Sciences dessus dessous

Sciences dessus dessous - Auteur
  • Jean-François Cliche

    Ce blogue suit pour vous l'actualité scientifique, la décortique, et initie des échanges à son sujet.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 26 mars 2014 | Mise en ligne à 14h12 | Commenter Commentaires (24)

    Pour sauver le patient, commencez par le tuer…

    A priori, quand un accidenté entre la vie et la mort arrive à l’urgence, on s’attend à ce que médecins et infirmières tentent de le ramener vers le plus possible vers la vie, pas à le maintenir sciemment dans son état de mort-vivant pendant des heures. À stimuler son cœur si besoin est, pas à le laisser à l’arrêt. À lui faire des transfusions sanguines, et non à remplacer son sang, tout son sang, par une solution saline. Mais c’est pourtant bien ce qu’une équipe médicale de Pittsburgh s’apprête à faire avec 10 patients qui entreront dans son urgence. Et cela pourrait bien les sauver…

    L’idée, explique cet article captivant du New Scientist, est de donner plus de temps aux médecins. Il arrive en effet que des patients leur arrivent en si mauvais point — la poitrine ouverte, le cœur inerte et après avoir perdu la moitié de leur sang, par exemple — que les urgentologues ou les chirurgiens n’ont que quelques minutes pour recoudre les blessures avant de tenter de redémarrer le cœur. Nos cellules, et en particulier nos neurones, ne peuvent pas survivre longtemps sans oxygène, ce qui limite beaucoup les possibilités d’intervention.

    En remplaçant le sang par de l’eau salée et froide, l’équipe de Pittsburgh n’améliorera pas immédiatement l’état des patients, c’est évident. C’est même plutôt le contraire, puisqu’elle les placera carrément dans un état de mort clinique. Mais comme l’activité cellulaire ralentit énormément avec le froid, les chercheurs espèrent se donner ainsi plus de temps. Cette stratégie est déjà utilisée par des chirurgiens lors d’opérations au cerveau ou au cœur, ce qui donne une fenêtre d’environ 45 minutes. Mais cela prend beaucoup de temps et de préparation, ce que les médecins d’urgence n’ont pas.

    La technique plus «extrême» consistant à carrément remplacer le sang par une solution froide a déjà été testée sur des porcs, que l’on avait anesthésiés avant de leur infliger une hémorragie massive et incontrôlée. On avait ensuite remplacé leur sang par une solution à 4°C afin d’abaisser et de maintenir leur température corporelle à 10°C. Vingt-et-un animaux sur 24 avaient survécu sans séquelle physiologique ni neurologique. Le cœur de plusieurs d’entre eux s’était d’ailleurs spontanément remis à battre, sans besoin de réanimation.

    Cela n’a toutefois jamais été testé sur des humains — et il n’est pas difficile d’imaginer le genre de questions éthiques qu’une telle expérience peut soulever. L’hôpital de Pittsburgh attend ses premiers sujets, qui seront des patients dont les blessures auront provoqué un arrêt cardiaque et qui n’auront pas répondu aux tentatives de réanimation. Ils n’auront donc rien à perdre, ou si peu : les chances de survies dans de tels cas sont de 7 %. Les résultats seront comparés à un autre groupe de 10 patients ayant les mêmes caractéristiques, mais qui seront arrivés à l’urgence quand l’équipe formée pour «suspendre la vie» sera absente. La technique sera ensuite améliorée sur 10 autres patients.

    On verra bien ce que cela donne. Mais il y a vraiment des jours où les scénarios de Hollywood ont l’air très, très straight


    • Non merci! Pas pour moi…

    • Il n’y a pas à redire, cet article glace le sang !

    • J’ai hate à la congélation carbonique comme Hans Solo dans Star Wars 5 & 6 :-)!

    • C’est souvent comme ça qu’avance la connaissance: une remise en question radicale de la façon de faire et de penser…

      Imaginons la réaction de nos lointains ancêtres quand un fou voulut faire entrer le feu dans la grotte…

    • Combien ça coûte? Les technologies de pointe en médecine sont efficaces, mais combien onéreuses. Aurons-nous les moyens de payer pour cela?

      Commençons par établir l’efficacité de la technique, si vous le voulez bien…
      JFC

    • @ JF Cliche

      Si ça marche bien sur les cochons, qu’on envoie les scientifiques en Irak ou en Syrie. On ne devrait pas manquer de cobaye. Les questions d’éthique prennent toujours le bord lors d’une guerre.

      Ce serait une façon de contourner les règles d’éthique, et je doute que les bailleurs de fonds publics se laissent duper par ce genre d’entourloupes. D’autant plus qu’une guerre n’est pas le meilleur contexte pour contrôler des variables…
      JFC

    • A première vue, il ne semble pas y avoir d’élément vraiment dispendieux dans cette technique. On ne parle pas de scanner ou autre appareil médicaux haute technologies très dispendieux. On semble plutôt parler d’élément déjà utilisable et disponible dans les hôpitaux.

    • @ M_Tremblay

      - «Combien ça coûte? Les technologies de pointe en médecine sont efficaces, mais combien onéreuses. Aurons-nous les moyens de payer pour cela?»

      Ouais, parce que dans nos merveilleuses sociétés, la seule chose qu’il importe de payer, c’est la Dette…

      Le reste, comme le bien commun, les êtres humains… pfffttt !

      Tout c’qui compte, c’est la comptabilité !

      Dommage que l’évolution soit si lente et se fasse sur des millénaires…

      Et ici, je ne vous accuse d’aucune manière, je ne fais que souligner l’association maladive «bien commun-pognon» imposée par le système financier, à nos sociétés.

      Faudra bien un jour en sortir… avant l’extinction…

    • Personnellement, j’ai hâte que les gens acceptent qu’ils sont mortels et qu’il y a des conditions où il serait mieux de les laisser partir que de les sauver à n’importe quel prix, que ce soit en émotions, en pratiques, ou en $$$.

    • Si cette technique de développe et se perfectionne elle pourraît peut-être servir aux long voyages interplanétaires qui durent plusieurs années ?

      Ou bien aux gens riches qui, atteints d’une maladie incurable, veulent “hiberner” jusqu’à ce qu’on leur trouve un remède.

      Quelle est la limite de temps pour laquelle un animal ayant subi cette technique peut encore être ranimé ?

    • Quand on laisse un steak sur le comptoir, sa durée de vie se compte en heure. Au réfrigérateur, sa durée de vie se compte en jour. Au congélateur en mois.

      On peut faire cette projection sur l’être humain.

      Ce type de technique permettra probablement de réduire les conséquences d’un grave accident qui handicapent fortement ceux qui survivent.

      Ce type de technique lorsqu’on l’aura maîtrisée devra être balisée.

      Il est probable qu’elle ne sera pas utilisable sur des personnes très âgées mais sur des personnes jeunes en bonne santé capable de résister au stress de cette méthode et qui ont un bon potentiel de vie (pour payer des taxes et des impôts dans le future, bon argument pour les comptables).

      Le problème de la haute technologie en médecine n’est pas qu’elle existe et est onéreuse, c’est qu’elle nous oblige à faire des choix.

      Avant c’était facile, on mourrait en santé sans savoir pourquoi. Aujourd’hui, il faut apprendre en tant que société et individu que nous avons une fin et qu’il faut parfois déterminer quand on doit arrêter de faire des efforts pour maintenir quelqu’un en vie si la qualité de vie n’y est plus.

      Derrière tout technologie, il y a un aspect humain auquel il faut réfléchir.

      Wow, derrière toute science dure, il y a des sciences humaines!

    • Donc, en cas de stress extrême, il est préférable de garder son sang-froid.

    • Ca me fait penser à ce produit.
      http://www.gizmag.com/go/7214/
      Une pression négative garde les vaisseaux sanguins de la main bien ouvert et de l’eau glacée refroidit ainsi tout le corps.

      @m_tremblay
      Il y a des gens qui pour une raison quelconque ont trop de pression autour du cerveau. Le surplus de liquide céphalo-rachidien qu’on produit continuellement, ne se draine pas normalement. On leur installe un “shunt”, une valve qui amène l’excès de liquide “ailleurs” dans le corps. Cette valve est relativement facile à installer et le personne peut vivre normalement avec. Elle peut couter plus de $70,000. Selon vous, on devrait laisser le mourir les gens plutot que de leur installer ?

    • C’est connu que le froid protège du manque d’oxygène, il y a de cela plusieurs années un cas avait été évoqué dans les faits divers où un homme avait survécu sous l’eau en hivers pendant 3 à 4 fois le temps où le manque d’oxygène cause des dommages au cerveau, mais avait été réanimé sans séquelles.

      Mais remplacer le sang par une solution froide, ça semble plutôt extrême, mais dans des cas où il n’y a pas ou peu de chances de survie autrement, ça pourrait faire la différence.

    • @kintama,

      Il y a des explications :

      In cold water, the body’s metabolism slows and the organs need less oxygen. It’s called
      the diving reflex ans has been studied in mammals such as seals. For reasons not well
      understood [...] children seam to have a greater ability than adults to survive near-
      drowning in cold water [...] («Boy’s survival from near-drowning has medical explanations,
      The Seatle times, 10 August 2011).

      Bref, remarquez que le ce sont les enfants qui peuvent avoir une chance de survivre à une presque noyade en eau froide. Comme explication, dans l’article, il est mentionné que ce sont les petites tailles des enfants qui pourraient agir comme adjuvant à la survie, puisque leurs petits corps tomberaient en hypothermie avant de se noyer.

    • @jim777,

      Vous avez suscité chez moi un flashback : L’album de BD : Yoko Tsuno, la Frontière de la vie. Je vous invite à taper ce titre sur un moteur de recherche pour jeter un coup d’œil à la page couverture de cet album.

    • @jolico,

      vous avez raison, ça coûte beaucoup moins cher de tuer le monde que de les soigner. On devrait en tuer plus pour sauver des frais. Le prochain qui est malade, je le tue!

    • @ walt

      Hahaha !
      Vous aussi vous me rappelez des souvenirs.
      Yoko Tsuno-/Électronicienne -Enki Bilal-Les Pionniers de l’Espérance-Blake Et Mortimer etc.

      Chez nous on avait La forge de Vulcain :
      http://clarisseandpaul.free.fr/livres/bd/series/yoko/albums/yoko_03.html

      Et l’Orgue du diable :
      http://www.bedetheque.com/BD-Yoko-Tsuno-FL-L-orgue-du-diable-La-frontiere-de-la-vie-37373.html

      Ça vaudrait la peine de relire ces aventures évenutellement.

      En attemndant je suis persuadé qu’un jour on arrivera à faire hiberner les humains comme les ours et les marmottes pour les longs voyages interplanétaires.

    • Jim777,

      À propos, de Yoko Tsuno, je viens de visiter des pages traitant de cette série et sur l’image montrant l’album : «Aventure électronique», on peut voir la belle petite nippone portant un exosquelette.

      Ça c’était de la science-fiction ! … et Yoko Tsuno devait être le fantasme de plusieurs jeunes scientifiques à en devenir…

      @legada,

      Tant qu’à y être on devrait déshydrater, irradier, ou placer les blessés sous vide … On pourrait aussi les baigner dans le miel comme les anciens Égyptiens le faisaient avec les momies… Je niaise…

    • @ralbol
      26 mars 2014 15h47
      “C’est souvent comme ça qu’avance la connaissance: une remise en question radicale de la façon de faire et de penser… Imaginons la réaction de nos lointains ancêtres quand un fou voulut faire entrer le feu dans la grotte…”
      Plusieurs intervenants m’ont fait sourire mais vous… vous avez fait ma journée ! Merci pour cette pointe d’humour savoureux dans cet fin d’hiver qui ne veut pas nous lâcher !!!

    • «2022….. Québec baigne alors dans une étrange lumière jaune, qui a détruit la faune et la flore. Très peu de terres sont encore cultivables et les habitants qui n’ont pas les moyens d’acheter des aliments naturels, à cause de prix exorbitants, mangent un aliment de synthèse, produit par la multinationale « LES RESIDENCES SOLEIL VERT » : une multinationale intégrée dans le recyclage de protéines selon une recette de saumurage tiré d’un article du soleil d’un certain JFC, installée dans l’ancien Hotel le Concorde . Des émeutes de citoyens affamés sont fréquentes et sévèrement réprimées.

      Cet aliment est, dans le discours officiel, fabriqué à partir de planctons, mais en réalité il n’y en a plus. Pourchassé par les tueurs au service de l’État, un blogueur, n’a pas le temps de révéler ce qu’il sait….»

      Oh……N o…o…o….o…N…on…on…on!!!!!

    • mononke

      28 mars 2014
      13h45

      Lol !
      Avec Charlton Heston en personnage principal….

      Ca va faire un tabac !

    • Dans la même veine (!), la technique de refroidissement a déjà été testée avec succès dans des cas d’accidents cardiovasculaires. Le ralentissement du métabolisme que la baisse de température induit réduit considérablement les dommages immédiats et augmente les chances de s’en sortir avec des séquelles moindres.

      Il ne s’agit pas là du même type de traumatismes que ce que vous évoquez, mais le principe me semble possiblement le même.

      http://www.dailymail.co.uk/health/article-1369070/Cooling-brain-save-lives-reduce-brain-damage-heart-attack.html

    • En situation d’urgence il faut effectivement savoir garder son sang froid !

      (scusez la…)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « sept   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité