Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 14 août 2014 | Mise en ligne à 11h24 | Commenter Commentaires (9)

    Bactéries mangeuses de… cancer ?

    Un des plus vieux principes de politique du monde stipule que les ennemis de nos ennemis sont nos amis. Simple et efficace : a) le gros Bill te vole tout le temps tes smarties ; b) le gros Bill casse aussi périodiquement la gueule du p’tit Joe, qui le déteste ; c) allie-toi avec le p’tit Joe pour apprendre à vivre au gros Bill. Maintenant, si l’on remplaçait le gros Bill par un cancer et le p’tit Joe par un paquet de bactéries, est-ce que l’alliance vous semblerait aussi naturelle ?

    Eh bien vous ne devriez probablement pas faire la différence, selon une étude qui vient de paraître dans Science Translational Medicine. Dirigée par Nicholas J. Roberts et Shibin Zhou, de l’Université John Hopkins, l’expérience a consisté à injecter une espèce commune de bactéries qui vit dans le sol, Clostridium novyi, directement dans les tumeurs qu’avaient développées 16 chiens. Cette bactérie a besoin d’un milieu sans oxygène pour prospérer, et il s’avère que l’oxygène est justement rare dans les tumeurs.

    Résultat : les tumeurs ont disparu ou diminué chez 6 des chiens et leur croissance a été stoppé chez 5 autres. Il semble que C. novyi sécrète une toxine (il s’agit d’ailleurs d’un pathogène) qui tuerait les cellules cancéreuses et que la colonie bactérienne se nourrisse des restes par la suite. À cause de son incapacité à survivre en présence d’oxygène, la bactérie n’a pas infecté ses hôtes, se tenant bien sagement dans les tumeurs. En outre, sa présence a stimulé le système immunitaire des chiens, ce qui a aidé à combattre le cancer.

    Une patiente humaine a également reçu le traitement expérimental. La tumeur traitée à bien répondu, mais le cancer était déjà métastasé, ce qui l’a tuée. C’est d’ailleurs là un élément qui pourrait réduire l’utilité (éventuelle) du traitement, qui implique d’injecter des bactéries dans chaque tumeur. Mais il n’empêche que cela ravive une vieille avenue thérapeutique.

    L’idée d’«embrigader» des bactéries pour combattre le cancer n’est en effet pas neuve. Un médecin américain du tournant du XXe siècle, William Coley, l’a essayé sur des patients il y a longtemps — non sans un certain succès, d’ailleurs, puisqu’on le considère comme le père de l’immunothérapie moderne. Mais il utilisait souvent des bactéries mortes et l’idée était alors d’inciter le système immunitaire à attaque les tumeurs, et non de faire faire le travail directement par les microbes.

    À suivre, donc…


    • Super Intéressant comme développement , déjà que le proche parent clostridium botulinum sert a fabriquer le Botox qui est largement et de plus en plus utilisé et pas seulement pour l’estétique… heureusement que les bactéries n’ont pas de poils blanc avec des« ti yeux qui font pitié» comme les souris de laboratoires ou les bébés phoques , …..

      Manquerait juste une actrice en manque de visibilité qui pourrait fonder un mouvement contre l’exploitation inhumaine des bactéries de laboratoires qu’on devra produire en quantité dans des conditions d’élevage industrielles et tout le mélodrame habituel…

    • C est certainement une avenue interressante car elle stimulerait probablement le systeme immunitaire a combattre une attaque et par le fait même la maladie. Toutefois il me semble évident que le stade de détection du cancer est primordial dans l issue de la battaille afin d assurer la priorité à l envahisseur bienfaisant.

      Une voie semblable était par ailleurs aussi tentée pour ceux qui souffrent de probleme du systeme digestif avec la transplantation de bactéries fécales pour jouer le même role de stimulateur et de combattants.

      Tout passe par là en somme, la capacité de notre systeme immunitaire de jouer son role et de se montrer à la hauteur du combat.

    • @mononke
      Oui, mais on peut le voir d’un autre coté. Les bactéries, comme les soldats, marchent au front, fleurs à la baïonnette, pour combattre l’ennemi et libérer l’être vivant de l’envahisseur inhumain et implacable. On a qu’à leur donner une médaille posthume et les actrices vont brailler de joie à leur sacrifice.
      Romantisme d’un autre âge mais ça pourrait marcher.

    • Plus sérieusement.. :)
      Ces bactéries remplaceraient les lymphocytes ?

    • gl000001 et mononke

      Z’êtes encore plus fous que moi !

    • Tout à fait sensé.

      D’ailleurs, cette approche me semble beaucoup plus sensée que de bombarder les tissus de radiations ou d’injecter des substances toxiques dans l’espoir de tuer plus de cellules cancéreuses que de cellules saines…

      Et accessoirement, on a trouvé des bactéries mangeuses de pétrole, mangeuses de souffre, mangeuses de métaux, même des bactéries mangeuses de chaises… eh oui, les bactéries mangeuses de “chairs”. Alors, mangeuses de cancer, pourquoi pas ?

    • Les bactéries ont été les premiers êtres vivants à peupler notre planète et tous ceux qui devaient apparaître par la suite n’ont pu évoluer qu’en “harmonie” avec ces pionnières. Ainsi, j’ai été renversé d’apprendre récemment que nous avons, en nous, davantage de bactéries que de cellules ! Leur étude ne peut que nous apporter une meilleure connaissance de ce que nous sommes et des solutions à une multitudes de problèmes que nous rencontrons : traitement de maladies, conservation d’aliments, protection de l’environnement, etc.

    • @q.terreux
      Nos bactéries semblent prendre le contrôle de nous de temps en temps. Voyez ici :
      http://blogues.lapresse.ca/sciences/2014/05/22/le-dernier-sanctuaire-antibacterien-baisse-pavillon/#comments

    • gl000001

      15 août 2014
      15h42

      :)))
      Merci !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité