Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 28 août 2014 | Mise en ligne à 15h02 | Commenter Commentaires (22)

    Ebola : un peu de lumière sur un mystère…

    Pas plus tard que la semaine dernière, je vous parlais d’un certain mystère entourant l’actuelle épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l’Ouest. La souche en cause, dite «Zaïre», n’avait jusqu’à présent jamais été observée ailleurs qu’en Afrique centrale (Gabon, Congo et RDC), à environ 2000 km de la région de Guéckédou, en Guinée, où l’éclosion de cette année a démarré. Et personne ne savait trop comment le virus avait pu faire le trajet.

    Il est possible qu’un humain ait servi de vecteur ; mais alors, qu’est-ce qu’un Gabonais/Congolais serait allé faire dans l’arrière-pays guinéen, très difficile d’accès ? Peut-être aussi que les chauves-souris qui servent (selon toute vraisemblance, mais ça n’a pas encore été prouvé hors de tout doute) de réservoir animal à la maladie font des migrations qui les amènent en Afrique de l’Ouest ; mais alors, pourquoi n’auraient-elles jamais provoqué d’épidémie dans les autres pays qu’elles traversent ?

    Un article qui vient de paraître dans Science, sans amener toutes les réponses, vient jeter un peu de lumière sur ce mystère. Fondée sur le séquençage du virus chez 78 patients en Sierra Leone de la fin de mai à la mi-juin (ainsi que quelques autres provenant de Guinée), l’étude suggère que l’actuel virus proviendrait du même réservoir animal que l’Ebola qui a causé une épidémie en RDC en 2007-2008. Le terme «réservoir», notons-le, ne doit pas être interprété comme «un seul animal», mais plutôt «une même population animale», qui partageait un même virus — les chauves-souris peuvent porter le virus Ebola sans montrer de symptôme, m’a précisé l’infectiologue de l’Université Laval Dr Guy Boivin. D’après les données génétiques, cette population se serait divisée vers 2004 ; l’une des branches aurait ensuite infecté des gens en Afrique centrale une couple d’années plus tard, puis une autre aurait fini, à la suite de migrations, par causer la présente épidémie en Afrique de l’Ouest.

    Cela ne répond pas à toutes les questions — pourquoi pas plus d’Ebola-Zaïre sur les routes migratoires des chauves-souris ? —, mais c’est un morceau de plus dans ce casse-tête.

    Cela dit, l’article de Science met aussi en lumière un autre aspect de l’épidémie, pas très réjouissant : le virus mute rapidement, ce qui indique qu’il pourrait être en train de s’adapter à l’humain, possiblement pour se transmettre plus facilement. Plus de détails dans mon papier sur le site du Soleil.

    P.S. Je m’en voudrais de ne pas mettre un lien vers ce compte-rendu sur le site de Science, pour faire ressortir en particulier le tribut que paye la communauté médicale de l’Afrique de l’Ouest. Des 50 auteurs de l’article en question, cinq ont contracté la maladie en travaillant sur le terrain et en sont morts.


    • “Des 50 auteurs de l’article en question, cinq ont contracté la maladie en travaillant sur le terrain et en sont morts”.

      Si j’étais à votre place, avec une jeune famille, je m’abstiendrais d’écrire trop souvent sur ce sujet!

      Je viens justement de manquer deux jours de travail à cause d’un «virus d’homme»…
      JFC

    • J’ai beaucoup d’imagination, et ce n’est pas exactement dans les mêmes secteurs, mais…

      …étant donné la mouvance des terroristes, qui ne prennent probablement pas les grandes routes pour faire passer du matériel et des troupes, ces gentils personnages POURRAIENT être des vecteurs de la maladie.

      Et comme la guerre est une sale affaire, pourquoi ne pas se servir de gens infectés comme arme biologique ?
      Se souvenir ici des couvertures infectées de variole dont Lord Jeffrey Amherst envisageait de faire cadeau aux «indiens».

      Bon, c’est tiré par les cheveux et ce n’est appuyé sur absolument rien de concret, mais pourquoi pas ?

    • Votre P.S. est important.

      Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites.
      Félix Leclerc

    • ralbol

      28 août 2014
      18h05

      “J’ai beaucoup d’imagination,…”

      “Bon, c’est tiré par les cheveux et ce n’est appuyé sur absolument rien de concret, mais pourquoi pas ?”

      Quelle nouvelle !

      Vous avez un redoutable sens de l’humour, je dois en convenir.
      Vous lancez des pavés dans la marre et quand les grenouilles sortent la tête de l’eau pour vous faire un pied de nez, vous jouez à la victime.

      Dans trois, deux, un….

      Commentaire trop personnalisé (et je ne publiera pas de réponse à ça, que l’on en prenne note). Faites attention svp.
      JFC

    • Bien vu chef !
      :)

    • Concernant la mobilité des gens entre ces régions africaines, il est possible pour un gabonais de se retrouver dans ce secteur de la Guinée. Pas fréquent, j’en convient, mais vous seriez surpris de la migration des africains. J’ai déjà vu un autobus qui passait en Sierra Leone dans le secteur de Bo et qui affichait Abidjan en Côte-d’ivoire comme destination. À ma surprise, ce n’était pas une illusion ou une blague, le trajet de l’autobus (1500km) passait justement par la Guinée. Il y aussi plusieurs peuples dans cette partie de l’Afrique et les frontières politiques ne sont pas vraiment révélatrices des mouvements migratoires passés. Les funérailles à l’africaine avec des cousins lointains venus d’autres pays sont fréquentes.

      Je t’encourage à continuer de nous informer sur l’évolution des recherches sur l’ébola, ton blogue devient essentiel. Merci

    • J’ai vu cet article en plusieurs exemplaires et de sources différentes:

      http://www.leprogres.fr/actualite/2014/08/20/comment-une-guerisseuse-traditionnelle-a-repandu-ebola-en-sierra-leone

      Ce ne serait pas impossible que les gens paniqués aient parcouru de longues distances à pied, en voiture quand c’est possible ou à dos d’âne pour aller consulter une sorcière prétendument capable de guérir cette terrible maladie?

      J’ai aussi lu que les gens paniqués associent médecins avec vecteurs de la maladie et qu’ils les fuient comme la peste (c’est le cas de le dire) parce que la croyance c’est: “tu vas à l’hôpital, on ne te reverra plus”.

      En plus, on a lu aujourd’hui que le virus a déjà commencé à muter. Bien des drames en perspective…

      Sur les distances parcourues : la guérisseuse attirait des gens des villages voisins. La région de Guéckédou, en Guinée, qui semble être l’«épicentre» dans ce cas-ci, est juste à côté des frontières avec le Liberia et la Sierra Leone. Donc on ne parle pas du même ordre de grandeur dans les distances, ici, mais je vous réfère au commentaire de bindeava, ci-haut, qui semble avoir séjourné dans cette région d’Afrique et qui dit avoir vu des bus à destination d’assez loin. La Côte d’Ivoire est un pays voisin, mais le fait que le Nigeria, qui n’est pas à côté, ait été touché montre que la transmission humaine peut quand même faire voyager pas mal le virus.
      JFC

    • @loubia,

      De quartiers entiers de grndes villes ont déjà été fermée selon Radio Canada et l’OMS est sur les dents semble-t-il elle a contaté des organisations humanitaires pour les ravitailler.

      3 travailleurs canadiens ont été forces de renter en avion ambulance (c’est-à-dire pas par des vols commerciaux). Ça ne fait que commencé.

      @ralbol

      Votre idée:”(…) mouvance des terroristes, qui ne prennent probablement pas les grandes routes pour faire passer du matériel et des troupes, ces gentils personnages POURRAIENT être des vecteurs de la maladie”

      C’est une hypothèse qui vaudrait peut-être la peine de creuser. Je ne la trouve pas si folle que ça quand on sait ce que ces ”personnes” sont capable de faire pour arriver à leur fin…

    • @ gofrankiego

      - «C’est une hypothèse qui vaudrait peut-être la peine de creuser. Je ne la trouve pas si folle que ça quand on sait ce que ces ”personnes” sont capable de faire pour arriver à leur fin…»

      Foreing Politics rapporte qu’un portable saisi en Syrie contenait des instructions servant à fabriquer des «bombes» pour disséminer la peste bubonique…

      http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/08/28/found_the_islamic_state_terror_laptop_of_doom_bubonic_plague_weapons_of_mass_destruction_exclusive

      Comme ces groupes sont composés de beaucoup de fanatiques religieux sans sous-éduqués et se croyant «protégés par Dieu», répandre la maladie et s’en croire protégé, c’est tout à fait plausible.

      Mais dans le cas qui nous occupe, je le répète, rien n’indique que ce soit le cas.

      On jase là…

    • @JFC,

      est-ce que vous avez plus d’informations sur les cinq auteurs de l’article décédé? A ce que j’ai lui à ce jour, ce virus se transmet quand même difficilement dans des conditions d’hygiène normales. Il faut un contact avec des fluides infectés et pas uniquement de façon superficielle.

      Comment le personnel médical se retrouve-t-il infecté? Est-ce que le mode de transmission par fluide est véritablement le seul?

      Non, je n’en sais pas plus que vous là-dessus, désolé.
      JFC

    • @ ralbol : Allez lire un peu de Tom Clancy, vous verrez que vous n’êtes pas le 1er à y penser… (Sur Ordres et Rainbow Six)

    • @ M. Cliche : votre Mme du post du 8 août dernier, j’espère qu’elle est en train de prendre un cours de statistiques…

    • Il y a des trucs qui ne nous viennent pas à l esprit ici car nos habitudes de vie sont différentes mais la transmission en Afrique peut se faire simplement par l assiette. Le singe et la chauve-souris sont des mets usuels de certains peuples .

      Ce que je ne saisis pas toutefois c est que des tests de vaccins effectués à Winnipeg sur des singes infectés ont donné un taux d irradication de la maladie de 100 % et malgré cela , le vaccin ne sera pas disponible avant le printemps prochain . Le même vaccin qui aurait guéri les deux médecins américains d ailleurs. Je veux bien croire qu il y a des protocoles à respecter mais ca va prendre combien de déces pour que le risque soit rendu assez grand pour accélérer le processus ?

    • @ralbol,

      les cas de peste buboniques existent présentement aux USA et ça ne pose aucun problème parce que nous n’avons plus les règles d’hygiène du moyen-âge, nous ne jouons plus en général avec les lièvres et les lapins sauvages et nous avons des antibiotiques.

      Si les terroristes pensent attaquer l’occident avec le virus de la peste bubonique, ils en seront pour leurs frais. Les seuls qui risquent d’en crever se sont eux en manipulant le virus.

      Même ebola serait un mauvais choix pour une attaque bactériologique, le mode de transmission, jusqu’à nouvel ordre, ne permet pas à ce virus de se propager rapidement ou même se propager tout court en occident. L’Afrique est vulnérable à cause de l’état pitoyable des infrastructures et des règles d’hygiène. Il ne faudrait pas l’oublier.

      Détenir un virus létal et meurtrier n’est pas une garantie de succès, loin de là. Il faut bien plus de conditions que ça pour transformer un virus en arme de destruction massive ou de terreur.

    • @ noirod :

      ” Le même vaccin qui aurait guéri les deux médecins américains d ailleurs. Je veux bien croire qu il y a des protocoles à respecter mais ca va prendre combien de déces pour que le risque soit rendu assez grand pour accélérer le processus ? ”

      Money. Il n’y a pas d’argent a faire avec ce pays a part quelques provinces avec du petrole.
      Accélérer le processus …. pour quel fin ? La nouvelle vas finir par etre desuete ” as long as they kept the virus contain ” et voila , la moitier de la population de l’afrique peux mourir
      mais si ‘ Justin Bieber’ contracte un rhume ….. Voila la fin de la “realite” du fait que des milliers de personnes meurent pour AUCUNE RAISON , car Ons as l’antidote………..
      La nouvelle vas passé a autre chose , 5$ que l’ont n’entend pas parler de cela dans 10 jour.

      Si le virus est contenue uniquement en Afrique ……….’ NOBODY GIVE A SH*& ‘

      Voila notre probleme. Money

      Max

      ps: sorry pour les fautes en francais , je vis en Alberta depuis des lunes.

    • Que deux Américains infectés aient été rapatriés aux USA… pour être quasiment guéris dans la semaine après l’injection dite « expérimentale » d’un vaccin, ça ne vous rend pas dubitatif?

      Ce vaccin me semblait comme prêt à être « expérimenté » comme là où ça faisait mal, comme en Afrique, non?

    • @ dcsavard

      - «Détenir un virus létal et meurtrier n’est pas une garantie de succès, loin de là. Il faut bien plus de conditions que ça pour transformer un virus en arme de destruction massive ou de terreur.»

      Mais, comme le dit bien le mot «terroriste», l’efficacité de la manoeuvre c’est d’inspirer la terreur.

      Pas besoin de faire des millions de victimes pour inspirer la terreur, faire que les pays visés se transforment lentement en États de surveillance, limitent les droits et libertés de leurs citoyens, et en arrivent à complètement être déstabilisés…

      Juste quelques morts par dissémination d’un virus dans un édifice public, ça peut faire des miracles…

      C’est sans doute pour ça que ces gentilles personnes semblent travailler là-dessus.

    • @maxlachance,

      un peu simpliste de réduire ça à une question d’argent. Il y a un protocole scientifique pour déterminer si un traitement est efficace ou non, s’il cause plus de tort que de bien et ainsi de suite. Cela prendra environ 2 ans avant qu’il soit établi si le vaccin canadien est efficace ou non. Il est déjà prévu que ce vaccin vise plus la prochaine vague de ebola (il y en a eu 26 jusqu’à maintenant, mine de rien) que celle-ci vue l’impossibilité de déterminer l’efficacité du vaccin.

      Ce n’est pas parce que la maladie est mortelle qu’il faille administrer n’importe quoi, n’importe comment.

      Vous déclarez que nous avons l’antidote. Que je sache, personne ne l’a démontré encore, c’est un simple acte de foi.

    • - Le traitement utilisé sur les deux américains n’est pas un vaccin, mais un sérum (une mixture anticorps monoclonaux).
      - On ne peut dire pour le moment si ce traitement est vraiment efficaces, puisque aucun test clinique n’a été effectué dans un environnement contrôlé. Quelques personnes l’on reçu, dans des conditions peu optimales, et probablement à des stades différents dans la maladie. Impossible de dire si leur guérison (ou mort) est du au traitement, ou au cours normal de la maladie.
      - Ce sérum est produit pas des plants de tabac modifiés génétiquement. Le cycle de production est de plusieurs mois avant de pouvoir extraire les anticorps des plants de tabac.
      - D’autres traitements sont à ce jour évalués, dont un traitement d’interférence arn (de petits fragements d’ARN qui ciblent certains ARN messagers du virus et les inactivent), par une société Canadienne.

      iLea

    • @ralbol,

      ironie, le «terreur» dans ce cas-ci provient de l’ignorance et de gens qui propagent l’idée que le moindre virus, incluant la peste bubonique, puissent se transmettre à grande échelle.

      La peste se transmet par la morsure des puces infectées, pas trop facile de disséminer la peste dans un édifice public moderne de cette façon. Les réservoirs naturels de la peste sont les rats et les écureuils et autres rongeurs tels que le lapin et le lièvre sauvages. Il y a environ 150 décès annuellement pour environ 3000 cas de peste déclarés. Et 95% des cas sont en Afrique.

      Peut-être bien que des terroristes travaillent sur ça, mais cela n’a rien d’alarmant, ils perdent leur temps.

    • @ dcsavard

      - «Peut-être bien que des terroristes travaillent sur ça, mais cela n’a rien d’alarmant, ils perdent leur temps.»

      C’est vrai.

      Ceux qui postent des enveloppes de poudre blanche inoffensives, ne dérangent absolument personne…

      Et des fous disséminant la peste bubonique dans un endroit public, ne feraient peur à personne.

      Ouais !

    • Et faudrait mentionner qu’au moyen-âge, les médicaments de l’époque contre la peste bubonique consistaient essentiellement à faire rôtir sur un bûcher des hérétiques et des lépreux accusés à tort de propager la maladie. Autre comportement très intelligent, bannir les pestiférés et les envoyer le plus loin possible. Comme ça ils contribuaient à propager la maladie au lieu de la contenir. Autre remède très efficace pour achever les malades, les purges et saignées.

      Et il existe de nombreux doutes à l’effet que les décès attribués à la peste bubonique étaient véritablement des cas de peste. Il y a d’autres maladies aussi virulentes qui, compte tenu des moyens de l’époque, pouvaient être confondues avec la peste bubonique.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité