rapports d’isotopes qui varient en fonction de la température.
      JFC

    • @ g.duquette

      “Aux climato négationsites,

      La simple logique suivante devrait vous faire réaliser que l’augmentation du Co2 dans l’Atmosphère est d’origine humaine”

      Les liens fournis par JFC montrent qu’il y a quelques centaines de milliers d’annees, les niveaux de CO2 dans l’atmosphere etaient a peu pres les memes qu’aujourd’hui.

      Faut croire que les gens de cette époque roulaient eux aussi en gros F-350. Les salauds !

      En passant, je ne suis pas un “climatonegationsite” (sic). Arretez d’insulter ceux qui questionnent votre religion !

      Je ne suis qu’un gars normal qui n’aime pas se faire passer un sapin. Ca irrite.

      Mon point est toujours le meme – on n’en sait pas assez (d’un cote comme de l’autre) pour prouver quoi que ce soit. Ca se peut que l’homme soit responsible a 99% du “rechauffement”. Ca se peut aussi qu’il ne le soit pas.

      C’est sain de questioner et de remettre en question ce que nos gouvernements (le “I” de IPCC est pour “intergovernmental”) nous enfoncent dans la gorge.

    • @ qterreux et ralbol

      Il faudra aussi que la population soit conscientisée au gaspillage d’énergie dite ”invisible” tels que laisser continuellement allumé ordi, console de jeu et autres items électronique) en plus de l’accumulation inutile d’artéfact (photos, vidéo, document) sur le Cloud.

      Un exemple : 616 Twh.

      Cela est la consommation annuelle de quoi???
      Cette consommation annuelle équivaut à la consommation de quel Pays???
      Cette consommation équivaut à combien de centrale au charbon et combien de Tonne de CO2?

      Réponses :
      C’est la consommation annuelle des 14 Milliards d’ordinateurs, décodeurs, box internet, t autres consoles de jeux dans le monde en 2013. Les 2/3 de cette électricité (soit 435 Twh) ayant servi lorsque ces appareils étaient à l’état de veille pour rester connecté.
      616 Twh équivaut à la consommation annuelle d’électricité en Allemagne
      C’est l’équivalent de 200 centrale au charbon. Soit 600 Millions de tonnes de CO2

      Bref, laissé allumer ou laisser en mode veille ses ordinos et consoles de jeux équivaut au 2/3 de la consommation annuelle en électricité de l’Allemagne et émet 400 Millions de Tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

      Pour ce qui est du cloud maintenant : Consommation en 2013,
      1 500 Twh (2.5 fois la consommation électrique de l’Allemagne)
      Le Cloud consommait 10% de l’énergie mondiale et consommait l’équivalent de 600 centrales au charbon en émettant 1.5 Milliards de Tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

      Soit 50% de plus que l’énergie consommée par l’ensemble de l’aviation mondiale.

      Si le Cloud était un Pays, il se situerait en terme de consommation après le Japon soit en 5ième position.

      Exemple de la consommation du Cloud : Une heure de vidéo regardée sur une tablette ou un T.I. (Téléphone Intelligent) est l’équivalent de la consommation de deux frigo neufs.
      Comment cela se peut-il : L’énergie de stockage et d’infrastructure du Cloud et des réseaux servant à stocker et acheminer la vidéo vers la tablette ou le T.I.

      P.S. Un jour, il faudra que nos chers gouvernements légifèrent sur ce sujet. Car l’informatique est devenue un des plus grand gaspilleur d’énergie au monde.

    • C’est assez effrayant de voir toutes les âneries que les gens ramassent sur internet et qu’ils considère comme des arguments valables.

      Pour commencer, le CO2 est un gaz à effet de serre. On peut calculer son effet sur la température au premier ordre relativement facilement. C’est de transfert radiatif 101. Ce qui est plus compliqué, c’est le feedback de l’atmosphère.

      Je déteste mettre de video youtube comme référence, mais voici une conférence de Richard Alley à l’AGU l’an passé sur la relation entre la température de la terre et la concentration de CO2:

      https://www.youtube.com/watch?v=Z_-8u86R3Yc

      Pour ce qui est de la relation entre l’activité solaire et le climat, c’est William Hershell en 1801 qui a parti le bal. Depuis ce temps, on en est venu à la conclusion que le Soleil a un effet, mais qu’il est petit par rapport à l’augmentation du CO2.

      http://www.aip.org/history/climate/solar.htm

      De plus, étant donné l’importance de la question, il y a eu des efforts considérables afin de reconstruire l’histoire de l’activité de Soleil. Une des conséquence de ces travaux est la découverte que la pointe d’activité solaire observée à la fin du XXe siècle était largement due à un changement de méthode de calcul des tâches solaires. De sorte, que ce pic d’activités est pas mal plus faible que ce qui a été considéré jusqu’ici avec pour conséquence, une réduction de l’impact du Soleil sur le climat.

      http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1407/1407.3231.pdf

      http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1407/1407.3231.pdf

    • @aceman 21 novembre 2014 14h10

      Merci, c’est encourageant! Mais nonobstant les argument non scientifiques ici, et la complexité des relations en cause, et même le commentaire de JFC, SI un lien de causalité avait été démontré (et non pas les simples hypothèses que l’on nous apporte), on pourrait répondre à ma question.

      Et dire, par exemple, “Si le Canada, au coût de 30,000,000,000$ réduit ses émissions de CO2 de 20% (par rapport à 2010 disons), le réchauffement global (ou le “changement” … peu importe le nom que l’on donnera à la variable dépendante … c’est une question de marketing) sera réduit (ou augmenté) de 0.0000047 degrés Celsius d’ici 150 ans”. Avec une variance de ± 0.0000014 degrés.

      Ou encore plus précis (mais un peu extrême), si toute activité humaine cesse en décembre 2014, la température terrestre globale (prenez ce qui fait votre affaire: haute + asse ou seulement basse atmosphère) sera augmentée de 1.23 degrés Celsius d’ici 150 ans, avec une variance de 0.5 degrés.

      Voilà ce qui exprimerait une relation causale … si elle était prouvée (comme l’on peut dire aujourd’hui “Si je réduis le tabagisme de X%, j’aurai Y% moins décès attribuables au cancer du poumon dans 35 ans). Pas si difficile, non?

    • martins:
      «Je n’ai pourtant vu aucun papier comme quoi cette notion était démentie.»

      @JFC
      Quelques messages plus bas, j’ai donné un lien où on trouve explications avec références sur cette question précise. Cette personne ne s’est visiblement pas donné la peine d’aller voir. Désolé, mais ça ressemble pas mal à de la mauvaise foie.

      Vous comprenez pourquoi je suis un peu bête? N’importe qui qui fait de la gestion sait qu’il y a une petite partie des gens qui tirent vers l’arrière. On apprend vite à les ignorer car ils ralentissent inutilement. Et je ne parle pas des pessimistes de nature, de ceux qui sont plus fragiles au changement, des sceptiques, etc. Eux sont très utiles. Je parle de ceux qui mettent des bâtons dans les roues.

      Mais bon, je veux bien éviter de donner des coups de pieds dans la fourmilière et ainsi de faire de fausses généralités sur les gens de l’ouest…

    • La simple réalité implacable du relarguage de CO2 provenant des combustibles fossiles en irrite plus d’un. N’Est-ce pas mon très cher ami Aceman

      PS. En passant je suis athé

    • @ tous les climatojovialistes (je préfère cette expression à négationnistes ou septiques).

      1) Il y a toujours eu des changements climatiques sur la Terre : Vrai.
      Tout le monde ici s’entend là-dessus.

      2) Certaines variations ont été rapides, d’autres lentes : Vrai.
      Rapide : série d’éruptions volcaniques, chute d’un mégalithe, etc.
      Lentes : cycles solaires, variations de l’axe de la Terre, etc.
      Les changements «rapides» (à l’échelle géologique) venaient de facteurs externes à l’humanité.

      Nous sommes présentement dans un cycle de changements rapides totalement nouveau : cause humaine. Ceux qui nient cette corrélation s’enfouissent la tête dans le charbon et le pétrole.

      3) Il faut sauver la planète. Faux.
      Ce n’est pas la planète qu’il faut sauver, elle se remettra de nous. C’est notre espèce qu’il faut sauver.

      Il y a toujours eu des changements climatiques mais c’est la 1ère fois qu’il y a + de 7 milliards d’humains sur la planète, dont + d’un milliard vivent au niveau actuel de la mer. Sans compter les ports et autres infrastructures essentielles à notre mode de vie. On parle ici de New-York ou Shanghaï, pas vraiment des villages de pêcheurs…

      Imaginez les conflits lors des déplacements de populations inondées, où asséchées par les famines dues au réchauffement…

      Le coût du laisser-faire des émissions de carbone est infiniment supérieur à toute mesure diminuant les émissions.

      Continuer à brûler du charbon et pétrole au rythme où nous le faisons nous envoie directement dans le mur.

    • @rexterras Il y a plusieurs articles dans la littérature économique qui traitent de ce genre de question. Le rapport Steirn en est le point de départ. Le problème du point de vue des économistes est le choix du taux de dépréciation dans les calculs économiques qui a lui seul plus d’impact que les incertitude dans les modèles climatiques.

    • @burn_mx Il n’y a pas eu de réchauffement depuis 15 et ça c’est un fait !

      C’est un fait non pertinent parce que l’échelle de temps est trop courte. C’est un argument négationniste sans valeur.

    • Le manque de logique des gens qui nient la contribution anthropique au changement climatique peut-être résumé en ce petit point.

      Ils basent leurs arguments sur des découvertes scientifiques de climatologues provenant de la paléoclimatologie ex.; … Les liens fournis par JFC montrent qu’il y a quelques centaines de milliers d’années, les niveaux de CO2 dans l’atmosphère étaient a peu près les mêmes qu’aujourd’hui…

      Ce sans même chercher à connaître la où les causes de cet élévation et de la rapidité* de l’augmentation de la concentration en CO2 durant ces périodes. Le seuil de 400 ppm fut atteint il y a entre 3 et 5 millions d’années durant l’ère du pliocène.

      • Comme un de mes prof nous disait : un gramme de fer absorbé par l’homme au cours de sa vie entière ne le tuera pas. Mais un gramme de fer à la tête d’un coup provenant d’une balle de carabine eh bien il aura du mal à s’en remettre.

      Mais réfutent et nie d’un bloc ces mêmes groupes de climatologues lorsque ces derniers démontrent l’impact de l’utilisation des combustibles fossiles sur le climat.

      D’un côté, ils se servent des conclusions de ces expert fusent telles observées par des moyens indirect et remontant sur des milliers voir des millions d’années et de l’autre, ils rejettent les conclusions de ces même experts sur des conclusions basées sur l’évolution actuelle du climat et des données en temps réel ou presque.

      Serait-il que ces climato….. (révisionniste, sceptique, négationniste, etc., prenez le terme qui vous convient) ferait du cherry picking scientifique pour se réconforter dans leurs illusions que leur mode de vie basé sur le gaspillage des ressources n’y est pour rien dans les changements climatiques ???

      Un moyen comme un autre de se fermer les yeux et se déresponsabiliser

    • @aceman «Les liens fournis par JFC montrent qu’il y a quelques centaines de milliers d’annees, les niveaux de CO2 dans l’atmosphere etaient a peu pres les mêmes qu’aujourd’hui.»

      Je ne sais pas de quel graphique vous parlez. Les graphiques montrent clairement que nous sommes présentement bien au-dessus des pics du passée.

    • Erreur dans mon précédent message:
      Je voulais dire «Quelques messages plus HAUT…»

    • ralbol

      21 novembre 2014
      17h41

      “Si vous connaissez un moyen simple de mettre une portion de texte en caractères gras ou en italique, je me ferai un plaisir de l’utiliser.”

      Ici !
      Non je sais pas.
      Désolé, peux pas vous aider.

      Mais vous savez, ce n’est pas vraiment nécessaire.
      On sait lire ! :)

    • La terre a déjà eu des aires glacières et déjà eu de la vie aussi, alors se pourrait-il qu`on est dans un en changement naturel de notre planète. La planète a des milliards d`années.

    • @ g.duquette

      - «Il faudra aussi que la population soit conscientisée au gaspillage d’énergie dite ”invisible” tels que laisser continuellement allumé ordi, console de jeu et autres items électronique) en plus de l’accumulation inutile d’artéfact (photos, vidéo, document) sur le Cloud.»

      Ça et le reste…

      C’est tout notre mode de vie qui ne fait aucun sens.

      Des stylos et briquets jetables, aux kilos d’emballages qu’on jette, aux iBébelles fabriquées pour une durée de vie de 18 mois.

      Quand vous placez vos petits contenants de yogourt dans le bac à recyclage, y’a toute l’industrie du plastique qui rejette des milliers de tonnes de GES dans l’atmosphère pour fabriquer les prochains.

      Aucun sens, aucun bon sens, hallucinant de stupidité, la folie.

      Et ça continue de plus en plus, croissance oblige.

      On ne s’en sortira JAMAIS.

      Point.

    • @ralbol Le gros de l’empreinte environnementale c’est les infrastructures et l’agriculture. Le consumérisme c’est relativement peu important,

    • Euh, qu’est-ce qui vous dit que FriendOfScience est vraiment celui qu’il dit qu’il est? Son mauvais français est une mauvaise imitation du mauvais français d’un véritable anglais. J’opte plutôt pour un plaisantin.

      Mais, si je me trompe, je trouve rassurant que l’industrie pétrolière ne parraine pas cet organisme parce qu’à franchement parler, dans le cadre de l’oléoduc Energie-Est de TransCanada, l’effet de cette pub sera complètement contraire à l’effet recherché par TransCanada pour rendre son projet acceptable à 70% des Québécois qui y sont opposés.

      Il est facile d’observer l’effet de cette pub sur la population en lisant les commentaires ici. Elle ne fait que fouetter le zèle des opposants au pétrole albertain et à son commerce. Et ce genre de pub ne fait changer d’idée personne. Ceux qui nient, continuent à nier et les autres continuent à tenir l’homme responsable du changement du climat. C’est un peu comme si on plaçait une pancarte «Jésus t’aime» sur le bord de l’autoroute. Ça ne remplira pas les églises.

    • On a beau rire de ce groupe (friends of science) que je ne connaissais pas plus que vous. Faut au minimum visiter le site (anglais seulement, assez ordinaire). Au moins le “advisory board” est composé de docteurs en climat, environnement, géologie, météorologie, biologie,…et ne sont pas financés par les pétrolières (contrairement aux WWF, Greenpeace, Nature Conservancy qui reçoivent tous de l’argent de cette industrie (allez voir leurs bilans financiers)).
      On a quoi nous comme crédibilité? Vous avez des études dans ce domaine vous? Et vous M. Cliche? J’ai vu que vous avez étudié en histoire et sociologie (un bac en histoire de l’art avec ça?), qu’avez-vous comme études qui vous permets de rire de gens qui ont des Phd en climat?

      Je n’ai aucune étude dans une discipline pertinente. C’est d’ailleurs en plein dans ce genre de cas là qu’il faut éviter de contredire un consensus scientifique. De toute manière, les arguments quenje fais valoir ici ne sont pas les miens, je rapporte ceux des spécialistes du climat.
      Je vous signale par ailleurs que je n’ai «ri», contrairement à ce que vous prétendez, de personne ici. Faut vraiment avoir la mèche courte…
      JFC

    • @ ralbol

      Mon texte en gras

      Vous avez raison que notre mode de vie ne fait aucun sens mais bien humblement je coirs que vous avez tort en affirmant`:…On ne s’en sortira JAMAIS….

      L’humain est une bebitte hallucinante. Ce n’est qu’une fois rendu au bord du précipice et que bien de ses compagnons y sont tombés qu’il réalise que de tomber dans le précipice est mortel. Certains plus que d’autres doivent en faire l’expérience visuelle et certains encore ne seront convaincus que si un proche tombe et ne se relève pas. Certains même iront jusqu’à se dire mais moi je ne mourrai pas si je saute dans le précipice. Ceux-là sont comment dire de vrai Ace d’égo-centrisme pour qui rien n’a de sens si ce n’est pas confirmé par eux-mêmes.

      Quant à moi, je n’ai pas à voir tomber le monde dans un précipice pour réaliser qu’ils ne se relèveront pas. J’ai ralenti mon chemin vers ce précipice il y a fort longtemps et parfois même je l’ai inversé. Mon mode de vie est ce qu’il y a de plus normal et sain à cette différence près que je mets l’effort sommes toute minime de recycler, composter, récupérer, faire des choix réfléchis (payer plus pour la qualité mais non pour le standing ou la marque), ne pas gaspiller, entretenir mes choses pour en pas avoir à les changer, etc.,
      Rien de ce qui entre dans la maison (que ce soit du jardin, de la cueillette de petits fruits, du marché, des voisins et collègues de travail (troc de légume et petits fruits contre orignal, chevreuil, truite) de ma propre chasse, etc., ne sera jeté aux poubelles. Tout ce qui se consomme le sera.
      Il s’en suit que la fréquence de mon bac de poubelle à la rue est d’un au trois-quatre mois ou moins et que je défis qui que ce soit de dire que ce bac sent quoique ce soit car rien de périssable n’y entre.
      Je me situe dans les 10% des ménage les moins énergivores au Québec (moins de 1 500 $/an chauffage et électricité pour une maison de 2 250-2 500 pieds carrés de surface habitable) et je pourrais encore améliorer ce bilan par une meilleur isolation (ce qui est prévue d’ici 10 ans (budget oblige)
      Point de vue consommation automobile, eh bien je bats régulièrement les cotes de consommation des fabricants en entretenant mes véhicules, accélérant et décélérant doucement, roulant à la limite de vitesse (sans empêcher les vas-vite de me dépasser),limitant et optimisant mes déplacements et privilégiant la marche et le vélos pour les courtes distances.

      C’est drôle mais avec un salaire sommes toute normal, je suis en mesure de planifier une retraite paisible avant 65 ans. La raison : Diminution du gaspillage énergétique, matériel et alimentaire. Et recherche du bien-être et de l’épanouissement non pas dans la consommation mais dans ma vie personnelle et au travail. En cela, je suis à bête noire du capitalisme et je ne m’en excuse point.

    • La seule certitude est que la température moyenne est à la hausse et cette tendance lourde s’alourdie. Comble du hasard, cet inflexion coïncide avec le début de la révolution industrielle, maintenant, est-ce une simple corrélation savamment appuyer avec des chiffres qui font légion, ou, s’agit ’il d’un évènement indépendant de l’intervention et de l’impact de notre civilisation.
      J’espère sincèrement que notre arrogance anthropocentrique sera validée et que nous en sommes les véritables responsables parce qu’une autre raison à part celle-là signifierait que nous sommes totalement impuissant à influer sur le cours de l’avenir. En fait, nous ne savons même pas avec certitude si le changement de nos comportements influera sur cette tendance et en passant, je suis pour un changement progressif mais définitif de nos comportements socio-économiques.
      Ceci étant dit j’aimerais poser une question à Monsieur Cliche. Quelqu’un à souligner que c’est la première fois de l’histoire de notre planète qu’il y a sept milliards d’êtres humains. Toutefois, la question que je me pose et que je vous pose est la suivante. Comment peut-on avec un haut degré de certitude parvenir à estimer la variation de la biomasse à travers les différentes ères qui ont mené aux réchauffements planétaires. Me semble que c’est presqu’impossible. De manière générale, mon interprétation très simpliste est que la biomasse augmente plus la diversité augmente. Plus la biomasse augmente, plus elle contribue à un réchauffement planétaire, mais plus la planète se réchauffe, du moins, si l’on se fie à notre passé préhistorique, plus la capacité de la planète à supporter une biomasse grandissante s’accroit, jusqu’à un évènement X qui change de manière brutale l’équilibre. Est-ce correct ?

    • @ ralbol

      Pour votre questionnement :

      Tapé :
      Rédigez votre texte
      Tapé :

    • ralbolVoir http://www.lepetitgeek.com/2011/02/html-souligner-gras-lien-11/

    • @g.duquette
      22 novembre 2014 09h45
      Merci pour cette info. C’est parfaitement HALLUCINANT !!!

    • Le soleil est le principal facteur des coups de soleil.

      Pas vous. Pas l’absence de crème solaire.

      Promenez-vous au soleil et ne mettez jamais de crème. Apprenez à vivre avec vos dos pelés!

    • yvan_dutil

      23 novembre 2014
      08h51

      “Le consumérisme c’est relativement peu important..”

      Purée !
      Voulez-vous que je prennes des photos de ma grosse poubelle à recyclage ?
      Rien que les emballages…. pourquoi 60 comprimés d’Advil dans un contenant en plastique a-t’il besoin en plus d’une boîte en carton ?

    • @yvan_dutil Vous reprenez souvent cet argument que la consommation ne représente pas grand chose en regard des infrastructures. Je pense que d’une certain façon, vous avez tout à fait raison, mais je ne suis pas tout à fait d’accord.

      Pour moi les deux sont intrinsèquement liés, d’abord en ce sens que c’est un peu la nature humaine que de ne pas prendre des décisions éclairées basées sur l’impact à long terme de nos décisions, et cela se reflète autant dans notre consommation personnelle que dans nos décisions qui mènent à bâtir nos infrastructures. Et de plus, une bonne part de ces infrastructures pas très durables existent pour assouvir notre soif de consommation, avec les gens qui consomment beaucoup, qui “ont besoins” de grosses maisons, qui les mènent à s’éloigner de la ville, ce qui nécessite de nouvelles infrastructures routières, égouts, aqueducs, écoles, besoin d’avoir 2 automobiles, etc, etc. Je trouve que l’impact de nos infrastructures est symptomatique de notre nature consommatrice.

      Évidemment, revoir nos infrastructures, la qualité de nos bâtiments, notre consommation et maîtrise de l’énergie, la disposition de nos villes, etc aura un bien plus grand que la simplicité volontaire que je ne prône pas nécessairement, bien que de voir l’attitude consommatrice de ressources en général me rebute effectivement parfois. Je suis d’accord avec vous que l’éléphant dans la pièce, ce sont les infrastructures.

      Mais ça me semble en tout les cas deux reflets d’un même problème, et je ne suis pas certain que l’on puisse donc regarder ces concepts si isolément l’un de l’autre.

    • La communauté scientifique a émis des hypothèses réalistes sur les changements climatiques qui nous appelle a la prudence sans toutefois en faire un absolutisme de mauvais alloi. La question est toujours à l’étude mais les évidences se précisent.

      Alors quand ceux qu’on appelle , climato , jovialiste , septiques , négationiste , jauniste , Jacques Brassariste ou un non inventé juste pour un sujet de chronique et leur dérivés nous apportent dans un blogue des arguments massue comme :

      «On sait tous … GM a d’ailleurs inventé l’auto à l’eau… L’eau ça coûte pas cher… Donc les pétrolières ont racheté tout sur le sujet.»

      un argumentaire que j’ai cent fois entendu dans les propositions de nos acharnés du mouvements perpétuels dont j’avais , par obligation contractuelle, mandat d’orienter avec douceur discrètement ailleurs…

      On ne discute plus alors vraiment climat, ni de Science, ni de n’importe quoi pour échanger sur un sujet, ni même de rien … on a même largement dépassé le point de Goodwin…

      On sait juste que le sujet est une merveilleuse pompe à Troll , mais également qu’on argumente sans résultat possible avec des Trolloclimatique… Ou comme le dit plus poliment et justement dc savard … avec un plaisantin…

    • @q.terreux À une certaine époque de ma vie, j’ai fait une étude sur les déchets pour le Commissaire au développement durable du Québec. Le gros des déchets, ce sont des débris de construction. Au niveau domestique, ce qui reste c’est essentiellement des restes de tables. Comme, je disais : infrastructures et transport.

    • @yvan_dutil

      ” Le gros de l’empreinte environnementale c’est les infrastructures et l’agriculture. Le consumérisme c’est relativement peu important ”

      Les infrastructures et le “consumérisme” sont très liés. Que ce soit les aéroports, les routes, les ponts et autres, tous ont à la fois un usage utilitaire et un autre plus ou moins futile.

      On consomme des voyages dont on pourrait facilement se passer. On pourrait avoir des bagnoles notablement moins énergivores et des demeures également moins énergivores, plus petites et mieux isolées. On pourrait recourir bien davantage au co-voiturage, construire en hauteur au lieu de s’étaler comme nous le faisons.

      Nous pourrions combattre l’obsolescence programmée. Qu’est-ce qu’on épargnerait alors en gaspillage !

      Nous pouvons consommer davantage de protéines végétales complémentées par un peu de viande. Nous pourrions louer des outils, échelles, tronçonneuses et tout un ensemble de bidules dont on se sert irrégulièrement ou rarement au lieu de les acheter.

      Sauf votre respect, votre affirmation ne ressemble pas à la surconsommation que j’observe.

    • @yvan_dutil,
      Le principal objet de consommation en Occident est l’automobile, dont l’usage ne peut être dissocié des GES émis dans le domaine du transport.

      Vous devriez aussi savoir qu’au Québec, par exemple, plus de 40% des GES émis sur les routes proviennent des camions qui transportent des marchandises. En plus des GES émis par les bateaux et les trains. La surconsommation a donc un impact important sur les émissions de GES.

    • JFCliche mentionne :
      «Je n’ai aucune étude dans une discipline pertinente. C’est d’ailleurs en plein dans ce genre de cas là qu’il faut éviter de contredire un consensus scientifique.»

      La devise de la Royal Society est «Nullius in verba» que l’on peut traduire en anglais par «Take nobody’s word for it». En français, on aura plutôt «ne croire personne sur parole». Ceci inclut ceux qui se définissent comme une autorité en la matière, donc le fameux GIEC ou IPCC en anglais.

      J’ai pris le temps de lire votre texte et les commentaires à la suite de votre article. En fait, ne pas contredire un consensus en dit beaucoup : vous n’avez pas vraiment fait notre travail de recherche consciencieusement. Et ça se voit à la première lecture. Cela nous dit aussi que vous avez pris la décision de ne pas suivre la devise Nullius in verba. Et la plupart des commentaires faits gratuitement dans votre article et les commentaires de ceux qui ont écrit ne sont que des opinions.

      Si votre blogue consistait à lancer un débat, c’est un piètre résultat (sauf quelques exceptions) et on aurait pu s’en passer. D’ailleurs, vous dites ceci:
      «Personne ne dit que la science avance par consensus.» (Martins 20nov. 16h33)» alors que vous vous cachez derrière le consensus tout le long de votre article et dans la plupart de vos répliques.

      Quand on en sait peu, on pense qu’on sait tout et on est sûr de nos réponses. Quand on a beaucoup lu sur la science du climat, on comprend mieux qu’on ne sait pas grand-chose. Et, d’ailleurs, ce n’est pas une surprise, ceux qui ont décidé d’approfondir le sujet sont devenus des sceptiques de la théorie du réchauffement climatique causée par le CO2 anthropique. Ce n’est pas si surprenant que cela. Je peux vous fournir beaucoup de noms si vous le désirez (question de rester bref).

      Veuillez donc JFC prendre note. Avant de donner votre opinion sous le déguisement d’exprimer ce que dit l’ensemble (ou le consensus) des scientifiques, donnez donc des sources et faites des citations comme il se doit.

      Vous avez montré à tous et de façon évidente que vous ne connaissiez rien au sujet du «réchauffement climatique» appelé aussi «changements climatiques». J’espère que vous ne faites pas la même chose dans tous les sujets que vous touchez.

      Un croyant à la religion du réchauffement climatique qui, après avoir lu sérieusement depuis 2009 sur le sujet, est devenu sceptique à la valeur de cette théorie.

    • Suite…
      Je peux vous fournir beaucoup de noms si vous le désirez.

      En voici un au cas où… Dr Fritz Vahrenholt … En anglais. Très intéressant.
      http://notrickszone.com/2014/12/01/vahrenholt-tells-german-audience-of-1200-manmade-climate-catastrophe-no-longer-an-issue/

      Si vous en voulez d’autres, je me ferai un plasir. Le prochain pourrait être un scientifique français qui s’est donné le nom de Jean Martin (son vrai nom : Jacques Duran : pourquoi?) Voir peut-être Pensée unique?
      http://www.pensee-unique.fr/auteur.html (en français

      Et sa biographie… Incroyable.
      http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fritz-vahrenholt-et-le-climat-une-129459

    • Oooops! paragraphes dans le mauvais ordre :

      Suite…
      Je peux vous fournir beaucoup de noms si vous le désirez.

      En voici un au cas où… Dr Fritz Vahrenholt … En anglais. Très intéressant.
      http://notrickszone.com/2014/12/01/vahrenholt-tells-german-audience-of-1200-manmade-climate-catastrophe-no-longer-an-issue/

      Et sa biographie… Incroyable.
      http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fritz-vahrenholt-et-le-climat-une-129459

      Si vous en voulez d’autres, je me ferai un plasir. Le prochain pourrait être un scientifique français qui s’est donné le nom de Jean Martin (son vrai nom : Jacques Duran : pourquoi?) Voir peut-être Pensée unique?
      http://www.pensee-unique.fr/auteur.html (en français

    • Au 16e siècle la Religion commandait que le soleil tourne autour de la Terre, malgré les preuves scientifiques. Aujourd’hui, les intérêts pecuniers des compagnies pétrolières commandent que l’activité humaine n’influence pas le climat…
      Mieux vaut en rire et ridiculiser ces messages soo-disant scientifiques.
      Restons vigilants aux entorses à la science. Heureusement nous avons David Suzuki et Greenpeace, et vous, le journaliste.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives